Les 5 tendances de swissnex Boston pour 2019

Bienvenue en 2019! Cette dernière année de la décennie s’annonce déjà comme historique en termes d’innovation. Voici cinq tendances majeures sur lesquelles les yeux de l’équipe de swissnex Boston se portent:

 

  • L’éthique et la machine

 

Crédit Photo: Roberto Parada / The Atlantic

2019 s’annonce comme l’année pendant laquelle l’intelligence artificielle (IA) devient monnaie courante et s’infiltre toujours plus dans notre quotidien, aussi bien consciemment qu’inconsciemment. Bien que nous ne remarquions pas que notre liste de lecture Spotify est devenue une sélection de titres hyper personnalisée, nous pourrions choisir, de façon délibérée, de partager nos données médicales avec des applications de tiers pour des programmes d’entraînement, des moyens contraceptifs ou un menu diététique sur mesure.

 

Comme toute technologie émergente, l’IA est une arme à double tranchant. Avec des scandales grandissant autour de ses implémentations, les consommateurs font part de leurs préoccupations quant aux machines qui prennent le dessus. The Atlantic s’est demandé à propos des assistants personnels Alexa d’Amazon si ceux-ci nous mettent en danger en écoutant et en enregistrant des conversations personnelles dans un espace a priori sûr. Pendant ce temps-là, l’industrie de la tech travaille sans relâche pour humaniser cette dernière. Les assistants de Google copient les patterns des discours humains tels que les courtes pauses ou mots de remplissage. Et les designers travaillent sur des technologies faciles d’utilisation, pour les humains et à la maison, qui s’intègrent naturellement dans, par exemple, des meubles afin d’amener l’IA dans nos espaces physiques.

 

Les chercheurs, philosophes et le grand public élèvent le débat: comment les humains et l’IA peuvent-ils coexister d’une manière intelligible sans nous mettre en danger? Quel rôle doit jouer l’éthique dans l’IA? Et, d’un point de vue plus provocateur: avons-nous besoin de machines qui pensent comme les humains alors que nous sommes déjà humains nous-mêmes? Si nous copions une entité qui est imparfaite par essence, comme les êtres humains, le résultat doit-il également être imparfait par défaut?

 

  • Les drones sur le devant de la scène

 

Crédit Photo: CyPhy

En 2018, swissnex Boston s’est penché sur les possibilités ouvertes par les technologies liées aux drones; il a été constaté que les applications des UAV (Unmanned Aerial Vehicles) sont quasi illimitées. En 2019, les drones devraient continuer leur transition des laboratoires et centres de recherches vers la vie de tous les jours. L’an dernier, la Suisse est devenue le premier pays à mettre en place un système de contrôle du trafic aérien et Wing, filiale de Google, s’apprête à démarrer des essais pour un service de livraison en Finlande. Ceci sera potentiellement la première vague d’applications au sens large qui aura un rôle disruptif sur une large gamme d’industries, du commerce en ligne à la construction, en passant par les fournisseurs d’électricité. Les drones trouvent également de plus en plus d’utilisations dans les arts et les divertissements et le récent exemple du chanteur Drake qui est parti en tournée avec un spectacle de drones, on peut supposer que d’autres vont s’en inspirer.

 

  • La course vers l’espace

 

Crédit Photo: Julien Mauve

Le cinquantième anniversaire de l’alunissage d’Apollo concentrera énormément l’attention sur les voyages spatiaux en 2019. Dès les premiers jours du mois de janvier, la Chine entrait dans l’histoire en devenant la première nation à faire alunir un véhicule de l’autre côté de l’astre. D’autres pays sont aussi en passe de renforcer leurs rôles dans la course actuelle vers le deep space: l’Inde a annoncé vouloir être la première à envoyer un rover au pôle Sud de la Lune, le Japon tentera de récolter des échantillons de l’astéroïde Ryugu et le monde sera aux premières loges pour observer SpaceX lors des premiers essais de vol du vaisseau pour la planète Mars. Il est également à noter qu’un projet lunaire, uniquement financé par des privés, pour lequel l’acteur israélien SpaceIL prévoit d’envoyer une sonde, a pour but de ressusciter “l’effet Apollo”: inspirer les générations futures en Israël et autour du globe à (re-)penser différemment la science, l’ingénierie, la technologie et les mathématiques.

 

  • Espaces artistiques multi-sensoriels

 

Crédit Photo: Magic Leap

2018 a été l’année des moments (par-)fait(s) pour Instagram. Les salles d’exposition clinquantes du Museum of Ice Cream, de l’interactive Color Factory ou encore du restaurant pop-up  Egg House à New York autour du thème de l’œuf ont pris d’assaut le monde, mais aussi votre flux sur les réseaux sociaux. En 2019, la scène de l’art s’étend enfin au-delà des installations simplement photographiques et génère des expériences immersives qui stimulent tous les sens tout en déclenchant des interactions profondes. Le collectif artistique tokyoïte teamLab crée la sensation avec leurs installations “sans limites” (borderless). Un des hauts lieux de l’art situé dans l’Etat du Massachusetts, MassMoCA, reçoit l’artiste Laurie Anderson dont l’expérience de réalité virtuelle (RV) met en scène des arbres renversés ainsi que des graffitis luminescents.

 

Ces tendances dans le monde de l’art sont généralement récupérés par l’industrie de la mode. Pour le lancement de leur collaboration, H&M et Moschino se sont emparés du faible de l’humain pour l’évasion et le jeu. Les deux marques se sont associées à la startup de RV Magic Leap basée en Floride afin de créer une chaîne de télévision à 360 degrés montrant les habits exposés ainsi qu’un environnement réagissant aux visiteurs. La tendance vers ces “mondes fantaisistes” est une énorme opportunité pour les créatifs du monde entier: réimaginer le rôle du spectateur à travers une nouvelle forme de travail d’agence.

 

  • Hacking de l’ADN

 

Crédit Photo: Joey Camacho

Fin 2018, l’annonce de la prétendue première naissance de “bébés CRISPR” en Chine a créé l’émoi dans le monde scientifique. Malgré cet accomplissement sans précédent, les critiques ont rapidement pris le dessus. CRISPR est une technique de mutation génétique qui permet des modifications relativement simples de gènes et de séquences d’ADN humains. Par le passé, elle a été utilisée avec succès pour corriger des désordres génétiques.

 

Si les déclarations du scientifique chinois sont vraies, ses actions vont à l’encontre des codes éthiques en vigueur dans le monde scientifique. Il y a pléthore de bonnes raisons pour lesquelles les chercheurs se sont retenus d’appliquer CRISPR sur un embryon humain. Il est à rappeler que la mutation d’un génome ne perturbe pas seulement chacune des cellules de l’embryon mais également l’ADN des futurs descendants. En résumé: “l’ingérence génétique” pourrait avoir des conséquences sur les générations à venir; et les scientifiques ne sont pas encore certains de l’étendue de celles-ci.

 

Le cas spécifique des jumeaux CRISPR chinois ajoute néanmoins une tout autre dimension au débat. L’espoir de cette technique prometteuse est d’enrayer des maladies mortelles ou des handicaps de longue durée en “découpant” certaines protéines dans la séquence d’ADN. Dans ce cas précis, il s’agit du gène CCR5, une protéine qui favorise la propagation du virus VIH dans les cellules humaines. Le MIT Technology Review argumente qu’une telle intervention dans l’ADN humain n’est pas seulement considérée comme une prévention ou une cure pour une maladie, mais comme un avantage médical notoire. Il existe une fine ligne de démarcation entre sauver une vie humaine de longues souffrances et créer des bébés “éprouvette”. Que l’on soit pour ou contre, le “hacking” d’ADN sera un des sujets dominants les plus controversés dans le débat sociétal, scientifique et politique.

 

La version originale de l’article rédigé par swissnex Boston est à consulter ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *