Philippe Nantermod, politicien et sophiste.

Comment ne rien dire dans un article, mais pourtant écrire quelque chose? Demandez à Philippe Nantermod. Son dernier billet, court et précipité, est un bon exemple d’une “pensée” qui parvient à écrire sans l’embarras d’une idée.

Le premier tiers est une note historique semi-comique inutile, laissons. Dans le deuxième, il prétend qu’il existe des gens qui se réjouissent de voir mourir d’autres humains au nom d’une ancienne divinité grecque (candidement, il met même un hyperlien vers Encyclopédie Universalis à propos de Gaïa). Malheureusement, il n’a pas l’air de comprendre qu’il s’agit d’une simple personnification, c’est-à-dire une figure de style, un raccourci langagier (ou bien il fait exprès, et alors c’est un sophiste).

Il poursuit avec le champ lexical habituel du mépris en parlant de manière nuancée de “délire animiste new-age” de misanthropes “extrémistes” et “détestables”. Il est alors évident qu’il s’attaque – ce qui est commun autant que commode – à des gens qui n’existent tout simplement pas (même l’écolo le plus acharné n’a aucun plaisir à voir mourir quelqu’un aux urgences, à le voir agoniser près de sa famille, ni ne jouit en pensant aux “vies emportées” et aux “emplois détruits”). Ça, c’est son délire à lui, un délire aussi réel qu’irresponsable (dangereux même de la part d’un politicien). Faire passer les écologistes pour des dégénérés animistes satisfaits que les hommes meurent, c’est tout de même un peu cheap. Et accuser autrui d’être méchant ou fou est le signe même de l’incompréhension et de la mauvaise foi selon le psychologue Paul Watzlawick. Mr. Nantermod ne fait pas les choses à moitié: pour lui, les écolos sont fous et méchants. Il doit prendre les gens pour des… grands naïfs s’il croit seulement qu’ils mordront l’hameçon en s’exclamant dans leurs cœurs: “Comme ils sont détestables, ces sales écolos! Quelle ivraie qui n’aime pas l’humanité!”.

Le plus drôle, il le réserve élégamment pour la fin (je le mets en gros et en rouge):

“L’humanité a le droit, sans doute le devoir moral, de tout mettre en œuvre pour se préserver de ces fléaux [épidémies, tremblements de terre…]”.

On attend la suite. Quoi? Mettre en œuvre quoi au juste? Eh bien, il ne dit rien. Mais qui ne serait pas d’accord avec sa conclusion? Personne. Il aurait pu finir: “il faut cesser de faire le Mal, et se mettre, c’est notre devoir moral, à faire le Bien!” en rajoutant: “Cela n’est pas bien d’être fou et de se réjouir que son voisin meurt asphyxié”. Cela est désespéramment évident. Personne ne veut s’y opposer. Avec cette méthode, il peut en écrire trois par jour de ses “conférences de conciliation”. Son article au final ne fait que trahir sa haine à l’égard des écologistes. Comme disait Bachelard: on pense nommer les choses et c’est soi-même que l’on nomme.

Conclusion: Article indigne d’un politicien, captieux et sans charité, qui abuse de techniques sophistiques pour enfoncer des portes ouvertes.

Arthur Simondin

Arthur Simondin

Arthur Simondin est un professeur de philosophie à la retraite. Il veut user de ses connaissances et de son expérience d’enseignant afin de promouvoir une vision philosophique de l’actualité. Sa connaissance approfondie de la philosophie grecque et des courants dominants du 20ème siècle lui permet d’éclairer l’actualité et d’en révéler à la fois les structures et leurs significations.

18 réponses à “Philippe Nantermod, politicien et sophiste.

  1. Phillipe Nanternématods est la preuve vivante, qu’on puisse être un bon gars, avec des neurones jeunes, mais déjà vieillies, enfouies dans le sol, c’est la vie, c’est ainsi,

    C’est couchepinesque, en quelque sorte, ou peut-être seulement valesco, comme leurs Napoléon ferraristes 🙂 !

  2. Grâce à leur compétence, leur capacité visionnaire ou intelligence, certains politiques nous éclairent.
    D’autres, tentent d’éblouir avec de la polémique, de la testostérone ou de l’agression.

    Chacun compose avec les outils qu’il a à sa disposition.

  3. Indigne est vraiment le mot !!!
    Encore une fois le PLR nous montre que ses élus se moquent de beaucoup de choses !
    Après l’exemplaire Monsieur Dafalgan, cette pandémie devient le révélateur de comportement de manque de respect des valeurs de notre pays et de ceux des citoyens par nos certains de nos élus.
    Une très grande majorité de ces élus (de tous bords …) n’ont d’ailleurs rien trouvé de mieux que d’aller prendre l’apéro pour fêter la fin de la session parlementaire !
    N’est-ce pas se fiche effrontément du monde en cette période ?
    Sauf le respect que je devrais à ce Monsieur Nantermod et que je n’ai plus compte tenu du principe de réciprocité, je lui donne le conseil de ne plus s’épandre dans la presse, de rester le bon petit serviteur de l’intérêt des lobbyistes et le « suiveur » dans la gestion des affaires de notre pays.
    Je lui laisse méditer ces quelques lignes:
    Vous aviez le pouvoir de gérer, c’est à dire prévoir, mais vous ne nous servez que de plates critiques de partis écologistes qui ne défendent malheureusement pas les mêmes valeurs que Syngenta que vous défendez.
    Vous n’avez jamais fait part de votre détermination à protéger l’intérêt et la sécurité du citoyen puisqu’avec votre PLR, par vos décisions crasses, vous avez siphonnez le bon sens qui était de préserver un stock de masque et de moyens sanitaires et industriels pour protéger la population depuis de nombreuses années.
    En avez-vous pris conscience aujourd’hui ? que pensez-vous de la responsabilité de votre “mouvement PLR” et comment vous y répondrez ?

    1. Moi je voudrais prendre la défense de ”monsieur Dafalgan”.

      Quand il a dit ça, dans le contexte de ce jour là, j’ai été à 100 % d’accord avec lui. Je trouvais qu’il avait raison de dire qu’il ne fallait pas s’affoler et je pensais aussi qu’il fallait ne pas mettre en danger l’économie du pays, les commerçants, les restaurateurs, les indépendants, etc.

      Puis la campagne de panique organisée a commencé à battre son plein. Je me suis laissé impressioner et intimider comme tout le monde. J’ai donc consenti aux mesures excessives qui nous étaient imposées par Berset, le professeur Pittet & Cie.

      A ce moment là nous avons tous été sidérés et nous aurions gobé n’importe quoi. Même Leuba, je pense, a du penser qu’il avait sous estimé le danger.

      Et puis la situation a évolué de nouveau.

      Maintenant nous sommes devant un champ de ruines, et nous savons que la Confédération s’est endettée de manière folle qui prendra au moins une génération pour rétablir des finances saines. Nous savons que l’économie est dévastée avec des milliers d’entreprises qui feront faillite et une armée de chômeurs qui peut-être ne retrouveront jamais de travail et qui ne pourront pas être aidés de manière à retrouver leur existence d’avant la crise. Nous avons vu des milliers de personnes faisant la queue pour quémander de la nourriture. On est revenu au temps de la soupe populaire.

      C ‘est un désastre.

      On a mis l’économie à l’arrêt complet pendant deux mois. Forcément, c’est quasiment impossible pour l’économie de reprendre après ça.

      On a des autorités qui ont osé faire un coup d’état en s’arrogeant les pleins pouvoirs pour une durée illimitée. Comme si on était en temps de guerre. Toutes les libertés individuelles ont été mises en ”quarantaine”, suspendues, supprimées, on ne sait pas jusqu’à quand.

      Maintenant on “déconfine” enfin, timidement, au compte gouttes, trop tard, trop peu. Mais on exige des restaurateurs qu’ils tiennent un registre de leurs clients avec noms, prénoms, adresses et numéro de téléphone ! Vous vous rendez compte? C’est insensé ça. C’est insupportable! On est où là ? En Suisse en 2020 ? Ou en Allemagne sous Hitler ? En Russie sous Staline ? En Chine sous Mao Tsé Toung ?

      Demander les noms, adresse et no de téléphone des gens au bistrot. ? Non ! non ! non ! non ! et non ! Une chose pareille est inconcevable dans notre pays! C’est un scandale! Ca ne passe pas! C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase!

      Il faut refuser de se soumettre.

      Ces abus devront être jugés et condamnés, par la justice. On ne reconnaît plus la Suisse. Je pense que Berset devrait être destitué, pour abus de pouvoir. Ce serait bien la moindre des choses.

      Et maintenant on nous parle de traçage généralisé, par une application informatique sur nos téléphones portables ? Je rêve ou quoi? Guillaume Tell réveille toi! Ils sont devenus fous. Ils veulent faire de la Suisse un état policier totalitaire de surveillance généralisée !

      Et en plus ils osent nous dire que ce sera anonyme et qu’il n’y aura pas de communications des informations à la police, au fisc, aux assurances, etc…, et bla bla bla… Ils nous prennent vraiment pour des c… ou quoi ? Est-ce qu’ils s’imaginent qu’on va les croire ?

      Et le plus grave, c’est qu’on s’aperçoit que tout cela n’était absolument pas justifié.

      Bien sûr il fallait prendre des mesures de précaution, peut-être même sévères. Mais il fallait laisser l’économie vivre.

      Il fallait faire comme en Suède. On n’en serait pas là.

      La Suède n’a pas plus de morts qu’ailleurs et elle maîtrise mieux l’épidémie, sans avoir détruit complètement son économie, contrairement à nous. La Suède a pris des mesures sévères, mais pas dictatoriales comme chez nous. Ils ont fait appel à la responsabilité individuelle. C ‘est ce qu’on aurait du faire chez nous aussi.

      Chez nous en Suisse on s’est transformés en une dictature. Presque comme Macron, qui est le pire des criseux et le plus mauvais gestionnaire de la crise dans toute l’Europe.

      On s’aperçoit qu’on nous a énormément exagéré la dangerosité de cette épidémie. Dans la région de Marseille le problème est réglé avec quasiment zéro mort, grâce aux mesures prises par le professeur Raoult. Chez nous en Suisse le prof Pittet a osé critiquer Raoult, qui lui est très supérieur au point de vue compétence, reconnue mondialement. Et le résultat de Pittet n’est pas brillant, c’est le moins qu’on puisse dire.

      En plus on nous a menti sur les masques.

      Il est beau le résultat !

      Il n’y a pas de quoi se vanter !

      Alors aujourd’hui, oui, moi je dis que M. Philippe Leuba, conseiller d’état, dit Dafalgan, eh bien il avait raison quand il a dit ça.

      Il a prouvé qu’il avait des nerfs solides contrairement aux autres qui ont eu le vava. Il n’a pas perdu les pédales. Il a gardé son sang froid. Il a vu juste.

      C’est dramatique que nous ayons été gouvernés par des Berset et des Sommaruga qui sont des incapables qui ont paniqué et cédé à la tentation dictatoriale des pleins pouvoirs, alors qu’il n’y avait pas lieu de faire ça.

      Ces incapables portent la responsabilité d’avoir plongé notre pays dans le plus grand désastre économique de son histoire, probablement.

      Il est infiniment regrettable que nous n’ayons pas été gouvernés par un homme intelligent comme Philippe Leuba, qui aurait su être ferme, sans aucun doute, mais qui n’aurait pas paniqué et qui aurait su raison garder.

      Honneur à M. Philippe Leuba Dafalgan ! Déjà aujourd’hui nous pouvons vraiment dire que l’histoire lui donne raison.

      1. Sieur Oin Oin, il faut arrêter de raconter des conneries (voire d’insulter des gens) sur ces blogs sous pseudo.
        Vous pensez ce que vous voulez de Sieur Dafalgan (j’en suis sûr, un bon type aussi, comme vous).

        Il est beaucoup trop tôt de savoir quelle était, ou est, ou sera la mesure juste, si les suédois ou les singapouriens sont meilleurs que les vaudois, allez, les schwytzois et les bégninois, pourquoi pas… .
        Alors un peu d’humilité, d’ailleurs on est souvent plus intelligent après et le CF agit en collège et même si ça ne vous convient pas!

        Au moins, bonne santé, je vous le souhaite. Et ayez au moins le courage d’avoir un avis, sans masque hahah!
        Prenez bien soin de vous 🙂

  4. Ce Monsieur, avocat de formation, élu et est un quasi professionnel en politique. Il est membre d’une direction de parti, et en charge de communique et rappeler périodiquement les dogmes et l’unite de pensée. De ce fait, comme d’autres, il en oublie, une fois de plus, la réalité du terrain. Dommage.

  5. N’allez pas me faire croire que si les avions avaient été cloués au sol pour une autre raison (une éruption volcanique sans précédent par exemple), les extrémistes de l’écologie auraient tenu un autre discours.

    Peu importe la nature de la catastrophe et le nombre de victimes, tant que le gouvernement démocratiquement élu est fragilisé, les extrémistes minoritaires saisissent la fenêtre d’opportunité qui leur donne une meilleur chance d’imposer leur idéologie.

    Les intellectuels diront peut-être que j’enfonce une porte ouverte face à une telle évidence, et pourtant, l’être humain ne cesse de répéter les erreurs du passé.

  6. C’est une mécanique qui ne se renouvelle pas, qui n’en finit pas de tourner comme un moteur! Au final cela donne un politicien qui a des avis sur tout…surtout des avis aurait dit Coluche! Il est l’exemple de certains politiciens modernes pour lesquels la forme suffit à combler le vide substantiel!

  7. Ce n’est pas la première fois que Nantermod raconte n’importe quoi simplement pour satisfaire ses pulsions idéologiques. Je me rappelle de la chronique de Nantermod sur l’OCDE qui venait de publier un rapport critique sur les paradis fiscaux et l’exonération fiscale. Comme un bon chien de garde du PLR, devenu plus libéral que radical, Nantermod aboie sans réfléchir pour protéger son idéologie et dénonce que l’OCDE exonère ses employés de l’impôt. Sous-entendant leur hypocrisie. A quel moment Nantermod a-t-il oublié que l’OCDE est financée par différent pays et qu’elle a son siège en France à Paris? Est-ce que les différentes nations apprécieraient qu’un Etat se fasse de l’argent sur leurs dos à travers l’imposition d’une organisation internationale? Non. C’est pourquoi il y a une forme d’exonération fiscale dans les organisations internationales comme l’OCDE. Et je dis bien une forme d’exonération car en réalité les employés de l’OCDE paient une forme d’impôt interne. Nantermod est prêt à abandonner toute logique et toute intelligence pour pondre un argumentaire servant à détourner l’attention. Nantermod est un grand utilisateur du whataboutism, pratique consistant à répondre à une accusation difficile en faisant une contre-accusation ou en évoquant un problème différent. Il a simplement répété l’exercice au sujet de l’interview de Dominique Bourg.

    Et si vous vous demandez pourquoi il fait ça, allez jeter un oeil à son twitter et aux messages qu’il aime. Les pages ultralibérales qui partagent des memes suggérant que “taxation is theft” semblent avoir son soutien moral. Il faut toujours se demander qu’elles sont les intentions réelles derrière un politicien.

  8. Qui a dit que les écologistes se conduisent souvent comme des gosses de riche, clamant je veux tu dois? Philippe Nantermod ne fait visiblement pas partie de cette intelligentsia-là. Aime-t-il agiter un gros bâton dans cette fourmilière ? C’est assez amusant comme résultat en tout cas.

    1. Et quel résultat y voyez-vous?

      J’ai connu divers De Rahm, à l’école de recrue, dans les chevaux, mais aucun de votre acabit, aussi basique, c’est votre vrai nom, de vrai?

  9. Hélas ce Monsieur n’ a pas eu le courage de rejoindre la clique du Groupe Mutuel.
    Il aurait pu se payer des cours de morale et de compassion.
    Le PLR mais surtout le Valais mérite mieux à Berne.
    J’attends les prochaines élections…

  10. Ce que Arthur Simondin reproche à Philippe Nantermod c’est de critiquer l’écologie politique. Or critiquer l’écologie politique devrait être permis. Il se pourrait même que la critique soit justifiée. Mais c’est une critique dangereuse, surtout pour un politicien. Il risque le lynchage médiatique. Ce blog en est une illustration.
    Pour information, une tentative de rétrospective, non exhaustive, des critiques portées à l’écologie politique depuis l’émergence des partis qui s’en réclament : https://clubenergie2051.ch/2019/05/11/lecologie-politique-des-critiques-severes/
    Philippe Nantermod a donc, dans la critique de l’écologie politique, quelques prédécesseurs dont il n’a pas à rougir.

  11. Vous faites une lecture bizarre de ce que M. Nantermod avait écrit. Au fait, il n’a pas écrit, il a répondu à M. Bourg, qui n’a jamais été aussi joyeux sur une photo, comme il l’a été dans son interview de “bien fait pour votre gueule”. Remarque: les élus politiques sont des “POLITIQUES” “des hommes et des femmes POLITIQUES et non par des politiciens ou de politiciennes.

  12. Je trouve qu’on est trop dur avec ce pauvre petit Nantermod. Ce n’est pas quelqu’un de bien intéressant, mais pas méchant non plus. On lui donne trop d’importance. Et dans cet article contre lui il y a trop d’animosité. Il n’en mérite pas tant. En fait il est insignifiant ce garçon. Insignifiant mais on peut voter pour lui, parce qu’il est dans la bonne moyenne de la médiocrité générale des autres politiciens. Je pourrais voter pour lui si je votais en Valais. C’est juste un petit politicien moyen, issu d’un milieu de petits notables valaisans, avec un physique de gaminet et un visage poupin. Probablement il souffre de ce physique et il a un petit complexe à cause de ça. Pour compenser il roule un peu les mécaniques, à sa manière. Ca le rend attachant et désarmant. Il n’est pas désagréable ni antipathique. Il essaie juste de se montrer au maximum parce qu’il pense, avec raison, que c’est nécessaire pour exister, être élu et réélu. Dès son adolescence il a montré un désir immodéré de grimper, de faire de la politique, d’être élu et même d’être aimé. C’en était presque pathétique, comme dans le cas de Pierre Maudet. Maudet a très mal fini (sa carrière est cuite, on prend les paris?) mais Nantermod saura échapper à ce sort funeste parce qu’il est moins bête que Maudet. Et aussi moins mégalo. Il évitera de se prendre les pieds dans le tapis comme ce grand dadais de Maudet. Nantermod est aussi moins faux jeton. Je lui prédis une carrière de solide conseiller d’état valaisan, pour dans quelques années, et il finira comme un gros bonnet, même s’il n’accédera peut-être pas au Conseil fédéral. C’est déjà remarquable qu’il ait grimpé jusqu’au Conseil national. Les déclarations qu’on lui reproche n’ont rien de répréhensible. Il a simplement montré qu’il appartient à la droite valaisanne, qui n’aime pas les écolos. Et il a dit des banalités bien sûr, et effectivement enfoncé des portes ouvertes. Comme tous les politiciens dans son genre. Lisa Mazzone dit autant de banalités que lui, et plus de sottises. Tous ces gens parlent pour ne rien dire. Ca correspond à son positionnement politique: un radical plutôt de droite, et valaisan.

    Il n’y a pas de quoi fouetter un chat, ni un Nantermod.

  13. J’ajoute que s’il faut choisir entre Nantermod et Bourg, je choisis Nantermod. Sans hésiter. Ce Bourg est un pseudo intellectuel complètement frapadingue, utopiste et inepte.

Répondre à Elie Hanna Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *