La suisse romande pourrait devenir le laboratoire du paysage médiatique de demain

En matière de paysage médiatique romand, il y a un seul consensus: cela ne peut pas continuer ainsi.

Le paysage médiatique romand est dans la tempête, et rien n’indique que les vents vont baisser. Après des années où les tendances qui le malmènent ne cessent de se renforcer, il est aujourd’hui proche de l’implosion. Dans le débat que l’on observe aujourd’hui, on peut répertorier, en vrac et sans jugement, les constats suivants:

  • La numérisation de l’information entraîne des coûts supplémentaires, sans forcément réduire la part des coûts papier.
  • La numérisation amène un foisonnement de canaux, de contenus, notamment d’archives (combien d’articles qui ne sont plus du jour lisez-vous quotidiennement?) accessibles facilement, autrement dit une concurrence interne exacerbée.
  • Les consommateurs veulent choisir leurs infos, et souhaitent payer uniquement pour cela (on ne s’abonne plus à un journal, mais on achète un certain nombres d’articles intéressants pour un prix X).
  • L’information est paradoxalement à la fois considérée comme un bien de consommation et un droit pour lequel on ne devrait pas devoir payer.
  • L’avènement des médias sociaux n’a pas seulement ouvert une nouvelle ère de la liberté d’expression, mais il a fait émerger en marge du débat public une jungle d’individus et de groupes qui ne se comprennent plus, et hurlent en choeur pour éloigner les avis différents.
  • Les frontières entre les disciplines journalistiques traditionnelles s’estompent de plus en plus (écrit – audio – visuel) (information/actualités – reportage/documentaire – divertissement, …).
  • Les plateformes informatiques et les réseaux sociaux permettent de suivre les médias de tous les cantons, sans plus nécessairement avoir besoin d’un média supracantonal romand.
  • Les sources traditionnelles de revenus (annonces notamment) ne financent plus la production journalistique.
  • Les propriétaires et éditeurs des grands journaux ont perdu le lien avec la suisse romande, et leur raisonnement est essentiellement économique.
  • Les médias n’ont plus le monopole de la transmission de l’info, tout un chacun peut utiliser Facebook, Twitter, Periscope, ou son blog pour s’adresser sans filtre et directement à son public.
  • Le média bashing est un sport populaire de plus en plus en vogue à tous les étages de nos démocraties.
  • Nombre de canaux diffusent de l’information sans appliquer les règles de déontologie du journalisme (par exemple la Déclaration des devoirs et des droits du/de la journaliste (PDF) du Conseil suisse de la presse), ce qui décrédibilise l’ensemble de la branche.
  • L’incertitude reste quand au financement et aux missions de la SSR (Nouvelle concession SSR, initiative populaire fédérale ‘Oui à la suppression des redevances radio et télévision (suppression des redevances Billag).

Nous sommes tous d’accord sur le fond

La question n’est pas aujourd’hui  de savoir s’il fallait sauver l’hebdo (qui a fait son temps) ou comment sauver Le Temps (nombre de personnes compétentes s’activent sur le sujet), mais bien : comment mettre en place les conditions cadres favorables à un paysage médiatique romand de qualité?

Sur l’utilité et la mission des médias, on peut probablement se mettre d’accord, par exemple en reprenant l’alinea 2 de l’article 93 « Radio et télévision » de la Constitution fédérale, et en remplaçant radio et télévision par acteurs médiatiques.

Art. 93 Radio et télévision

2 La radio et la télévision contribuent à la formation et au développement culturel, à la libre formation de l’opinion et au divertissement. Elles prennent en considération les particularités du pays et les besoins des cantons. Elles présentent les événements de manière fidèle et reflètent équitablement la diversité des opinions.

Oui, mais qui peut résoudre ce défi?


Les médias eux-mêmes ? Malheureusement pas.

Aucun acteur n’est capable aujourd’hui de résoudre ce défi seul, et surtout pas les médias eux-mêmes. Il leur manque le rôle qu’eux jouent pour les autres branches. Quelqu’un qui éclaire, qui met en perspective, qui aiguillonne, qui questionne et qui donne la parole. De la même manière qu’un médecin ne peut se soigner lui-même, la presse et les médias dans leur ensemble sont démunis.

Sans compter un autre aspect moins reluisant, qui est aujourd’hui occulté par la solidarité autour de la disparition de l’Hebdo et la situation au Temps. Dans ce microcosme, la concurrence est rude, les critiques fortes, les langues fourchues, mais rarement sur le devant de la scène. Si un journaliste se permettait de critiquer la politique d’un autre titre, ou l’article d’un collègue, ce ne serait pas considéré comme une critique constructive mais comme l’attaque déloyale d’un concurrent; pour certains, ce serait leur carrière qui pourrait en pâtir, le nombre d’employeurs dans la branche étant restreint. Bref, l’omerta règne et comme on l’a connu dans la médecine, la culture de l’erreur est peu développée, ce qui fragilise l’esprit d’innovation.

Autre raison qui n’aide pas : pour beaucoup, le métier de journaliste n’est pas comparable à un autre, et la haute mission qu’ils ont rend la remise en question plus difficile. On connaît ces phénomènes au sein d’autres corporations comme la santé, la police ou l’éducation.

Les médias sont au cœur de la solution. Mais ils ne la trouveront pas seuls, ni ne pourront la mettre en œuvre seuls.


La politique ? Non.

On touche là à un aspect central de la séparation des rôles entre pouvoirs dans une démocratie. Même les politiciens à l’éthique la plus forte, verront toujours les médias comme un canal privilégié vers leurs électeurs.

De même, un journal qui a le soutien d’un politique perd une partie de sa liberté.

La politique à un rôle essentiel à jouer pour mettre en place les conditions cadres nécessaires, elle doit participer au débat mais elle ne peut pas le mener seule.


Un mécène, une fondation ou un club autoproclamé ? Non plus

On a beaucoup parlé du soutien privé, organisé par exemple sous forme d’une fondation. Ce genre d’organisation peut être possible pour un seul titre, mais pas pour le paysage médiatique dans son ensemble. De plus, cette formule ne peut pas assurer le soutien démocratique nécessaire, et la faible taille du paysage médiatique romand ne permettrait pas à une diversité d’organisations porteuses de voir le jour. Techniquement plus facile, mais encore plus délicat en terme de démocratie, est la prise en main par un entrepreneur-mécène, comme l’ont été où le sont des Blocher, Trump, Berlusconi ou Bolloré. Un tel mécène ne peut avoir que deux intérêts directs : faire du bénéfice, ou influencer le contenu médiatique ; le second m’est particulièrement peu sympathique en terme de déontologie.

Mettre en place un dialogue des parties prenantes

Si personne ne peut trouver la solution seul, c’est qu’il faut le faire ensemble. Ou autrement dit, mener une démarche de réflexion stratégique, impliquant l’ensemble des parties intéressées. La nécessité d’une approche multi-stakeholder est d’ailleurs la conclusion à laquelle aboutit Michel Danthe dans l’éclairant interview donné dans l’émission « Médialogues » de samedi 18 février.

Qu’on appelle cela Etats-généraux, processus stratégique multisectoriel, dialogue des parties prenantes n’est pas important. Il est néanmoins essentiel, vital même, pour le paysage médiatique romand autant que pour notre démocratie, de mener au plus vite cette démarche, de manière structurée. Et le temps presse, car il faudrait en avoir posé les jalons avant que le Parlement fédéral ait bétonné la moitié des possibilités avec sa nouvelle concession SSR, ou que l’initiative No Billag coupe encore dans les moyens financiers accordés au paysage médiatique romand.

Chaque acteur doit être intégré au bon moment, avec la bonne forme, afin d’aboutir en quelques mois à une stratégie que chacun pourra mettre en œuvre à sa manière et dans son domaine d’action. Le rôle des politiques pourrait être celui-ci : inviter, structurer et co-financer un tel processus.

Avec quel contenu ?

Loin de moi l’idée de vouloir donner ici des solutions. Mais parmi les questions que l’on pourra traiter dans un tel dialogue, pourraient figurer, sans tabou :

  • Qu’est-ce que la diversité de la presse ?
  • De quoi la démocratie, l’économie, la société suisse-romande ont-elles besoin en matière de médias ?
  • Certains titres ou certaines agences pourraient-ils obtenir des mandats de prestations cantonaux (couverture des conférences de presse, des débats au Parlement, des votations…) ?
  • Quel cadre, quelles conditions prévoir pour les diffuseurs d’information comme les réseaux sociaux ou autres supports ?
  • Qu’est ce qui fait partie du service public, et qu’est-ce qui n’en fait pas partie ?
  • Quel est le rôle des journalistes, des médias individuels, des éditeurs, de la SSR, de MEDIAS SUISSE (association de défense des intérêts des éditeurs romands, qui est problématiquement discret sur ces sujets)
  • Y aurait-t-il de nouvelles formes de revenus annexes pour la profession, maintenant que les petites annonces et la publicité disparaissent ? Quels mandats rémunérés un journaliste pourrait-il remplir à l’externe pour améliorer la rentabilité de son entreprise ? Quelles prestations les rédactions ou les responsables d’infrastructures pourraient-ils offrir à des tiers (financements internes croisés) ?
  • Comment assurer la formation professionnelle et continue des journalistes romands, sans être dépendant des bénéfices des éditeurs ? Un brevet fédéral reconnu par la Confédération pourrait-il être soutenu ?
  • Faut-il développer une plateforme multi-titres pour permettre aux consommateurs de profiter d’une plus grande diversité et d’articles à la carte ?
  • Comment donner un cadre aux médias qui voudront être considéré de référence et répondre aux critères de qualité et de déontologie de la profession ?
  • ad libitum

On trouvera mille raisons à ne pas ouvrir un tel chantier. Des acteurs qui n’ont pas l’habitude de réfléchir ensemble et de manière stratégique devront le faire. C’est un sujet passionnant. Ce sera une contribution majeure à l’évolution de notre société en ce début de XXIème siècle. La taille et le petit nombre d’acteurs qui composent le paysage médiatique romand, ainsi que les très hautes compétences journalistiques sur place devraient permettre de faire émerger une approche innovante. Les énergies sont là, sachons les mettre en valeur à bon escient !

Marc Münster

Marc Münster

ApaRtide féru de politique suisse et curieux de l’avenir de mes deux filles, arpenteur inlassable de la twittosphère (@Munsterma) et de ma planche à repasser, je poursuis la chimère de l’humanisme des Lumières. Suisse allemand de culture vaudoise ou inversement, je m’entraîne de longues heures au retourné de röstis dans ma cuisine bernoise. Passionné de passé – latiniste puis géologue - je consacre ma vie professionnelle au futur et à la société (formation et conseil stratégique en développement durable.

5 réponses à “La suisse romande pourrait devenir le laboratoire du paysage médiatique de demain

  1. Absolument d’accord avec ce paragraphe: «Si personne ne peut trouver la solution seul, c’est qu’il faut le faire ensemble. Ou autrement dit, mener une démarche de réflexion stratégique, impliquant l’ensemble des parties intéressées. La nécessité d’une approche multi-stakeholder est d’ailleurs la conclusion à laquelle aboutit Michel Danthe dans l’éclairant interview donné dans l’émission « Médialogues » de samedi 18 février».

    Ceci dit, il y a urgence, et il est bien complexe de voir qui va prendre en main cette urgence face à notre commune bonne volonté, assez idéaliste.

    1. Tous ces politiques qui ont pu se rendre visible et invoquer les valeurs de notre démocratie grâce à la plateforme de la mort de l’Hebdo devraient être capable de mettre en branle quelque chose non? Il est vrai, lancer une démarche stratégique dont on ne pourra pas être le pilote unique demande une grande ouverture d’esprit et une prise de risque certaine (Et en plus il faudrait se mettre d’accord avec les autres cantons?) Oui, je suis idéaliste 🙂

  2. Très bon état de situation. J’ai entendu parler d’un projet en France … mediapart, je crois. Vous pensez que ce serait faisable en Suisse ?

    1. Je ne suis pas capable d’en juger. Mais il y a déjà de bonnes démarches en Suisse romande comme le journal La Cité, sept.info, Passé simple… Mais je crois qu’il faut attaquer la chose plus largement qu’avec des projets isolés, car le défi est stucturel et concerne tous les acteurs, pas que les journalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *