Elie Barnavi : réflexions sur l’Europe

Comme cela résulte de mon blog précédent, Elie Barnavi se qualifie lui-même de « passionnément européen ». A ce titre, il sied de mentionner qu’il est le fondateur du « Musée de l’Europe » dont les premiers coprésidents furent Antoinette Spaak et Karel Van Miert.

Le lecteur trouvera ci-dessous un certain nombre de réflexions faites dans ses mémoires, « Confessions d’un bon à rien » (Grasset) à propos de l’Europe.

« L’Europe est loin d’être faite, ni son sort assuré. Il importe de donner à l’Europe une âme, c’est-à-dire une identité. C’est là qu’intervient le Musée de l’Europe. Son objectif, défini d’emblée, est aussi simple qu’ambitieux : montrer aux Européens qu’ils appartiennent à une civilisation commune, laquelle leur a fabriqué un destin commun. » (p.302)

« La question de l’identité est au cœur de la construction européenne, même si les Européens ne s’en rendent pas toujours compte. » (p.311)

« Je pense pour ma part que l’Europe a besoin de frontières poli­tiques, précises, délimitées une fois pour toutes, et que la logique de la construction européenne entamée voici près de trois quarts de siècle devrait y conduire. Je pense aussi que, dans le monde tel qu’il se dessine, l’avenir appartient plus que jamais aux poids lourds, et que seule une véritable « Europe-puissance », ce qui implique l’exercice de la puissance publique sur un territoire donné, serait en mesure de devenir un acteur significatif sur la scène internationale. Je pense aussi que le monde a besoin d’une telle Europe, à la fois modèle d’une organisation inédite et puis­sance capable de peser sur son destin. Je pense enfin que l’issue de cette querelle n’est pas affaire de vérité objective, mais d’idéo­logie – c’est-à-dire d’une vision du monde et de la capacité poli­tique de la mettre en œuvre. Cette histoire commune que je viens d’esquisser à gros traits, la plupart des Européens l’ignorent. Croyant bien faire, leurs dirigeants leur rebattent les oreilles avec la « diversité », encensée sur tous les tons, alors que c’est d’unité qu’ils devraient leur par­ler, de ce qui fait d’eux les membres d’un ensemble civilisationnel né d’un passé partagé. La diversité est un fait, que personne ne songe à nier et dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle est belle et bonne – qui, après tout, a envie de vivre dans un monde de clones? Mais c’est d’unité que les Européens ont besoin, c’est l’unité qui est la condition d’une construction politique cohérente. C’est cette unité que nous allions mettre en scène dans notre musée. » (p.312)

« Comme en feront l’expérience à leurs dépens les adversaires du Brexit une décennie plus tard, la question euro­péenne allume des passions qui divisent l’opinion en deux camps inégaux d’emblée. L’un, le camp du non, part à la bataille avec un avantage tactique considérable : il lui suffit de dire non. Il aura pour lui l’indignation facile des laissés-pour-compte, réels ou imaginés, du « système ». Il sait ce dont il ne veut pas, même s’il est incapable d’offrir un programme cohérent de ce qu’il veut et ment effrontément sur les conséquences de sa politique. L’autre, le camp du oui, est réduit à une position forcément défensive. Il sait que ce qu’il propose n’est pas parfait, et il est condamné à la nuance, à l’à-peu-près, au oui mais. Pour avoir une chance de gagner, il lui faudrait offrir du rêve, là où le quotidien nécessaire­ment terne du compromis et de la progression en crabe lui inter­dit tout triomphalisme. Dans l’affrontement entre la raison et la passion, a joliment dit le poète irlandais William Butler Yeats, The best lack all conviction, while the worst are full of passionate intensity (« les meilleurs manquent de toute conviction, les pires brûlent d’intense passion »). » (p.447)

 

Philippe Kenel

Docteur en droit, avocat en Suisse et en Belgique, Philippe Kenel est spécialisé dans la planification fiscale, successorale et patrimoniale. Social démocrate de droite, il prône l’idée d’une Suisse ouverte sachant défendre ses intérêts et place l’être humain au centre de toute réflexion. Philippe Kenel est président de la Chambre de Commerce Suisse pour la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg à Bruxelles et de la Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) en Suisse.

3 réponses à “Elie Barnavi : réflexions sur l’Europe

  1. Excellente analyse. Je suis toujours étonné que beaucoup de Suisses semblent avoir totalement oublié ce qui a amené leurs ancêtres à se réunir pour être plus forts face à des adversaires communs et sauvegarder ainsi leurs libertés d’action et leurs valeurs. Aujourd’hui, nous Européens faisont face à la même situation mais à une échelle différente évidemment dans un monde devenu beaucoup plus globalisé. Soit nous nous unissons et nous montrons solidaires les uns des autres (“Unus pro omnibus, omnes pro uno”, selon notre belle devise nationale), soit nous disparaîtrons totalement en tant qu’acteur de la scène internationale et seront vassalisés par l’une ou l’autre des grandes puissances actuelles. Le risque le plus aigu actuellement étant bien entendu de l’être par la Russie impérialiste de Poutine, qui ne s’arrêtera évidemment pas à l’Ukraine si elle gagne la partie là-bas; mais l’être même par les Etats-Unis n’est pas non plus l’avenir que je souhaite à notre continent.

  2. Je me pose deux questions: l’Europe telle que beaucoup la voient ne risque -t-elle pas, en fait, de ne jamais voir le jour? Ce qui risque de se constituer, c’est une “nation” occidentale constituée des USA, Canada et de l’Europe “occidentale” et j’oublie Australie, Nouvelle-Zélande promised au monde du Pacifique. Avec les mêmes valeurs partout? ça, je doute. Les problèmes économiques, criminalistiques demandent des réponses différenciées. La liberté, malgré ce qu’on nous jure, s’arrête vite et est différente selon les pays, voire varie dans le temps, selon l’urgence. Donc, nous avons besoin d’une constitution ou au moins de règles extrêmement intelligentes, peut-être diversifiées, encore à inventer.
    Elle est pour l’instant en rejet de la Russie… pour l’instant! (Celle-ci va-t-elle la créer sans y réfléchir?)
    Si l’on se limite à l’Europe telle qu’on la conçoit généralement, elle manque cruellement de ressources énergétiques [On ne parle que de ça, ces temps-ci, à juste titre]. Cette Europe, on peut l’affirmer haut et fort, est condamnée à l’échec, au déclin, aux divisions, à l’inexistence, tant que l’on n’a pas l’accès à la FUSION nucléaire, une énergie plus abondante, plus propre. Sine qua non!

  3. « Je pense enfin que l’issue de cette querelle n’est pas affaire de vérité objective, mais d’idéologie – c’est-à-dire d’une vision du monde et de la capacité politique de la mettre en œuvre. »

    Cher Philippe,

    Je pense que c’est là le cœur de beaucoup de problèmes de développement de l’Europe (entre autres) : penser que les idées peuvent changer le monde.

    Je pense au contraire qu’on ne peut pas changer le monde qu’avec des idées. Les idées ne sont pas à la sources des changements et des évolutions mais elle en sont une composante parmi d’autres. Une composante importante certes, mais SEULEMENT une composante.

    Les idées changent AVEC le monde.

    Vouloir croire le contraire est certes intellectuellement confortable et rassurant, mais cela amène presque forcément à l’échec et à la déception. Je peux comprendre qu’ « il faut rêver très haut pour ne pas réaliser trop bas (Alfred Capus) », mais à force d’altitude on finit par perdre de vue la vérité objective.

    Et, comme on peut le constater depuis quelques années, le réel finit toujours par se venger.

    Bien à toi.

Répondre à Olivier Caillet Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *