Les jalons d’une société saine et respectueuse

On a certainement de la peine à le croire et pourtant. Pointer du doigt une population, discriminer une communauté ou inciter à la haine et au dénigrement d’une personne du fait de son orientation sexuelle sont autant d’attitudes qui existent toujours. Ces comportements n’ont pas leur place dans la société et il est essentiel de le rappeler, de le marteler et plus encore, de l’inscrire dans la loi. C’est notre devoir le 9 février prochain !

Il existe aujourd’hui un vide juridique dans la répression des incitations à la haine basées sur l’orientation sexuelle. Ce qui signifie qu’actuellement, toute personne qui se rend coupable de diffamation contre des personnes homosexuelles, lesbiennes ou bisexuelles, ne peut être poursuivie par la justice. Cette lacune doit être comblée sans attendre.

Compléter la disposition actuelle du code pénal et étendre la lutte contre la discrimination raciale à la lutte contre la discrimination basée sur l’orientation sexuelle est une étape indispensable. Celle qui permettra de poser les jalons d’une société saine et respectueuse.

Il va sans dire que cette norme nécessaire ne fera malheureusement pas disparaître l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie ou la transphobie. Il s’agira, au-delà du 9 février, de continuer de militer pour les droits des personnes LGBTIQ*. Cela passera naturellement, entre autres revendications, par le mariage dit pour toutes et tous.

Delphine Klopfenstein Broggini

Delphine Klopfenstein Broggini

Delphine Klopfenstein Broggini est Conseillère nationale et présidente des Vert·e·s genevois·e·s. Egalement vice-présidente de Pro Vélo Suisse, membre des comités de Pro Natura et de F-information - conseil juridique aux femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *