La prévention : un véritable levier de résilience

Depuis quelques semaines, la résilience est au cœur de toutes les discussions… celle-ci peut se traduire par différentes actions, en réponse à une situation déstabilisante qui nécessite de s’adapter pour survivre. L’innovation, la créativité et la rapidité avec laquelle nous réagissons – en tant qu’entreprise ou individu – sont des éléments déterminants de la résilience.

La période que nous avons traversée a mis en évidence le fait que l’économie et la santé fonctionnent de manière analogue : nous agissons systématiquement par réaction, une fois la crise déclarée ou la maladie diagnostiquée. L’anticipation ne semble pas être la stratégie spontanément choisie. Et pourtant… la prévention constitue un véritable levier de résilience qui, à l’avenir, pourrait nous permettre d’être prêts et de faire face à un monde qui change.

 

La résilience et la santé

L’anticipation des situations de crise constitue un avantage considérable. Dans le domaine de la santé, il s’agit de la prévention de la maladie.

Rester en bonne santé le plus longtemps possible est le souhait de tous. Cependant, nombreux sont ceux qui ne se préoccupent de leur santé que lorsqu’ils l’ont perdue, partant du principe qu’être en bonne santé est « normal » et que la maladie ne les concerne pas. A nouveau, l’action se fait avec un temps de retard et n’est autre qu’une réaction.

Depuis quelques années, la « Lifestyle medicine » ou Médecine du mode de vie fait parler d’elle en Europe. Contrairement à la médecine conventionnelle qui traite les conséquences et symptômes associés aux maladies chroniques, la médecine du mode de vie s’attaque à la cause de la maladie, autrement dit à nos habitudes de vie : alimentation inadéquate, sédentarité, consommation de tabac ou d’alcool, stress ou manque de sommeil. La médecine du mode de vie a pour objectif de prévenir, traiter voir même inverser dans certains cas les maladies chroniques, responsables de 70% de la mortalité globale, à travers la transmission de connaissances et l’acquisition de compétences dans le domaine du lifestyle.

Chaque année, les maladies chroniques tuent plus de 40 millions d’individus. Ces maladies affaiblissent le système immunitaire et augmentent le risque de contracter une infection ou un virus, tel que le corona. Dans son dernier rapport sur la situation épidémiologique en Suisse et au Lichtenstein, l’OFSP confirme que plus de 90% des individus décédés du Covid19 souffraient d’au moins une maladie préexistante, d’où la nécessité de prévenir les maladies chroniques qui nous rendent vulnérables et fragiles.

En d’autres termes, devenir résilient dans un contexte « santé » nécessite de modifier ses habitudes de vie pour renforcer son système immunitaire, augmenter sa résistance, et ainsi prévenir les maladies infectieuses et chroniques.

 

Comment y parvenir ?

Peut-être avez-vous déjà modifié certains comportements pendant cette période de confinement, en consommant des produits locaux et en profitant du temps à disposition pour les cuisiner, en réduisant votre stress associé aux déplacements grâce au télétravail, ou en faisant du sport.

Ces nouvelles bonnes habitudes ont un impact très positif sur la santé et le bien-être, et valent la peine d’être intégrées de façon permanente à notre quotidien, de mêmes que la distanciation sociale, l’hygiène des mains ou le port du masque. Ces dispositions permettront de limiter la propagation en cas de nouvelle vague ou pandémie, et de ne pas reproduire les erreurs passées.

Si tel n’est pas le cas, voici quelques modifications que vous pourrez apporter aux habitudes de vie suivantes, pour améliorer votre qualité de vie :

  • Alimentation : diminuez progressivement votre consommation de protéines animales (viande, poisson, produits laitiers, œufs) et remplacez-la par des protéines végétales (lentilles, quinoa, fèves, pois-chiches, oléagineux)
  • Activité physique : pratiquez une activité physique régulière qui vous fait du bien et qui est adaptée à votre condition physique (150 minutes par semaine selon les recommandations de l’OMS)
  • Gestion du stress : apprenez à gérer votre stress en faisant quelques exercices de respiration plusieurs fois par jour
  • Soutien social : accordez du temps de qualité à vos proches et soyez pleinement présent(e)
Enfin, une leçon supplémentaire doit être retenue à l’issue de cette crise : la lutte contre l’isolement des personnes vulnérables. Une part importante de la population a été maintenue à domicile afin de la protéger du virus. Cependant, être isolé génère un stress émotionnel permanent et augmente de 50% la probabilité de mort prématurée, d’où l’importance capitale du soutien social. La décision de tenir les personnes dites « à risque » à l’écart part d’une bonne intention. Toutefois pour certains, ne pas pouvoir entrer en contact avec ses proches est plus effrayant que la maladie elle-même. Le renforcement des liens avec les personnes fragiles, dans le respect des mesures de sécurité, pourrait être un bon moyen de protéger ceux qui nous sont chers, tout en les préservant de l’isolement et de ses conséquences délétères sur leur santé générale.
En conclusion, s’il est difficile d’anticiper l’apparition d’une nouvelle pandémie, entamer une démarche de prévention inspirée de la médecine du mode de vie est une excellente stratégie de résilience. Ces habitudes vous permettront de rester en bonne santé, d’augmenter votre résistance et de préserver vos proches.

Alexandra de Toledo

Alexandra de Toledo est pharmacienne. Elle se spécialise dans le domaine du "Lifestyle Medicine" - ou médecine du mode de vie, dont l'objectif est de prévenir, retarder voire même dans certains cas, inverser le cours des maladies chroniques (maladies non-transmissibles), responsables de 75% de la mortalité en Suisse.

8 réponses à “La prévention : un véritable levier de résilience

  1. Ce sont de bonnes idées. Il est important de se concentrer sur elle et d’éviter de commettre ces erreurs qui affaiblissent l’immunité collective de la société.
    À mon avis, nous devons contribuer à éduquer les jeunes et les écoliers pour obtenir de bons résultats futurs à cet égard.

Répondre à tassnime Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *