“Gig workers”: les nouveaux précarisés de l’innovation

Il est 18h40, vous rentrez du travail et ne vous sentez pas la motivation d’aller vite faire les courses, préparer un plat, faire la vaisselle et j’en passe. Non, ce soir, votre ventre sera rassasié par un plat directement livré sur votre pas de porte par un des nombreux cyclistes ou motards aux vestes de couleurs criardes qui auront trimé pour monter jusqu’à chez vous dans un temps record, comme indiqué sur votre app mobile alors que votre canapé vous aura tendu les bras dans l’intervalle.

 

Après les services de livraison “classiques”, on assiste depuis peu à l’émergence de services similaires de livraison ultra rapide (10-15 minutes). Comme le met en lumière Johannes Lenhard, il ne s’agit pas seulement de la dernière tendance de la course aux start-ups dites “licorne” (1mia+ de valorisation). Insidieusement, cela nous rapproche un peu plus d’une économie de serviteurs. Les investisseurs en capital-risque les plus puissants du monde financent une économie où la technologie permet à une “classe dirigeante” de commander une “sous-classe” de serviteurs d’un simple swipe sur une application.

 

Plus connue sous le nom de l’uberisation de la société, ce recours à l’humain pour accomplir un certains nombre de tâches (nettoyage, livraison, assemblage de meubles, transport, etc.) a drastiquement augmenté ces dernières années (doublement à 10% de la population en Grande-Bretagne entre 2016 et 2019). Les statistiques socio-démographiques de ces travailleurs de l’ombre indiquent également une surreprésentation de minorités ethniques, de classes sociales moins aisées et de générations plus jeunes. Le cas d’UBER a également mis en lumière les conditions très précaires de ces employés que les entreprises ont tenté (et tentent encore de mauvaise foi) de présenter comme auto-entrepreneurs.

 

Les clients de ces services à la demande sont le plus souvent des personnes disposant d’un revenu relativement élevé, disposées à payer d’autres personnes pour effectuer des tâches quotidiennes à leur place. Le “nouveau” luxe (à la mode Covid) n’est pas la mobilité mais le fait de rester sur place et d’avoir d’autres personnes qui courent autour de vous pour satisfaire vos désirs. Pourquoi s’échiner à certaines tâches alors qu’une armée de personnes à portée de clic est prête à les faire pour une modique compensation? Et puisque le prix est si bas, on est vite tenté de considérer ces tâches comme subalternes.

 

A observer les faramineux montants investis dans les start-ups de livraison immédiate ($290mio pour Gorillas, $550mio pour Getir ou $100mio pour Zapp), l’intérêt des VC est établi. Cependant, à y regarder de plus prêt, des services plus anciens tels que Deliveroo font des pertes colossales (fondée en 2013, $309 millions de pertes en 2020 alors que l’action a augmenté de 28% depuis l’entrée en bourse au mois d’avril 2021). Le marché ne valorise donc plus la capacité d’une entreprise à être rentable mais bel un bien une stratégie de croissance à outrance (blitzscaling) financée à coups de centaines de millions. Non, l’intérêt premier est de trouver un investisseur assez fortuné qui soit prêt à racheter vos parts.

 

A n’en pas douter, l’économie de la commodité a un prix: celle de la conscience.

 

 

Une réponse à ““Gig workers”: les nouveaux précarisés de l’innovation

  1. J’adore ce qualificatif “d’économie de serviteur”, qui décrit exactement la réaité de ce que l’on nomme trop souvent à tort “l’économie de partage”…

Répondre à Marc Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *