Côte d’Ivoire : refonder l’armée pour consolider l’unité nationale

La fin de la guerre civile, qui a débuté en 2002 et s’est achevée en 2011 après l’éviction de Laurent Gbagbo, a débouché sur une refonte des forces armées ivoiriennes. Hétéroclites, divisées et peu fiables, les nouvelles forces ivoiriennes ont montré des failles profondes, qui ont culminé avec les mutineries de 2017. Reprises en main, dès lors, par le ministre de la Défense Hamed Bakayoko, qui cumule cette fonction avec celle de premier ministre depuis la semaine dernière, les armées ivoiriennes ont depuis multiplié les signaux de restructuration. Un bilan d’étape positif à la veille des élections présidentielles prévues pour la fin de l’année et qui seront décisives pour la stabilité régionale.

Les incapacités qui ont caractérisé l’armée ivoirienne dans la période 2011/2017 sont directement liées aux conséquences de la guerre civile ayant frappé le pays entre 2002 et 2011 et au contexte ethnique très complexe du pays.  La Côte d’Ivoire est un pays d’environ 25 millions d’habitants répartis entre une soixantaine d’ethnies que l’on peut regrouper au sein de quatre grands blocs : Mandés (Malinkés, Dioulas, Mandés du Sud…) et Voltaïques (Sénoufos, Lobis…) dans le nord du pays, puis les Krus (Bétés, etc.) dans le quart sud-ouest et enfin les Akans (Baoulés ; ethnies lagunaires…) dans la zone sud/sud-est. A cela s’ajoute une démarcation entre musulmans au nord et chrétiens au sud.

Cet équilibre précaire n’a pas survécu au délitement de l’alliance Baoulé/nordistes en 1993 et aux conséquences d’une immigration à majorité musulmane jugée déstabilisante (26% de la population en 1998) par les ethnies sudistes. Après le coup d’état militaire en décembre 1999, l’élection d’octobre 2000 écartant les candidats Ouattara (Mandés et musulmans) et Bédié (Akan/Baoulé), le président Gbagbo (Kru/ Bété et alliés Akans/Lagunaires) accédait au pouvoir avec à peine plus de 20% des voix. La contestation et la répression qui s’ensuivirent, puis la tentative de coup d’Etat des partisans de Ouattara en 2002, marquèrent le début de dix ans de guerre civile et la partition, de facto, du pays entre nord et sud. Une guerre civile qui s’achevait à partir de 2007 et des accords de Ouagadougou (Burkina-Faso) malgré le sursaut de 2010 et la reprise des combats qui s’ensuivit, débouchant sur l’arrestation de Laurent Gbagbo et l’arrivée à la présidence d’Alassane Ouattara.

La première réforme bâclée des forces de sécurité Ivoirienne

La guerre civile provoqua la création, au nord, des Forces armées des forces nouvelles (FAFN) composées de militaires rebelles et d’une grande majorité de miliciens répartis dans une dizaine de régions militaires appelées « com’zones ». Peu entraînées et peu opérationnelles, la plupart de ces troupes ne combattirent pas dans cette guerre civile n’ayant connue que des combats très sporadiques. La fin officielle des hostilités vit la fusion des FAFN avec les loyalistes, les Forces de défense et de sécurité (FDS), au sein de Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Cette fusion, dans le cadre du processus de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR), devait opérer la démobilisation des 74 000 combattants issus de la guerre civile afin de parvenir à un effectif de 22 000 soldats pour les FRCI, dont 8400 ex-FAFN.

A priori conforme au dispositions prises à Ouagadougou, le processus DDR souffrit de nombreuses lacunes qui furent nuisibles au processus connexe de réforme du secteur de la sécurité (RSS). En effet, loin de recréer une armée nationale, le président Ouattara fut contraint de mettre en place une armée de régime. C’est ainsi qu’il mis à la tête des FRCI d’anciens responsables et officiers FAFN, peu formés et indisciplinés, au détriment d’officiers loyalistes des FDS, pour la plupart entraînés et compétents. Enfermée dans une telle posture, la RSS des FICR fut négligée et aboutit en 2016 à une armée mal commandée, sous-équipée et aux installations vétustes ; et dont les deux composantes, FDS et FAFN, n’étaient pas parvenues à créer une cohésion. Reflétant les tensions interethniques du pays, les FICR ne parvenaient pas à gagner la confiance de la population ni à assurer l’ordre dans le pays. De fait, aucun des piliers sécuritaires de la RSS (armée, police, gendarmerie, protection civile) n’était opérationnel. Le paroxysme fut atteint en avril 2017 lors des mutineries des soldats ex-FAFN qui obtinrent gain de cause dans leurs revendications (versement de primes rétroactives, postes, etc).

Le sursaut incarné par le ministre Hamed Bakayoko

Le pouvoir, mis devant le fait accompli de l’indiscipline et du manque de fiabilité de son armée, pourtant idéologiquement acquise, décida d’accélérer la démarche amorcée en 2016[1]. Ainsi, en juillet 2017, Hamed Bakayoko, un proche du président Ouattara, fut nommé ministre de la Défense. Sous son impulsion, la montée en puissance des FANCI semble être devenue une réalité.  Depuis 2017, l’action du ministre s’est déclinée en plusieurs volets destinés à professionnaliser les armées Ivoiriennes. Les mesures les plus emblématiques concernent la rationalisation des chaînes de commandement et l’amélioration générale des ressources humaines afin d’atténuer l’influence et le poids des com’zones dans l’institution et resserrer les liens avec les anciens des FDS. Dans cette optique, l’année 2019 fut marquée par des changement importants à la tête d’unités opérationnelles via le limogeage d’anciens chef de com’zones (Chérif Ousmane, Issiaka Ouattara[2]…) au profit d’officiers ex-loyalistes. Par ailleurs, le ministre Bakayoko a réussi à mener à bien la restructuration des effectifs en supprimant 4000 postes au sein de l’armée (entre 2016 et 2020), via des départs volontaires[3], afin de renverser la pyramide des âges et des grades (surreprésentation des sous-officiers), mais aussi la part des ex-FAFN.

Sur le plan des infrastructures, les casernes ont été rénovées et quatre hôpitaux militaires sont en cours de construction. L’entraînement et la formation (initiale et continue) n’ont pas été oubliés avec la rénovation de plusieurs écoles et surtout la création, en partenariat avec la France, de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT). Outre sa vocation de coopération internationale, et surtout sahélienne, l’école comportera un camp d’entraînement (infrastructures de tir, multi-milieux…), une école de cadre spécialisée en contre-terrorisme et une académie de recherche stratégique. Cette académie est importante non seulement dans le cadre de la modernisation des FANCI, mais surtout car elle trace un début de concept d’emploi des forces ivoiriennes dont les doctrines seront tournées largement vers les opérations anti-terroristes. Cela dans la diversité des milieux qui caractérisent le pays mais aussi l’Afrique de l’ouest en général (sahel, brousse, milieux tropicaux, montagneux, lagunaires etc). Enfin, le partenariat militaire opérationnel (PMO) avec la France a été resserré et les formations prodiguées par les Forces françaises et Côte d’Ivoire (FFCI) à destination des FANCI se sont affirmées : actes réflexes et élémentaires (utilisation des armes, déplacements, positions, etc.), manœuvres interarmes, transmissions, maintien en condition opérationnel (MCO)….

Les enjeux de forces crédibles en Côte d’Ivoire

Pour le président Ouattara, la réforme des armées représente autant un enjeu de stabilité politique que de sécurité extérieure. Parvenu à la présidence dans un contexte de polarisation des tensions ethniques et religieuses, il s’agit pour lui, depuis 2011, de ne pas donner le sentiment au sud que la fin de la guerre civile a été le synonyme d’une conquête par le nord musulman (même s’il doit en partie son élection aux voix Baoulé). D’où l’importance de doter le pays d’une armée multi-ethnique qui puisse symboliser la symbiose nationale ivoirienne. Une manière d’éviter de futurs conflits et des phénomènes de radicalisation et de sédition armée comme ceux constatés au Mali ou au Burkina-Faso.

A ce titre, il est peu probable qu’on assiste à une métastase des groupes armés terroristes (GAT) sahéliens en Côte d’Ivoire du fait d’un terrain ethnique peu favorable. En effet, Malinké et Sénoufo sont des cousins des Bambaras du Mali et des Mossis du Burkina-Faso : tous victimes des GAT composés majoritairement de Peuls ou de Touaregs. En revanche, l’émergence d’une menace terroriste indigène via le banditisme ou les tensions inter-ethniques n’est pas à exclure.

Dans cette optique, la nature des réformes mises en œuvre par le ministre Bakayoko, témoigne du discernement récent des autorités ivoiriennes à se doter d’une armée structurellement organisée, fiable et surtout nationale avant de commencer l’intégration de matériels et d’équipements avancés. Loin d’imiter certains travers de mimétisme avec l’occident courants dans les armées africaines, les FANCI, aujourd’hui nommées les FACI, semblent adopter et concevoir des doctrines résolument tournées vers l’anti-terrorisme et le maintien de l’ordre (gendarmerie). De cette manière l’armée jouera autant un facteur de cohésion nationale, limitant les risques de déstabilisation, qu’une réponse à des tentatives d’attaques terroristes [extérieures] sur son territoire. A ce titre, la montée en puissance des forces ivoiriennes pourrait confirmer, dans un futur proche, le rôle de pilier régional du pays dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Les premiers effets politiques seront mesurables d’ici les élections de novembre 2020. En revanche, d’un point de vue militaire, les récentes opérations combinées avec le Burkina Faso (opération Comoé) ou l’envoi d’un contingent dans le cadre de la Minusma sont autant de signaux faibles encourageants.

 

[1] C’est cette année-là que fut votée la loi de programmation militaire (LPM), pour un budget d’1,2 milliards de Francs CFA, et que furent rebaptisées les FRCI en Forces armée nationales de la Côte d’Ivoire (FANCI).

[2] Pourtant réputés intouchables

[3] Un bureau d’aide à la reconversion a été créé en ce sens

Pierre d'Herbès

Pierre d'Herbès

Diplômé de la Sorbonne Paris-IV et de l’École de Guerre Économique, Pierre d'Herbès est Consultant [indépendant] en intelligence économique. Il s'intéresse aux rapports de forces internationaux et en décrypte les mécaniques d'influence. Il est spécialisé dans les questions de défense, d'énergie, d'aérospatiale et de sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *