La Suisse entre autogoal européen, fierté de classement et passeport covid défaillant

Fin juin, l’IMD annonce, via son classement mondial de la compétitivité, que la Suisse prend la première place du podium pour l’année 2021. Allez hop, une petite tape sur l’épaule! Peu avant, la Commission Européenne publie son “tableau” d’innovation régionale 2021 où, roulement de tambour, la Suisse sort derechef première. Deuxième tape sur l’épaule, on les roulerait presque!

A n’en pas douter, on associe souvent des points forts à la Suisse tels que les relèvent les instances européennes: systèmes de recherche attractifs, ressources humaines et actifs intellectuels. Les trois meilleurs indicateurs sont notamment les co-publications scientifiques internationales, les doctorants étrangers et la formation continue. Parmi les autres indicateurs figurent notamment les publications scientifiques parmi les 10% les plus citées, les co-publications du secteur public-privé, les applications de design, l’emploi dans les PME innovantes et même les émissions atmosphériques de particules fines. On peut donc se permettre de faire le coq devant nos voisins avec un score de plus de 44% au-dessus de la moyenne européenne.

Et pourtant, comme le relevait Le Temps à la suite de l’abandon des négociations sur l’accord-cadre avec l’UE, notre chère île au milieu du continent se voit désormais exclue de la neuvième édition des programmes-cadres de recherche Horizon Europe qui représentent pas mois de 35% (TRENTE-CINQ POUR CENT) des fonds dont bénéficient les projets scientifiques helvètes. La réponse de nos chères autorités: on financera. Peut-on en être si certain alors que le verbe économiser est érigé en maître au Parlement, comme le démontrait Fathi Derder dans son livre? L’argent ne fait pas tout et l’on ne rattrape pas si aisément un handicap que l’on s’afflige à coups de millions.

Exemple criant en ces temps de crise, la Suisse qui savait depuis longtemps qu’elle avait à se préparer pour mettre en place un passeport covid électronique, accouche d’une mise en œuvre défaillante, le passeport européen n’étant pas compatible avec l’application développé par nos autorités estimées. Pour ne citer que l’exemple d’un acteur genevois de la culture: “Nous y avons cru. Après l’annonce du Conseil Fédéral la semaine passée, nous avons même planifié notre retour sur le devant de la scène. Malheureusement, la mise en place désastreuse du passeport Covid nous a mis face à une tout autre réalité sur le terrain et c’est le cœur gros, mais avec la certitude d’avoir pris la bonne décision, que nous renonçons finalement à ouvrir le club ce week-end.”

Alors que la Suisse a beau briller face aux Bleus et être pays hôte des grands présidents de ce monde, son ambassadeur Nicolas Bideau a de quoi être grisé au micro de la radio quant à l’image du pays cent fois relayée ces derniers temps. Cela étant dit, nos auto-goals géopolitiques ont de quoi nous faire ramer dans les années à venir. Rassurons-nous, nos sept sages sont actuellement en course d’école

 

3 réponses à “La Suisse entre autogoal européen, fierté de classement et passeport covid défaillant

  1. Je trouvais ce jeune homme sympathique et intelligent, mais là je suis tenté de changer d’avis.

    En fait c’est un plat eurolâtre. Il accorde de l’importance aux mesquines rétorsions de l’UE. Il les accepte sans protester. Il considère Fathi Derder comme quelqu’un de sérieux. Ca c’est grave. Et le plus grave, c’est que non seulement il ne dénonce pas le certificat Covid pour ce qu’il est, c’est à dire une brimade insupportable, liberticide, visant à contraindre les gens à servir de cobayes pour le plus grand racket de la mafia Pharma, mais aussi à nous transformer tous en bétail de boucherie tracé et QR codé par Big Brother, et il va même jusqu’à dire que nous devrions aller encore plus loin en copiant les décisions de l’UE en la matière, qui sont révoltantes.

    Aucun réflexe de défense de la liberté, rien, aucune dignité ni attachement à l’indépendance de la Suisse, ni esprit critique devant les évidents mensonges du pouvoir mondialiste, cybertraceur, policier, great resetter, inhumain, applatissement servile devant le projet totalitaire qui se met en place et qui veut installer, un monde de cauchemar, un enfer sur terre.

    C’est atterrant qu’il n’ait pas en lui une petite voix qui lui dise: attention danger, ils sont devenus fous !

    Il faut vous reprendre mon garçon.

    Je ne peux pas croire que ce soit vraiment vous qui parlez et pensez ainsi. À mon avis, vous êtes sous influence, quasiment sous hypnose.

    Cessez donc de répéter servilement comme un perroquet n’importe quelle ânerie conformiste qui circule à l’EPFL ou à l’IMD.

    1. @AFFLIGEANT: Serait-il possible de garder un minimum de décence et politesse dans ce qui devrait rester un débat entre personnes policées? Merci d’avance! D’autant plus que de tels propos disqualifient d’office le fond du commentaire; à “affligeant”, “affligeant et demi”!

      1. Merci pour la leçon de morale, Keltoï.

        Ceci dit, pour monsieur Labouchère, je vous suis un peu rentré dans le cadre, c’est vrai. (Et vous avez eu l’intelligence de publier mon coup de griffe). Mais vous avez bien senti que ce n’était pas méchant. Je voulais juste vous faire sentir que certains jugements convenus que vous énoncez sur le ton de l’évidence, parce que ce sont des impensés dans le milieu que vous fréquentez actuellement (EPFL etc…) heurtent frontalement beaucoup de gens qui sont réfractaires à cette idéologie mondialiste. En plus, ce sont des inepties. J’ai juste voulu vous confronter à cette réalité. Qui aime bien châtie bien.

        Pour ma part je suis convaincu que vous reviendrez de vos illusions avec l’âge et que vous redeviendrez un patriote.

Répondre à Keltoi Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *