Au milieu de l'été, un invincible hiver

Au milieu de l’été un invincible hiver – Virginie Troussier

“L’amitié n’est rien d’autre qu’une écoute, une corde tendue entre les êtres, ténue et solide. Ils sont suspendus au-dessus du vide, entre pensées, rêves, hallucinations, dans un état de lègère inconscience. Le vent se calme à mesure que les mots apaisent.”

On dit que 7 est un chiffre magique. Qu’il est le chiffre de Dieu. Qu’il est un porte-bonheur.

1961, par le pilier central du Frêney, dans la paroi sud du Mont-blanc, ils sont 7 alpinistes. Italiens et français. Passionnés, aguerris. Fous de s’être embarqués ainsi.

Dans la cordée, deux hommes : Mazeaud et Bonatti. Ils sont fils de la montagne. Deux animaux grimpeurs, à sang-froid. Dans cette montée, il y a de la joie. Après tout, on annonce du beau. Dans quelques heures, ils seront à jamais les premiers à escalader ce flan. Dans quelques heures seulement.

1961, par le pilier central du Frêney, dans la paroi sud du Mont-blanc, l’orage éclate. Les cordes se ramassent à la pelle, les déflagrations aussi.

Les Dieux ont dit : “vous ne passerez pas !” Et ils ne passeront pas !

Alors deux voies, qu’ils n’avaient pas imaginées, s’ouvrent à eux : continuer et mourir ou redescendre et mourir.

Virginie Troussier trempe sa plume dans les crevasses des montagnes. Là, où les hommes qui dévissent, se précipice.

La montagne est un tombeau à cœurs ouverts.

Le récit est haletant, palpitant, il nous faut parfois reprendre notre souffle. Nous ne sommes ni Mazeaud, ni Bonatti. Nous n’avons pas l’habitude des hauteurs. De l’air qui se raréfie. Du froid qui s’engouffre sous les pores de la peau. Nous ne savons rien des gelures qui, aux extrémités des membres vous paralysent. Le vent, la faim, la peur, nous ne savons rien, mais, en lisant ces lignes, nous en avons la troublante perception.

C’est ce qui fait la force de cet ouvrage. Nous donner à ressentir ce que les hommes éprouvent. Alors on hésite à lâcher le livre, car cela serait les condamner à une mort certaine. Il faut rester éveiller pour comprendre, pour les accompagner, les encourager. Pour savoir ce qui va bien pouvoir leur arriver.

Ce n’est pas tant l’histoire qui importe, mais comment elle est racontée. Et pour cela, Virginie Troussier est passée maître en la matière. Elle a l’écriture voyageuse. Amoureuse de la montagne et de la mer. Elle a l’âme aventurière.

Les hommes et la montagne, oui, maintes fois racontés. Maintes fois racontées, mais rarement, si joliment écrit.

Alors, munissez-vous de mousquetons, de piolets, de pitons… la voie est libre. Du moins jusqu’au pilier central du Frêney, dans la paroi sud du Mont-Blanc. Après…

 

“Pourtant que la montagne est belle, comment peut-on s’imaginer…”

Jean Ferrat

 

Au milieu de l'été, un invincible hiver

“Au milieu de l’été, un invincible hiver”
Virginie Troussier

Guérin Editions 

 

Sebastien Beaujault

Sebastien Beaujault

Rédacteur web freelance, ici je vous parle de littérature sportive. Et plus généralement de la culture et du sport. Du livre de sport, de la bande dessinée de sport et même, parfois, de documentaire sportif. Malheureux à plus de 3 mètres d'un livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *