Les applaudissements ne suffiront pas   

Depuis plusieurs soirs, les infirmières et infirmiers et tout le personnel soignant et au chevet des malades (hôpitaux publics, soins à domicile, homes pour personnes âgées, etc.) sont applaudis depuis nos balcons. C’est peut-être un parent, la mère du camarade de notre petit dernier, un voisin ou encore une amie d’enfance, qui est en première ligne pour faire face au Coronavirus. Des personnes qui exercent le plus souvent ces métiers davantage par vocation que par appât du gain. Au contraire même, le personnel soignant subit depuis plusieurs années la politique des mesures d’économie aux échelons fédéral et cantonal, souvent au profit du secteur privé. Toujours moins d’Etat alors qu’aujourd’hui ce sont principalement les services publics qui assument…

Saviez-vous qu’il y a encore quelques jours, l’ensemble du personnel hospitalier et donc les personnes travaillant en contact direct avec les malades atteints du coronavirus pouvaient aller jusqu’à 60 heures hebdomadaires ? Mais avec les décisions du Conseil fédéral de la semaine dernière, cela va encore plus loin. Le personnel hospitalier n’est plus protégé par la loi qui limite la durée du travail et qui garantit des temps de repos. Une vocation écrivais-je en préambule. Encore plus en cas de crise ! Un travail héroïque, mais un travail souvent à la limite de la rupture. C’est pourquoi les mesures prises dans le cadre de la crise ne doivent pas être un prétexte pour généraliser à terme cette situation. Ceci alors qu’une réelle valorisation de ces professions, majoritairement féminines, doit avoir lieu. La pénurie dans ce secteur nous guette, c’est pourquoi de meilleurs salaires, des meilleures conditions de travail et des moyens dans la formation doivent être investis à futur.

Car si le personnel de la santé est sous pression, ce n’est pas uniquement de la faute au Coronavirus : la logique néolibérale est aussi passée par là. Et l’action du Conseil fédéral le démontre bien. Le Coronavirus est bel et bien présent, les mesures prises – certes pour le bien de la population- servent aussi à permettre que notre système de santé public puisse absorber une telle pandémie sans saturer. Un système dans lequel on a diminué le nombre de lits de soins intensifs et dont on a baissé les budgets depuis plus de 20 ans.

Et si le « confinement » est nécessaire, c’est peut-être aussi parce ce que nous manquions de matériel (tel que les masques ou tests de dépistage) pour mettre en œuvre d’autres solutions. Des économies ont-elles également eu lieu dans ce domaine ? Les réponses viendront plus tard.

Mais une chose est sûre, même si les mesures de confinement sont évidemment pour le bien de le population suisse, nous ne pouvons que remarquer qu’elles sont limitées car le gouvernement essaie de préserver l’économie suisse. D’un côté, pour le personnel hospitalier, le Conseil fédéral suspend les dispositions de la loi sur le travail relatives au temps de travail et de repos, alors que d’un autre côté, il peine à prendre des mesures pour suspendre l’économie comme le Tessin a eu le courage de prendre (en se faisant rabrouer, d’ailleurs). La fermeture de toutes les industries et chantiers « non essentiels » est une nécessité, d’une part pour réduire le risque d’infection et qui permettrait de soulager le personnel soignant et d’autre part, si la Confédération devait qualifier d’« illégale » cette décision tessinoise, les usines fermées ne pourraient pas demander de compensation financière.

A l’évidence, à l’issue de cette crise, il sera grandement nécessaire d’évaluer l’impact sur la gestion de la pandémie des mesures d’économie faites dans notre système de santé. Le Coronavirus a bon dos, mais le mise sous pression n’est pas simplement et purement due aux mesures pour enrayer sa propagation. Un bilan sera inévitable, mais avant cela, il est nécessaire que le Conseil fédéral ait une discussion avec les partenaires sociaux pour que toutes et tous les travailleuses et travailleurs soient également protégé.e.s et que le personnel soignant se sente soutenu dans son effort.

J’étais convaincue avant la crise que notre système devait changer. Ceci pour atteindre un fonctionnement de société durable. J’en reste convaincue. Cet épisode sera peut-être le détonateur ou peut-être pas. Mais une chose est certaine : pour que notre société soit plus durable, nous devons aussi et enfin valoriser le travail du personnel soignant. Un travail tout simplement vital auquel je dis MERCI !

 

Martine Docourt

Martine Docourt

Députée au Grand Conseil neuchâtelois depuis 2009, Martine Docourt a présidé le groupe socialiste durant la dernière législature. Depuis 2017, elle copréside les Femmes* socialistes suisses. En tant que géologue de l’environnement, elle a eu plusieurs expériences dans l’administration publique cantonale et fédérale. Elle vit à Neuchâtel avec ses deux jeunes enfants et son mari.

2 réponses à “Les applaudissements ne suffiront pas   

  1. Dans les reportages sur les soins pendant cette crise notamment en réanimation l’impression est que cela ressemble à de la plomberie.
    En attendant des robots cela valorise le travail manuel et la maitrise de gestes de précaution.

  2. Puisque ni la leçon , ni les décisions évoquées lors de la dernière épidémie n’ont pas déployé d’effets durables, je doute que le diktat financier fasse à nouveau capoter les promesses qui vont suivre.

Répondre à gindrat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *