Federer: remarques mêlées sur un “héros”

1.Certains critiques de la culture affirment que Federer n’est pas du tout un héros: il est ce qu’il est (ou il reste ce qu’il reste) seulement par une certaine, comme ils disent, “chance corporelle” (des cartilages particulièrement résistants, un lobe moteur densément connecté, …). Cette chance est évidemment accompagné d’une chance des circonstances (les deux sont nécessaires). Ils poursuivent en affirmant qu’il n’a pas plus de vertu ou de détermination que la plupart d’entre nous: il n’est pas plus moral, fort, significatif que n’importe quelle autre personne. Tout est produit par l’illusion médiatique qui sélectionne et façonne des héros destinés à la consommation intérieur. Est un héros celui sur qui on porte l’attention (médiatique). Ce qui ouvre parallèlement une piste intéressante: fabriquer d’autres héros, plus inattendus, intéressants, prometteurs, surtout plus enthousiasmants, protreptiques. Le choix de nos héros devraient être l’objet d’une attention soutenue et circonspecte : on ne devrait pas transformer en héros un homme qui n’a comme tout regret qu’une balle de match manquée (il faudrait un Comité éthique national/cantonal des Héros).

2. “Federer reste Federer“. Voilà la justification avancée par le Temps pour justifier un couteux et polluant voyage à Dubaï afin d’entendre notre Héros un peu plus d’un quart d’heure. Et Skype? Ne s’agit-il pas “d’aider la planète”? Non. La Présence du Héros est nécessaire, on doit pouvoir contempler son Corps Glorieux (parler de fétiche, ici, est un euphémisme).

3. Plus qu’être des héros, nos sportifs sont des marques ambulantes, de perpétuels “représentants” , des mascottes jusque dans leurs os. Quel message pourraient-ils délivrer au monde qui les regarde? Ce qu’une équipe de communication a préparé pour eux en vue d’un interview, rien de plus. En quoi devrait-il avoir une “conscience”? C’est trop leur demander (leur domaine de compétence est en effet assez restreint). Après tout, il gagne leur pain (et quel pain!) en “tapant dans des balles en caoutchouc” (comme l’affirment les plus aigris des sceptiques).

Ad Nauseam – Lorsque j’entends “vas-y Roger!” un dimanche après-midi, la vue d’un revolver ne m’est pas désagréable.

Arthur Simondin

Arthur Simondin

Arthur Simondin est un professeur de philosophie à la retraite. Il veut user de ses connaissances et de son expérience d’enseignant afin de promouvoir une vision philosophique de l’actualité. Sa connaissance approfondie de la philosophie grecque et des courants dominants du 20ème siècle lui permet d’éclairer l’actualité et d’en révéler à la fois les structures et leurs significations.

3 réponses à “Federer: remarques mêlées sur un “héros”

    1. j’ai remarqué la meme chose, lignes trop longues sans doute . mais il suffit dans mon navigateur (firefox) de “dezoomer” , avec la commande CTRL – ou — pour retouver une bonne lecture .

  1. La page en question sur Federer?
    Je ne l’ai pas lue! Car j’ai compris que c’est “Monsieur” qui a commandé les journalistes à venir le questionner à Dubaï. Sûrement que le peu de choses qu’il avait à dire n’allait pas compenser la pollution créée par tous ces déplacements (ni ses déplacements)!

Répondre à SEROT Benoit Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *