Le coaching, que pour les autres ?

Parler coaching en société

« Tu devrais coacher ma collègue, elle est complètement hystérique ». Extrait d’une conversation lors d’une soirée. Je viens d’indiquer que je suis coach en entreprise.

Il est fréquent que mes interlocuteurs me désignent du doigt de potentiels « clients », aux comportements extrêmes ou désespérés. La conversation peut d’ailleurs durer un moment, puisque mon interlocuteur a un nombre infini d’exemples qu’il est avide de partager : les coups bas, les crises en réunion, le manque de professionialisme. Mon interlocuteur s’agite. Quelque chose se joue, au-delà de cette collègue en particulier. Un ras-le-bol se fait sentir, une équipe se délite, un manager absent. Mon interlocuteur se fait « bouffer » par une situation pas si anodine que ça.

Idées réçues ?

D’une part dans des cas réellement extrêmes, le recours à un coach n’est pas forcément le plus approprié (on préfèrerait plutôt un médecin ou un psychothérapeute). D’autre part, les situations sont souvent plus complexes qu’il n’y parait. 

Le réflexe de penser plus volontiers aux autres qu’à soi, quand il s’agit de coaching,  est une réaction intéressante et fréquente qui témoigne d’une idée souvent biaisée de la méthode. Le réflexe de penser plus volontiers aux situations de crise plutôt qu’à la prévention et au développement personnel en entreprise, est tout aussi fréquent.

Le coaching pour tous

J’ai la conviction inverse que le coaching est bénéfique à tous. C’est une approche  pragmatique, tournée vers le futur, qui, à base de questionnements puissants permet à chacun de s’ouvrir à de nouvelles perspectives et d’avancer vers ses objectifs en se sentant soutenu (un article du Temps éclaire très bien ce qu’est le coaching, ici). 

Pour reprendre la conversation de la soirée que je viens d’évoquer, une même réalité peut recouper de nombreux besoins différents :

  • Ne pas se faire aspirer par la négativité d’une collègue,
  • Mieux gérer son stress pour soi et son entourage,
  • Ou développer sa stature de manager face à une équipe qui fonctionne mal ensemble.

Il existe autant d’objectifs possibles pour autant de collaborateurs concernés par la situation (mon interlocuteur, sa collègue, leur manager par exemple). Dans un tel cas, le coach peut intervenir en individuel sur plusieurs membres de l’équipe ou sur un seul (considéré comme prioritaire par le manager ou le département des ressources humaines). Il peut également accompagner l’équipe lors de séances de groupe. 

Souriez vous êtes coaché!

Le coaching même s’il peut intervenir dans des moments de crise, de doutes ou de transitions pas toujours évidentes est l’occasion de lever la tête du guidon et d’apprendre. Qui prend régulièrement une heure de son temps pour explorer de nouvelles approches, sortir de sa zone de confort, et se découvrir autrement ?

Dans ce blog j’aimerais ouvrir la discussion sur ce qu’est le coaching en entreprise et ce qu’il n’est pas. J’aimerais aussi vous proposer des pistes de réflexion sur certains sujets pratiques liés à la vie de bureau. Je terminerai mes articles par quelques questions pour lancer le débat ! 

Je me réjouis de vous lire en commentaires.

3 questions pour vous:

  • A quelle occasion avez-vous entendu parler de coaching pour la dernière fois ?
  • Quand on vous dit « coach », quelle image vous vient en tête en premier ?
  • Vous pensez aussi que le coaching c’est plutôt pour les autres, pourquoi ?

 

Léa Guillaumot

Léa Guillaumot

Après son Master à Sciences-Po Paris, Léa Guillaumot travaille 7 ans dans le secteur de l'impact investing et de l'aide au développement en Europe, Asie et Afrique. Ses convictions la portent vers le coaching qu'elle voit comme un outil humain et puissant pour accompagner et soutenir les professionnels dans leur cheminement.

2 réponses à “Le coaching, que pour les autres ?

  1. Je suis coach certifiée dans la fonction publique et suis très intéressée par votre approche.
    Je confirme. Ma fonction – dans le domaine du coaching- m’amène à “jouer le pompier de service” et à recevoir des personnes en difficultés voire en détresse, soit à leur demande soit à la demande de l’administration quand elle n’a plus de solutions.
    Le challenge : faire savoir que le coaching est aussi bénéfique pour ceux qui se disent bien portants!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *