Le collectif de programmation d’Am Stram Gram

 

 

Ce vendredi 20 septembre, le théâtre Am Stram Gram déploiera sa saison.

En mai dernier, cinq membres de l’équipe et cinq compagnon.e.s pensaient, imaginaient collectivement la soirée à venir.

 

Amélie van Berchem, 19 ans

Ariane Catton Balabeau, 44 ans

Aurélie Lagille, 39 ans

Émilie Dérian, 34 ans

Fabrice Melquiot, 47 ans

Isaline Juvet, 12 ans

Laurent Schefer, 15 ans

Lorène Dupanloup, 14 ans

Mariama Sylla, 47 ans

Zoé Adatte, 13 ans

 

Morceaux choisis

 

Des idées sur papier

Après on les parle

C’est dommage si c’est pauvre rapidement

Alors que nos échanges ils ne sont pas pauvres

Même en déconnant c’est un concept qu’on cherche

L’identité de la soirée

L’idée d’un groupe constitué qui porte un regard critique

Ça viendra

C’est nous dix choisissant des spectacles

Confiance

Vous pouvez faire avec Amélie à New York

Des Skype

Des WhatsApp 

Des lettres

Des lettres !

Des télégrammes

Ma mère elle a une Appli télégramme

Dès le moment où t’as plus de quatre-vingts contacts

C’est hyper facile de faire du réseau

T’as jamais fait de story WhatsApp toi ?

On est obsolète

Aidez-nous les chouchous

Les 5

Le club des 5

Début octobre t’es où 

New York bonjour

Je sais que ce soir il y a un super spectacle à Am Stram Gram à Genève

Un Instagram je sais pas

Un bout de Shakespeare 

Les Cinq compagnon.ne.s deviennent les cinq youtubeur.euse.s

Qu’on aille dehors plutôt que ça revienne dedans

Tu peux faire draw my life

Draw my show

Draw ma daire

Mais c’est du taf ces vidéos

Vous êtes largué.e.s complet

Y a un truc qui s’appelle le cinéma qu’a un peu originé tout ça

Tu veux nous faire découvrir Youtube

On va te faire découvrir Philippe de Dieuleveult

Je ne sais pas si vous savez mais vendredi 

Y a un épisode de la carte aux trésors

Vintage ?

Ils sont cirque

Et bien cirque

L’enjeu c’est de tout faire en direct

Avec les téléphones portables je pense que c’est possible

Ça va être un gros bazar

Faut que les commerçant.e.s jouent le jeu

Ce sera le soir

Faut que le scénario soit écrit ce printemps

Y en a qui se sentent d’écrire un scénario 

Moi ! Moi !

En fait vous créez une forme

Un moule

Vous connaissez Christiane et Viviane ?

Non

Tous les trois

Vous vous sentez d’écrire l’intégralité de l’ouverture de saison ?

C’est une énorme responsabilité les ami.e.s

Vous avez en gros un mois pour faire le truc

 

http://www.amstramgram.ch/#ouverture-de-saison-3

Joëlle Gagliardini

Joëlle Gagliardini

Joëlle Gagliardini enseigne aujourd'hui le dessin et l'illustration de mode à la HEAD - Genève. Illustratrice du réel, elle s'installe dans les théâtres et les jardins, pour saisir les images et les mots des habitant.e.s de ces territoires vivants.

3 réponses à “Le collectif de programmation d’Am Stram Gram

  1. Merci pour cette rencontre heureuse de tous les âges dans un rêve partagé !

    Entre l’âge de sept et vingt-cinq ans, j’adorais « faire des scènes de théâtre » dans des lieux ordinaires, sans prévenir personne : Épicerie, boulangerie, pharmacie, ou la rue… Je me déguisais en vieille dame prenant beaucoup de place avec son chariot à roulettes, jeune femme chic qui marche tout droit en faisant flotter avec arrogance son long foulard sous le nez des gens, homme vêtu d’un gros manteau des années quarante qui arrive avec une grosse valise… Le scénario de départ était minimum, mon rôle prenait vie face aux réactions des gens : Comme vrai, dans le vrai. Mes copains passaient par là l’air de rien, devenaient tout rouges en se retenant de rire, les plus craintifs allaient se cacher… Est-ce que c’était vraiment des « blagues » ? Oui, puisque après, nous prenions tous la fuite en riant… Mais pour moi le rôle était toujours sérieux, j’étais la vieille dame en trop, la jeune femme qui a la folie des grandeurs, le voyageur qui vient de nulle part. L’envie de rire me gagnait seulement après le « spectacle »… Parfois mes complices prenaient des photos, pour faire une bande dessinée en direct que nous affichions sur les murs de classe au gymnase. Tout le monde était photographié : avant la scène au moment des préparatifs, quand on se réjouissait, puis avec les acteurs malgré eux, et ensuite quand on revenait dans la réalité en riant comme des fous. La « bande photos » qui m’est le plus restée en mémoire, il y a cinquante ans de cela ; Les acteurs malgré eux : un directeur d’école âgé, distingué et galant, qui ouvrait la portière de sa voiture à sa secrétaire le samedi à midi. Les « vrais » acteurs : une jeune femme extravagante en fourrure, munie d’un gros appareil de photo, suivie d’un « vrai photographe normal ». Seul ingrédient de départ pour qu’il y ait quand même un sujet : une pomme de terre coincée dans le pot d’échappement… BOUM !.. Notre bande photo avait eu un grand succès en classe, nos professeurs la découvraient tous curieux : « Qui est ce monsieur et ces deux dames ?.. C’est un reportage ou… On pourrait croire un extrait de film de Tati… Des personnes excentriques qui se croisent et se suivent en ne sachant plus où elles veulent aller ! » On donnait des explications en riant, et ils comprenaient encore moins cette « histoire réelle ».

    À cette époque et à l’âge que j’avais, j’aurais tout de suite voulu venir à votre théâtre !

    1. Merci beaucoup pour ce souvenir !
      Ce théâtre, c’est celui de Fabrice Melquiot, mené avec une équipe extraordinaire et de jeunes gens totalement libres de tout imaginer, libres comme nulle part ailleurs. Je me glisse auprès d’elles.eux dès que possible, pour vous transmettre leur créativité.
      Vous savez que ce théâtre propose un atelier intergénérationnel et que vous pourriez encore coincer des patates dans un pot d’échappement ?
      Au plaisir de vous rencontrer un jour au théâtre…

      1. Merci Madame de m’accueillir si bien, moi qui ai mis tant de temps à grandir pour me rendre compte à 67 ans que… je ne suis peut-être pas encore complètement adulte, bien qu’à douze ans je lisais en cachette « Connaître votre enfant » pour tenter de savoir : « Comment c’est un enfant comme les autres, avec une mère comme les autres ?.. Est-ce que je voudrais être cet autre enfant ?.. » Ce n’est que bien plus tard que je pouvais répondre à mes amis en riant : « Ah ma mère était une artiste ! » Et ils me disaient : « Comme toi !.. »

        Pour les scènes que je suscitais à mon jeune âge, je me suis demandé comment le public réagirait, ou réagit aujourd’hui avec le théâtre de Fabrice Melquiot (que je me réjouis de connaître). Il y a un climat de crainte, les gens « s’attendent à tout », peut-être avec raison. Même les batailles de boules de neige passent parfois mal… Si j’avais un fils, j’aurais peur pour lui qu’il joue à Zorro dans la rue avec un faux sabre, ou lance un pétard. Et une fille qu’elle se déguise en Lara Croft. Est-ce que je me trompe ?..

Répondre à Gagliardini Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *