San Francisco: la scène tech vue de l’intérieur

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les murs du métro de San Francisco sont placardés d’affiches en papier vantant la plateforme de vidéos virtuelle Vimeo. Aussi insignifiant que cela puisse paraître, cela nous rappelle à la constante présence de ces tech giants dont l’utilisation quasi quotidienne anime notre quotidien.

«Les entreprises dont nous parlons sont vraiment emblématiques.» me rappelle une investisseuse de la place. Il suffit de lever les yeux pour voir les logos des enseignes des sièges sociaux et bureaux d’entreprises telles qu’Adobe, Google, Salesforce, Tesla, etc. On est pris d’une grisante sensation à s’imaginer que ces mastodontes du XXIe siècle opèrent ici et non loin, in the Valley.

Ballet de présentations

Parlons-en, de la Vallée. Prenant le vétuste mais bondé Caltrain – j’y reviendrai plus tard – je me rends à Menlo Park, une des trois «Stanford Cities» aussi connue comme base de Facebook. Pour mon rendez-vous avec le directeur d’une startup, le café le plus proche de la gare nous sert de lieu de rencontre. La terrasse ensoleillée est parfaite en ce début de printemps. Rapidement, mon regard ne peut s’empêcher de glisser vers les autres tables, où les ordinateurs sont en mode présentation et où les pitch sont soit en phase de peaufinage soit en mode combat. L’atmosphère bouillonne au rythme des questions des potentiels investisseurs; les serveurs, impassibles, débarrassent les tables d’entrepreneurs parfois chanceux, mais souvent renvoyés à la case départ. Mon interlocuteur me fait remarquer que nous ne sommes qu’à quelques encablures de grosses pointures de fonds à risque (Khosla Ventures, Kleiner Perkins, etc. et également NanoDimension fondé par un alumni de l’EPFL) et que le ballet alentour est ici la normalité.

Dans cet univers, la première impression est capitale. «Comment puis-je vous aider?» voilà bien une question qui m’aura été posée plusieurs fois depuis mon arrivée aux Etats-Unis en 2017.«What goes around comes around» et je ne peux que confirmer cet adage («Ce que vous donnez vous reviendra d’une façon ou d’autre.»). La mise en relation – hot introduction – est un outil d’un rare pouvoir dans cette sphères où les relations priment sur tant d’autres choses.

Train suisse en Californie

Au Pier17, la Suisse est sur le devant de la scène grâce à la présence de swissnex San Francisco et du Consulat Général de Suisse, qui abrite notamment Switzerland Global Enterprise (SGE) et Swiss Tourism. En ce début février, six startups helvètes profitent du soutien de l’agence de l’innovation suisse InnoSuisse et du travail de l’équipe startup de swissnex pour faire leurs premiers pas sur le marché américain. Pendant ce temps-là, les PMEs en manufacture sont représentées par SGE à une conférence medtech à Anaheim pour trouver des clients et poser les bases de futurs partenariats.

Caltrain: «bientôt» remplacé par les rames Stadler, ces vieilles locomotives diesel enchantent encore (voyons le verre à moitié plein) avec leur carillon et sifflement mais irritent avec leur cadence ridicule, leur moteur à explosion, leur vitesse et leur prix. Le people watching est de mise dans ces wagons où se mêlent étudiants et employés d’entreprises telles que 23andMe. En effet, trois jeunes dans la vingtaine, bonnet vissés sur la tête et barbes clairsemées n’ont d’yeux que pour leurs écrans où les lignes de code se succèdent. Ils débattent de la nouvelle mise à jour, du temps de transfert sur le serveur ou encore des fonctionnalités à améliorer. Serait-ce donc cela le Graal d’un informaticien aujourd’hui?

«Les gens ne pensent plus qu’à une chose: se faire promouvoir», me lance un ami ingénieur. «Croissance croissance croissance. Les gens s’attendent à ce que les choses fonctionnent immédiatement et oublient à quel point elles sont difficiles [à mettre en place].» Il semblerait dans l’ère du corporate America, la prise de risque est de moins en moins de mise, tant la machine prend le dessus sur l’employé, qui n’améliore un algorithme que très modestement. Il joue toutefois le jeu de l’entreprise, pour donner de la valeur à sa contribution et son leadership, notions prises en compte lors de l’évaluation des membres de l’équipe en vue des promotions et boni de fin d’année.

Conversations en circuit fermé

 

Plus tard au siège de LinkedIn, une chose marque d’emblée le visiteur néophyte: l’inscription sur tablette à l’entrée proposé à choix: business (donc client), candidate (donc interview), cafe guest (donc profiteur des lunch gratuits). Aussi, une énorme salle attenante à la réception avec tables et chaises fourmillent de gens. Mon hôte m’explique que les bâtiments avoisinants ont tous un tel espace désigné comme Privately Owned Public Open Space qui est ouvert au public qui l’utilise pour des rendez-vous ou pour prendre un café (cf la photo ci-dessus). L’ami que j’y rencontre mentionne que malgré une grande diversité au sein des entreprises tech, la diversité de sujets abordés ne dépasse que rarement la technologie (sites internet, applications, etc.). Reprenons une truffe en chocolat en ce jour de la Saint Valentin (les repas sont gracieusement offerts) pour aborder le fine tuning opéré par l’entreprise dans les divers marchés à travers la planète: les Néerlandais utilisent bien différemment la plateforme en comparaison avec les Japonais (il serait irrespectueux de montrer que l’on est plus qualifié que son chef et ô sacrilège! vous pensez à changer de job?), les Indiens (version allégée pour portable) ou encore les Allemands.

L’expérience des avancées digitales se fait en permanence. Par exemple, les magasins seront-ils bientôt remplacés par des versions sans caisses comme celles d’AmazonGo? Il fallait essayer. Toutefois, l’excitation de départ laisse vite place à l’ennui, à l’instar de l’expérience de ce journaliste lors de son trajet en véhicule autonome Waymo en fin d’année passée.

Le potentiel innovant et entrepreneurial de la région est bluffant et son gigantisme nous est constamment rappelé notamment par l’annonce de tours de financement qui donnent le tournis. Durant mon séjour, Nuro, fondée il y a moins de trois ans et basée à Mountain View, a levé 940 millions de dollars du Vision Fund de Softbank alors que le service de location de trottinettes électriques Lime a annoncé lever 310 millions de dollars supplémentaires. L’addition des deux nous donnent le montant total des fonds levés par l’ensemble des startups suisses en 2018 comme nous le confirme le Swiss Venture Capital report paru en début d’année.

Votre temps d’attention aura sûrement été mis à rude épreuve: peut-être préfériez-vous une courte pause vidéo? Comme quoi la publicité dans le métro marche tout de même à la fin…

Une réponse à “San Francisco: la scène tech vue de l’intérieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *