2019 sera égalitaire ou ne sera pas

Longtemps considéré comme une zone de non-droit, l’espace numérique est aujourd’hui, sans équivoque, un espace social comme un autre, régit par des lois nationales et internationales. Un espace social comme un autre, au sein duquel s’exprime les mêmes considérations que dans la vie AFK (« away from keyboard »).

Dès lors, comment pourrions accepter dans l’espace numérique ce que nous condamnons dans l’espace public ou dans la sphère privée ? Comment pourrions-nous accepter, en tant que collectivité publique attentive à la place de chacune et chacun, dans l’espace virtuel une domination machiste et rétrograde ? A titre d’exemple, le récent scandale de la ligue du LOL rappelle à notre mauvais souvenir ce qui peut se produire, en l’absence d’une sensibilisation adéquate sur ces questions, même dans des milieux que l’on pourrait considérer comme raisonnables et respectueux.

La Ville de Genève s’empare de l’enjeu

Pour autant, il ne s’agit pas là d’une mince affaire. J’estime que le rôle d’une collectivité publique de proximité comme celle de la Ville de Genève est de porter des réflexions concernant ces questions sur la place publique et de contribuer à ce que les habitant-e-s de la municipalité puissent évoluer en toute confiance dans cet espace, en combinat sensibilisation et prévention.

Cet enjeu de société, c’est justement l’objet de la Semaine de l’égalité qui a débuté vendredi 1er mars. Cette semaine est organisée depuis plusieurs années conjointement entre le Service Agenda 21 au Département des finances et du logement de la  Ville de Genève, sous l’égide de ma collègue Sandrine Salerno, et des Bibliothèques municipales dans le Département de la culture et du sport que je dirige. Chaque édition aborde une question particulière touchant à la thématique de l’égalité entre femmes et hommes, complétée par une bibliographie très complète. Je vous invite à consulter le programme de l’édition 2019 qui met en valeur, notamment, le précieux travail de nos bibliothécaires.

L’égalité tous les jours

Il est vrai que les journées mondiales font foison dans le calendrier et il ne s’agit pas de nous réveiller une fois l’an pour nous donner bonne conscience. En ce sens, je me félicite que le Conseil municipal de la Ville de Genève ait voté tout récemment le crédit de 193’000 francs voulu par ma collègue Sandrine Salerno pour déployer la première tranche du plan d’action contre le sexisme et le harcèlement de rue. Il est nécessaire d’avoir les moyens de lutter contre les discriminations et de sensibiliser à l’égalité sur le long cours. Comme la Vice-présidente du Conseil administratif l’a rappelé en plénière « il s’agit d’un enjeu sociétal fondamental pour les Genevoises et les Genevois». Un message collectif fort à quelques jours du 8 mars. Par ailleurs, la Ville sera certainement aux premières loges pour appuyer la Grève des femmes prévue le 14 juin 2019, pour rappeler que depuis la première grève des femmes le 14 juin 1991 la nécessité d’un engagement fort et partagé contre les inégalités et les discriminations reste entière.

Inscrire la culture et le sport comme vecteurs de diversité et d’inclusion

Dans les dossiers que je porte en tant que magistrat en charge de la culture et du sport de la Ville de Genève, je me suis toujours fait un point d’honneur de développer des politiques inclusives et durables. Dès 2014 j’ai engagé avec mon département une réflexion sur les stéréotypes et discrimination de genre dans le domaine du sport et des loisirs sportifs. Puis, ensemble avec mes collègues Esther Alder et Sandrine Salerno, nous avons initié programme Genre et Sport, dans le cadre duquel nous avons conduit une enquête sur les pratiques sportives des femmes à Genève. En sont ressorties 10 recommandations et 5 axes d’actions prioritaires.

Dans le domaine culturel, j’ai tenu à ce que nous saisissions le renouvellement des conventions pour préciser ce que nous attentions en tant que collectivité publique des projets artistiques que nous soutenons. Aujourd’hui, toute personne, association, organisation conventionnée se doit d’être « attentive à une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans la programmation ».

Afin de prolonger cette volonté, un partenariat est également en cours avec l’Agenda 21 et deux associations pour établir un état des lieux de cette question au sein des théâtres subventionnés dans le périmètre du Canton de Genève et produire des recommandations.

2019 : année des égalités !

L’année 2019 sera une année chargée pour les questions d’égalité. Au mois de juin, c’est donc  la grève des femmes qui aura lieu.  Cet été, Genève accueillera également la Pride romande en prélude au mariage pour tous qui pourrait être voté aux chambres début 2020. Deux occasions de réitérer notre engagement pour un monde plus juste, et qui ne laisse personne sur le bord du chemin à cause de son sexe ou de son genre.

L’inclusion ne devrait plus être sujette à débat. Si en politique, il y a des thématiques qui se discutent quant aux externalités positives ou négatives qu’elles provoquent, la question de l’égalité devrait pour sa part fédérer l’entier des partis et être un des ciments de notre démocratie. 2019 sera égalitaire ou ne sera pas.

Sami Kanaan

Sami Kanaan

Sami Kanaan est Maire de Genève, en charge du Département de la culture et du sport, Président de la Commission fédérale pour l'enfance et la jeunesse, Vice-président de l'Union des villes suisses et de l'Union des villes genevoises.

2 réponses à “2019 sera égalitaire ou ne sera pas

  1. Il est assez prématuré de vous réjouir d’un monde plus juste, en rapport de votre engagement en faveur du mariage pour tous. Les mariés de nouveaux genres seront capables d’élever leurs enfants adoptés, ou ne le seront pas, et sur ce point les psychologues et pédopsychiatres ne s’accordent pas pour partager votre optimisme. Il reste donc à souhaiter, peut-être au mieux, que ces enfants rejoignent assez vite le genre qui leur assurera l’égalité gagnée par leurs parents. Ainsi, à défaut d’avoir pu se développer entre un père et une mère « traditionnels », ils ne resteront pas « au bord du chemin » après la fête…

    1. Cher Monsieur,
      votre message est bien caricatural. J’ai hésité à le publier mais le fais pour pouvoir vous répondre et rappeler qu’au contraire, toutes les études montrent et insistent sur le fait que ce qui compte pour le développement de l’enfant, c’est la fait de pouvoir assurer un cadre de vie (parental et familial, scolaire, urbain, etc.) qui permette à l’enfant de grandir et de s’épanouir de manière sereine et harmonieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *