Santé et environnement : couple maudit ?

Les primes-maladie sont au centre des préoccupations des habitant-e-s de notre pays [1]. Pas étonnant lorsque l’on sait qu’elles augmentent chaque année. Pas étonnant, vu le poids qu’elles ont pris dans le budget des ménages. Parler de la LAMAL n’est pas gage de joie, le système étant bien malade, alors que celui-ci devait être solidaire.

Quel constat pour ce pays qui se dit si riche et qui, de fait, l’est ! Triste résultat d’un démantèlement qu’on doit notamment aux assureurs et au manque de transparence du système.

 

Cela doit changer. Notre regard sur le système de santé doit bouger. Mais également prendre en compte un élément essentiel : l’effet de l’environnement sur la santé. Quoi de plus légitime que de s’occuper de la transition écologique pour éviter l’impact de substances toxiques sur la santé ? On évoque à demi-mot, mais de plus en plus distinctement, l’impact de certaines substances dont on sait qu’elles charrient des cancers, des attaques neurologiques, changements hormonaux et d’autres maux. L’Homme et sa créativité sans borne serait-il un ennemi pour l’homme ? Et pour la femme ?

 

L’inaction des majorités politiques actuelles n’est pas défendable. Pire : elle est honteuse. Elle doit changer. Les majorités politiques doivent changer.

 

En 2016, Philippe Grandjean, professeur à Harvard de médecine environnementale, tirait la sonnette d’alarme à propos des effets de produits chimiques comme le mercure, le plomb ou les pesticides sur le développement du cerveau[2]. Des effets sur les bébés. Sur les fœtus. Ce ne sont pas les mères qui sont coupables, mais bien l’environnement dans lequel elles donnent la vie.

 

Grandjean rappelle : un enfant sur six souffre d’une anomalie du développement neurologique. Une personne sur huit souffre de déficit de l’attention. Des situations qui coûtent à notre société. Des situations qui, bien qu’en augmentation, ne défrisent pas les majorités bourgeoises qui continuent d’appliquer des mesures d’économie présentées comme incontournables.

 

Ceci alors qu’en 2015 déjà, les coûts sanitaires des perturbateurs endocriniens sur la société européenne étaient estimés au minimum à 150 milliards d’euros[3]. A quand en Suisse de réelles études de ce type ? Avons-nous peur des résultats ?

 

Dans ce contexte d’urgence et de solutions existantes, le Conseil fédéral préfère camper sur ses positions : il vient de rejeter les initiatives pour « Une Suisse libre en pesticides de synthèse[4] » et « Pour une eau potable propre et une alimentation saine[5] » sans contre-projet[6][7].

 

Une avancée est toutefois perceptible à la lecture de la révision proposée par le Conseil fédéral qui permettrait d’abaisser les valeurs d’assainissement notamment pour le plomb et les hydrocarbures polycycliques dans les sols en lien avec un site pollué lorsque des enfants jouent régulièrement sur ces surfaces[8].  Une mesure sanitaire pour se mettre au niveau des pays européens et répondre aux évaluations toxicologiques. Mais encore faut-il que les organes consultés fassent une réelle pesée d’intérêts qui tienne compte de la santé des enfants, des coûts engendrés par ces substances sur ces derniers et non pas que des coûts de mise en œuvre technique.

 

Alors à quand une réelle politique qui associe santé et environnement ou coûts pour la préservation de l’environnement et coûts de la santé en lien avec les effets néfastes de l’environnement ? La réponse est simple, lorsque les majorités politiques actuelles basculeront ET que les lobbys de l’industrie chimique perdront leur poids. Mais l’un ne va-t-il pas sans l’autre ?

 

[1]https://www.rts.ch/info/suisse/10221359-verts-et-vert-liberaux-ont-le-vent-en-poupe-selon-le-barometre-ssr.html

[2]https://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/03/21/l_4887175_1650684.html

 

[3]https://www.novethic.fr/actualite/environnement/sante-environnementale/isr-rse/perturbateurs-endocriniens-un-cout-d-au-moins-150-milliards-d-euros-pour-l-europe-143135.html

 

[4]https://lebenstattgift.ch/fr

 

[5]https://www.initiative-sauberes-trinkwasser.ch/fr/

 

[6]https://www.tdg.ch/suisse/pesticides-synthese-cf-rejette-initiative/story/20329939

 

[7]https://www.letemps.ch/suisse/conseil-federal-rejette-linterdiction-pesticides-synthese

 

[8]https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/sites-contamines/droit/auditions.html