Pourquoi 99% de la population devrait voter OUI le 26 septembre!

Le 26 septembre nous voterons aussi sur l’initiative lancée par la Jeunesse socialiste, visant à taxer plus fortement les revenus du capital pour les personnes très très riches. J’insiste d’emblée sur cette notion de « très très riches », les fameux 1% les plus riches de la planète en général et de la Suisse en particulier. Ce groupe de personnes n’a plus rien besoin de faire pour gagner de l’argent (et beaucoup !), car leur fortune existante produit en soi déjà des revenus considérables. Au moment où les besoins augmentent, que les inégalités croissent de plus en plus vite, avec un effet amplificateur de la pandémie et bientôt de la crise climatique, cette initiative est tout à fait justifiée et doit faire l’objet d’un soutien franc et massif.

La campagne des milieux qui s’opposent vigoureusement à l’initiative représentent ceux et celles (surtout ceux !!!) qui ont beaucoup d’argent et de pouvoir ; ils envahissent les médias et l’espace public par l’intermédiaire de leurs lobbyistes bien payés afin de faire croire que l’initiative pénaliserait la classe moyenne ou les PME, ce qui est juste faux.

99% d’entre nous ne serons pas concerné-e-s fiscalement si cette initiative passe ; ce serait le 1%, les ultra riches, qui passeraient à la caisse. Pour faire partie de ce 1% de la population ultra riche, qui est au cœur de l’initiative, il faut avoir une fortune qui se compte au moins en millions (au pluriel !). Une fortune de cette ampleur (qui dépasse l’imagination d’un-e simple mortel-le comme la plupart d’entre nous !) est impossible à cumuler avec seulement la force du travail ; nous ne devenons certainement pas multimillionnaires en étant salarié-e-s, travailleuses et travailleurs.

Cette initiative ne concerne PAS les personnes qui ont un salaire, même élevé. Elle ne concerne PAS les entreprises. Elle ne concerne PAS les personnes propriétaires de leur appartement ou maison individuelle. Elle ne concerne PAS les personnes à la retraite et avec une rente AVS ou un deuxième pilier confortable, voire un troisième pilier. Elles concernent les personnes qui disposent d’un revenu issu exclusivement de leur capital (actions, biens immobiliers, bénéfices sur les transactions boursières, etc.) dépassant 100’000 francs par an.

Dans les faits, la plus grande majorité des habitantes et habitants de notre pays seraient bénéficiaires de cette initiative, si elle passait, en particulier la classe moyenne, dont le pouvoir d’achat est durement remis en question par l’assurance-maladie, le loyer et d’autres charges, et bien sûr les personnes défavorisées, retraité-e-s avec une rente minimale, jeunes en difficulté d’insertion, familles monoparentales, chômeuses et chômeurs de longue durée, etc.

Les revenus supplémentaires qu’engendrerait l’application de l’initiative iraient dans l’AVS, en faveur de la baisse des primes d’assurance maladie, ou pour financer la formation continue, les crèches, les transports publics, ou encore pour financer la reconversion professionnelle en lien avec la numérisation rapide des processus de production, ou enfin pour favoriser la reconversion écologique de notre société de manière socialement acceptable.

Ces moyens supplémentaires, environ 10 milliards de francs par an, contribueraient donc à préserver un service public, plus fort, mieux équipé pour aider la population, mais aussi pour soutenir les petites entreprises qui souffrent du système actuel.

Il est urgent et justifié de demander aux ultra riches d’être un peu plus solidaires et de réinvestir une partie minime des revenus de leurs capitaux (et non pas de leur travail !) pour le bien collectif. Ceci d’autant plus que ce sont justement ces personnes qui échappent le plus facilement à l’effort fiscal, comme en témoigne l’enquête menée aux Etats-Unis par l’organisation indépendante ProPublica, concernant des multimilliardaires comme Jeff Bezos (Amazon), Elon Musk (Tesla), et bien d’autres.

La redistribution équitable des richesses est vitale pour assurer un développement économique durable pour toutes et tous, et protéger les générations futures de chocs voire de catastrophes économiques et sociales. Quel monde voulons-nous proposer à nos jeunes et aux générations futures ?

D’ailleurs, à ce stade des sondages, l’initiative recueille le plus large soutien chez les jeunes 18-39 ans, qui expriment 49% d’intentions de vote favorable. Les jeunes plus que les autres, s’inquiètent à juste titre, des inégalités sociales et de l’impact très négatifs que celles-ci ont sur notre société. Les institutions mondiales, peu suspectées de radicalisme de gauche, constatent de plus en plus régulièrement, comme la Banque Mondiale en 2018, que les inégalités sociales posent un défi croissant. Cette initiative est donc aussi un investissement pour nos enfants et nos jeunes.

99% est également une initiative féministe ; sa mise en œuvre donnerait un coup de pouce vraiment bienvenu aux femmes travailleuses. Les femmes sont plus favorables à cette initiative que les hommes, à plus de 40% selon les derniers sondages. Nous savons que les femmes subissent d’autant plus les discriminations en termes de revenus dans notre société ; elles fournissent deux fois plus de travail non rémunéré que les hommes, et l’inégalité salariale entre femmes et hommes persiste.

99% rappelle à la responsabilité collective et individuelle d’agir, afin que le monde que nous construisons et qu’on laisse aux générations futures, soit plus juste, plus équilibré, pas seulement en termes de distribution des revenus et des richesses mais aussi de distribution démocratique du pouvoir dans notre société.

Le 26 septembre votons toutes et tous OUI avec conviction à l’initiative 99% !

Le Théâtre le plus vivant d’Europe !

Pendant tout le weekend des 28 et 29 août, Genève a marqué dignement et festivement un moment très fort pour la vie culturelle, et pour notre Cité en général : l’inauguration de la nouvelle Comédie, à la Gare des Eaux-Vives. Plus de 6’000 personnes ont ainsi profité des Portes ouvertes pour découvrir ce lieu appelé à devenir un lieu de vie créative, collective, participative, inclusive, et bien sûr une référence dans le paysage culturel régional, fédéral et international. Afin de marquer l’importance de ce moment, une première cérémonie de remise des clés a eu lieu en matinée, et l’inauguration officielle en fin de journée, en présence du Conseiller fédéral Alain Berset, notre ministre fédéral de la culture.

Avec ce texte, je voulais revenir sur les raisons pour lesquelles – au-delà de l’inauguration elle-même -, l’ouverture de ce lieu est si importante, en m’inspirant de mes deux discours du jour.

La présence du Conseiller fédéral Alain Berset pour marquer cette inauguration constituait certainement un signe fort de reconnaissance. Pour lui comme pour nous, c’était réjouissant de le rencontrer en sa qualité de Ministre fédéral de la culture, alors que nous avons plutôt l’habitude de le voir très souvent sur nos écrans et dans nos journaux en sa qualité de Ministre fédéral de la santé. Pour inverser une de ses phrases devenues célèbres, nous nous réjouissions en particulier ce soir-là de vivre cette inauguration aussi vite que nécessaire et aussi lentement que possible.

C’était l’occasion de le remercier pour son engagement conséquent et substantiel en faveur du domaine de la culture dans ce pays, afin de pouvoir faire face à la crise ; les aides fédérales sont intervenues rapidement et de manière substantielle.

Ce jour-là marquait la fin d’une longue épopée qui avait débuté en 1987, lorsque Matthias Langhoff a remis son fameux rapport, acte rebelle qui a fondé plus largement une démarche citoyenne offensive, acte décisif pour la genèse de cette nouvelle Comédie. Une épopée qui a même commencé il y a plus d’un siècle au Boulevard des Philosophes, quand des professionnel-le-s passionné-e-s ont insufflé une vie à ce théâtre de la Comédie, qui a su sortir de ses propres murs pour se fondre dans celle de la cité, pour donner un élan à notre ville, et ceci malgré ses limites et ses lacunes identifiées dès les premiers jours.

Cette inauguration a ouvert grand la porte à de nouvelles aventures et nous projette ainsi dans un futur de création, de rencontres et d’échanges. Il est bien sûr impossible de citer nommément toutes celles et tous ceux qui se sont investis dans ce projet. Mais nous pouvons et devons ressentir une vive gratitude envers notamment l’Association pour la nouvelle Comédie qui a su fédérer la profession, ainsi qu’à la Fondation d’art dramatique, en charge de la gouvernance de la Comédie et du Poche. On peut citer également les différents élu-e-s qui ont soutenu ce projet et bien sûr l’actuelle codirection de cette institution, Natacha Koutchoumov et Denis Maillefer, leur équipe, dans la foulée des directions précédentes, avec Anne Bisang puis Hervé Loichemol. Il est essentiel d’exprimer une vive reconnaissance envers toutes celles et tous ceux qui, à titre personnel ou collectif, ont participé à l’écriture de cette histoire. Ce sont elles et eux qui nous ont permis, par leur travail et leurs convictions, d’être aujourd’hui ici, sur la grande scène de ce théâtre du 21e siècle. Un théâtre qui aura participé à la naissance d’un nouveau quartier, un nouveau morceau de ville – certainement un petit miracle lorsqu’on sait à quel point il est compliqué de faire naître un équipement culturel et plus largement un projet urbanistique dans notre Cité !

Ce nouveau lieu phare pour Genève répond aux besoins des artistes. Plusieurs d’entre elles et eux ont d’ailleurs reçus un Prix suisse de théâtre et de danse durant ces dernières années. Genève peut en être fière.Il est d’ailleurs pertinent de relever l’œuvre de Sylvie Fleury inaugurée également ce même jour. Sylvie Fleury, lauréate du Grand Prix suisse d’art, a réalisé son propre Miracle qui s’affiche aujourd’hui dans le grand hall. Cette œuvre appartient aux deux Fonds d’art contemporain, celui de la Ville de Genève et celui du Canton. Ville, Canton, Confédération, tous réunis autour de cette œuvre ! Ce Miracle est donc de bon augure pour que la Comédie de Genève puisse devenir une véritable fabrique d’art.

Une fabrique d’art qui va accompagner l’effervescence de la scène culturelle genevoise et romande, si on songe à l’inauguration récente du Pavillon de la Danse, à celles prochaines du Château-Rouge à Annemasse puis du Théâtre de Carouge, ainsi que du futur Centre culturel de Châtelaine. Comme l’ont relevé les médias, si on pense aussi au Théâtre de Vidy en pleine rénovation ou au futur Théâtre du Jura, un vivier romand aussi riche mériterait une concertation entre collectivités publiques et une volonté conjointe de faire rayonner nos arts de la scène.

Plus de la moitié du budget de production de la Comédie est alloué à la création locale et ce merveilleux outil scénique offrira aux artistes d’excellentes conditions de travail, avec notamment la constitution d’un Ensemble, soit l’engagement d’artistes de manière permanente. Je soutiens cette expérience et la suivrai de près, car elle représente une option sérieuse pour contribuer à améliorer le statut professionnel des artistes et autres métiers de la scène. On peut d’ailleurs aussi relever les efforts de la Comédie avec les mesures mises en place ces derniers mois, en pleine pandémie, en faveur de la création locale. En effet, depuis l’automne dernier, la Comédie a déployé un important dispositif de soutien afin d’offrir aux artistes d’ici la possibilité de mener – dans le contexte difficile du COVID – des résidences de travail durant plusieurs semaines.

Autre mission de cette institution : ses démarches pour se positionner au cœur des réseaux artistiques européens, et assurer le rayonnement des artistes au-delà de nos frontières. Or cette politique porte déjà ses fruits puisque, cet été, nous avons vu des comédiens et des comédiennes d’ici ouvrir le Festival d’Avignon, avec le spectacle de Christiane Jatahy, Entre Chien et Loup. Enfin, la Comédie ouvre également la porte à des créations qui bouleversent les arts scéniques à l’étranger et que nous rêvions de voir à Genève.

Mais ce beau tableau ne serait pas complet sans une attention envers celles et ceux qui ne sont pas des habitué-e-s des théâtres. Et cette attention, cette ouverture grâce à des actions de médiation, est, pour moi, plus que jamais l’un des défis majeurs des politiques culturelles, avec une ferme volonté de sortir des intentions abstraites et de concrétiser des avancées. Nous pouvons donc nous réjouir de voir se déployer le Pont des arts – programme de médiation dédié aux habitant-e-s de notre région.

L’étendue des nouvelles missions de la Comédie et l’ambition de ce projet ont évidemment mené à une augmentation substantielle de son budget de fonctionnement ; je tiens à remercier le Conseil administratif et le Conseil municipal – et à travers eux, les citoyens et les citoyennes de la Ville de Genève – pour leur soutien. Car cette augmentation a été portée par la Ville de Genève seule, sans répercussions négatives sur les autres scènes et entités culturelles, comme je m’y étais engagé. Il a fallu convaincre, argumenter, cela n’a pas toujours été simple. Mais la reconnaissance de la place essentielle de la culture dans notre cité est la plus belle des récompenses. Et je suis convaincu que le Canton reviendra un jour, dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative 167 pour une politique culturelle cohérente et concertée, plébiscitée par le peuple genevois en mai 2019.

Plus encore, cet appui politique prouve l’ambition de notre municipalité vis-à-vis des arts de la scène. Il démontre également une reconnaissance vis-à-vis de toutes celles et ceux qui font la vie culturelle genevoise, trop souvent encore dans des conditions précaires. La culture, nous l’avons bien vu durant cette dernière année, a un rôle fondamental pour maintenir du lien, donner du sens, offrir un autre horizon. Et, si c’était nécessaire, les 18 mois que nous venons de vivre en ont apporté la preuve incontestable. Face à des certitudes, des évidences qui sont tombées, le monde de la culture a réagi, persévéré et innové. Et nous a réservé de belles surprises. La Comédie y a déjà participé et ne manquera pas de le faire dans les prochains mois et les prochaines années.

Pour conclure, j’aimerais revenir en 1987. Matthias Langhoff écrivait dans son rapport : « De par sa construction et son équipement, la Comédie des Philosophes est un des théâtres les plus curieux d’Europe. ». En 2021 et les suivantes, j’en suis convaincu, la nouvelle Comédie va devenir un des théâtres les plus vivants d’Europe. Alors, comme on le dit au théâtre, « Merde ! Merde ! Merde ! » à cette nouvelle institution, à cet incroyable outil, à cette formidable équipe et à tous les artistes qui y travailleront pour les prochaines années.

 

Les Villes, un monde de parasites? Non, les poumons économiques et culturels du pays!

L’attaque d’une rare violence du Président de l’UDC Marco Chiesa contre les villes à l’occasion de la Fête nationale (moment censé être plutôt rassembleur autour des valeurs et atouts de notre beau pays !) n’est pas seulement profondément choquante sur le langage utilisé (« éliminer les parasites », « nous déclarons la guerre », etc.) mais totalement erronée face aux faits. Au-delà du caractère outrancier et déplacé de ce discours, la réalité est que les villes constituent le poumon économique, culturel et social du pays, et assument de nombreuses charges qui bénéficient à la population dans son ensemble.

6 cantons suisses, dont 3 fortement urbanisés (Zurich, Genève, Bâle) financent toute la péréquation intercantonale (près d’un milliard de francs en 2022 !), bénéficiant notamment à des cantons principalement ruraux et montagnards. Genève verse ainsi 150 millions de francs en 2022. Deux tiers des emplois de ce pays sont situés dans les villes, dont la majorité des grandes entreprises. 84% de la performance économique du pays est issue des villes ! Et les villes au sens large, quelle que soit leur nature, assument des prestations publiques qui bénéficient à l’ensemble de leur région, voire au pays entier, si l’on pense à l’offre culturelle ou sportive, à l’action sociale de proximité pour soutenir les personnes défavorisées, aux infrastructures collectives. Ainsi, selon une étude menée en 2017 par le bureau Ecoplan sur mandat de l’Union des Villes Suisses, les habitantes et habitants des villes assument en moyenne entre 300 et 400 francs par tête de charges de ville-centre, montant qui passe à 600 francs par tête à Berne ou Lausanne, et à 1’000 francs par tête à Genève. Un sixième du budget annuel de la Ville de Genève (soit 200 millions sur 1.2 milliards de francs) représente des charges assumées au bénéfice de personnes résidant hors du territoire municipal, dont 20 à 30 millions pour les communes campagnardes et rurales, et 30 à 40 millions pour les communes de France voisine (elles, au moins, restituent ce montant par le biais de l’imposition à la source des personnes frontalières).

Et les villes sont très clairement un véritable foyer d’innovation pour le pays entier, dans tous les domaines : économique, numérique, culturel, social, urbanistique, écologique.

Dans ce pays, on pourrait au contraire rappeler à quel point le décalage entre le poids réel des villes et leur prise en considération dans les institutions fédérale est béant. Comme j’ai eu l’occasion de le dire au nom de l’Union des Villes Suisses lors de la Conférence sur le fédéralisme à Bâle le 27 mai 2021, l’article 50 de la Constitution fédérale prescrit (depuis l’an 2000 !) que la Confédération doit tenir compte des conséquences de son activité pour les communes et prendre en considération la situation particulière des villes et des agglomérations – et des régions de montagne. Hélas, même vingt ans après l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution, cet article est rarement respecté par les autorités fédérales et cantonales. Les villes et les communes viennent d’en faire une nouvelle fois la douloureuse expérience avec la pandémie du coronavirus : charges accrues, suppression de la référence aux villes dans la Loi Covid, oubli complet des villes dans le dispositif d’évaluation de la crise, etc. Et la répartition accrue des bénéfices de la Banque nationale suisse(BNS) est réservée aux cantons ; pas un franc pour les villes ! Un sondage récent montre que les finances des villes ont plus souffert des conséquences actuelles de la crise que celles des cantons, et que ce phénomène risque de s’accentuer ces prochains mois avec le creusement des inégalités sociales.

Le vrai défi de ce pays ne réside pas dans les coûts excessifs qui seraient générés par les villes, mis bien au contraire dans le blocage qui péjore gravement la représentation adéquate des villes et de leurs populations dans notre système fédéral suisse.

Ainsi, lors des votations populaires, le système de la majorité des cantons fait que les petits cantons ruraux ont beaucoup plus de poids que les grands cantons urbains. Cette pondération a été voulue à l’origine, pour protéger les plus petits. Mais depuis 1848, le ratio est devenu indécent. À l’époque de la fondation de l’État fédéral, une voix du demi-canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures avait autant de poids que onze voix du canton de Zurich. Aujourd’hui, on en est à quarante voix. Comme le rappelle la Tribune de Genève dans son édition du 4 août 2021, c’est au contraire le monde rural et montagnard qui domine la plupart du temps les votations fédérales !

Cette situation se traduit aussi par le poids disproportionné des zones rurales et montagnardes par rapport aux villes au Conseil des États. Le déséquilibre a fortement augmenté depuis 1848. Il est donc temps de proposer et concrétiser des adaptations du système politique suisse, afin d’arriver à une représentation adéquate des villes et de leurs habitantes et habitants. Mais pas les villes contre les campagnes! De toute manière, la grande majorité des personnes habitant à la campagne sont liées aux villes, par leur activité professionnelle ou leurs loisirs. Le vrai défi du fossé villes-campagnes, qui s’est aussi traduit dans les urnes le weekend du 13 juin, réside dans l’avenir de la politique agricole, lourdement subventionnée (par le monde urbain, principalement !!!) mais dont on peut discuter très clairement les priorités : elle maintient un système archaïque, qui péjore à la fois la plupart des paysans qui doivent vivre d’un revenu très bas, empêche une reconversion écologique et coûte très cher, pour le seul bénéfice des gros producteurs de l’agriculture industrielle, souvent très proches de l’UDC. Comme souvent, l’UDC ne mène son action politique que par le biais de l’agression, de la division et du mépris, pour protéger des intérêts particuliers.

Notre pays peut se très bien se passer de ce type de politique parasite, particulièrement nocive et toxique !

carte: www.swissinfo.ch

Les jeunes de 15 à 25 ans sont-ils la « génération Covid », sacrifiée dans cette crise ?

Incontestablement, la pandémie du Coronavirus Covid-19 a généré une crise très dure pour des pans entiers de notre société et montré au grand jour certaines de ses fragilités, notamment nos modes de vie et de consommation.

Porter attention aux 15-25 ans

A l’unanimité initiale autour du bien-fondé des mesures pour faire face à cette crise, au printemps 2020, suit maintenant un malaise croissant au vu de sa durée. L’arbitrage entre les intérêts spécifiques des différentes composantes de notre société et par rapport aux impératifs sanitaires, dont la prise en compte reste vitale, est de plus en plus difficile. Le risque de voir s’étioler la nécessaire solidarité entre nous toutes et tous croît avec le temps. L’objectif premier devrait rester incontestable : diminuer massivement la présence de ce virus dans la population, et a fortiori ses conséquences médicales et sanitaires, à court et long terme. Mais il convient aussi de renforcer l’attention accordée aux victimes de cette crise, socialement, économiquement, culturellement, et psychologiquement. On se préoccupe à juste titre (pas encore assez) des petits commerces, des PME, des indépendants, des seniors, du personnel soignant, etc. Mais une catégorie a été longtemps la grande sacrifiée de cette crise : les jeunes de 15 à 25 ans. Heureusement, pour la première fois ( !) depuis le début de la crise, le Conseil fédéral s’est exprimé publiquement à ce sujet le 17 février 2021 et a confirmé un assouplissement réel des règles du jeu dès le 24 février pour les 16-20 ans, ce qui est réconfortant.

Appel solennel face à des dégâts irréparables

La Commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse (CFEK-EKKJ) avait adressé un appel solennel aux autorités en date du 15 février, afin de les sensibiliser à l’urgence de prendre au sérieux la situation des jeunes et d’adopter des mesures concrètes, et se réjouit qu’elle ait été entendue. Par ailleurs, la Conférence des directeurs et directrices des affaires sociales dans les Cantons (CDAS/SODK) avait insisté par courrier daté du 12 février 2001 auprès de ses membres des cantons sur la nécessité de renforcer les efforts dans le travail de prévention et de soutien auprès des jeunes, et de considérer à juste titre les activités dites de « loisirs » comme des activités à vocation sociale et pas uniquement récréative.

Pourquoi est-ce si essentiel d’agir dans ce domaine ? Les dégâts causés par cette crise sont immenses, et potentiellement irréparables sur le long terme pour nos jeunes, même si leur capacité de résilience est considérable !

Selon les données récoltées par l’Université de Bâle et publiées le 17 décembre 2020, le nombre de cas dépressifs graves ( !) atteint 29% dans cette tranche d’âge (contre environ 6.5% avant la pandémie), le record de toutes les catégories d’âge et l’augmentation la plus forte ! Et les professionnel.le.s qui s’occupent à un titre ou un autre des enfants et des jeunes, le confirment : le nombre de consultations psychologiques de la part des adolescent.e.s et de jeunes adultes explose. Ainsi, les consultations pédopsychiatriques ont augmenté de 40% ces dernières semaines dans les hôpitaux universitaires de Berne, Bâle et Zurich, et Pro Juventute vient de publier un rapport très alarmant sur l’explosion du nombre de consultations auprès de l’interface 143.ch !

Il paraît que les jeunes, en désespoir de pouvoir se rencontrer sans se faire tout de suite alpaguer, passent des heures à circuler dans des trains régionaux des agglomérations de notre pays, car c’est un endroit chauffé et on peut y bavarder, sous réserve de payer son billet (ils et elles ont souvent l’abonnement) et de porter le masque… Et pire encore, ils essaient de passer leur temps à se cacher dans des parkings souterrains, se faisant assez vite chasser grâce aux caméras de surveillance, et créant des nuisances et donc des tensions. Quant au fossé intergénérationnel, il ne cesse de croître et de causer des blessures difficiles à cicatriser.

Accusations et perte de perspectives

Même si beaucoup de jeunes ont des ressources personnelles importantes et surmonteront cette crise, force est de reconnaître que le monde qu’on leur propose est bien sombre :

  • Dans cette crise, ils ont été souvent accusés de propager le virus car « incapables de respecter les règles et les restrictions » et donc de mettre en danger les adultes et, pire encore, les personnes âgées. On leur a supprimé presque entièrement l’enseignement en présentiel ; les structures de loisirs ont été massivement restreintes, l’accès à des personnes ressources en cas de difficulté est rendu beaucoup plus difficile, les conditions d’exercice de l’enseignement en ligne sont souvent mauvaises dans les domiciles privés et augmentent clairement les inégalités entre jeunes ; les accès à des possibilités de places d’apprentissage sont restreintes en ces temps de crise économique ; on leur limite presque toute leur vie sociale, alors qu’à cet âge c’est vital pour la construction de l’identité et de l’insertion sociale.
  • Plus globalement ils constatent que les générations adultes et retraitées ne semblent pas prendre la menace climatique suffisamment au sérieux.
  • Sur le plan de l’emploi, entre la globalisation de l’économie et sa digitalisation, avec une difficulté croissante de trouver un premier emploi, on leur présente également des perspectives bien sombres.

A quoi sert-il de rabâcher que les jeunes sont l’avenir de notre pays si on ne les prend pas au sérieux !

Le Conseil fédéral va dans le bon sens… mais il faut aller plus loin à court et moyen terme

A court terme, les assouplissements décidés par le Conseil fédéral le 24 février (rétablissement assez large des activités « parascolaires » pour les jeunes entre 16 et 20 ans) vont dans le bon sens mais ne suffiront pas encore. Un des plus grands risques de cette période qui semble s’ouvrir devant nous, caractérisée par un assouplissement partiel et lent des différentes restrictions, réside dans une augmentation de la pression pour une vie sociale des jeunes, et donc des regroupements plus ou moins licites, pouvant engendrer des tensions diverses (surtout avec le retour de températures plus clémentes). Si la campagne de vaccination continue à prendre du retard, et que les jeunes sont vaccinés en dernier, tout en introduisant un « passeport vaccinal » ou toute autre mesure favorisant les personnes vaccinées, nous laissons s’installer une bombe à retardement pour cet été et pour la rentrée d’automne !

Il convient donc d’agir à court et à moyen terme :

  • Il faut impérativement trouver des outils pour les associer à la gestion de cette crise et les écouter. J’entends bien que la gestion de crise est complexe et laisse (malheureusement) peu de place à la concertation, mais les enfants et les jeunes ont un avis qu’il vaut la peine d’écouter !
  • Il faut rétablir rapidement une plus grande part d’enseignement en présentiel dans les écoles professionnelles, les collèges et les hautes écoles, quitte à rendre les plans de protection encore plus draconiens.
  • Les activités de loisirs (culture, sport, etc.) doivent être pleinement rétablies, aussi pour les jeunes jusqu’à 25 ans, là aussi avec des plans de protection draconiens.
  • Il faut accorder des soutiens massifs aux structures associatives, parapubliques et autres qui fournissent à un titre ou un autre un appui aux jeunes en difficulté, et développer des outils de contact direct, en présentiel.

En ce qui concerne la campagne de vaccination, je me permets d’affirmer que les jeunes devraient être vacciné.e.s dès que possible. En tout cas pas en dernier ! Et les autorités fédérales, cantonales et municipales devront se concerter pour aborder la période estivale afin de proposer aux jeunes, en les associant pleinement, un éventail suffisant d’activités compatibles avec les règles sanitaires mais leur permettant de rétablir une activité sociale digne de ce nom.

Toutes les composantes de notre société qui subissent de plein fouet l’impact de cette pandémie méritent notre pleine attention et notre soutien ; les jeunes autant que les autres !

Plus largement, il faut impérativement donner plus d’espace aux jeunes dans notre vie collective, et pas juste leur offrir des occasions alibi ; ils doivent pouvoir prendre une part active au débat sur les défis de notre pays, maintenant et demain !

En résumé, pourquoi dire non à cette loi sur l’e-ID le 7 mars

Pour y répondre vite : parce que ce projet ne répond pas à un besoin et qu’il pose plus de problèmes – sur le long terme – qu’il n’apporte de solutions.

 

Passeport ou login?

Cette e-ID privatisée est-elle un passeport numérique, au sens d’un document d’identité fort et qui inclut par exemple l’exercice des droits démocratiques par voie numérique (votations, élections, etc.)?  Si oui, il est alors totalement inadmissible de privatiser ainsi cette fonction fondamentale, qui relève du Service public. Et on peut se questionner sur la position d’un parti comme l’UDC, chantre de la souveraineté, mais qui l’abandonne tout d’un coup pour le numérique. Si non, et que cette e-ID se résume à un simple login « simplifié » mais coexistant avec plein d’autres systèmes, alors ce projet de loi est tout simplement inutile et n’apporte aucune amélioration notable, tout en  transformant la Confédération en simple fournisseuse de données personnelles à disposition d’entreprises privées.

 

Protection des données privées et fracture numérique

Car la protection des données prévues est largement insuffisante. Chaque utilisation de l’e-ID sera relevée de manière centralisée par l’entreprise qui délivrera l’identité numérique, avec une obligation de suppression après 6 mois uniquement. Non seulement le risque d’abus est manifeste, mais on peut même se questionner sur le modèle d’affaire propre au système : comment les entreprises qui fourniront le système le financeront ? Soit en monnayant d’une manière ou d’une autre les connexions relevées, soit en fournissant un service payant. L’usage des données à des fins commerciales serait possible si l’usager.ère accepte. Vous lisez vraiment les longues « Conditions générales » en petits caractères qui apparaissent lors de votre inscription sur un site, vous ? Réellement jusqu’au bout ? Avant de cliquer sur « Accepter » ?

Et de plus se pose la question du prix de celui-ci, du risque (élevé dans le cas présent) d’entreprises « too big to fail » et de l’égalité de traitement pour une prestation publique de nature régalienne qui devrait être accessible de manière absolument égale pour toutes et tous. Qui imagine réellement avoir des passeports de 1ère classe et d’autre de seconde et de troisième classe ? La population a déjà exprimé sa méfiance vis-à-vis des grandes entreprises du numérique et d’une privatisation de son identité en ligne. Étrangement, le parlement semble ignorer cette volonté populaire… Mais plus grave, alors qu’on parle de lutter contre la fracture numérique, qu’elle soit générationnelle ou sociale, le Conseil fédéral nous propose une e-ID privatisée qui risque de dominer clairement le marché, pour  toutes et tous, aîné.e.s, personnes sans accès au numérique ou sans les compétences nécessaires. L’accès aux prestations publiques en ligne doit se faire de manière accompagnée par les collectivités publiques municipales, cantonales et fédérales, en s’assurant que personne ne soit laissé.e de côté. Et pas en déléguant à des entreprises privées sans exigences aucune en la matière. Pour la délivrance d’un passeport, vous pouvez aller au guichet, avoir quelqu’un qui vous explique les démarches et vous accompagne si par exemple la lecture est un problème. Il est nécessaire de maintenir ces possibilités dans le numérique.

 

Investir dans ce qui existe et fonctionne

Les exemples publics existent bel et bien, contrairement à certains arguments rabâchés. Certains doivent clairement être améliorés, c’est une réalité, mais cette loi n’y contribue en rien. Huit cantons ont signifié leur opposition à l’e-ID. Le Canton de Genève permet déjà depuis de nombreuses années de régler ses impôts et de faire de nombreuses démarches en ligne grâce à l’identité des « e-Démarches » (clairement perfectible, mais qui fonctionne). La Ville de Zoug a déjà introduit une e-ID, de même que le Canton de Schaffhouse ou le Liechtenstein. Genève avait un système de vote électronique qui fonctionnait. Il a malheureusement été abandonné en faveur de projets privés qui n’existent pas, alors que la version publique fonctionnait ; une erreur regrettable ! Cette loi sur l’e-ID sonnerait le glas des identités numériques publiques déjà existantes, et qui fonctionnent, pour la remplacer par une chimère privée censée mieux fonctionner.

Dire non à ce projet de loi sur l’e-ID, c’est donc au contraire miser sur les initiatives publiques qui existent déjà et se donner le moyen de les améliorer, en garantissant la sécurité de vos données, c’est-à-dire un élément de plus de plus important de votre identité et de votre intimité.

Les communes genevoises, de la naphtaline ?

Il y a un peu plus de 200 ans, Genève faisait le choix d’adhérer à la Confédération helvétique sur la base de frontières restreintes volontairement, nous coupant du bassin naturel qui a toujours été celui de Genève, pour des raisons liées aux identités religieuses, politiques et sociales de l’époque. Un mariage de raison bien plus que d’amour car la Suisse offrait l’avantage de laisser beaucoup d’autonomie à ses « membres », les cantons. Cette construction mal fichue a laissé des traces durables dans la vie politique, économique et sociale de cet espace genevois trop contraint et institutionnellement encombré.

 

Canton jacobin, frileux et incapable de se réinventer

Deux siècles plus tard, Genève n’a pas encore trouvé la bonne formule institutionnelle pour gérer son territoire. Genève est le canton de Suisse qui accorde notoirement le moins d’autonomie à ses communes, petites ou grandes. Dans la part des dépenses publiques qu’elles gèrent, le rapport est de 18 francs gérés par l’ensemble des communes genevoises et de 82 francs gérés par le canton – alors qu’en comparaison à Zurich, le rapport est de 50/50, et sur Vaud, de 40/60!

En fait, rien n’empêche le Conseil d’Etat de proposer la diminution du nombre de communes, voire leur suppression, plutôt que de chercher en permanence à leur transmettre des charges sans compétences. Et ainsi le débat aurait eu lieu, de manière démocratique. Le Canton trouve de fait des alliés parmi les petites communes, qu’un très hypothétique transfert de compétences angoisse, au vu de leurs ressources limitées et leur manque de moyens opérationnels. Dès lors, force est constater le manque de courage et de créativité politique à Genève, et donc l’incapacité de proposer une vision cohérente et équilibrée pour l’organisation institutionnelle genevoise.

Le 23 septembre 2016, le Grand Conseil adoptait la Loi sur les fusions de communes (LFusC), mais dans l’indifférence la plus générale. En effet, les mesures « incitatives » sont ridicules : elles prévoient la gratuité de la procédure, un soutien juridique et administratif du Département cantonal de tutelle, une subvention unique du Canton à la commune fusionnée d’un maximum de 2 millions de francs et à certaines conditions, notamment que la nouvelle commune ne dépasse pas 15’000 habitant.e.s, ainsi que la possibilité d’une participation du Fonds intercommunal au financement des investissements de la nouvelle commune pendant 5 ans. Qu’aucun projet de fusion n’ait été présenté depuis l’entrée en vigueur de cette loi semble donc évident… Et la clause limitative à 15’000 habitant.e.s incarne de manière risible la peur panique du Canton face à la création d’entités ayant une masse critique. C’est pourtant bien à partir de 15’000 personnes qu’une collectivité commence à pouvoir assumer de manière intéressante de nouvelles tâches publiques.

Oser redonner du pouvoir démocratique et des ressources décentralisées
La deuxième remarque, c’est que, oui, les 45 communes genevoises risquent de se muer lentement mais sûrement en coquilles vides, d’un point de vue de leurs compétences décisionnelles, respectivement en simples agents d’exécution des tâches décidées par le Canton ou la Confédération. En gros, on a de plus en plus de boulot, de charges, de responsabilités mais un cadre de plus en plus contraignant pour exécuter le travail, son prend l’addition de normes qui nous enferment dans un carcan.

Doit-on considérer cet état de fait comme normal, au vu de la petitesse du territoire et donc de la nécessité d’assurer des politiques publiques cohérentes et homogènes pour tous et toutes ? Mais bénéficions-nous réellement de cette cohérence et de cette homogénéité?

Dans la pratique, si la plupart des grands domaines de l’action publique sont pilotés par le canton, les ressources, elles, sont particulièrement mal réparties. Certaines communes sont très riches, avec un impôt communal particulièrement bas, alors que d’autres communes, petites ou grandes d’ailleurs, certaines urbaines, d’autres rurales, sont nettement moins favorisées et n’arrivent pas toujours à assumer pleinement leurs obligations, parfois tout en palliant aux manquements du Canton dans certains domaines. De plus, les communes riches ne sont de loin pas celles qui contribuent le plus à l’effort collectif sous forme d’équipements publics, de prestations proposées à toute la population, aux projets communs (crèches, équipement sportifs, culture de proximité, etc.). Le Canton lui-même voit s’échapper l’accès à des ressources importantes. De plus, de nombreux contribuables souvent aisés habitent sur le Canton de Vaud tout en travaillant sur Genève, et ne contribuent en rien aux charges des prestations (transports, voirie, sécurité, espaces publics, etc.), dont ils et elles bénéficient. L’actuel système de péréquation, s’il a le mérite d’exister, avec une amélioration récente et bienvenue, ne compense que très partiellement ces déséquilibres, qui ont des effets pervers. De même, les nombreux Fonds intercommunaux (FI, FIA, FIE, FIDU, etc.) représentent des outils partiels bienvenus de rééquilibrage mais remettent en question la légitimité démocratique et la lisibilité de l’action publique, notamment vis-à-vis des Conseils municipaux.

 

Disparités et déficit démocratique

Et s’il fallait encore une incohérence, probablement la plus grande : Comment prendre en compte les enjeux spécifiques des villes? 80% de la population genevoise se concentre dans les 11 villes reconnues du Canton, soit ¼ des 45 communes genevoises. Or il va sans dire qu’elles font face à des enjeux sociaux, économiques, liés à la mobilité, à la sécurité ou même à la vie culturelle et sportive bien différents des communes de villas ou rurales! D’où la création de l’Union des Villes genevoises en 2015, tout de suite honnie par le PLR et le PDC cantonaux, ce qui montre leur déni du phénomène urbain. On constate aujourd’hui un déséquilibre criant en matière de fiscalité, de structure de la population, de répartition de logements et d’emplois, de réalisation de prestations et de responsabilités. A titre d’exemple, selon l’Union des villes suisses (UVS – organisation officielle en la matière et pas franchement de gauche), les communes urbaines dépensent 57% de plus en matière de sécurité sociale, ou encore 2.65 fois plus par habitant.e pour la sécurité publique. Or, la politique cantonale genevoise reste lourdement dominée par des alliances d’intérêts particuliers, contraires aux intérêts de la majorité de la population vivant en milieu urbain. On peut sérieusement se poser la question de la pertinence démocratique d’avoir 45 communes sur un territoire de 282 km² ; entités qui ont toutes le même poids décisionnel au sein de l’Association des communes genevoises (ACG), alors que 17 de ces communes ont moins de 2000 habitant-e-s, soit moins d’1% de la population résidante en Ville de Genève.

En clair, sur ce petit territoire, il existe de trop fortes disparités qui génèrent une forte inégalité face à l’action publique, et prétéritent la capacité de Genève à construire un avenir équilibré, durable et harmonieux, en tenant compte aussi des enjeux de notre région plus large. Il en va de la cohésion et de l’avenir de notre région, afin de proposer à nos habitantes et habitants une capacité d’assurer leur bien-être et leur qualité de vie de manière équitable et durable, dans un système lisible et compréhensible. Ces défis n’ont pris que plus d’importance avec la crise du Covid qui, au-delà de sa composante sanitaire, va nous placer devant des conséquences lourdes à plus long terme, qui s’ajoutent aux enjeux climatiques et sociaux.

 

Dès lors, quelles réponses possibles?

La première, radicale, serait de supprimer toutes les communes et d’arrêter de faire vivoter ces coquilles vides dépourvues de réelle autonomie, puisque Genève semble tellement attachée à cette tradition « jacobine » très centralisatrice! Mais bon gré mal gré la commune constitue l’élément de base de la construction helvétique et son échelon le plus légitime. La deuxième serait de créer deux demi-cantons, comme l’ont fait les deux Bâle en 1833. Mais notre canton est trop petit pour pouvoir créer deux demi-cantons et trop grand pour ne devenir qu’un canton-ville, comme l’est Bâle-Ville avec ses 3 communes. Fusionner les communes de manière responsable et organiser la fiscalité de manière équitable!

Dès lors, pourquoi ne pas imaginer sérieusement un processus ambitieux et offensif de fusions pour parvenir à des communes ayant une masse critique et une représentativité suffisante pour agir ? Le Canton de Glaris a fusionné ses 25 communes en 3 grandes communes, réforme entrée en vigueur le 1er janvier 2011, dont le caractère radical est d’autant plus marquant qu’elle a été adoptée en Landsgemeinde. Nous pourrions aussi avoir un nombre réduit de communes, dès lors nettement plus grandes, dont un centre urbain élargi, poursuivant ainsi la logique de fusion effectuée dans les années 30. On pourrait imaginer viser des communes d’au moins 15 à 20’000 habitant.e.s, sans diminuer la taille des villes existantes (Vernier compte par exemple plus de 35’000 habitant.e.s, Lancy près de 34’000) ce qui nous amène à environ 10 à 15 communes en tout.

Aujourd’hui, le réel enjeu auquel doit faire face Genève sur le plan territorial et qui est de la responsabilité du Canton, avec ses partenaires, est celui d’un développement plus harmonieux de l’espace régional (projet d’agglomération transfrontalier du Grand Genève). Il s’agit de parvenir à maintenir un lien fort existant au niveau communal et une qualité de vie attendue par les habitant.e.s tout en organisant le nécessaire développement à l’échelle d’un territoire bien plus vaste. Ce territoire nécessite des efforts massifs et urgents pour résoudre les nombreux déséquilibres qui le caractérisent. Un enjeu tout aussi vital réside au niveau de l’espace lémanique, qui est de plus en plus en connecté sur les plans économiques, urbanistique, culturel, scientifique, etc., ce qui rend aussi indispensable une négociation entre Genève et Vaud sur la question des ressources fiscales et le co-financement des infrastructures.

 

Soyons donc responsables et innovants, et relançons le débat!

Ce débat est nécessairement corrélé à celui de la fiscalité communale et de la péréquation, aujourd’hui insuffisante, ainsi qu’à celui de la prise en compte adéquate des charges de villes-centre, bénéficiant à un bassin de population plus large que le leur. Mais aussi à la capacité à répondre aux besoins de proximité par les communes, plus flexibles et agiles que le Canto, à condition d’alléger un cadre légal et réglementaire sclérosant.

Au final, l’objectif global doit être de réconcilier les échelles à la fois socioéconomiques et territoriales des réformes au-delà des réformettes tentées ci et là qui ne représentent qu’un emplâtre sur une jambe de bois, ou servent de prétexte à des règlements de comptes idéologiques contre le monde urbain en général et la Ville de Genève en particulier, cachant une impuissance à aborder réellement les défis d’aujourd’hui. Ces propositions de réformes pourraient très bien provenir des villes genevoises qui devront s’unir pour sortir de cette logique inégalitaire et pour développer leurs propres mécanismes de coopération avec d’autres communes urbaines dans les territoires qui entourent Genève en faisant converger leurs positions et leurs stratégies au bénéfice de la plus grande partie de la population résidente de cette région.

e-ID : ne bradons pas nos données

Ce second billet de blog (après celui-ci), aborde la question de la protection des données, mais aussi l’utilisation de celles-ci et la question du modèle d’affaire d’un passeport numérique qui serait privatisé.

Sur la question de la protection des données personnelles, il faut tout d’abord se rendre compte qu’en réalité, une e-ID n’est absolument pas nécessaire par exemple pour du commerce en ligne. Dans ces cas, aucune pièce de légitimation n’est requise. Notre passeport numérique devra aussi être utilisable en ligne sur des sites privés (de la même manière qu’on montre actuellement notre passeport physique pour certains services), mais ce n’est pas vraiment le sujet. Nous votons sur une loi qui tente de créer un login universel qui pourrait être utilisé sur le plus de sites web possible. Alléchant. Et là encore on retrouve l’identification par Facebook ou Google sur des sites tiers de e-commerce par exemple. Mais complètement irréaliste.

Et puis si on compare aux GAFAM susmentionnés, on se retrouve à interroger le modèle d’affaire des futurs fournisseurs. Bien sûr, nos données privées seront en principe non transmises (en principe…). Mais dès lors, comment vont se financer les prestataires d’identité ? Ce ne sont pas des mécènes ; ils veulent gagner de l’argent s’ils assurent une prestation. On peut imaginer que ce soit les citoyen.ne.s qui paient directement. Ça pose évidemment la question d’une identité qui serait à deux vitesses, voire trois, puisque 3 niveaux de sécurité sont prévus par la future loi (avec des tarifs en conséquence). Vous avez les moyens de vous payer le passeport le plus moderne et efficace, doté d’un niveau maximal de sécurité ? Bien. Sinon rabattez-vous sur celui qui est doté d’une sécurité au rabais. Imaginerait-on avoir des passeports papiers « premium » vendus plus chers par des entreprises, et qui vous ouvriraient les portes de prestations supplémentaires ? Inadmissible.

Sinon, le financement peut provenir de la Confédération. Mais on serait dans ce cas dans le même système qu’un appel d’offre standard. Pourquoi dès lors se délester de la capacité à gérer directement, avec l’entreprise mandatée ? Nous le faisons actuellement avec les entreprises qui produisent le plastique de nos cartes d’identité (non, ce n’est pas la Confédération) ou celles qui fournissent les serveurs hébergeant nos données (en mains des autorités publiques). Et puis, ne figure aucun élément d’appréciation : combien cela coûtera-t-il ?

Parce que le modèle d’affaire n’est peut-être pas celui-là. « C’est gratuit ? C’est vous le produit ». Eh oui. Si les futurs fournisseurs d’identité ne sauront pas grand-chose sur vos données intimes, elles pourront néanmoins bénéficier d’un contact, d’une traçabilité de vos transactions, etc… Des données qui ne pourront pas être gardées très longtemps, mais qui seront néanmoins dûment monétisées. Souhaitons-nous vraiment que des entreprises (assurances par exemple, déjà nombreuses à soutenir la loi sur l’e-ID), fassent du « data broking » avec nos demandes de prestations sociales ou nos offres d’emploi? Sans parler qu’à terme, ce passeport électronique pourrait nous permettre de voter et qu’une de ces entreprises peut tout aussi bien être une filiale d’une multinationale sise dans une dictature. Selon la loi toutefois, les fournisseurs ne sont pas autorisés à exploiter commercialement «les données générées par une application de l’e-ID ni les profils d’utilisation basés sur celle-ci». Pourtant, les données sont conservées pendant six mois. Le principe de l’économie des données voudrait pourtant qu’elles soient supprimées immédiatement. Mais surtout, une solution vraiment intelligente s’inscrirait dans le principe du «Privacy by Design», soit choisir une architecture de système dans laquelle ces données n’accèdent pas à un endroit central. Car une personne qui s’enregistre sur une plate-forme est ensuite traçable en continu, sans difficulté. On peut aisément constituer sur cette base le profil de votre personnalité (technique du « profilage »), de manière à vous proposer des services « adaptés » ou vendre ces informations à d’autres. On dit souvent que les données c’est l’or du 21ème siècle ! La majorité des personnes ne se rendent pas compte qu’à chaque click sur le net on laisse une trace, qui peut être stockée, regroupée avec les autres traces laissées précédemment, analysée, revendue … à votre insu ! Qui lit réellement les « Conditions générales » d’un site avant de cliquer sur « accepter » ? Par exemple à chaque mise à jour du logiciel de votre smartphone ? Ou de chaque application fort utile ou sympathique que vous téléchargez ? Ou de chaque site de e-commerce fort bien construit ? Ce ne sont donc pas forcément vos données personnelles qui sont monnayées, mais bien vos affinités, vos comportements sur le net, vos habitudes, vos relations et donc… votre identité !

 

e-ID : quels enjeux ?

Nous voterons le 7 mars sur le projet de loi fédérale sur l’identité numérique. Une loi pour laquelle le Conseil fédéral a opéré un choix radical en donnant la possibilité à des entreprises privées de délivrer des passeports suisses numériques (e-ID). En 2020, formellement, j’ai repris la responsabilité des services informatiques de la Ville de Genève et fait figurer la transition numérique dans le nom du département. Par ceci, j’ai surtout voulu signifier l’importance du portage politique d’une démarche que j’avais déjà entreprises depuis plusieurs années, à savoir la volonté d’une transition numérique responsable, audacieuse et créative pour le secteur public. C’est dans l’esprit de cette transition que j’aimerais développer quelques courts billets de blog autour des enjeux de cette identité numérique.

1er constat, partagé d’ailleurs par un journaliste du Temps du 1er février : parmi les enjeux des votations du 7 mars, celui de ce futur passeport numérique manque singulièrement de débat politique. Pourtant, les enjeux nous concernent toutes et tous. Ils déploieront aussi des conséquences sur un temps très long.

Pourquoi cette absence (relative) de débat ? C’est le chapitre que je souhaite aborder avec ce texte. Les autres suivront successivement jusqu’au 7 mars.

En échangeant autour de moi et avec les services municipaux de la Ville de Genève, je constate qu’il y a certainement une mécompréhension. Nous avons en effet déjà plusieurs solutions d’identification (plus ou moins performantes, d’ailleurs) qui permettent par exemple d’accéder à des services publics (inscrire son enfant au parascolaire, réserver un terrain de sport ou un livre dans une bibliothèque) ou privés (on pense bien sûr à tout le domaine du e-commerce, mais aussi aux identifications bancaires plus sécurisées par exemple). Ces identifications gagneraient assurément – pour les collectivités publiques genevoises – à pouvoir être harmonisées. Qu’on puisse accéder avec un même identifiant aux différents services de l’Etat par exemple.

A contrario, pour le secteur privé, nous avons déjà des « providers d’identité ». Vous pouvez utiliser votre compte Google ou Facebook, pour accéder à d’autres services, des achats en magasin par exemple, sans avoir à s’inscrire avec un identifiant spécifique. C’est ce modèle qu’a choisi le Conseil fédéral en déléguant cette tâche à des entreprises privées. On y voit naturellement un gage de flexibilité et une économie de moyens. On peut considérer que c’est un choix naturel et pratique, puisque nous utilisons déjà au quotidien de multiples identifiants.

En réalité, cela procède d’une très mauvaise compréhension de ce qu’on entend par « passeport numérique ». Celui-ci n’est pas simplement un identifiant nous permettant de réserver un court de badminton (pour cela un login avec un courriel et un code suffisent), ni même ce qui nous permet de nous connecter pour des transactions de e-banking. Il s’agit véritablement de ce qui constituera notre identité officielle numérique. Un équivalent de notre passeport ou notre carte d’identité.

Dans le futur, nous pourrons signer des initiatives, voter et nous porter candidat.e.s à une élection via ce sésame numérique. Elle nous servira à nous identifier comme légitime bénéficiaire de prestations sociales par exemple. Nous devrons peut-être l’employer pour passer une frontière (geste dont on prend conscience depuis quelques mois qu’il n’est pas forcément anodin). On ne peut donc pas la comparer à un simple login, mais devons la mettre en regard de notre actuel passeport. Un document délivré de manière exclusive par l’Etat, en lien avec les cantons et les communes.

Je reviendrai ultérieurement sur les questions de protection des données et de business-model, mais souhaitais commencer cette série de blogs par ce rappel du sujet même de la votation du 7 mars. En tout état de cause, ceci montre en tout cas qu’un débat élargi et approfondi est nécessaire sur la meilleure manière d’appréhender notre avenir numérique, individuel et collectif.

___________________

commentaire supplémentaire ajouté le 4.2.21:
Je me réjouis de constater les nombreux commentaires suscités par ce billet de blog, qui prouvent qu’un réel débat sur ce projet de loi et plus globalement sur ces enjeux numériques est nécessaires. Quelques précisions: je suis personnellement opposé à ce projet de loi et ma volonté avec ce billet était justement de mettre en évidence la différence fondamentale qui existe entre ce qui constituera notre identité citoyenne officielle, et de simples login d’accès à des services privés.
Je poursuivrai avec d’autres dimensions problématiques de cette loi, dont les aspects relatifs aux données, au modèle d’affaire ou aux tâches qui devraient rester propres aux collectivités publiques.

(source: https://www.eid-referendum.ch)

Discours du 1er août 2020

Discours du Maire, prononcé à l’occasion de la fête nationale organisée par la Ville de Genève – seul le prononcé fait foi

________________________

 

Madame la présidente du Conseil municipal (Albane Schlechten)

Monsieur le Conseiller administratif , cher collègue, cher Alfonso,

Madame la vice-présidente de la section genevoise de l’Association suisse des infirmières et infirmiers (Patricia Borrero)

Mesdames et Messieurs les élu-e-s et représentant-e-s des autorités fédérales, cantonales et municipales vivant en Ville de Genève

Chères habitantes et chers habitants de notre belle villede Genève

Bienvenue à toutes et tous !

[En dialecte alémanique]: à tous nos amis originaires de Suisse alémanique, j’adresse mes chaleureuses salutations et vous remercie de votre présence. Comme vous l’entendez, j’ai quelques origines alémaniques et c’est d’autant plus un plaisir de célébrer notre fête nationale avec vous. Mes origines multiples – alémaniques, extra-européennes et surtout romandes ! – sont un bon exemple de la belle diversité qui caractérise notre pays et notre ville.

Cari amici ticinesi, siamo molto lieti di celebrare con voila nostra festa nazionale. Condividiamo elementi relativialla nostra cultura latina, che si esprime co bene neimomenti conviviali.

Ladies and gentleman, I would like also to express my warmest welcome wishes to our international guests, reminding that Geneva is proud of being a very diverse and international city, and also aware of the responsibilities it gives to us. I wish you to spend a nice Swiss National Day!

 

Je suis particulièrement heureux que nous puissions être réunis aujourd’hui pour commémorer ensemble la Fête nationale suisse, ici au cœur du Jardin botanique dont je salue le directeur Pierre-André Loizeau et ses équipes. Une Fête nationale dont on se souviendra à coup sûr comme celle de la lutte contre le coronavirus.

Je tenais à ce que nous puissions malgré tout honorernotre tradition et rappeler ce qui nous unit, habitantes et habitants de toute la Suisse.

Le 1er Août est un moment hautement symbolique. Une occasion de nous rappeler ce qui nous unit, la solidarité qui nous anime, l’entraide qui nous cimente. Ces valeurs qui sont cardinales dans notre société et que nous devons, plus que jamais, mettre en exergue dans la situation présente et, surtout, concrétiser sur le terrain, pour toutes et tous.

C’est pour cette raison que j’ai proposé, cette année, à l’Association suisse des infirmières et infirmiers d’intervenir comme invitée d’honneur de la Ville de Genève, et je remercie sa section genevoise, représentée par Mme Patricia Borrero, d’avoir donné suite à cette invitation. Je tenais à rendre hommage à une des professions dont les compétences ont été et sont toujours vitales pour lutter contre la pandémie qui nous est tombée dessus. Ce n’est pas la seule, bien sûr, mais le fait qu’elle soit principalement féminine et basée sur le soin et l’attention aux autres en font un symbole, un emblème. Je pense aussi aux vendeuses des magasins de première nécessité, aux aides à domicile, au personnel de nettoyage, et à de nombreuses autres.Mais les infirmières et les infirmiers ont été en première ligne pour soulager, soigner, apporter confort et réconfort. Je veux ici les en remercier très sincèrement, en mon nom et au nom des autorités de la Ville de Genève, et insister sur la nécessité de valoriser enfin cette profession.

Cette Fête nationale ne ressemble à aucune autre, parce que nous avons dû intégrer strictement les consignes sanitaires afin de nous protéger toutes et tous. C’est donc une fête épivardée que nous allons vivre, au cœur des quartiers de la ville. Une fête pour prouver que l’espace public, quand nous nous l’approprions pour en faire un lieu convivial, est un espace où l’on peut se sentir bien les uns avec les autres, en sécurité. Un lieu où l’échange et le dialogue s’épanouissent.

Les arts de la rue que nous avons conviés pour vous émerveiller, vous faire rire, réfléchir ou même peut-être pleurer d’émotion, incarnent cet esprit festif et rassembleur que nous espérons voir se répandre dans les parcs et sur les places aujourd’hui.

Dans les années 80, nous avons subitement dû nous plier à l’impératif de l’amour safe, quand le sida s’est répandu et a frappé si injustement, si brutalement. Aujourd’hui, nous allons devoir inventer la fête safe.Toutes les questions qui se sont posées à l’époque, les angoisses et les discriminations contre lesquelles la société a dû mobiliser ses forces et ses ressources, sont de retour.

Nous traversons une période instable, inconfortable, dangereuse même sous certains aspects. Les conséquences de cette pandémie ne sont pas seulement sanitaires, elles sont économiques, sociales, politiques, humaines, et elles vont durer. Aujourd’hui, c’est en veillant à rester solidaires les uns des autresque nous pourrons continuer notre route, construire notre avenir. C’est en appliquant ce qui fait la force de notre pays, notre capacité à travailler ensemble, notre recherche du compromis, notre ouverture et notre tradition d’accueil et d’attention aux plus faibles, quenous pourrons nous réinventer et faire face aux défis d’aujourd’hui et demain, la pandémie bien sûr, mais aussi l’urgence climatique ou la montée des inégalités.

Je tiens à remercier les artistes qui jouent aujourd’hui, pour vous. Celles et ceux qui font vivre les arts et la culture ont été extrêmement fragilisés avec cette crise, étant le premier domaine qui a subi de fortes restrictions, et qui sera probablement le dernier à en sortir complètement. Ils ont clairement besoin d’un soutien fort et affirmé des collectivités publiques, afin de préserver ce savoir-faire. Je salue la force et la créativité qui leur permettent d’inventer des univers nouveaux, de nous montrer que le monde auquel nous aspirons est possible. Que ce quotidien qui change sans cesse peut être apprivoisé. Comme le disait Samuel Beckett, « il n’y a que l’éphémérité qui dure ».

Je remercie également Stéphanie Gautier et Antoine Frammery qui ont relevé le défi de vous proposer, en un temps record, une programmation COVID compatible bien sûr, adaptée à tous les âges. Une programmation qui n’a rien de lisse ou de consensuelle, vous l’avez peut-être déjà expérimentée cet après-midi.

Un grand merci encore à toutes celles et tous ceux qui ont pris part à l’organisation et enfin, bien sûr, à vous toutes et tous qui êtes là aujourd’hui.

Je vous souhaite un très bon 1er Août !

Vive Genève, vive la Suisse !

(re)tisser les fils de notre vivre-ensemble

Le printemps aura été marqué par le confinement dû à la crise sanitaire. Avec l’été, les activités redémarrent progressivement, mais le domaine culturel reste durement touché. De nombreux festivals ont été annulés, de même que bien d’autres événements. Pour les artistes, mais aussi le personnel actif dans la technique ou toutes celles et tous ceux qui rendent possible la magie de la culture, l’avenir est pour le moins incertain et le présent toujours difficile.

Divers soutiens exceptionnels ont été débloqués par les collectivités publiques, ainsi que la garantie de toutes les subventions publiques au domaine. Mais ça ne suffira pas. J’ai donc souhaité réaffecter une partie des budgets non-utilisés pour lancer un appel à projet, d’une part, et mandater l’équipe de la Fête de la musique, d’autre part, pour programmer 50 concerts qui ponctueront les soirées estivales du lundi au vendredi, dans différents lieux de la Ville. Des propositions que vous trouverez réunies dès le 1er juillet sur l’app et le site www.geneveenete.ch .

Car au-delà des aides, les artistes ont besoin d’exercer leur profession. Et le public de se retrouver face à un concert, un spectacle ou une exposition. Pas via un écran, mais pour de vrai.

Nous devons retisser les fils de notre vive-ensemble et cette offre estivale devrait y participer. Elle n’a pas la prétention de résoudre tous les problèmes. L’effort doit être collectif et se poursuivre, en témoigne l’action « Alerte rouge pour la culture » d’hier soir. Ces moyens mis pour la culture ne sont pas de la charité, mais un investissement pour le domaine culturel. Un investissement qui servira à préserver les compétences extraordinaires dont recèle notre région en la matière. Un investissement social, solidaire et responsable, pour notre qualité de vie et pour notre vivre-ensemble.

Alerte Rouge - Grand théâtre de Genève