Un livre romand “mis à l’honneur” par le Musée national à Zurich

En 2016, nous publiions le livre au titre provocateur « Quel est le salaud qui m’a poussé ? Cent figures de l’histoire suisse », galerie de personnages du passé que l’historiographie habituelle, celle des manuels scolaires et des annales institutionnelles, ne retient guère. Ces hommes et ces femmes qui, malgré leur implication dans la « Grande histoire », étaient passés inaperçus recevaient ainsi l’onction historique grâce à des chercheurs qui, au gré de leurs travaux, les avaient découvert.

Bien entendu, réunir une vingtaine d’historiens, tous spécialistes de sujets spécifiques au travers desquels émergent ces personnages oubliés, fut une gageure en soi. Mais enfin, le projet devait aboutir à la satisfaction de ses promoteurs et, trois ans plus tard, démonstration que le livre avait trouvé son public, nombre de librairies allaient encore le proposer sur leurs rayonnages.

Et voilà que le Landesmuseum de Zurich s’intéresse à présent à ce livre et entend en republier une large partie sur son site Web. Je pense que l’on peut parler dès lors de consécration pour cet ouvrage dont le titre avait suscité quelques débats amusés, tant il est vrai que la Romandie peine souvent à se faire voir du côté de la Limmat. Car si ce livre dépeint des portraits issus de tous les cantons, aussi bien romands qu’alémaniques et même tessinois, le texte est décliné en français. Une partie de celui-ci sera donc accessible en 2020 sur le site du musée national – en français, allemand et anglais – qui propose par ailleurs d’ores et déjà au public des sujets, notamment historiques, d’excellente facture.

https://blog.nationalmuseum.ch/fr/

 

Quel est le salaud qui m’a poussé ? Cent figures de l’histoire suisse, sous la direction de Frédéric Rossi et Christophe Vuilleumier, Infolio, 2016, 240 p.

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier est un historien suisse, actif dans le domaine éditorial, et membre de plusieurs comités de sociétés savantes, notamment de la Société suisse d'histoire. On lui doit plusieurs contributions sur l’histoire helvétique du XVIIème siècle et du XXème siècle, dont certaines sont devenues des références.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *