La Suisse entre autogoal européen, fierté de classement et passeport covid défaillant

Fin juin, l’IMD annonce, via son classement mondial de la compétitivité, que la Suisse prend la première place du podium pour l’année 2021. Allez hop, une petite tape sur l’épaule! Peu avant, la Commission Européenne publie son “tableau” d’innovation régionale 2021 où, roulement de tambour, la Suisse sort derechef première. Deuxième tape sur l’épaule, on les roulerait presque!

A n’en pas douter, on associe souvent des points forts à la Suisse tels que les relèvent les instances européennes: systèmes de recherche attractifs, ressources humaines et actifs intellectuels. Les trois meilleurs indicateurs sont notamment les co-publications scientifiques internationales, les doctorants étrangers et la formation continue. Parmi les autres indicateurs figurent notamment les publications scientifiques parmi les 10% les plus citées, les co-publications du secteur public-privé, les applications de design, l’emploi dans les PME innovantes et même les émissions atmosphériques de particules fines. On peut donc se permettre de faire le coq devant nos voisins avec un score de plus de 44% au-dessus de la moyenne européenne.

Et pourtant, comme le relevait Le Temps à la suite de l’abandon des négociations sur l’accord-cadre avec l’UE, notre chère île au milieu du continent se voit désormais exclue de la neuvième édition des programmes-cadres de recherche Horizon Europe qui représentent pas mois de 35% (TRENTE-CINQ POUR CENT) des fonds dont bénéficient les projets scientifiques helvètes. La réponse de nos chères autorités: on financera. Peut-on en être si certain alors que le verbe économiser est érigé en maître au Parlement, comme le démontrait Fathi Derder dans son livre? L’argent ne fait pas tout et l’on ne rattrape pas si aisément un handicap que l’on s’afflige à coups de millions.

Exemple criant en ces temps de crise, la Suisse qui savait depuis longtemps qu’elle avait à se préparer pour mettre en place un passeport covid électronique, accouche d’une mise en œuvre défaillante, le passeport européen n’étant pas compatible avec l’application développé par nos autorités estimées. Pour ne citer que l’exemple d’un acteur genevois de la culture: “Nous y avons cru. Après l’annonce du Conseil Fédéral la semaine passée, nous avons même planifié notre retour sur le devant de la scène. Malheureusement, la mise en place désastreuse du passeport Covid nous a mis face à une tout autre réalité sur le terrain et c’est le cœur gros, mais avec la certitude d’avoir pris la bonne décision, que nous renonçons finalement à ouvrir le club ce week-end.”

Alors que la Suisse a beau briller face aux Bleus et être pays hôte des grands présidents de ce monde, son ambassadeur Nicolas Bideau a de quoi être grisé au micro de la radio quant à l’image du pays cent fois relayée ces derniers temps. Cela étant dit, nos auto-goals géopolitiques ont de quoi nous faire ramer dans les années à venir. Rassurons-nous, nos sept sages sont actuellement en course d’école

 

Le Léman, la voile et ses innovations

A défaut du “Bol d’Air” 2020, le Bol d’Or 2021 aura bel et bien lieu le week-end prochain. Le monde de la voile romand étant en ébullition, c’est l’occasion de revenir sur une vague d’innovations dans ce secteur d’activité, dont de nombreuses premières en Suisse et sur le Léman.

 

Bateaux

  • Monocoques

 

    • Après la guerre, Hermann Egger développe, aux abord du Lac de Neuchâtel, des bateaux dont la réputation traversera les frontières. Marcel Bich (famille des stylos BIC) le mandatera pour aller affronter les Américains et tenter de ravir leur Coupe éponyme grâce à une collaboration franco-suisse.
    • Le Toucan règne en maître incontesté sur le Bol d’Or dans les années 70. Il marque les débuts des bateaux spécialement conçus pour le Léman, alliant légèreté et lestage optimum.
    • Le QFX fait son entrée – ou grand retour pour certains – en ayant pris part au Genève-Rolle-Genève samedi dernier grâce au développement sans relâche de Thomas Jundt. Une “bombe” légère et polyvalent.

 

  • Multicoques

Au début des années 1980, le navigateur Philippe Stern développe les bateaux multicoques (catamaran ou trimaran) qui prennent rapidement le dessus sur les traditionnels monocoques. Quelques années plus tard, leur succès est tel qu’ils poussent notamment les organisateurs du Bol d’Or à créer des catégories pour permettre aux bateaux de même grandeurs de se mesurer entre eux.

 

© Alinghi.com
    • Financé par Ernesto Bertarelli, Alinghi 41, dit “Le Black”, sera la fusée des premières années de l’an 2000! Son prix exorbitant (on parle de CHF 2mio) sera rédhibitoire pour de nombreux marins voulant le concurrencer au Bol d’Or.
    • Lors de l’édition 2004 du Bol d’Or, une idée germe dans la tête du concepteur naval Christian Favre qui, en un an, arrivera à développer les Ventilo M2 dont un terminera au pied du podium l’année suivante. Douze petits mois pour passer de la pensée à un tel résultat de course ou comment passer de l’irréalisable au possible.
    • Purs produit des Ateliers Décision de Bertrand Cardis, les catamarans D35 (pour 35 pieds) s’imposent rapidement comme les bateaux monotype grâce à l’entente des propriétaires qui se mettent d’accord pour lancer cette série de multicoques contrôlée (une façon d’avoir plusieurs équipages au même pied d’égalité en termes de bateaux).
    • L’Hydroptère est un véritable bateau laboratoire, conçu par le bureau Hydros Innovation et soutenu financièrement par Thierry Lombard, bat tous les records de vitesse. Ses concepteurs ont véritablement l’efficacité énergétique en tête.

 

    • Foil
@ La Côte

Cette technologie d’ailette permet aux bateaux de réduire la friction avec l’eau en survolant le plan d’eau. Christian Favre et Jean Psarofaghis se sont notamment associés pour lancer V2 Factory qui a conceptualisé des foils révolutionnaires. Avant eux, le π28 a largement contribué à la recherche et développement, particulièrement au niveau de son gréement. En 2018, le Monofoil Gonet allie innovation technique sur monocoque et facilité d’utilisation. Les TF35 sont les derniers nés sur le Léman, les petits frères des D35 qui ont gagné tant des dernières éditions du Bol d’Or, intégrant la technologie des foils.

 

 

Voiles

  • Aile rigide construite par le légendaire Philippe Durr en 1992 pour Altaïr XII de Philippe Stern et qui équipera les bateaux de la Coupe de l’America vingt ans plus tard.
  • La technologie 3DL (“three dimensional laminated”) est un processus qui permet de mouler les voiles sur une plaque modèle. Elle a été imaginée par le voilier suisse Jean-Pierre Baudet.
  • Prototypées en 2015, les voiles gonflables d’Edouard Kessi (Inflated Wing Sails IWS) offrent une grande flexibilité dans son utilisation et un confort de voile accru selon ses concepteurs.

 

Mât

  • L’aluminium s’invite dans la fabrication des mâts par Albert Coeudevez, notamment pour Eric Tabarly, afin d’augmenter leur solidité et leur sécurité.
  • Premier mât en carbone du monde pensé (1984), dessiné et réalisé par Christian Favre sur les rives du Léman. Le résultat ne s’est pas fait attendre avec une victoire du Bol d’Or en 1985 d’Altaïr XI de Philippe Stern.
  • Premier mât en “L” en 1992 qui sert de support aux voiles dites à corne et qui sera également mis en œuvre sur les bateaux de la Coupe de l’America.

 

Matériaux

Alors que le carbone continue de renforcer er d’alléger des pièces, Edouard Kessi et son acolyte Gérard Gautier développent la TPT (Thin Ply Technology): un procédé de fabrication de membranes composites filamentaires rigides de haute résistance, issu de la technologie des voiles 3Di, qui permet de répartir des filaments de carbone ultrafins dans les directions exactes des efforts. La résine contenue dans la préparation du pré-imprégné (“prepreg”) vient les stabiliser au terme d’une étape de thermodurcissement. On peut également citer MB Composite, entreprise créée par Mathias Bavaud qui navigue sur plusieurs domaines pour faire parler son expertise dans une foule de domaines, pas seulement celui du nautisme.

 

Rodolphe Gautier, président du comité d’organisation du Bol d’Or Mirabaud, l’avoue: “Aujourd’hui, avec les nouveaux matériaux, on ne peut plus fonctionner de manière simplement empirique en testant les choses. Pour arriver à une nouveauté, il faut beaucoup de calculs, de tests et, forcément, cela coûte très cher et cela prend du temps à mettre au point.” Le bassin lémanique a l’énorme avantage de combiner de fantastiques innovateurs ainsi que des mécènes, eux-mêmes férus de voile et entrepreneurs dans l’âme, qui permettent le développement de telles innovations grâce à un financement considérable.

 

Le Léman, ce magnifique laboratoire aux multiples paramètres complexes et conditions rapidement fluctuantes, continuera d’inspirer les navigateurs passionnés qui, à l’instar de leurs homologues guides de montagne, ne cesseront d’innover pour atteindre de nouveaux sommets.

 

 

Sources: Magazine skippers voile & océan, Le Temps interactif, www.notrehistoire.ch (collaboration RTS)

Ecosystème startups: une offre trop abondante?

«Il me faudrait engager un stagiaire pour passer en revue toutes ces sollicitations!» s’exclamait derrière moi un CEO de startup alors que j’assistais à la dernière édition des Swiss Startup Days. Mais que voulait-il dire par-là?

 

Petit tour d’horizon

 

Un petite mise en perspective est ici de mise. Il n’y a pas photo: l’écosystème des startups en Suisse ne cesse de gagner en maturité. Plusieurs éléments viennent étayer ce propos:

 

  • entre 2013 et 2018, les jeunes pousses installées sur le territoire ont quasiment triplé le capital qu’elles ont levé pour atteindre plus de 1.2mia; les tours de financement gagnent également en importance. Cette activité n’échappe pas aux Echos.
  • On note aussi des rachats et des participations conséquents à tous niveaux et dans toutes les industries, tels qu’Actelion par Johnson & Johnson, Darix par Bullard, Symetis par Boston Scientific, Autoform par Astorg, et j’en passe. La liste ne se veut pas exhaustive mais souligne que le terreau helvète est propice à satisfaire les appétits d’acteurs majeurs internationaux (ne pas s’en cacher!).
  • Entre 2002 et 2018, le nombre de startups fondées par année a quadruplé pour atteindre environ 300. Les cantons de Zurich et Vaud arrivent en tête, notamment grâce aux deux écoles polytechniques fédérales.

 

A n’en pas douter, c’est dans l’entrepreneuriat dans l’innovation trouve ici sa suite logique et un engouement nécessaire pour son envol. On observe une plus grande fluidité dans le processus from lab to market: la technologie concrétise tout d’abord une idée et se transforme ensuite en une offre qui intéresse le marché. Il faut prendre garde à ne pas pécher par orgueil et se concentrer sur le market fit. C’est d’ailleurs la première des raisons identifiée par CB Insights pour lesquelles les startups mettent la clé sous la porte: le marché ne veut pas ou n’a pas besoin de ce que la startup lui propose. A ce titre, un journaliste scientifique de Cambridge au Massachusetts le soulevait: “Too many engineers focus on what they have developed [during their studies] but the market doesn’t want technology [per se], it wants a value proposition.

 

Un écosystème amené à se renforcer

 

Cette vague d’intérêt pour la voie entrepreneuriale a aussi un effet sur l’écosystème en général: on assiste à une sorte de sur-offre pour toute personne qui voudrait se lancer (parfois atteinte du virus du wantrepreneur dont les symptômes sont caractérisés par un éblouissement du hype de la start-up et l’engagement pas toujours raisonné dans une carrière entrepreneuriale). On ne compte plus la myriade de concours, de programmes de soutien, de séances de coaching, de compétitions de pitchs, de prix, de classements à intégrer, de cursus à rejoindre (p.ex. accélérateurs, academy, etc.), de subventions à fonds perdus (étatiques ou non), de prêts à taux nul, etc.

 

Il ne s’agit pas là de se faire juge ou bourreau de toutes ces initiatives qui sont le fruit d’intentions extrêmement louables. D’immenses labeurs et batailles ont dû être menés pour les lancer. Il est incontestable que plusieurs d’entre elles amènent une valeur importante aux startups et les aident à prendre leur envol. Aussi, d’un point de vue purement marketing et relations publiques, elles favorisent l’émergence d’une culture startup en Suisse, ce qui fait positivement évoluer les mentalités. Enfin, toutes ces possibilités densifient le tissus dans lequel vont germer les jeunes entreprises.

 

Cependant, ne serait-il pas temps de passer à la prochaine étape? Comme dans tout système en constante évolution, ne faudrait-il pas se concentrer sur un nombre plus restreint d’initiatives et préférer les renforcer d’une manière stratégique, afin d’éviter un environnement où il est parfois difficile de s’y retrouver? Comme le diraient les Américains: «it is difficult to navigate the fog of opportunities.» A ne plus savoir où donner de la tête et à trop vouloir lancer sa propre initiative, on néglige la qualité de l’offre, mais également des participants qui ont tout simplement plus d’opportunités pour solliciter une aide quelle qu’elle soit. On a l’impression d’assister à une forme “d’auto-entretien” du système à coup d’encouragements à la portée de tout un chacun.

 

Voici quelques pistes et suggestions:

 

  1. éviter de créer ou d’entretenir une compétition entre structures: davantage de ressources seront disponibles pour l’investissement dans les projets, au lieu de faire du marketing
  2. Clairement différencier son offre: cela évitera le sentiment de same but different.
  3. A petit pays, un nombre adéquat d’initiatives: la Suisse n’a pas la taille critique pour leur multiplication. On retrouve souvent les mêmes projets (régulièrement ou forcément sélectionnés) et les mêmes jurés.
  4. Diversifier ses membres de jurys: les jurés sont très sollicités et sont souvent les mêmes, parfois peu spécialisés pour juger objectivement une technologie et un modèle d’affaire précis.
  5. Prendre garde aux conflits d’intérêts: certaines initiatives se créent uniquement pour positionner une institution ou une industrie plutôt que de soutenir les start-ups.
  6. Concentrer les financements pour augmenter leur impact: l’effet n’est-il pas plus important lorsque l’on donne CHF 500’000.- à une start-up particulièrement prometteuse, plutôt que dix fois CHF 50’000.- à des projets sélectionnés à la va-vite? Au niveau du coaching, ne vaudrait-il pas mieux un ou deux coaches spécialisés suivant de près une start-up, plutôt qu’une dizaine de personnes de tous horizons lui consacrant chacune une ou deux heures? Trop de points de vue et de conseils – même avisés – peuvent apporter un sentiment d’embrouillamini.

 

Une dynamique à cibler

 

Un clair engouement pour les start-ups se fait entendre, des écoles polytechniques au parlement, des parcs de l’innovation aux accélérateurs, des bancs d’universités aux communes. On entend souvent que le système suisse offre une forme de perfusion aux start-ups, à qui on ne dit pas assez la vérité en face. A ce petit jeu, les Etats-Unis sont beaucoup plus directs et donnent à qui veut bien l’entendre un unfiltered feedback, dont le seul but est de pointer du doigt les faiblesses d’une idée afin de lui donner toutes les chances de réussir. Quand on sait qu’une infime minorité des start-ups ne survit, il est nécessaire d’éviter de prolonger leur agonie et d’être plus critique. La qualité de l’écosystème ainsi que de ses acteurs ne s’en trouvera que renforcée.