Face au désordre : Make Méditerranée Great Again !

Mises de côté, médiatiquement, par la guerre en Ukraine, les convulsions africaines et méditerranéennes n’ont pas perdu en intensité. Au contraire, elles menacent, par ricochet, de s’amplifier. Elles mettent alors d’autant plus en relief les risques qui pèsent sur le saillant sud de l’Europe. Mais la France, et encore moins l’Europe, ne semblent être en capacité de conceptualiser une stratégie de puissance propre à conjurer cette menace existentielle. C’est le constat fait par l’essai « Après la paix », paru en 2021.

Passé le diagnostic, l’objectif de l’auteur, Loup Viallet, est d’amorcer une stratégie, au sens propre du terme, visant à garantir les intérêts vitaux de la France. Et partant, de l’Europe, compte-tenu du fait que le « désordre africain » (et méditerranéen) engendre les mêmes risques pour tout le continent : trafics illicite, migrations incontrôlées de grande ampleur, ingérence locale de puissances hostiles, etc. Cela à une distance d’à peine plus de 2000 kilomètres de la Côte d’Azur (France) ou des Pouilles (Italie). A ce titre, la crise alimentaire qui menace actuellement la région, du fait de la guerre en Ukraine, est avant-tout la conséquence d’années d’incuries internationale vis à vis du potentiel crisogène de la région.

Selon Loup Viallet, spécialiste en économie politique et géopolitique, la situation en méditerranée, dans le Sahel et le Golfe de Guinée, est gravement sous-estimée. Et les réponses apportées sont insuffisantes pour un règlement dans la durée. L’auteur critique ainsi une forme de pusillanimité mêlée d’idéologie de la part des élites françaises. Pire, Paris subit une véritable crise de légitimité dans les actions qu’elle mène. Affaiblie par les opérations d’influences russes ou turques voire les médias français eux-mêmes.

Or, le statuquo ne peut pas être une option envisageable. C’est le cœur du propos d’ « Après la Paix », du moins dans sa seconde partie. Sans action extérieure, la donne pourrait s’aggraver à moyen et long terme. En cause, des facteurs de crise qui se nourrissent mutuellement : explosion démographique, sous-développement économique, et réchauffement climatiques qui fondent une instabilité durable.

Matrice de la crise

Comment en est-on arrivé là ? C’est en substance la question à laquelle tente de répondre Loup Viallet. Celui-ci est un fin connaisseur de l’Afrique de l’Ouest. Il y a fait de nombreux séjours (Côte d’Ivoire, Bénin, Ghana, etc) et y enseigne dans plusieurs écoles de commerce. En 2020, il publiait un premier essai économique reconnu[1] : « La fin du Franc CFA ».

Le principal boutefeu de la crise sont les « Printemps Arabes » en 2011. Ils déstabilisent tout le rivage sud de la méditerranée. Dans cette optique, l’auteur rappelle à bon escient que ces « Printemps » furent très mal compris par l’occident. Jusqu’à ne pas percevoir que la chute de ces régimes ( principalement la Libye), certes autoritaires, allait aggraver une situation déjà critique dans la bande sahélo-saharienne (tensions ethniques, groupes terroristes et/ou séparatistes, trafics, États faillis, etc) et jusqu’au Levant (Syrie, Levant, etc).

Pire encore, pour Loup Viallet, l’Europe s’est trouvée victime de ses propres illusions : celle du “mythe d’une Afrique émergente” aux aspirations démocratiques. La réalité étant un continent politiquement fragmenté, emprunt par une corruption endémique et à la croissance limitée ou fragile (piège des matières premières, économie de rentes agricoles, etc). Cette dernière étant du reste largement insuffisante face à la croissance démographique du continent.

En conséquence de quoi la France, et l’Europe, est aujourd’hui cernée par un « arc de crise » courant du levant au golfe de Guinée en passant par le Maghreb et le Sahel.

Pourrissement et instrumentalisation

Actuellement le principal foyer d’instabilité provient principalement du Sahel et de l’Afrique du Nord. L’essai rappelle alors à bon escient le contexte actuel de L’Afrique de l’ouest. Cette dernière est aujourd’hui caractérisée par des records d’instabilité : inflation des trafics (stupéfiants, or, migrant), multiplication des coups d’États militaires (Guinée-Conakry, Mali, Burkina-Faso ; voire celui, échoué, du Niger), augmentation des tensions communautaires, etc. Autant de facteurs sur lesquels prospèrent le terrorisme ; qui doit alors être analysé comme une conséquence et non une cause de la crise.

L’auteur mène également une charge au vitriol contre ce qu’il appelle les « rentiers du chaos ». Expression qui désigne les grandes puissances qui instrumentalisent la crise à leur profit. En tentant au passage d’affaiblir la France sur place via des opérations de désinformation. Ces pays ont généralement une empreinte délétère sur la stabilité des pays qu’ils ciblent (Russie en Centrafrique et au Mali, Turquie en Libye, etc). L’Afrique est aussi fondamentale pour les routes de la soie chinoises, destinées à assurer l’influence de Pékin sur l’Europe.

La conduite française de la sortie de crise n’est pas épargnée par Loup Viallet. L’auteur y critique une posture trop pusillanime, peu claire sur ses objectifs et qui n’assume pas sa puissance. Paris aurait tout à gagner à mettre plus en avant les interdépendances qui la lie à l’Afrique : sécuritaire d’un côté et économique de l’autre. En d’autres termes, Paris partagerait mal sa vision tout en étant trop patiente avec Bamako et Ouagadougou ou bien Ankara et Moscou. Rétroactivement, le départ des forces françaises du Mali donne en partie raison à l’auteur.

Sortie de crise ?

Le départ de la France du Mali est présenté officiellement comme une reconfiguration de l’opération Barkhane. Mais il n’en demeure pas moins qu’il va occasionner un fort relâchement de la pression sur les groupes armés terroristes. D’autant plus que le groupe Wagner est bien en deçà des capacités opérationnelles de l’armée française. Le moment est d’autant plus critique que les groupes armés terroristes commencent à essaimer au nord des pays du Golfe de Guinée (Bénin, Côte d’Ivoire, etc).

Et comme le rappelle à juste titre l’auteur d’« Après la Paix », aucun secours n’est à espérer de l’Europe, désarmée, ou des États-Unis, en retrait. La France, dernière nation militaire du Vieux-continent, est seule.

Mais pour Loup Viallet, Paris pourrait relever ce défi. En assumant sa puissance. Comment ? Par des actions plus coercitives et volontaristes. L’auteur identifie notamment deux points nodaux : la Libye et le Mali. Dans cette optique, il propose la mise en place d’un mandat international indéfini qui administrerait le Mali. Une mesure prévue par le droit international : un condominium qui serait gérer à part égale, par exemple par le voisinage du pays et l’Europe (par exemple). Le temps que les Maliens soient capables de gérer, seuls, leurs pays. ; aujourd’hui de loin le principal foyer d’instabilité régionale avec le Burkina-Faso.

Il est difficile d’élaborer des prospectives et des plans de sortie de crise dans des régions aussi complexes que la méditerranée et le Sahel. Et assumer sa puissance doit aussi servir un projet politique. En l’occurrence, faire sortir l’Afrique du chaos, reconstruire sa gouvernance et enfin, réaliser, ensemble, la transition énergétique pour répondre aux enjeux climatiques et environnementaux de ce siècle. Si « Après la paix » peut sembler original dans ses approches, c’est aussi que la situation est exceptionnelle pour la France et l’Europe. La méditerranée n’avait pas été une source de risques depuis le XIXe siècle voire le XVIIe. Dans le contexte de vide stratégique qui caractérise l’Europe, « Après la Paix » fait partie des ouvrages qui ouvrent des voies par-delà l’adversité.

 

 

[1] On le retrouve dans de nombreuses bibliothèques universitaires, telles que Harvard ou Paris-Dauphine.

Pierre d'Herbès

Diplômé de la Sorbonne Paris-IV et de l’École de Guerre Économique, Pierre d'Herbès est Consultant [indépendant] en intelligence économique. Il s'intéresse aux rapports de forces internationaux et en décrypte les mécaniques d'influence. Il est spécialisé dans les questions de défense, d'énergie, d'aérospatiale et de sécurité internationale.

Une réponse à “Face au désordre : Make Méditerranée Great Again !

  1. Depuis de longues années, j’ai mis en garde mes interlocuteurs vis-à-vis d’Angela Merkel que la plupart des Allemands aimaient qualifier de “femme la plus puissante du monde”. Son héritage politique s’est effondré endéans une semaine, en février 2022, lorsque la Russie poutienne a agressé l’Ukraine: elle n’avait aucune stratégie, une grande partie de sa politique était basé sur une habile communication; plus personne de sérieux, en Allemagne, ne se réclame d’elle. Elle est devenue le symbole de l’aveuglement politique et de la méconnaissance historique et elle laisse un pays terriblemt affaibli et ridiculisé. Pierre d’Herbès nous rappelle, à juste titre, que Loup Viallet tire la sonnette d’alarme: des crises majeures auxquelles nous ne sommes pas préparés sont en gestation. L’Italie et l’Espagne qui comptent à elles deux plus de 100 millions d’habitants doivent considérer, dès à présent, que l’Afrique du Nord, la bande sahéliènne jusqu’au Golfe de Guinée font partie de leur profonfeur stratégique et que la France ne peut plus assumer, seule, la sécurité du flanc sud du continent. Ces deux pays doivent apporter leur contribution militaire, diplomatique et économique. S’il n’y pas ce sursaut stratégique, nous allons au-devant de situations gravissimes telles que nous l’observons en Ukraine. Comment va réagir l’Europe quand le Nigéria, pays de 200 millions d’habitants, va imploser? Ce ne sera plus un problème purement humanitaire mais bien une question de survie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *