Genève porte l’idéal commun des droits humains

Il y a 70 ans, la Déclaration universelle des droits de l’homme était acceptée par l’Assemblée générale des Nations unies. Une déclaration que nous devons plus que jamais rappeler, alors que les populismes et le relativisme semblent s’imposer avec l’avènement de la « post-vérité ». 70 ans après la reconnaissance de cette déclaration, je souhaite également rappeler l’importance pour Genève, de son engagement réciproque vis-à-vis de la Genève internationale et des droits humains.

Ce 10 décembre, nous célébrons les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dont une grande partie de la préparation a été menée par Eleanor Roosevelt dans notre ville.Notre cité a par la suite accueilli la Commission des droits de l’homme  de 1946 à 2006 puis, dès cette date, le Conseil des droits de l’homme.

Genève, terre de rencontre et d’échanges
Et il ne s’agit ici que des agences onusiennes actives directement sur ces questions. Or les droits humains dépendent de bon nombre d’autres champs du politique comme la santé, l’environnement ou encore l’éducation. Autant de sujets pour lesquels les arbitrages se font également à Genève. Sans oublier l’inestimables travail des ONG qui œuvrent elles aussi pour le respect des droits inaliénables de tous et toutes et qui pilotent leurs opérations depuis le bout du Léman.
Mais, et il est utile de le rappeler, si Genève cultive une longue et fructueuse tradition d’accueil d’organisations internationales, la concurrence des villes au statut international est aujourd’hui bien réelle. Nairobi, Vienne, Cologne, Copenhague – pour ne cite qu’elles – sont prêtes à accueillir et accueillent déjà, bon nombre d’organisations émanant ou gravitant autour des Nations unies.

Faire exister Genève
C’est pour défendre l’histoire et la position de  notre ville sur le plan internatioanle et parce que je crois fermement à l’idéal de la discussion multilatérale plutôt que de la force, que je me suis fixé comme objectif de soutenir la place de Genève au niveau international. Cela passe par les conditions d’accueil des organisations internationales et ONG, mais aussi par un positionnement cohérent dans le tissu des réseaux de villes. Je le crois fermement, le rôle des villes est d’une importance cruciale. Les municipalités représente la structure institutionnelle la plus près des administré-e-s, la plus près des préoccupations des habitantes et des habitants des territoires. J’avais rappelé au début de ma mairie la citation du politologue Benjamin Barber : «Si les maires gouvernaient le monde, le monde irait mieux ». Elle rappelle le fait que les ville ont un lien concret avec les problématiques quotidiennes de la population, mais aussi une forme de pragmatisme «de terrain» souvent plus efficace pour trouver des solutions concrètes que ce que peuvent faire les états-nations. Or, si positionner Genève sur la scène internationale lorsqu’il s’agit de droits humains est un acte nécessaire, il doit cependant être complété par leur promotion au sein même de notre cité.

Des actions concrètes pour se démarquer
Une des actions proposées a été l’organisation par mes services du premier Relais de l’Escalade. Proposé durant la Course de l’Escalade, ce Relais a rassemblé plus d’une centaine de participant-e-s de tous horizons qui ont choisi de courir pour cet idéal commun, celui des droits humains. Faire exister la Genève internationale dans l’événement sportif le plus populaire dans le calendrier n’était pas forcément évident. Mais je crois pouvoir dire que l’opération a été réussie.

Genève, refuge des droits humains
Une des forces que nous avons également pour nous affirmer comme ville internationale est celle de l’accueil. Car la Ville de Genève a formalisé une politique de la diversité ambitieuse qui considère chacun et chacune avec ses identités, ses origines et ses préférences. Nous avons également œuvré pour que les requérants mineurs non-accompagnés puissent bénéficier d’un accompagnement adéquat. Le sport et la culture y ont participé car ils représentent des opportunités fantastiques pour s’intégrer et mieux se comprendre.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai proposé au Conseil municipal de marquer symboliquement ces célébrations. Lors de sa séance du 4 décembre, le délibératif a voté, à l’unanimité, un texte qui réaffirme symboliquement notre engagement pour les valeurs défendues par la déclaration. Le 5 décembre, nous avons accueilli Mme Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux droits de l’Homme. Un événement quasi historique puisque, de mémoire, aucun ex-chef d’Etat n’a été reçu lors dune plénière de notre Conseil municipal. Ce moment, très chargé en émotion, a été l’occasion de souhaiter très sincèrement la bienvenue à l’ancienne présidente du Chili – et première présidente d’Amérique du Sud élue au suffrage universel. Une femme au parcours extraordinaire qui sait mieux que personne ce que signifient les droits humains, pour avoir vécu très concrètement leurs violations en tant que détenue politique pendant la dictature militaire d’Augusto Pinochet.

Ce moment symbolique nous a permis de dire à la Genève internationale que notre Ville apportera toujours son soutien à toutes les actions qui pourront contribuer à réveiller les consciences afin de parvenir enfin à une société plus respectueuse des droits et des libertés de chacune et de chacun. C’est un des axes de mon action au service de Genève. Faire exister nos atouts sur la scène internationales afin qu’ils puissent servir un monde que nous souhaitons meilleur.

La CFEJ a 40 ans !

Discours à l’occasion des 40 ans de la Commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse (CFEJ), le 29 novembre 2018, à Berne

(seul le prononcé fait foi)


 

Monsieur le Président de la Confédération, Mesdames et Messieurs les élus fédéraux et locaux, Monsieur le Directeur de l’Office fédéral des assurances sociales, les représentants des administrations fédérales, cantonales et communales, des grandes associations faîtières et autres représentants associatifs,

Chères et chers amis, liebe Freundinnen und Freunde, cari amiche e amici

 

Tout d’abord, sincèrement, en mon nom et celui des membres de la Commission, un très grand merci, du fond du cœur, d’être avec nous aujourd’hui, nombreuses et nombreux, d’horizons les plus divers, avec en commun un engagement décidé en faveur des enfants et des jeunes de ce pays.

40 ans, ça se fête, et ça se fête avec les amis et les proches ! C’est aussi une excellente occasion de porter un regard rétrospectif, de lever le nez du guidon de l’actualité immédiate, de prendre conscience du chemin parcouru, ses embûches, ses succès, mais aussi d’envisager l’avenir.

La CFEJ a pour mission légale de s’engager en faveur des enfants et des jeunes de ce pays, par le biais d’un travail de réflexion, d’analyse, de dialogue et de positionnement. La Suisse, pays démocratique, moderne et riche, a-t-elle encore besoin de la CFEJ après 40 ans d’action ? Lorsque je mentionnais le fait d’un regard rétrospectif, pour mesurer le chemin parcouru, je peux citer ma propre expérience. En 1981, à l’époque où la CFEJ était encore la Commission fédérale pour la jeunesse, elle a publié des thèses sur la jeunesse, en lien avec le mouvement de rébellion d’une partie de la jeunesse, dans les villes suisses, comme Züri brännt ou Lôzane bouge. En son temps, la Suisse officielle, la Suisse bourgeoise, la Suisse des adultes, a pris peur, et la réponse institutionnelle fut tout d’abord très dure, axée sur la répression. La CFJ, déjà sous la houlette d’un genevois, Guy-Olivier Segond, a décidé de publier des thèses qui appelaient, au contraire, aux notions de dialogue, d’écoute, de participation, des notions qui restent au cœur du mandat et de la philosophie de la CFEJ aujourd’hui, et le resteront toujours. En tant qu’élève au gymnase, peu avant mes examens de maturité, j’ai eu la tâche passionnante et difficile d’organiser , avec d’autres élèves de mon école, un travail d’analyse, puis de débat public, autour de ces thèses et des antithèses publiées par la célèbre professeure de philosophie Jeanne Hersch, elle aussi une genevoise, qui plaidait pour une réaction très conservatrice, basée sur autorité et discipline. Vous imaginez dans quel sens a penché mon cœur et ma raison, ainsi que ceux des autres membres du groupe. Mais ce travail fut hautement formateur et a probablement constitué un des actes fondateurs de ma prise de conscience politique au sens large, et de mon engagement ultérieur.

Dans cet engagement, encore aujourd’hui, la notion de participation joue un rôle absolument essentiel. Et si je devais résumer, à travers toutes ces années, le fil rouge de la réflexion et de l’action de la CFEJ, c’est bien la participation des enfants et des jeunes aux débats qui les concernent, voire aux débats qui concernent la société toute entière dont ils et elles font partie. Considérer l’enfant comme un acteur de sa situation, de son évolution, de son destin, individuel et collectif, représentait à l’époque une révolution … et le représente encore aujourd’hui, tellement ce n’est pas évident. On continue à sous-estimer à quel point l’enfant peut et doit être reconnu comme co-expert de sa situation d’aujourd’hui, et pas seulement sur un plan abstrait pour un futur lointain ; c’est d’ailleurs ancré dans l’article 12 de la Convention internationale sur les droits de l’enfant, que la Suisse a ratifié. Cette notion de participation revêt plus que jamais comme une dimension fondamentale de notre société, alors que justement les repères classiques semblent être remis en question ou dilués. Elle est d’ailleurs clairement ressortie dans l’étude très complète que la CFEJ a publiée en 2015, « Ma Suisse et moi » sur les opinions et perceptions des jeunes de 17 ans, donc ceux et celles qui ont pu donc voter pour la première fois aux élections fédérales cette année-là.

Entre-temps, reconnaissons-le, la politique de l’enfance et de la jeunesse a fortement évolué dans ce pays, et a acquis un véritable statut dans la sphère publique, avec des politiques publiques affirmées dans les villes, les cantons, et sur le plan fédéral. Si l’on considère le chemin parcouru jusqu’à l’actuelle Loi sur l’encouragement de l’enfance et la jeunesse (LEEJ), qui fonde à la fois le soutien aux organisations dédiées à l’enfance et la jeunesse dans le pays mais aussi le soutien fédéral à la mise en place de politiques cantonales de la jeunesse, formalisées et concrétisées, et bien sûr le mandat de l’actuelle CFEJ, on se dit que, oui, un travail important a été accompli, avec de réels résultats. Je ne ferai pas ici la liste de tous les dossiers que la CFEJ a traité tout au long de ces années, nombreux, passionnants, parfois difficiles, depuis les enjeux de consommation et d’endettement, jusqu’au droit d’être entendu, en passant par le service civil, la sexualité ou la gestion du temps libre. On peut d’ailleurs relever que les crédits que permet la LEEJ sont de plus en plus sollicités, d’où la nécessité de maintenir les ressources disponibles !

Mais, en même temps, on se rend aussi compte à quel point ces acquis sont fragiles et peuvent être remis en question, au gré des difficultés budgétaire par exemple, ou du durcissement incontestable du climat politique et économique. Ainsi, pour parler jeunesse, le taux de tentatives de suicide et de suicides effectifs est malheureusement remonté en Suisse, après des années de baisse. Il y a très peu d’études approfondies à ce sujet, hors statistiques de base. On peut citer le cas du Canton de Neuchâtel, où le taux de tentatives de suicide est passé de 5.9% en 2010 à 11.2% en 2015, ce qui est terrible. Cela reste la première cause de mortalité chez les jeunes, adolescents ou jeunes adultes, et c’est un réel enjeu de société. Et on sait aussi que les phénomènes concrets de stress ont nettement augmenté chez les enfants et les jeunes. Que dire face à une réalité où un tiers des enfants de onze ans sont en situation de stress sérieux et durable, selon des chiffres donnés par Pro Juventute ? Ces résultats sont non seulement inquiétants, mais tout simplement inacceptables. Comme le disait Albert Einstein, « Le mot progrès n’aura aucun sens tant qu’il y aura des enfants malheureux ».

On peut aussi se sentir découragés lorsque, une fois de plus, le lobby très puissant de l’industrie du tabac fait échouer une réforme pourtant timide de la législation en la matière, visant simplement à restreindre la publicité directe et indirecte pour le tabac, en particulier lorsqu’elles visent les enfants et les jeunes.

C’est un fait que les enfants et les jeunes sont encore aujourd’hui les grands absents de la plupart des politiques publiques, lorsque les « experts » et les « politiques » pensent qu’ils ne sont pas directement concernés, par exemple en matière de santé publique, d’aménagement de l’espace public, d’aide sociale, etc. Et pourtant ce sont souvent les premières victimes. Lorsqu’on mesure la pauvreté en Suisse, malheureusement croissante malgré notre richesse, les enfants en sont les victimes directes et pourtant on ne les écoute pas. Après des années de baisse, le nombre d’enfants directement touchés par la pauvreté remonte, 763’000 en 2014 d’après l’OFS. Un enfant sur 5 vit dans la pauvreté en Suisse et 1 sur 6 est exposé à un risque de pauvreté !

Il y a bien sûr des mécanismes de type « Parlement des jeunes », très utiles, et certains outils de consultation des enfants, qui sont bienvenus. Mais cela ne suffit pas, surtout lorsqu’il s’agit d’influencer réellement les instances politiques. Il suffit pour ceci de constater la moyenne d’âge des parlementaires fédéraux, voire du Conseil fédéral ! Je relève d’ailleurs que notre Président actuel est de loin le plus jeune membre du Conseil fédéral, ouf !

Parmi les domaines où ce sont les enfants qui peuvent apprendre quelque chose aux adultes, et pas l’inverse, c’est le monde numérique, au vu de son évolution extrêmement rapide et exponentielle. Bien évidemment, un enfant n’est pas forcément en mesure d’appréhender toutes les facettes complexes des enjeux du numérique, en termes de sécurité, d’éthique, de transparence, d’abus, etc. Mais combien d’adultes se sentent largués face à leurs enfants lorsqu’il s’agit de smartphones, de tablettes, d’applications, de réseaux sociaux, de jeux on-line, etc. Ou encore pire, lorsqu’il s’agit de répondre aux préoccupations des enfants sur leur avenir, sur le choix de la bonne filière de formation, face aux études qui prédisent une automatisation de nombreux métiers et des emplois à un horizon proche ? Je cite ici un résultat de l’étude Juvenir 2018 de la Jacobs Foundation, très active dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse : 44% des jeunes se disent inquiets pour leur avenir professionnel.

La CFEJ a décidé de faire de la numérisation le thème principal de législature fédérale actuelle. Quels impacts de cette évolution pour le temps libre, la formation et l’emploi ? Nous ne nous sommes pas facilités la vie, en choisissant ce sujet passionnant mais très difficile à cerner et appréhender, surtout si nous voulons aboutir à des recommandations ayant une certaine portée.

En effet, l’analyse de cette évolution donne des résultats divergents sur de nombreux points mais qui convergent sur un point essentiel : nous sommes à la veille d’une révolution profonde et totale de notre société, qui impactera fortement et durablement tous ses aspects, dont aussi la formation et l’emploi, mais aussi l’organisation sociétale, le fonctionnement des institutions, les assurances sociales, les flux économiques. Certaines études parlent de plus de la moitié des emplois qui vont être automatisés, d’autres de seulement 10 à 15%, et d’autres encore divergent sur le nombre de nouveaux emplois créés. Mais personne n’ose prétendre qu’il n’y aura pas d’impact. La numérisation offre des opportunités et présente des risques ; le défi est de réussir à les appréhender et les maîtriser, alors que cela évolue vite, beaucoup plus vite que ce que notre système institutionnel, politique, social, est capable de digérer. Comme le dit le penseur bien connu, Bernard Stiegler, spécialiste des mutations numériques et de leur impact sociétal, « Ce n’est pas la technique qui est toxique en soi, c’est notre incapacité à la socialiser correctement. »

La CFEJ ne prétend pas offrir des réponses toutes faites face aux défis majeurs que ose cette évolution mais tient à une exprimer une très vive inquiétude face à l’impréparation de tout notre système dans ce débat. Nous constatons un certain aveuglement face à l’ampleur de ce défi et surtout l’absence presque compète de prise en compte des enfants et des jeunes, non pas comme sujets abstraits d’un avenir plus ou moins prévisible et maîtrisable, mais comme acteurs reconnus de ce débat, qui peuvent avoir un avis, une expérience, une sensibilité, alors qu’ils sont aux premières loges. Un des grands pièges récurrents de la politique face aux enfants et aux jeunes est de les voir uniquement sous l’angle de leur futur rôle productif dans la société, une fois qu’ils sont adultes. Or ils ont droit non seulement à une vie pleinement épanouie d’enfant et de jeune mais, en plus, les principes qui guident cette approche « productiviste » sont ceux de hier, même pas d’aujourd’hui.

Il serait bien trop long de vous présenter en détails le riche travail de la CFEJ sur ce thème essentiel ; je vous invite à visiter notre site web et à découvrir le rapport qui sera publié en février, puis à participer à la conférence qui aura lieu courant 2019.

Au-delà cet anniversaire aujourd’hui, qui permet de réaffirmer des valeurs, des besoins et des convictions, nous aurons toutes et tous une très belle opportunité d’aller encore plus loin dans la promotion des droits de l’enfance en Suisse l’année prochaine, avec les 30 ans de la Convention des droits de l’enfant des Nations Unies, signée en 1989. La tâche à mener est immense, lorsqu’on constate qu’il y a 50 millions d’enfants qui travaillent dans le monde, et qu’il y a au moins 150’000 enfants-soldats. Même la Suisse, souvent enfant modèle du droit international, ne la met pas encore pleinement en application ! Il y a donc encore beaucoup à faire, et la CFEJ peut donc se préparer à quelques autres années d’engagement intensif !

Pour terminer j’aimerais insister sur ce qui fait la force de la Commission. Ce serait évidemment une erreur de considérer les enfants et les jeunes comme un groupe homogène, aux intérêts et besoins complètement convergents. La diversité n’est pas seulement une réalité mais aussi un droit légitime. On ne demande pas non plus aux adultes d’être homogènes ! Et la CFEJ représente bien cette grande pluralité de profils et d’opinions, de par la composition très diversifiée de ses 20 membres, en termes de parcours professionnels, politiques, associatifs, et personnels, originaires des 4 coins de la Suisse, et même d’ailleurs. Le Président qui vous parle en est un bon exemple, en tant que genevois demi-alémanique et demi-libanais. Cette pluralité en représente l’un des éléments constitutifs, et certainement un atout majeur, combiné à un engagement très fort des membres au service de cette cause. C’est ainsi que la Commission a pu marquer son existence et sa crédibilité, en apportant des contributions à la fois indépendantes, réfléchies, pertinentes, offensives, depuis 40 ans ! Je tiens donc à remercier sincèrement ses membres passés  et actuels, avec en particulier mes prédécesseurs présents dans la salle, et nombre de nos vice-présidentes et vice-présidents, mais aussi exprimer une pensée émue en souvenir de l’un de ses membres les plus éminents qui a choisi de partir en mai 2017, Olivier Guéniat de Neuchâtel. Et, enfin, dire que tout ceci ne serait pas possible sans la très précieuse et efficace contribution de notre secrétariat scientifique, Marion et Claudia, à qui nous devons beaucoup, y compris l’organisation de cette journée !

Pour conclure, une citation de la romancière Lya Luft, qui a dit « “L’enfance est le sol sur lequel nous marcherons toute notre vie”.

Je suis très fier de travailler pour cette institution qu’est la CFEJ, qui, depuis 40 ans, œuvre pour défendre, construire et renforcer ce sol. Je formule également l’espoir, à un moment de l’histoire humaine où le sol semble parfois se craqueler sous nos pieds, que la CFEJ sache conserver son pouvoir d’action et continuer ses indispensables missions.

Joyeux anniversaire à la Commission et longue vie à elle !

Genève doit jouer la carte des villes

Lors de la cérémonie marquant mon investiture comme Maire de la Ville de Genève, le mercredi 6 juin 2018, j’avais cité le professeur Benjamin Barber, célèbre écrivain et essayiste américain, décédé en avril 2017, qui avait eu ce mot célèbre : « Si les maires gouvernaient le monde, le monde irait mieux ». Barber a choisi cette formule quelque peu provocante pour mettre en avant l’importance de cette fonction et de son pouvoir d’action grâce à sa proximité avec la population et à la responsabilité très concrète d’assurer les meilleures conditions de vie possibles, pour toutes et tous, au quotidien.

Le 18 octobre 2018, Olivier Bot, rédacteur en chef adjoint de la Tribune de Genève, publiait un texte intitulé « Genève doit jouer la carte des villes », en plaidant pour une diplomatie renforcée des villes tout en regrettant que Genève n’y soit pas assez active. Je ne peux que souscrire à la montée en puissance de la diplomatie des villes, et de son importance, tout en confirmant que Genève en fait une réelle priorité, même si elle n’est pas encore assez valorisée.

Les villes : en première ligne

En effet, l’enjeu des villes est d’ailleurs crucial, à Genève, comme ailleurs en Suisse ou dans le monde. La population vivant dans des centres urbains est de plus en plus nombreuse. Ces centres regroupent déjà actuellement plus de la moitié de la population mondiale, et bientôt même 70%, selon les experts des Nations Unies. Le poids économique, culturel et social des villes est considérable ; il doit impérativement être mieux pris en compte sur les plans institutionnel et politique.

Les villes sont en première ligne, à travers le monde entier, pour prendre la mesure des défis actuels que sont les inégalités sociales, les migrations, le vieillissement, les discriminations, ou la pollution. Mais c’est aussi dans les villes que se trouve un formidable potentiel de créativité et d’innovation pour aborder ces défis, un potentiel ancré dans une envie de faire évoluer positivement le monde, tout en tenant compte des réalités de terrain. Les villes sont souvent aussi celles qui se mobilisent ensemble contre les dérives croissantes de nombreux Etats en matière de droits humains, de prévention des conflits, de gestion du changement climatique, et ainsi de suite.

Lors de la COP21 à Paris en décembre 2015, Anne Hidalgo, Maire de Paris, avait invité près d’un millier ( !) de maires de grandes villes du monde, dont Genève, pour adresser un message très fort aux chefs d’Etat réunis à cette occasion.

Aux Etats-Unis, les villes, y compris avec des maires républicains, sont en tête de file depuis 2016 pour contrer les dérives réactionnaires du gouvernement américain sous l’égide de Donald Trump, que ce soit en matière de gestion des flux migratoires ou de lutte contre le changement climatique.

Très concrètement, ce sont des maires italiens qui essaient de maintenir un semblant d’humanité et décence dans la gestion de la question migratoire sur les côtes italiennes, face aux dérives fascisantes du gouvernement italien, parfois au péril de leur fonction, comme en témoigne l’action inlassable du maire de Palerme, Leoluca Orlando.

Fin octobre, en Argentine, pays qui va accueillir le prochain sommet des puissances du G20, les Maires de Paris et de Buenos Aires ont rassemblé une belle brochette de maires des grandes villes du G20 pour adresser une déclaration ambitieuse et offensive aux Etats, exigeant enfin des démarches fortes et efficaces face aux grands défis de notre monde, démarche à laquelle plusieurs villes importantes hors G20, dont la Ville de Genève, ont été pleinement associées.

Au mois de décembre 2018, lorsqu’auront lieu à travers le monde des manifestations majeures pour marquer les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ratifiée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1948, en bonne partie rédigée à Genève, les villes seront aux premières loges pour en rappeler l’importance vitale.

Genève : une ouverture internationale pour les collaborations locales

La forte croissance des réseaux de villes témoigne de cette dynamique, croissance qui crée de belles opportunités mais aussi un risque de confusion, d’où la nécessité d’établir une stratégie proactive, pragmatique et lucide. Comment se situe Genève dans ce contexte ?

Lorsqu’on parle de diplomatie des villes, il ne s’agit pas d’une diplomatie abstraite et protocolaire, encombrée de contingences de luttes de pouvoir et corsetée par le poids parfois lourd de l’histoire, mais d’une diplomatie concrète, à la fois ambitieuse et concrète, avec une légitimité basée sur l’expérience de la proximité. Avec mes homologues à Genève (Union des Villes Genevoises), en Suisse (Union des Villes Suisses) et dans le monde, je me rends compte à quel point nous avons intérêt à collaborer, à mettre en commun les bonnes pratiques et à faire entendre notre voix auprès des instances nationales et internationales. Genève a un rôle particulier à jouer dans cette diplomatie des villes, ce que dit Olivier Bot à juste titre, et le fait, de manière de plus en plus active.

Genève est une ville dont le nom résonne très fort sur la scène internationale. Ses atouts et ses richesses sont reconnus dans le monde entier, dans des domaines les plus divers comme la diplomatie internationale, le siècle des Lumières, la défense de la biodiversité, la vitalité de notre monde scientifique, la promotion des droits humains, la grande diversité culturelle de sa population… Il est donc vital d’ajouter cette composante « urbaine » au spectre déjà riche de la Genève internationale, l’espace dans lequel on parle de thèmes concrets pour le quotidien de nos concitoyens et concitoyennes ! Ce poids de Genève, à la fois symbolique et réel, constitue surtout une responsabilité qui nous oblige à nous intéresser aux enjeux du monde, sans perdre de vue les intérêts et besoins de nos habitantes et habitants.

 

Donner une voix à la Genève internationale

Dans ce contexte, force est toutefois de constater que notre système de rotation annuelle de la

fonction de maire au sein de l’exécutif de la Ville de Genève doit changer, car il est totalement illisible sur le plan suisse et international, Genève étant, à ma connaissance avec Dublin, la seule ville importante au monde à connaître ce système. Le folklore peut parfois avoir son charme, mais pas dans ce domaine.

 

Investir les réseaux de villes

Malgré cette restriction, Genève est membre actif dans un certain nombre de réseaux de référence, généralistes ou spécialisés. La principale organisation regroupant le plus grand nombre de villes sur la planète est CGLU (Cités et Gouvernements Locaux Unis), dont le siège est à Barcelone, et qui est devenue le principal interlocuteur des Nations Unies lorsqu’il s’agit de prendre l’avis des villes. La Ville de Genève y préside la Task Force sur la résilience des villes, qui examine de près la capacité des villes à gérer dans la durée des crises majeures et à passer d’un mode réactif à une mode proactif et durable. Cette Task Force est elle-même un des piliers de la « Global Alliance on Urban Crises » (GAUC), qui regroupe de très nombreuses organisations internationales dans le domaine de l’urbanisme et de la gestion et prévention des crises, mais aussi de grandes organisations autonomes et non-gouvernementales, et des réseaux de villes. La GAUC s’est d’ailleurs réunie récemment à Genève, avec l’appui de la Ville de Genève. Et la Ville de Genève sera l’un des partenaires essentiels, avec d’autres villes de la grande réunion de la Plateforme internationale sur la réduction des risques de catastrophes (qu’elles soient socio-économiques, migratoires, climatiques…), sous l’égide de l’agence onusienne UNISDIR, au mois de mai 2019.

La Ville de Genève est également membre actif du Bureau de l’AIMF (Association internationale des maires francophones), dont l’Assemblée générale s’est tenue à Lille début novembre, et qui permet en particulier des liens forts entre des villes européennes, nord-américaines et africaines, avec de nombreux projets concrets de collaboration. Genève est également présente dans de nombreux réseaux spécialisées, comme le programme Cités interculturelles du Conseil de l’Europe (diversité culturelle), Mayors for Peace (lutte pour contre la course aux armements, notamment nucléaires), Rainbow Cities (engagement pour les droits des personnes LGBT), les réseaux émergents en matière de soutien à la finance durable, etc. Elle développe aussi depuis deux ans sa présence dans les réseaux liées  la transition numérique et la gestion urbaines, comme « Open and Agile Smart Cities ».

Porter les promesses du futur : du local au global

Cette composante essentielle de la diplomatie des villes, qui doit prendre sa place dans la Genève internationale, fait l’objet de contacts pour la mise en place d’une coordination efficace avec la Confédération suisse et sa représentation à Genève, ainsi qu’avec l’Office des Nations Unies à Genève. Le Canton a tout intérêt à également appuyer cette démarche, dans la mesure où elle renforce très clairement l’écosystème de la Genève internationale, et qu’elle évite que d’autres centres internationaux ne s’en emparent.

Comme le disait Victor Hugo, « Les villes portent les stigmates des passages du temps, et occasionnellement les promesses d’époques futures.» A nous de nous engager pour que ces promesses existent et soient suivies d’effets, pour toutes et tous.

Frais professionnels : de quoi parle-t-on ?

Le Conseil administratif (Exécutif) de la Ville de Genève a publié jeudi 8 novembre les montants des dépenses des frais professionnels des membres du Conseil pour ces 10 dernières années, par analogie avec le tableau publié par la Cour des comptes pour l’année 2017 dans son rapport. Dès la publication de ce rapport, j’ai insisté pour cette transparence car j’estime qu’elle est nécessaire. C’est une question de principe pour restaurer la confiance, mais aussi l’occasion de comprendre de quoi il s’agit. Me concernant, ce sont des dépenses justifiées, liées à des projets de la Ville ou à ma fonction ; la Cour des comptes n’a d’ailleurs pas relevé d’éléments problématiques à mon sujet. J’ai donc décidé d’apporter un éclairage beaucoup plus détaillé concernant mes dépenses, qui se composent surtout de voyages. Entre-temps, le dispositif de gestion des frais a été complètement réformé, avec notamment un système de contrôle adéquat, qui permettra d’éviter des dérives objectivement inacceptables. Des modifications supplémentaires y seront encore apportées afin d’atteindre le bon équilibre en matière de transparence.

Les facettes d’une fonction de membre de l’exécutif de la deuxième ville de Suisse et d’une ville internationale sont multiples, avec un ancrage dans l’activité du département dont on a la charge et une participation au collège exécutif pour l’ensemble des enjeux de la Cité. La responsabilité et l’ambition de contribuer au rayonnement et à la promotion de Genève, afin d’assurer sa place sur le plan fédéral et international, font clairement partie des attributions du mandat, surtout lorsqu’on s’occupe de culture et de sport. J’ai toujours exprimé ma volonté d’y œuvrer très activement. Par ailleurs, dans le cadre de la répartition des tâches au sein du Conseil administratif, j’assure une présence régulière de Genève dans des réseaux institutionnels sur le plan national ou international, ou lors de rencontres ad hoc.

Genève sur la carte Suisse
En Suisse, Genève a longtemps eu la réputation de snober ses partenaires au niveau fédéral. J’ai tenu à faire partie de celles et ceux qui estiment que cela devait changer concrètement, et c’est un engagement qui fait sens et qui produit des résultats ! Genève est entre-temps nettement mieux reconnue sur le plan fédéral dans le domaine culturel (festivals de cinéma, musées, …). Elle a renforcé sa présence dans le domaine du sport, si on pense aux manches accueillies de la Coupe Davis, au Geneva Open ou à la prochaine Laver Cup en 2019.
En tant qu’élu délégué par l’exécutif de la Ville au Comité de l’Union des villes suisses (organe officiel qui porte la voix des villes au niveau national, et dont je suis vice-président), je participe à un certain nombre de séances par année à Berne, ainsi qu’à la Journée annuelle des villes suisses. Je participe également en tant que responsable de la délégation des villes au sein du Dialogue culturel national mis en place par le Conseil fédéral, ou à la Conférence tripartie du territoire. De même, je me rends régulièrement au Festival de Locarno pour son volet institutionnel et politique ; la Ville de Genève est, par exemple, co-organisatrice avec le Canton de Genève et la Ville de Zurich des Quartz, les Prix du cinéma suisse.

Genève internationale
Par ailleurs, notre ville ne serait pas ce qu’elle est sans la Genève internationale. J’estime qu’il est nécessaire de renforcer le rôle des villes au sein des institutions onusiennes à Genève, d’attirer des réseaux de villes et d’affirmer la place des organisations internationales déjà présentes dans notre ville. Dans un billet paru dans la Tribune de Genève le 18 octobre 2018 et intitulé « Genève doit jouer la carte des villes », Olivier Bot, rédacteur en chef adjoint, relevait d’ailleurs l’importance de cette nouvelle composante des relations internationales. Cette ambition pour Genève implique forcément des déplacements, en Suisse à l’étranger, et donc des frais (train, avion, hôtels, etc.).

Sur le plan international, je représente également la Ville au sein de l’Association internationale des maires francophones (AIMF, l’association de référence des villes au sein de la francophonie). A cet effet, je suis par exemple allé en 2017 à Montréal où se tenait son Assemblée générale annuelle (le syndic de Lausanne y était d’ailleurs également). Les années précédentes l’AIMF s’était réunie à Yerevan, Bruxelles, Beyrouth, Abidjan, Lafayette (USA), Paris ou Tunis. J’y rencontre d’ailleurs des représentant-e-s d’autres villes romandes, comme Lausanne, Montreux ou Vernier. Il m’arrive aussi de devoir renoncer à y aller, bien sûr, lorsque ce n’est pas compatible avec mes obligations et engagements locaux.
En 2018 j’étais à Strasbourg pour la session du Comité mondial et au Bureau Exécutif de CGLU, la plus grande association faîtière de villes, afin de négocier très concrètement le renforcement de la présence de ces réseaux à Genève. L’importance de mener ces démarches est confirmée par de nombreuses études de la Genève internationale qui démontrent de manière tangible l’apport à la prospérité de notre région.

Culture et sport
Mes responsabilités en tant que magistrat en charge du Département de la culture et du sport expliquent également ces dépenses. Des succès comme la venue des Géants (de Nantes), l’accueil de la Laver Cup (l’an prochain) ou des demi-finales de la Coupe Davis ; la participation active de Genève à l’exposition universelle de Milan en 2015 aux côtés de Bâle et Zurich dans le cadre du Pavillon suisse, ou les partenariats de promotions des artistes et acteurs culturels de Genève aux Rencontres photographiques d’Arles (avec le Canton et Présence Suisse) ou au Festival d’Avignon ont nécessité de se déplacer, d’aller rencontrer, créer un lien, convaincre, pour que Genève existe sur la carte culturelle et sportive.
Ainsi les montants qui me concernent correspondent à mon action comme magistrat pour Genève : une ville internationale, dynamique, qui tisse des partenariats, trouve des soutiens et attire des ressources et des talents.
Vous trouverez dans le document ci-joint des explications plus précises pour chaque poste du tableau publié par le Conseil administratif.

Dans d’autres villes, qui disposent d’un-e maire pour toute la durée de la législature, celle-ci ou celui- ci dispose a priori de revenus plus élevés et de moyens plus conséquents par rapport à ses collègues. Pour cette raison et surtout pour assurer une clarification des rôles et une plus grande continuité et efficacité dans le travail de représentation, il serait enfin temps de changer le système dépassé que nous avons à Genève, en instaurant une véritable mairie.

Changement des règles
La revendication de transparence et de rigueur est tout à fait légitime, et je souhaite que, dorénavant, le Conseil administratif publie annuellement des informations concernant ses déplacements et autres frais professionnels, sous une forme adéquate. Ces publications ne pourront néanmoins pas simplement se faire sous forme brute ; elles devront être expliquées car les chiffres bruts ne signifient rien.
Parmi les règles qui ont déjà changé, outre l’introduction d’un contrôle systématique du bien-fondé de ces dépenses, figurent (sur ma proposition) des règles plus strictes en matière de voyages (validation préalable, reporting par la suite, etc.), ainsi que la suppression des forfaits journaliers en déplacement (prise en charge uniquement de frais effectifs sur présentation de justificatifs adéquats), l’arrêt de la prise en charge de toute dépense en deçà de 30 francs, etc. Ces différentes mesures entraîneront d’ores et déjà des économies nettes de quelques dizaines de milliers de francs par année. La prise en charge des taxis sur le territoire municipal devrait être supprimée selon moi, une prise en charge qui ne me paraît pas adéquate, sauf exceptions justifiées.

La suppression de l’indemnité forfaitaire est également en discussion, ce qui entraînera dans les faits une diminution nette de salaire. On peut aussi imaginer un maintien, mais à condition qu’elle couvre beaucoup plus de dépenses courantes sur le territoire genevois qu’auparavant, par analogie avec la plupart des autres villes suisses. J’ai d’ailleurs contacté mes collègues des autres grandes villes suisses au sein de l’UVS afin d’avoir des informations directes et fiables sur leurs règles et pratiques, en particulier sur la manière dont elles traitent et imputent comptablement leurs dépenses. En effet, nos homologues des grandes villes comme Lausanne, Bâle ou Zurich se déplacent également en Suisse à et à l’étranger, y compris sur des distances lointaines, élément qui ne semble pas figurer pas dans les comparaisons publiées.

Plus de transparence
Cette transparence vise à restaurer une nécessaire confiance. J’envisage également de trouver un moyen de rendre public mon agenda, sous réserve des éléments objectivement internes ou confidentiels. Depuis plusieurs années, mes déplacements officiels font déjà l’objet d’une communication dans le cadre de la newsletter interne aux collaborateurs et collaboratrices de mon département. J’ai par ailleurs fait élaborer et adopter par mon Département cette année une directive pour gérer et cadrer les conflits d’intérêt, qui sera bientôt généralisée à l’ensemble de l’administration municipale.

Ce débat sur la transparence dans l’action publique, et ce qu’on entend par celle-ci, ne fait que commencer, à mon avis, de même que celui sur la gestion des conflits d’intérêt. Débat passionnant et essentiel, que, j’espère, nous pourrons mener de manière sereine et équilibrée !

 

Annexe: détails des frais et précisions

Déclaration liminaire devant le Conseil municipal

Je souhaite rendre disponible par écrit la Déclaration liminaire faite en tant que maire de Genève au nom du Conseil administratif en ouverture de la séance du Conseil municipal de la Ville de Genève du 13 novembre 2018 (seul le prononcé fait foi).

_________________________________________

Monsieur le Président du Conseil municipal,

Mesdames les Conseillères municipales, Messieurs les Conseillers municipaux,

En tant que Maire, je souhaite intervenir avec une Déclaration liminaire précisant un certain nombre d’éléments essentiels relatif à cet audit, et qui faciliteront la tâche aux membres de ce Conseil pour poser les questions orales, ainsi que pour traiter les nombreux textes déposés.

La Cour des comptes a donc publié son audit relatif aux frais professionnels des membres du Conseil administratif et de la direction. Ce faisant, cet audit a questionné un système qui a toujours existé, un système qui reposait sur la responsabilité individuelle et sur la confiance réciproque. Dans les faits, ce dispositif relève donc pour large partie d’un droit coutumier.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire au nom du Conseil administratif, le rapport de la Cour est utile et pertinent. Il a permis de constater les faiblesses et lacunes de ce dispositif, qui ne correspond plus aux attentes et pratiques d’aujourd’hui. En mettant en exergue des pratiques très différentes selon les magistrats, en dévoilant aussi quelques cas de dérives injustifiables, ce rapport sonne la fin du système qui prévalait. Par rapport à la Cour des comptes, je précise d’ores et déjà que le Conseil administratif a accordé un accès illimité à la Cour pour le progiciel de gestion financière de la Ville, SAP, accès effectif dès cette semaine pour assurer le suivi de l’audit, et ce conformément à la requête de la Cour.

Désormais, de nouveaux outils de gestion permettront un contrôle rigoureux du bien fondé de chaque dépense, avec un pouvoir accru à la Magistrate en charge des finances qui n’existait pas jusqu’à présent. Les cas d’abus ne pourront plus se reproduire.

 

Pour mémoire les principaux points de ce nouveau dispositif :

·         Le Conseil a adopté récemment un nouveau Règlement sur la prise en charge des frais effectifs, en remplacement des dispositions existantes, notamment le modèle de la Fédération des Entreprises Romandes (FER) utilisé depuis 2006. Dans le cadre de ce règlement, le Conseil administratif a défini les frais effectifs et les règles de remboursement de ceux-ci.

·         Le Conseil a modifié la gestion des cartes de crédit professionnelles. Celles-ci seront dorénavant à la charge des comptes personnels des titulaires, qui devront donc payer les frais, puis les présenter sous forme de notes de frais avec tous les justificatifs requis, afin de permettre un meilleur suivi de ces dépenses ainsi qu’un contrôle adéquat avant le remboursement.

·         Dorénavant les voyages hors de Genève doivent être explicitement autorisés, avec documentation de l’objectif, de la destination, de la délégation et du financement, et faire l’objet d’un rapport ensuite.

·         Enfin, le Conseil institue un contrôle croisé des dépenses de ses membres par le/la magistrat-e en charge des finances et, pour lui/elle, par le/la Maire (ou le/la Vice-Présidente si le/la magistrat-e en charge des finances est Maire). Ce système de contrôle de premier niveau ne préjuge pas des niveaux de contrôle ultérieurs, notamment par le Contrôle financier. A noter que les frais de représentation faisaient déjà partie du périmètre du Contrôle financier mais il faudra veiller à ce que soit mieux formalisé et appliqué.

 

Bien sûr, nous avons pris pleinement la mesure du choc créé par ce rapport, et notamment par certains cas spécifiques qui y sont cités. Cette émotion, cette colère, sont légitimes. Devant vous ce soir, je voudrais redire ceci, en tant que Maire, même si cela sonne comme une évidence – certaines évidences doivent parfois être redites – aucun frais privé ne doit jamais être pris en charge par la collectivité. De plus, ces frais doivent être justifiables et justifiés en lien avec notre fonction, et attester d’un emploi judicieux et économe des derniers publics. Un point est cependant central : aussi consternants et condamnables puissent être les quelques exemples mis en exergue par ce rapport, la quasi-totalité des frais mentionnés sont des frais professionnels légitimes. Ils ont été mis au service de la fonction et des projets de la Ville de Genève, et non de la personne. Il s’agit ici d’éviter les amalgames injustifiés. Par ailleurs, vous savez que le Ministère public a ouvert une procédure pénale contre inconnu. Elle permettra de faire toute la lumière sur la situation et de lever tout doute.

Quant au cas spécifique de la téléphonie, il a été entre-temps abondamment commenté et expliqué. De toute manière, les abonnements actuels en vigueur depuis juillet 2018 ne permettraient plus de pareilles dépenses, vu qu’ils sont sous le régime du montant forfaitaire.

La Cour des comptes ne remet d’ailleurs pas en question le principe de l’indemnité forfaitaire ni son montant, ainsi que la prise en charge des frais, à condition que le dispositif soit amélioré et précisé. Dans ce contexte, il convient de rappeler que la fonction de Conseiller administratif ou de Conseillère administrative est une charge qui dépasse le cadre horaire habituel de travail et s’étend très régulièrement aux soirées et week-ends, voire sur les jours fériés. Cette fonction implique une forte activité de représentation dans les situations les plus diverses. La discussion est en cours au sein du Conseil administratif : soit l’indemnité forfaitaire couvre les frais inhérents aux activités de représentations sur le plan local à Genève (comme à Bâle ou à Zurich, par exemple, ou comme cela semble être le cas pour la majorité des membres du Conseil d’Etat), soit elle est supprimée et remplacée uniquement par des remboursements effectifs, avec l’avantage de la transparence détaillée et l’inconvénient d’un travail comptable accru.

Sur le niveau des montants articulés, je souhaite rappeler que les déplacements des magistrats hors de Genève pour raison professionnelle sont inclus dans les chiffres publiés sur 10 ans, et non imputés aux projets concernés comme cela se fait ailleurs. Cela explique les différences de frais d’un Conseiller administratif à l’autre. Parfois, il suffit de deux déplacements dans l’année pour atteindre des montants relativement importants. Ne plus voyager, ne plus recevoir, c’est aussi accepter de ne plus remplir une partie du cahier des charges. Cela ne semble pas souhaitable.

Pour conclure, j’aimerais réitérer la disposition du Conseil administratif à collaborer pleinement avec la commission des finances, qui est notre interlocutrice sur les problématiques dont il est question. Je souhaiterais enfin retenir, que si le rapport de la Cour des comptes n’a pas été des plus agréables pour le Conseil administratif, elle aura eu le mérite de lancer une vague qui ressemble bien à une lame de fond, en matière de transparence publique. Une lame de fond qui dépasse largement Genève et permettra, au final, de renforcer la nécessaire confiance que les habitantes et habitants de notre pays se doivent de pouvoir accorder à leurs autorités.

 

La culture, créatrice de valeurs à Genève

Economie culturelle et créative : j’ai ouvert ce chapitre au cours de ma première législature, en 2014, alors que l’approche n’existait pas à Genève et était largement taboue. Je voulais d’une part démontrer – si besoin était – le rôle essentiel de la culture dans l’économie de la Cité, d’autre part identifier de nouveaux outils pour stimuler l’ancrage et le développement culturel à Genève sous de nouvelles formes.

Lorsque l’on se lance dans un débat sur l’économie culturelle et créative, que ce soit sur les plans académique ou politique, on découvre avant tout la polysémie du terme. Il s’agit donc dans un premier temps de le  clarifier, et je soutiens, pour ma part, une vision politique large qui s’intéresse à la diffusion et aux effets de la créativité et de l’innovation dans l’économie, mais aussi dans la société. Une vision dans laquelle la mesure de l’impact économique de la culture ne repose pas uniquement sur la mesure de son importance économique directe, mais aussi sur son impact économique indirect ; sur la créativité, la qualité de vie, le lien social, la santé, l’innovation, la  citoyenneté… La culture est créatrice de valeurs – au pluriel.

Du chemin a été fait et aujourd’hui pour une majorité, le lien fructueux entre l’un et l’autre domaine est aujourd’hui communément admis, tout en respectant pleinement l’autonomie et l’identité respectives des deux domaines que sont la culture et l’économie.

 

Une prospérité culturelle

Certes, la culture a un poids économique direct, comme l’a démontré l’étude menée en 2017 par la Haute Ecole de Gestion de Genève à la demande conjointe de la Ville et du Canton de Genève. Mais culture et créativité ont un impact tout aussi important en tant que facteurs de croissance et générateurs d’emplois, moteurs de l’innovation sociale et contributeurs à la qualité de vie. Des valeurs que l’on pourrait rassembler, dans une perspective consensuelle, sous le terme de « prospérité », qui fait sens dès lors qu’elle est durablement partagée, de manière équitable.

« Créer de la prospérité à partir de l’effervescence culturelle », c’est sous ce titre que la Chambre de Commerce de Montréal Métropolitain (CCMM) a édité, au printemps 2017, une série de recommandations dans le cadre des consultations pour une nouvelle politique culturelle, menées par le Gouvernement du Québec. Dans ce document, la Chambre de Commerce de Montréal émet dix recommandations dont elle souligne, « qu’elles ne s’orientent pas nécessairement dans une optique de rentabilité commerciale ».

Ces recommandations, qui se fondent sur trois axes – agir sur la demande, renforcer le développement de l’offre culturelle et enrichir le soutien à la culture – sont édifiantes. Elles expriment un véritable souci du bien commun de la part d’une institution dont la finalité semble a priori assez éloignée de celle des pouvoirs publics en charge des politiques culturelles ou de celles des artistes et acteur-trice-s culturel-le-s.

 

10 recommandations de la Chambre de commerce de Montréal pour la culture

Je relève notamment l’intérêt affiché par la Chambre de Commerce pour la « citoyenneté culturelle », renforcée par la numérisation des contenus et la multiplication des canaux de distribution. Ce n’est là qu’une des dix recommandations émises mais l’ensemble de la démarche est remarquable et c’est pourquoi j’ai souhaité les inviter à exposer à Genève les raisons et la manière dont elle s’implique dans la promotion et le soutien à la culture au Québec.

Un forum pour le développement de la région

Ce sera donc ce jeudi 15 novembre, au cours d’une journée de réflexion et d’un débat que mon Département organise conjointement avec la Chambre de commerce et d’industrie de Genève et la Banque cantonale de Genève.

Je me réjouis donc qu’à Genève aussi, des acteurs et actrices économiques locaux et internationaux expriment un intérêt à réfléchir de manière constructive aux politiques culturelles, ensemble avec des acteurs et actrices culturelles, des artistes et des représentant-e-s des collectivités publiques, dans l’optique d’un souci commun pour le développement de la ville et de la région.

#ACTMedia: ouvert et offensif !

Dystopie : dans 5 ans, plus aucun titre de la presse écrite sur support papier en Suisse romande. Au rythme où se succèdent les restructurations, ou plutôt les liquidations, on peut sérieusement le craindre. Peut-être 20 Minutes et le Matin Dimanche, mais je ne mettrais pas ma main au feu. Car on doit s’attendre à de nouvelles annonces de restructurations avec licenciements, très prochainement, si les rumeurs sont exactes. Et cela, aussi bien à la Tribune de Genève / 24 Heures qu’au Temps, dont l’existence même pourrait être en danger, malgré des résultats corrects en matière de lectorat et d’équilibre entre numérique et papier.

Des rumeurs crédibles ? Malheureusement, au vu des récentes annonces et des échos venant de l’intérieur des rédactions. Las, le Temps n’atteindrait pas les 15% de rentabilité annuelle, objectif fixé par l’éditeur. Quand on sait que les titres Edipresse parvenaient au mieux à une rentabilité de 5-6% par an, on comprend bien qu’un tel objectif ressemble plus à une mise à mort programmée qu’à une véritable stratégie, certes risquée et audacieuse, mais réfléchie et constructive. Qu’est-ce qui peut rapporter 15% par an, aujourd’hui, à part des investissements à haut risque et spéculatifs ?

Le schéma selon lequel de méchants éditeurs alémaniques auraient décidé de faire disparaître les titres romands – schéma facile que certains aiment propager – ne tient pas une seconde; les restructurations sont aussi drastiques en Suisse allemande, peut-être avec un certain décalage dans le temps, la différence se jouant aussi dans la taille du marché.

Face à l’hécatombe : sortir de la plainte et chercher des solutions

A Genève, on a vu successivement disparaître La Suisse et le Journal de Genève dans les années 1990 ; quant à la Tribune de Genève, elle s’est vue mise sous tutelle, avec une délocalisation de la plupart de ses rubriques à Lausanne, ne conservant que ses rubriques locales et culturelles, pour simplifier… Seuls résistent à Genève (pour combien de temps?) Le Courrier et quelques gratuits.

Face à cette hécatombe, la messe semble dite. A chaque restructuration, le même scénario se déroule : des pleurs et des hurlements, de grandes déclarations choquées, de vaines tentatives de « médiation » de la part d’autorités cantonales auprès d’éditeurs qui n’en tiennent aucun compte… et la poussière retombe jusqu’à la prochaine étape de la démolition.

Faut-il juste s’en accommoder ? Après tout, il reste les radios et télévisions locales, la RTS, et bien sûr un champ illimité d’options sur internet ! En réalité, plutôt que de conserver une attitude réactive et plaintive, il devient urgent de faire preuve de lucidité et de se poser quelques bonnes questions, afin de tenter de trouver des réponses adéquates.

 

Préciser tout d’abord un certain nombre d’enjeux

Premièrement, et même si ce n’est pas anodin, le glissement du papier vers le numérique n’est pas l’enjeu principal. Car dans le cas des médias, sauf exceptions, le papier va perdre du terrain, irrémédiablement. Les avantages du numérique, lorsque la publication est bien pensée, sont indéniables. Je ne suis pourtant pas un partisan forcené du « tout-numérique » et reconnais qu’il y a plusieurs domaines où le papier garde à la fois sa légitimité et son audience – c’est le cas de la littérature, des beaux-livres, des essais. Pour la presse, le réel enjeu, c’est l’existence de vecteurs d’information de qualité, avec une mise en perspective et une ligne rédactionnelle claire, qui contribuent à l’information vérifiée et vérifiable, et à la formation de l’opinion publique. A titre personnel, je reconnais n’acheter que rarement un journal papier et ne regarde qu’exceptionnellement une émission de télévision à l’heure prévue, à part les bulletins d’information. Et pourtant, je ne suis pas un « millenial »…

 

Fake news et capacité démocratique

Deuxièmement, il faut relever que les « fake news » ne sont pas en tant que telles une nouveauté dans l’histoire. Les théories du complot et autres médisances colportées au café du coin, voire générées dans les arrière-cours des différents lieux de pouvoir, sont vieilles comme l’humanité. C’est le caractère exponentiel de leur puissance toxique due à la vitesse et l’ampleur de diffusion que permet internet qui fait la différence. Comme bien d’autres éléments de notre société, ce sont la globalisation et la massification de ce phénomène, à une vitesse quasi luminique, qui en fait un élément particulièrement dangereux pour nos démocraties et l’Etat de droit si l’on ne réussit pas à construire des contrepouvoirs et à rétablir des équilibres.

 

Business model historique cassé

Troisièmement, il est utopique de croire que la majorité des grands éditeurs privés ait encore la moindre intention d’éditer des médias au sens classique du terme, qu’ils soient imprimés ou numériques. Cela ne rapporte pas assez. En partie par leur propre faute : ils ont en effet largement contribué à vider de leur substance économique les médias existants en captant leurs sources de recettes (annonces, gratuité massive, publicité) pour les séparer des supports éditoriaux. Une fois le business model historique fracassé, sans alternative, ils tirent la prise sans scrupules afin de préserver le bénéfice pour les actionnaires. A leur seule décharge, il est exact qu’eux-mêmes font aussi face à une concurrence très dure de la part des géants du net – Google, Amazon, Facebook, etc. – en matière de publicité en particulier. Comme le relatait la presse suisse le samedi 8 septembre, 80% des revenus publicitaires sont captés par les GAFA.

 

Repenser les possibilités de soutien public… et la manière de les financer

Quatrièmement, il devient incontournable d’évaluer franchement des options de financement incluant des fonds publics. Il est vrai que l’on entend souvent que les pouvoirs publics ne devraient pas s’impliquer dans le financement des médias, au nom de leur indépendance. Mais que faire face aux privés qui se retirent du secteur ? En tant que politiques, nous sommes devant un dilemme cruel : laisser le système s’effondrer en bonne partie ou soutenir des alternatives crédibles.

En réalité, l‘enjeu en termes de financement privé (hors mécénat) est plus large: comment la Suisse, malgré son mantra ultra-libéral en matière de régulation, pourrait rejoindre d’autres pays dans les discussions sur les moyens de contraindre les multinationales du numérique à assumer leurs responsabilités diverses, dont fiscales, mais aussi en termes de co-financement de tâches d’intérêt public ? Je pense notamment à la diversité de la création audiovisuelle, mais aussi, pourquoi pas, à la diversité du paysage médiatique. Il faut pour cela briser le cercle vicieux où chacun des acteurs mène un lobbying forcené pour échapper à toute obligation, sous prétexte que ses concurrents directs ne sont pas soumis à la même obligation. Les opérateurs de téléphonie mobile comme Swisscom, les câblo-opérateurs comme UPC, les fournisseurs et diffuseurs de contenus de loisirs comme Netflix, et bien sûr les GAFA, etc., doivent contribuer, selon des règles à préciser, à cet effort dans l’intérêt général. « Médias Suisses » le relate de manière très claire dans la presse du 8 septembre, comme évoqué ci-dessus, et une force de régulation supranationale est indispensable.

 

Quant aux enjeux démocratiques soulevés

Cinquièmement, pour l’accès à l’information comme pour bien d’autres enjeux liés au numérique (cybercriminalité, protection de la sphère privée, marchandisation à outrance, mutations rapides et profondes du marché du travail, etc.), il est indispensable de renforcer massivement toutes les démarches visant à rendre les gens capables de mieux appréhender ce monde et à conserver la capacité de se compter en citoyennes et citoyens autonomes. Lors du débat sur l’initiative No Billag, beaucoup de jeunes ont démontré que, s’ils ne regardent plus la télévision selon une grille programmatique prédéfinie et ne lisent plus un journal « classique », il ressort néanmoins des études qu’ils recherchent toujours une information structurée et fiable, et comptent sur les médias, en particulier public, pour garantir un débat transparent et démocratique. Des éléments plutôt rassurants.

 

Repenser la chaîne de valeur des médias…

Sixièmement, enjeu connexe en lien avec le développement exponentiel de la production et la diffusion de contenus via le net : qui paie quoi et pour quelle valeur ? Car une prestation n’est jamais gratuite. Pourtant, sur le net comme dans les caissettes de 20 Minutes, cette illusion de gratuité domine. Or, si ce n’est pas le consommateur et/ou le contribuable qui paie, et hors cas de figure du mécénat ou du bénévolat, l’entreprise doit bien générer des recettes. La musique a servi de précurseur, non sans conséquences lorsqu’on voit la révolution compète et brutale des schémas de rémunération des artistes et autres acteurs de la chaîne musicale ! Ceci touche également les médias.

 

La Loi sur les médias électroniques : une opportunité à saisir ?

Septièmement, sur le plan fédéral se discute actuellement la révision de la loi sur la radio et télévision (LRTV), renommée loi sur mes médias électroniques (LME) mais dont on peut déjà craindre qu’elle manque largement sa cible. Ouvrant de nouvelles opportunités de soutien public au-delà de l’audiovisuel « traditionnel », ce qui est une nouveauté déjà importante par rapport à l’historique du domaine et aux majorités fédérales, elle reste néanmoins beaucoup trop timide. Nous en sommes néanmoins au stade de la consultation. La réflexion doit être menée rapidement pour permettre d’en faire l’outil dont les médias suisses ont besoin !

 

Quelques propositions maintenant.

Réunir les collectivités publiques

Ce qui est possible dans le domaine culturel, à savoir des financements publics pour des projets ayant une dimension économique, et qui n’interférent pas dans les contenus et la programmation, devait être aussi possible dans les médias. On peut citer en exemple la belle démarche romande qui a permis la création en 2011 de Cinéforom, la Fondation romande pour le cinéma, ou, plus modestement, le soutien initié par la Ville et le Canton de Genève aux libraires indépendantes pour leur activité culturelle.

 

Limiter la concurrence étrangère et élargir l’assiette de financement

Une trop grande ouverture à la concurrence est néfaste ; ainsi le fait par exemple d’accepter comme c’est le cas aujourd’hui que des télévisions étrangères puissent faire de la publicité axée spécifiquement sur le marché suisse, alors qu’elles ne contribuent en rien au financement d’activités d’intérêt général, est absurde. En matière de partage du « gâteau publicitaire », la Confédération trouverait là une opportunité de réunir les différents acteurs suisses du domaine.

Il faut également sérieusement traiter la question mentionnée ci-dessus de la contribution (qui ne serait pas du tout volontaire!) des différents opérateurs numériques à des enjeux d’intérêt général, ce qui inclut le fait de préserver et encourager un paysage médiatique diversifié.

 

Reprenons l’initiative d’un débat ouvert et offensif !

L’essentiel, en tout état de cause, est d’assumer ce débat de manière plus ouverte, offensive et créative que jusqu’à présent. Une contribution dans ce sens réside dans la journée que j’ai pris l’initiative d’organiser dans le cadre de mon année de mairie, le 14 septembre prochain à Genève, incluant un Hackathon et de nombreux intervenants qui ont un rôle et une opinion face à l’évolution du paysage médiatique. En prévision de cette journée, j’ai mandaté Fabio Lo Verso pour établir un rapport (ci-joint) qui documente les différentes initiatives et propositions citées ci-dessus. Il offre de manière inédite, à ma connaissance, ces éléments réunis de manière synthétique.

Enfin, et pour ne pas en rester à une simple journée de débats, aussi intéressante puisse-t-elle être, la journée fera l’objet d’un hackathon co-organisé avec l’association Open Geneva, celui vise à s’inscrire dans le développement d’un projet sur le long terme. A la suite de cette journée, j’aimerais que soient rapidement organisés des Etats-généraux des médias, à l’échelle lémanique voir romande, réunissant cantons et principales villes, afin de clarifier quel pourrait être le rôle des pouvoirs publics dans ce domaine, et de tenter d’harmoniser nos approches et formuler des solutions concrètes.

 

Informations et inscriptions au hackaton : www.ville-geneve.ch/mairie-actmedia

Programme de la journée en PDF: > télécharger

Rapport “L’aide aux médias à l’ère numérique”: > télécharger

Discours du 1er août

Discours prononcé le 1er août, à l’occasion de la Fête nationale organisée par la Ville de Genève au Parc La Grange (seul le prononcé fait foi).


Monsieur le Maire de Bienne, cher Erich

Madame la représentante du Laboratoire européen pour la physique des particules, le CERN, chère Madame Warakaulle,

Chers habitantes et habitants de Genève

Chères et chers amis,

– salutations en suisse allemand, en italien et en anglais – 

 

Je suis particulièrement heureux que nous soyons réunis aujourd’hui aussi nombreuses et nombreux pour commémorer ensemble la Fête nationale de la Suisse.

Une fête que la Ville de Genève organise dorénavant chaque année dans ce magnifique Parc La Grange. J’avais choisi ce lieu lors de ma première année comme Maire et je me félicite que cela soit devenu une tradition.

L’appartenance de Genève à ce pays n’est historiquement pas si lointaine, comme nous l’a rappelé la célébration du bicentenaire de notre entrée dans la Confédération il y a 3 ans. Mais notre attachement à la Suisse est certainement plus profond qu’il n’est ancien : une journée comme celle d’aujourd’hui nous donne l’occasion d’y repenser.

Le 1er août est en effet un événement qui nous permet de nous retrouver, avec nos proches, notre famille, nos amis, nos voisins, afin de partager ensemble un moment convivial et de célébrer les valeurs fondatrices de notre pays que sont la liberté, la tolérance, la solidarité, la diversité et l’ouverture au monde.

Genève est depuis toujours un carrefour, une terre d’échanges ; déjà à l’époque de la Réforme, il y a 500 ans, Genève comptait 40% de résidents étrangers. Aujourd’hui, plus de 70% des personnes résidentes disposent d’une nationalité autre que Suisse, si l’on compte les binationaux. C’est considérable. Et cela fait de Genève un Canton et une Ville profondément suisses car la Suisse est elle-même une terre de diversité et de migration.

Tout comme la Ville de Bienne d’ailleurs, que nous accueillons aujourd’hui. 10e ville suisse et la plus grande ville bilingue de notre pays, Bienne partage en effet avec notre cité la réputation d’être une ville ouverte et tolérante, une ville qui a su faire de la mixité de sa population une force.

Bienne qui partage également avec Genève, je tiens à le souligner, une tradition horlogère forte ancrée dans un passé glorieux qui a su se réinventer au fil des siècles pour rester vivante aujourd’hui encore.

J’ai en plus un lien très personnel avec Bienne puisque j’ai le plaisir d’y passer mes examens de maturité.

J’aimerais rappeler ici la devise historique, même si non-officielle, de notre pays : « Unus pro omnibus, omnes pro uno ». Les latinistes auront déjà traduit : « Un pour tous, tous pour un », qu’ont également faite leur les mousquetaires d’Alexandre Dumas.

Au 21ème siècle, alors que les tensions et l’individualisme semblent à leur paroxysme, alors que les défis qui touchent notre planète semblent difficilement gérables, vous conviendrez que cette devise représente un véritable défi mais aussi, plus que jamais, une nécessaire volonté.

Je suis persuadé que c’est en valorisant une démarche de création, d’innovation, de curiosité, de découverte, dans une logique d’inclusion et de respect mutuel, que la Suisse pourra concrétiser son « Unus pro omnibus, omnes pro uno ».

C’est en affirmant une ouverture assumée, confiante, dynamique, que la Suisse saura relever les défis d’aujourd’hui et de demain. Et faire honneur à sa devise. Car la Suisse moderne est bien le fruit de l’ouverture. Fille d’Helvetia plutôt que de Guillaume Tell, la Suisse d’aujourd’hui est née d’une union confiante entre des régions aux langues, aux religions et aux cultures différentes, misant sur des équilibres en constante évolution à travers les siècles, incluant avec intelligence les apports en provenance d’ailleurs.

Même si 1291 reste la date de référence pour l’acte d’origine de cette alliance confédérale, cette Suisse moderne prend ses racines bien plus dans la Constitution de 1848, ou dans l’introduction des droits populaires, initiative et référendum, en 1874 et 1891, ou encore dans la Paix du travail en 1937.

Le poète Pierre Reverdy a écrit qu’il « n’y a pas d’amour, seulement des preuves d’amour ». La Suisse est née de ces preuves d’amour. Amour de raison peut-être. Mais preuves d’amour néanmoins, comme l’instauration d’une solidarité indispensable pour affermir le lien entre les cantons d’un pays naissant. Plus largement, la solidarité doit être aujourd’hui constamment réaffirmée, martelée, étendue pour constituer ce lien qui permet notre « vivre ensemble ». Un « vivre ensemble » qui implique surtout de construire ensemble.

Alors que l’actualité peut nous faire craindre que notre pays se replie sur lui-même, il est essentiel d’évoquer cette attention à l’autre et de rappeler que, sans ouverture, sans acceptation de la différence, la Suisse telle que nous la connaissons n’existerait tout simplement pas. Lorsque nous voterons, en novembre de cette année, sur l’initiative dite « pour l’autodétermination », ou « contre les juges étrangers », je vous invite à conserver cette nécessaire ouverture, cette confiance dans notre capacité à avancer avec les autres, et à vous opposer à cette initiative qui n’est rien d’autre qu’une chape de plomb sur un ciel étoilé.

Cette initiative représente la négation de ce qui constitue l’un des piliers fondamentaux de nos sociétés démocratiques modernes, à savoir l’Etat de droit. Un Etat de droit qui inclut nécessairement des normes de droit international, vitales pour organiser notre coexistence et les droits fondamentaux de toutes et tous, de chacune et chacun. Accepter cette initiative signifierait, par exemple, renier notre adhésion à la Déclaration universelle des Droits humains, dont on marque justement les 70 ans d’existence cette année ! Je profite d’ailleurs pour rappeler que le groupe de rédaction, sous l’égide d’Eleanor Roosevelt, ancienne Première dame des Etats-Unis et fer de lance des droits des femmes, notamment, s’est réuni justement dans la Villa La Grange, juste ici à côté, en décembre 1947.

Comme l’a dit une fois le Général de Gaulle, « Le patriotisme c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester les autres. » Vous aurez compris que je me définis volontiers comme patriote, ouvert aux autres !

Pour en revenir à l’innovation nécessaire évoquée il y a quelques instants, et comme vous le savez certainement, j’ai souhaité placer mon année de mairie sous le signe de la digitalisation. Car le monde numérique, digital, électronique, est devenu en grande partie notre monde. Nous vivons dans un univers dominé par les enjeux numériques. Un numérique parfois choisi, parfois subi. Parfois visible, parfois invisible. Parfois positif, parfois négatif.

Il nous faut donc envisager de manière différenciée, nuancée, les situations et les réponses à donner.

Mais d’une manière générale, je tiens à ce que le numérique soit mis au service du vivre-ensemble. Qu’il serve la cohésion et le partage, plutôt que l’exclusion et la ségrégation.

Genève bénéficie depuis de longues années maintenant de la présence du CERN sur son territoire. Ce Centre de recherche à l’aura mondiale nous place au cœur des innovations marquantes – je pense que tout le monde sait que le world wide web y a vu le jour le 13 mars 1989, il y a bientôt 30 ans.

Et c’est en dialoguant entre pouvoirs publics, institutions de cette ampleur et petites structures innovantes que nous pourrons nous projeter vers le futur, inventer et développer des projets au bénéfice de l’ensemble des citoyennes et citoyens de Genève bien sûr, mais également du monde entier.

La digitalisation doit être abordée comme une chance. La chance de profiter d’un élan pour construire une ville plus inclusive, qui sache mieux tenir compte de la place de chacune et chacun. Une ville qui s’inscrive dans la devise « un pour tous et tous pour un ».

Merci au CERN et à la Ville de Bienne d’avoir accepté de nous rejoindre aujourd’hui, et à toutes les équipes qui ont permis d’organiser cette belle manifestation.

Je vous remercie toutes et tous pour votre attention et vous souhaite une magnifique fête nationale !

Vive Genève, vive la Suisse !


Télécharger ici le discours en PDF > Discours 1er août 2018 – Fête nationale

Lien vers la galerie photos de la Fête nationale > Galerie – Ville de Genève

Lien vers l’événement “entre tradition et innovation” proposé par la Ville cette année > Evénement – Ville de Genève

Digitalisation : agir en réseau !

Parmi les nombreux défis qui se posent à notre société en général, et pour la vie urbaine en particulier, figure celui de l’emprise de plus en plus forte du digital. La formidable accélération de l’évolution technologique dans tous les domaines de notre société bouscule notre cadre de vie. Il est frappant de constater que je dois faire face à l’enjeu aussi bien en tant que Maire de Genève, que responsable de la culture et du sport, Vice-président de l’Union des Villes Suisses ou – et c’est même devenu une des priorités de celle-ci – comme Président de la Commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse.

Nous vivons en effet dans un monde de plus en plus dominé par les outils numériques ; un numérique parfois choisi, souvent subi ; parfois visible, parfois largement invisible. Et quand je dis « dominé », cela englobe tant les aspects positifs que négatifs de cette révolution, ce qui doit nous inciter à envisager de manière différenciée les situations et les réponses à y donner.

Un potentiel gigantesque et une responsabilité à la même hauteur

Le numérique peut offrir d’énormes possibilités, dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de la culture, du partage d’information, de la gestion du trafic, de l’organisation de la vie familiale, de l’urbanisation, de la valorisation du patrimoine, de la protection de notre environnement, du sport, de la santé, de la convivialité et j’en passe ; le numérique nous offre des outils précieux.

Tout en mettant à profit ces nouvelles possibilités, en les partageant de manière équitable pour toutes et tous, il est nécessaire de faire face et de contenir les risques et les désavantages : commercialisation à outrance des données récoltées à notre sujet, cybercriminalité, transformations radicales du marché de l’emploi, répression de mouvements démocratiques par des régimes totalitaires, manipulations de campagnes électorales, et ainsi de suite.

Définir un cadre inclusif et protecteur

Tout en développant le partage des données (open data) il est impératif de garantir la protection de la sphère privée ; nous devons dans un même mouvement développer l’administration en ligne tout en évitant de laisser sur le bord de la route celles et ceux qui n’y ont pas recours, pour éviter une fracture numérique ; nous devons protéger les droits fondamentaux tout en facilitant l’innovation et la créativité ; nous devons surtout définir un cadre public, démocratique, éthique et transparent face à la puissance des géants du numérique et aux manipulations potentielles.

La manière dont nous abordons ces enjeux aura des répercussions directes sur la société de demain. Le numérique doit nous permettre de favoriser le vivre ensemble et non nous diviser. Il doit faciliter l’inclusion et le partage, pas l’exclusion et la ségrégation. Il doit renforcer la vie démocratique et pas l’affaiblir.

Genève : un espace ouvert pour avancer dans ces réflexions

Même si les enjeux du numérique nous dépassent et sortent très largement du cadre d’une ville comme Genève, il est important de se souvenir que Genève a, durant son histoire, toujours su se positionner sur la carte du monde comme un lieu favorisant les expériences, les discussions, les prises de conscience et les innovations, aussi bien sur le plan local que global.

Une « année de mairie » dédiée à ce tournant numérique

J’ai eu le privilège et l’honneur d’accéder à la fonction de Maire de Genève, dans la tradition de tournus annuel de cette fonction (une « genferei » peut-être, qui voit la fonction de maire changer chaque année, sur le modèle de la présidence de la Confédération). J’entends donc développer, avec mes collègues et les nombreux partenaires possibles à Genève, des projets concrets et offrir des espaces de réflexion pour que ces enjeux puissent être abordés dans les meilleures dispositions possibles, et que la Ville de Genève devienne elle-même exemplaire en la matière.

Cette année 2018-2019 verra donc se concrétiser une journée consacrée à l’information et au rôle des médias. Cette journée sera organisée dans le cadre de la consultation sur le projet de Loi sur les médias électroniques proposé par le Conseil fédéral. Mais pas uniquement, puisqu’elle abordera également des questions plus larges d’accès à l’information, de vérification de celle-ci, d’éducation, car ces dimensions sont constitutives d’une démocratie en bonne santé. C’est d’ailleurs le Président Alain Berset et l’ancien Premier ministre français Jean-Marc Ayrault eux-mêmes, qui ont rappelé que la meilleure manière de lutter contre les « fake news », ce n’est pas une loi, c’est de renforcer l’éducation, l’intégration sociale, le dialogue, l’incitation au respect, l’accès à la formation et une réflexion sur la nécessité de responsabilisation (pour laquelle le système institutionnel fédéraliste helvétique est d’ailleurs intéressant).

Deuxième élément, un programme en continu proposé avec la bibliothèque de la Cité à Genève, et son espace le 4e qui explorera la digitalisation, y compris sur le mode de l’humour, car l’humour peut être un puissant instrument pour rendre accessibles des notions complexes et déroutantes.

Enfin, troisième élément que je tenais à évoquer, en dehors d’un large processus que j’ai initié à Genève afin de repenser l’action publique à l’aune de la digitalisation, au printemps 2019 : un événement qui mobilisera les artistes du numérique pour nous questionner sur les enjeux de la transition numérique. Car les artistes n’ont pas attendu la mode de la « 4ème révolution industrielle » pour chercher, créer et explorer ce qui est devenu le « data art », le « web art », les « arts génératifs », etc… Au-delà de leur curiosité intrinsèque et de leur capacité créative, les artistes offrent très souvent un regard passionnant, parfois perturbant, sur des enjeux de société, tout en étant des formidables agents d’innovation. Je reviendrai prochainement sur cet événement.

Revendiquer une réflexion critique : du local au global

Je suis convaincu que la réflexion ne peut être seulement locale ou internationale ; ces deux perspectives peuvent et doivent se compléter. Ces événements locaux proposés par la Ville de Genève, comme les démarches intéressantes mises en place par des associations locales, doivent inspirer le positionnement de Genève. Nous devons poursuivre cette histoire aujourd’hui et revendiquer, sur le plan international aussi, une réflexion critique sur le « monde numérique ». La récente annonce de la participation de Madame Doris Leuthard à un groupe de haut niveau de l’ONU mis en place par le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, va dans ce sens et me réjouit car il renforcera encore l’ancrage genevois de la problématique, avec l’engagement du directeur de la Geneva Internet Platform (GIP) au sein de celui-ci et un secrétariat partagé entre New-York et Genève.

Nous devons nous inspirer des démarches d’acteurs locaux qui agissent en réseaux de manière totalement intégrée pour proposer des « Conventions de Genève du numérique », en soulevant les questions centrales de la gouvernance du web à un moment où sa neutralité est remise en question, en osant aborder de manière critique la question de l’appropriation des données et des savoirs, en rappelant l’open data et l’open source comme horizons de possibles et en travaillant à réunir les collectivités publiques de proximité dans une action concrète et efficace. Cette perspective qui allie le local à l’international doit être portée conjointement par les collectivités publiques genevoises ancrées dans les réalités du monde urbain (Canton et villes genevoises, avec l’appui de la Confédération). Par ailleurs, la Ville de Genève doit se positionner de manière très active dans les différents réseaux de villes, genevois, lémaniques, suisses et internationaux.

Genève doit continuer à se proposer comme centre d’innovation, de promotion des intérêts publics et de négociation multilatérale, comme place idéale pour faire contrepoids aux géants du web. Nous devons faire fructifier notre héritage, celui de lieu de naissance du World wide web, le 13 mars 1989, il y a bientôt 30 ans !