Comment devenir plus résilient ?

La période actuelle est propice au développement personnel. La résilience fait partie des termes qui reviennent régulièrement, à la fois dans le contexte des villes, des entreprises mais également du point de vue individuel.

La résilience est notre capacité à faire face aux crises et aux défis de la vie quotidienne à l’aide de nos ressources personnelles et sociales et à les utiliser comme une opportunité de développement. Plus simplement, c’est notre capacité à rebondir selon l’origine latine « resilire ».

Ayant dernièrement suivi un cours sur le sujet, je souhaite partager quelques idées pratiques intéressantes.

Pour renforcer sa résilience, on peut travailler sur 8 facteurs représentés sur la roue de la résilience que je vous mets en référence en bas de l’article. Ces facteurs peuvent être regroupés en quatre axes :

  • Donner une direction : optimisme et orientation vers l’avenir
  • Maintenir un équilibre : pleine conscience et créativité
  • Être dans l’action : orientation solution et responsabilité
  • S’appuyer sur ses relations : orientation réseau social et acceptation

Commencer par identifier les facteurs importants pour soi

« Puisqu’on ne peut pas changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter ses voiles », Aristote. Cette citation utilisée par la formatrice Mélanie Hindi m’a fait réaliser que sur la base de cette roue, il fallait se concentrer sur l’essentiel et identifier ce qui avait le plus d’impact pour soi.

En effet, lorsqu’on navigue sur un voilier, on a plusieurs cordages qui nous permettent d’ajuster sa voile, par exemple le hale-bas, la bordure et l’écoute. Tous les réglages n’ont pas le même impact. L’écoute, qui permet de régler l’angle de la voile par rapport au vent est essentielle : en cas de rafales, c’est l’élément qui vous permet d’éviter de chavirer.

Par analogie, quels sont donc les facteurs essentiels sur la roue de la résilience qu’il faut actionner pour affronter la perturbation actuelle ?

Se focaliser sur son niveau d’énergie

Parmi les outils présentés, le « tonneau d’énergie » qui consiste à gérer son niveau d’énergie me semble indispensable. Cet outil intègre à la fois la notion d’optimisme, de pleine conscience et l’orientation solution.

L’objectif est de recharger et entretenir ses sources d’énergie. On s’assure chaque jour qu’on effectue des activités qui nous ressourcent et on « cultive » les émotions positives.  Par exemple en tenant un journal des expériences positives ou en prenant des pauses régulières pour respirer profondément et identifier les aspects positifs de l’instant présent.

En même temps qu’on s’occupe à entretenir son énergie positive, il faut aussi travailler sur les « voleurs d’énergies ». Tout d’abord, il est important de les identifier. On peut ensuite les catégoriser entre les problèmes que l’on ne peut pas changer et ceux que l’on peut contrôler ou au moins influencer. L’idée est de se focaliser sur ce qui est contrôlable pour y trouver des solutions. Il faut aussi accepter ce que l’on ne peut pas changer. Pour accepter les éléments frustrants sur lesquels nous n’avons pas d’influence, un ancrage avec un geste physique peut aider à lâcher prise : imaginer avoir l’objet de votre frustration dans la paume de vos mains et balancer alternativement vos deux mains par-dessus vos épaules.

Apprendre à ajuster sa voile

Cette pandémie qui affecte de nombreux aspects de notre quotidien est donc une opportunité d’apprendre de nouvelles techniques pour « naviguer » plus sereinement dans notre vie en évitant de se retrouver face au vent. Essayer de maintenir un niveau d’énergie élevé me semble être important pour affronter les défis du quotidien.

J’espère que ces idées vous inspireront à explorer d’autres éléments qui peuvent vous aider à renforcer votre force mentale. N’hésitez pas à partager vos connaissances en postant un commentaire. On deviendra ainsi collectivement plus résilient.

Source : Resilienz Zentrum Schweiz

Trois changements à effectuer lorsqu’on va retourner au bureau

Depuis maintenant plusieurs semaines, si nos activités le permettent, nous travaillons à 100% depuis notre salon (parfois aussi dans la cuisine comme je l’observe lors de certaines conférences). Cette solution nous permet de réduire les risques d’attraper le coronavirus, cependant, en passant des heures en vidéo-conférence, on n’échappe pas à un autre effet, la « Zoom fatigue ». Problème auquel des chercheurs de Stanford ont identifié les causes et proposent des moyens simples pour améliorer notre quotidien : arrêter de se regarder (effet miroir), éviter d’observer les participants en gros plan, éteindre parfois la vidéo et écouter sans regarder l’écran.

Cette situation extrême est temporaire et on se réjouit de pouvoir revenir au bureau…parfois.

Certaines entreprises ont décidé d’adapter leur règlement pour proposer une flexibilité complète. C’est le cas de Spotify qui vient d’annoncer le concept « Work from Anywhere » : chaque employé peut décider de travailler tout le temps à la maison, venir tous les jours au bureau ou faire un mixte des deux.

Mais comment décider ? Et surtout, comment faut-il adapter notre manière de travailler si l’on souhaite rester plus souvent chez soi ? Voici trois pistes de réflexion.

Venir au bureau pour l’effet « pause-café »

A la fin de certaines réunions virtuelles, on se retrouve seul devant son écran, frustré, car les problèmes abordés n’ont pas été réglés. En présentiel, l’après-réunion est souvent indispensable. C’est à ce moment, autour d’un café, que les problématiques sont résolues. Une manière de trouver un équilibre entre réunion physique et virtuelle est peut-être de se poser la question de savoir si l’après-réunion est aussi important que la réunion elle-même.

Les bonnes idées apparaissent souvent lors d’échanges informels, au détour d’une conversation de couloir ou en prenant le temps d’aller boire un café avec un collègue. Adapter son agenda les jours où on va au bureau pour s’assurer d’avoir des plages disponibles pour des discussions informelles me semble encore plus important à l’avenir.

Réduire la complexité des activités quotidiennes

Dans un article récent, Howard Yu professeur à l’IMD décrit la caractéristique commune des entreprises qui « aiment le télétravail » :  elles sont dans une recherche constante de réduction de la complexité de leur opération. C’est une condition nécessaire pour pouvoir augmenter durablement son taux de télétravail.

De nombreuses réunions ont lieu pour informer les autres départements de ces activités courantes. Automatiser l’échange d’information et augmenter la transparence sur les projets en cours sont des moyens de réduire les tâches de coordination.

Un exemple : chez swisstopo, la plupart des projets intègrent des développements informatiques. La planification et la priorisation de ces projets s’effectuent maintenant au travers d’un système de gestion de projet accessible à tous. Les utilisateurs documentent directement leurs besoins et un tableau de bord permet de connaître les décisions prises et la date de mise en œuvre.  Cela évite les longues séances de planification trimestrielle, facilite une gestion en continu et permet de réagir plus rapidement aux changements.

Un autre aspect est la création d’interfaces qui permettent de fournir les prestations internes ou externes en mode « self-service ». Swisstopo a par exemple lancé « mySwissMap » pour créer sa carte personnalisée.  Plus besoin d’emporter plusieurs cartes pour partir en randonnée, on commande une carte sur mesure qui contient la zone où l’on souhaite se promener. Pour éviter de rendre le processus complexe, un tel service personnalisé est accessible en ligne. L’utilisateur effectue lui-même la sélection de la zone, le choix du type de carte et fournit l’image de couverture. Le résultat lui est ensuite livré par la poste quelques jours après. Cette nouvelle offre « self-service » doit évidemment s’imbriquer dans le processus de production de cartes standards.

Poursuivre les bonnes pratiques mises en place ces derniers mois

La pandémie nous a permis de développer de nouvelles formes de collaboration qu’il me semble intéressant de conserver. Parmi ces pratiques, de nombreuses entreprises ont incité leurs employés à effectuer des réunions à l’extérieur en marchant. Chez swisstopo, cette mesure a évidemment été accompagnée par la mise en place de cartes qui proposent des parcours en fonction du temps de réunion : une marche de 15 minutes, de 30 minutes et pour ceux qui ont de nombreux sujets à discuter, un parcours de 1h30. Lorsqu’on est en télétravail, on a plutôt tendance à limiter nos déplacements (certes, nous allons régulièrement vers le frigo, mais la distance est plutôt faible même si on y va 10x dans la journée). Sortir faire ces réunions en extérieur permet ainsi de combiner le temps de travail avec un peu d’exercice physique.

Et vous, quels sont les changements que vous avez effectués ces derniers mois dans votre façon de travailler et que vous allez continuer à faire lorsqu’un retour au bureau sera possible ?

Livraison par drone entre Lausanne et Coppet

Eiger, c’est le nom du nouveau-né de la start-up RigiTech. Un drone qui peut transporter des paquets de 3 kg et voler sur une distance de 100 km. Il possède aussi un parachute pour éviter qu’il s’écrase lourdement au sol en cas de problème.

Eiger devrait, dans un futur proche, rapporter votre prise de sang au laboratoire. Plus spécifiquement, si demain vous vous rendez chez votre médecin traitant à Lausanne pour effectuer une prise de sang, votre échantillon sera ensuite envoyé au laboratoire d’analyse central qui se trouve à Coppet par l’intermédiaire de ce drone. Cela réduit les coûts de logistique et c’est plus rapide (il n’y a pour le moment pas d’embouteillage dans le ciel, contrairement à l’autoroute A1 Lausanne-Genève).

Ce scénario correspond à la proposition de valeur de l’entreprise RigiTech. Avec ses partenaires, elle a obtenu des fonds européens (DHI-HERO HealthCare in Robotics) pour pouvoir mettre en place une telle solution en 2021.

Dans une région qui ambitionne d’être une « Drone Valley », avec déjà de nombreuses sociétés actives dans le développement de drones innovants telles que senseFly et Flyability, il me semble intéressant qu’on puisse également être au centre de l’expérimentation de nouveaux services.

Garantir la sécurité de vol

Les drones sont de plus en plus utilisés, notamment dans le domaine de l’agriculture et de la viticulture. On sera probablement de moins en moins surpris lorsqu’on ira faire une promenade dans les vignes et qu’on apercevra un drone comme celui de Aero41. Celui-ci sera occupé à traiter la vigne en y pulvérisant des produits phytosanitaires de manière ciblée. Dans ce type d’application, le drone ne survole pas des espaces où se trouve beaucoup de monde.

Si l’on souhaite maintenant utiliser des drones dans le domaine de la logistique, il va falloir garantir une sécurité très élevée, car ils seront amenés à survoler des zones d’habitation. C’est tout l’enjeu technologique auquel s’attaque la société RigiTech.

Le drone fonctionnant en autopilote, il doit connaître en tout temps sa position. Une redondance entre différents systèmes est nécessaire. En effet, si la position fournie par le GPS est mauvaise (ce qui est assez fréquent en milieu urbain où les bâtiments perturbent la réception des signaux satellites), le drone doit pouvoir se positionner en utilisant le réseau de téléphonie mobile. Lors du décollage et de l’atterrissage, une liaison radio doit être mise en place localement pour assurer une géolocalisation parfaite.

Un opérateur peut à tout moment prendre le contrôle du drone. Cependant, en cas de panne du système de batteries par exemple, le drone doit pouvoir déclencher automatiquement un parachute (système « failsafe »).

Les procédures et mécanismes à mettre en œuvre doivent donc être testés dans des conditions réelles, ce qui est l’objectif de ce projet.

Offrir un territoire d’expérimentation pour concevoir les services du futur

Les défis sont nombreux pour permettre à un tel service de s’établir durablement, ce qui rend d’ailleurs le projet très enthousiasmant. RigiTech, société accompagnée par l’association d’aide aux entrepreneurs Genilem, espère convaincre les autorités publiques de contribuer au projet, notamment en mettant à disposition le terrain adéquat pour permettre le décollage.

Pour pouvoir adapter le cadre réglementaire à ces nouveaux usages de manière adéquate, il est indispensable d’effectuer ce type de projets pilotes. Pour contrôler ce nouveau type de trafic aérien, des mesures ont été mises en place l’année dernière avec la publication de zones dans lesquelles les drones sont interdits. C’est une première contrainte à prendre en compte. En plus, afin d’éviter les zones à forte densité de population, l’idée est d’identifier un lieu de décollage à Lausanne situé sur les rives du lac, proche du métro, pour pouvoir acheminer les échantillons facilement depuis le centre-ville.

En attendant de pouvoir prochainement observer Eiger voler au-dessus du lac Léman, voici une vidéo de vols effectués en fin d’année dernière dans un projet au Portugal. Celle-ci permet de se projeter dans une possible vision du monde dans laquelle nous cohabiterons avec des drones.

Effectuer ses achats en ligne dès 7 ans avec Revolut Junior

Obtenir une tirelire numérique dans laquelle vos proches peuvent vous verser de l’argent de poche ou vous rémunérer pour des services rendus, c’est maintenant possible dès l’âge de 7 ans avec l’offre Revolut Junior.

Avec l’ouverture du compte, votre enfant reçoit également une carte de crédit de sa couleur préférée. Celle-ci lui permet de dépenser son argent en toute simplicité, à la fois chez son marchand de bonbons préféré, mais aussi pour effectuer des achats en ligne. En cette période où le commerce en ligne explose à cause de la pandémie, la néo-banque propose ainsi aux enfants de pouvoir faire comme leurs parents, du shopping en ligne avec leur propre carte.

Les parents conservent évidemment un certain contrôle. Ils reçoivent des notifications à chaque transaction (eh oui, encore des notifications) et ils peuvent bloquer à tout moment la carte, voir interdire certains commerçants. Vous pouvez également fixer des objectifs d’épargne à votre enfant, par exemple d’économiser 20 CHF par mois en coupant régulièrement le gazon du jardin du voisin.

Capter votre attention et maximiser le nombre de transactions

La facilité d’utilisation est déconcertante. On en oublierait presque qu’on dépense son argent :  en 3 clicks, il est possible de transférer de l’argent à un ami à l’autre bout de la planète, acheter des bitcoins (cela aurait pu être une bonne idée il y a 8 mois, avant que sa valeur s’envole) ou connecter son compte à Apple Pay pour régler ses courses avec son smartphone.

L’application reprend aussi les codes utilisés par les réseaux sociaux pour capter votre attention : elle vous propose d’inviter vos amis sur Revolut, elle affiche automatiquement les personnes qui utilisent Revolut dans vos contacts pour vous permettre de leur transférer de l’argent et elle vous envoie régulièrement des notifications pour vous donner un résumé de vos dépenses ou encore pour vous proposer d’investir en crypto-monnaie.

Apprendre à gérer son argent, mais surtout apprendre à gérer ces données numériques

« Apprenez aux enfants à bien gérer leur argent pour toute la vie » est le slogan marketing sur le site de Revolut. On pourrait débattre de ce point car je ne suis pas convaincu que ce service et les fonctionnalités développées soient complètement alignés avec cet objectif. Mais il me semble qu’une réflexion plus vaste doit être entreprise : celle d’identifier les compétences nouvelles que nous devons apprendre à nos enfants dans cette transition numérique qui s’opère.

En effet, ces nouveaux outils numériques permettent une fois de plus d’augmenter la masse de données collectées. Avec cette carte, Revolut peut effectuer un profilage de votre enfant : ils sauront notamment ce qu’il aime, où il va et quel est son pouvoir d’achat.

Apprendre à nos enfants à utiliser ces nouvelles applications est probablement utile, mais il est important de leur apprendre à gérer avec confiance et responsabilité leurs données et celles des autres. C’est ce qu’on appelle la « littératie des données » ou « data literacy » en anglais.

Une des étapes de cet apprentissage est par exemple de pouvoir répondre à ces questions :

  • Que peut-on faire avec mes données ?
  • Qu’est-ce que je veux qu’on fasse avec mes données ?
  • Qu’est-ce qui est autorisé de faire avec mes données ?

Finalement, en apprenant à gérer ces données, on apprend également à gérer son argent. Nous payons en effet de plus en plus avec nos données : lorsqu’on utilise des services gratuits tels que Google Map ou Gmail, on les rémunère en leur permettant d’utiliser nos données…ce qu’ils font avec succès. Le chiffre d’affaires de Google (qui propose essentiellement des services gratuits) était de $181 milliards en 2020. Et quand on regarde la profitabilité de ces entreprises, il semble évident qu’on sous-estime fortement la valeur de nos données et qu’on pourrait les vendre bien plus cher.

Demain, je convertis mes économies en bitcoin

PayPal vient d’annoncer que ses utilisateurs pourront bientôt acheter, vendre et payer leurs achats en cryptomonnaies sur sa plateforme. Cette annonce intervient deux semaines après que son concurrent Square a annoncé investir $50 millions dans le bitcoin et affirmé que cette devise numérique aura le potentiel d’être plus largement utilisée dans le futur.

Il n’a jamais été aussi facile d’acheter des bitcoins

Il y a encore 5 ans, il était compliqué d’acheter des bitcoins. Un nombre limité d’acteurs proposait d’utiliser un « portemonnaie numérique » qui avait une interface très médiocre. C’était un peu comme les systèmes de réservation de billets d’avion au début d’internet, tellement compliqué qu’on préférait aller les acheter dans une agence de voyages (alternative plus compliquée avec les bitcoins, indisponibles au guichet d’une succursale bancaire).

Depuis les solutions se sont améliorées. Si vous avez par exemple ouvert un compte bancaire dans une néo-banque comme Revolut pour réduire vos frais de taux de changes, vous pouvez très facilement acheter et vendre des bitcoins. Ces entreprises vous invitent d’ailleurs régulièrement à le faire, « sans aucun effort » pour reprendre leur slogan.

Cependant, au moment où il devenait plus simple d’acheter des bitcoins, le cours s’est effondré (d’une valeur de presque $17’000 fin 2017, il est tombé à moins de $4’000 début 2019). Et plus globalement, la technologie sous-jacente, la blockchain est passée de la phase d’emballement à la phase de désillusion.

Suite à l’annonce de PayPal, les 346 millions de personnes qui possèdent un compte chez eux auront la possibilité d’investir en cryptomonnaies. Alors est-ce que c’est maintenant le bon moment pour acheter des bitcoins…et éventuellement aussi de les dépenser ?

Le bitcoin, une valeur refuge comme l’or

Les sites spécialisés recommandent plutôt d’investir dans le bitcoin sur le long terme. Cette devise est un moyen de garantir son épargne, au même titre qu’on investirait dans l’or, pour se prévenir de l’inflation à venir et de la perte de valeur de la monnaie fiat (monnaie fiduciaire émise par une banque centrale comme le dollar ou l’euro).

Les derniers chiffres publiés montrent que de plus en plus de gens y croient : à l’échelle mondiale, le nombre d’utilisateurs de ces devises numériques a été multiplié par trois depuis 2018. On est passé de 35 à 101 millions d’utilisateurs selon l’étude de l’université de Cambridge sortie en septembre.

Des entreprises convertissent également leurs liquidités en bitcoins. C’est le cas de Microstrategy qui a déjà acheté pour $425 millions de bitcoins. Il y a deux semaines, Square a fait l’acquisition de bitcoins pour un montant total de $50 millions.

Le développement de Square est d’ailleurs intéressant : la société qui souhaite rivaliser avec PayPal et créer un écosystème complet de solutions de paiement, compte déjà plus de 30 millions d’utilisateurs de son application Cash App. Cette application permet entre autres d’acheter et de vendre de bitcoins. La société a publié en août dernier ses résultats trimestriels, avec une croissance de +600% sur un an du revenu généré par les transactions en cryptomonnaies (revenu atteignant les $875 millions).

Payer en bitcoin reste pour le moment limité

Revolut ou Square ne proposent pour le moment pas de faire des achats en bitcoin. PayPal est le premier acteur majeur à annoncer offrir ce service, mais la mise en œuvre n’est pas encore très claire.

En attendant, vous pouvez déjà payer vos primes d’assurance maladie en cryptomonnaie. La caisse Atupri par exemple vous le propose, au travers d’un intermédiaire financier, la fintech Bitcoin Suisse. Cette dernière effectue la transaction au cours en vigueur et garantit à l’assureur un paiement en francs suisses.

Et si vous cherchez à combiner optimisation fiscale et utilisation de cryptomonnaies, un déménagement dans le canton de Zoug est à envisager ! Dès 2021, vous pourrez payer vos impôts avec ce type de devises jusqu’à concurrence de 100’000 CHF (ce plafond me semble être assez haut, surtout que le taux de taxation y est réputé très clément).

Les annonces autour du bitcoin s’accélèrent donc ces derniers mois et son cours est à la hausse. En admettant que cette devise reste décentralisée et qu’aucun acteur n’ait les moyens de l’influencer, elle me semble en tout cas plus attractive que des projets tels que la Libra avec l’ombre de Facebook en arrière-plan. Le bitcoin va-t-il s’imposer comme le système monétaire alternatif ou une devise refuge pour ses économies ? Sujet intéressant à suivre ces prochains mois.

Evolution du Bitcoin, source coindesk.com

Amazon et son intelligence artificielle très indiscrète

Faire voler un drone d’intérieur pour protéger votre maison, payer vos courses avec la paume de votre main et écouter avec un bracelet vos conversations pour vous aider à gérer vos émotions sont les trois nouveaux produits annoncés ces dernières semaines par Amazon. Leur point commun : ils collectent tous vos données très personnelles pour « nourrir » les algorithmes d’intelligence artificielle développés par le géant du e-commerce.

Un drone filme l’intérieur de notre maison

Probablement le produit le plus surprenant des trois. Amazon propose un drone équipé d’une caméra qui vole à l’intérieur de votre habitat lorsque vous êtes absent. Il vous permet d’aller observer tous les recoins de votre maison lorsque vous êtes en déplacement. En vous connectant avec votre téléphone, vous pouvez ainsi vérifier que vous n’avez pas laissé une fenêtre ouverte ou encore oublié de rentrer votre store.

La vidéo de promotion présente un cambrioleur qui entre dans votre maison et qui décide de repartir après s’être retrouvé en face de votre drone (pourtant il n’a pas l’air bien méchant, en tout cas il me fait beaucoup moins peur qu’un doberman). La proposition de valeur mise en avant : pour $249, plus besoin d’équiper toutes les pièces de votre maison d’une caméra.

Est-ce qu’on veut vraiment qu’Amazon scanne en permanence notre intérieur ? Que va-t-il se passer ensuite ? En même temps que notre drone surveille notre intérieur, il pourra par exemple aussi identifier que notre canapé est usé et Amazon nous proposera d’acheter un nouveau modèle en cuir rouge, sur la base de nos préférences (fournis par le profilage provenant de l’historique de nos commandes sur sa plateforme d’achat en ligne).

La paume de notre main comme moyen d’identification pour payer nos courses

Prochainement, les consommateurs qui rentreront dans un magasin Amazon Go pourront payer les courses en scannant la paume de leur main. Ce système analyse votre paume (la forme, les lignes et la configuration de vos veines) pour vous identifier. C’est une technique analogue à la technologie de reconnaissance faciale, basée sur l’utilisation de nos informations biométriques. L’ambition d’Amazon va au-delà du paiement. Cette solution pourrait également remplacer les tickets de concerts ou encore permettre de faire le check-in à l’aéroport.

Est-ce qu’on veut vraiment que la paume de notre main soit enregistrée dans le cloud/nuage d’Amazon ? Si Amazon est victime d’une cyberattaque et que nos données biométriques sont volées, cela devient très critique. On ne peut pas modifier la paume de la main comme on change un mot de passe ! Pour que ce service fonctionne, les données doivent être centralisées, ce qui est différent des solutions biométriques actuelles comme la reconnaissance faciale sur un iPhone. Apple n’enregistre (pour le moment) pas ces données, elles sont uniquement conservées localement sur le téléphone.

Un bracelet pour analyser notre voix et notre corps

Halo, c’est le petit nom donné à ce nouveau bracelet connecté (encore un !). Parmi les nombreuses fonctions, il est équipé de micros pour enregistrer vos conversations. Il vous informe ainsi sur le ton de votre voix lorsque vous communiquez avec d’autres personnes. Les algorithmes d’intelligence artificielle vous indiquent ensuite si vous êtes joyeux ou bouleversés…la petite voix qu’on a normalement dans notre tête provient maintenant de notre poignet. Le bracelet est également fourni avec une application qui scanne votre corps en 3D pour calculer votre masse graisseuse et ensuite vous aider à réduire votre surpoids. Pour vous motiver, l’application montre à quoi votre corps pourrait ressembler après quelques séances d’entrainements physiques.

Est-ce qu’on veut vraiment qu’Amazon mesure notre état physique et émotionnel ? Même si Amazon indique que tous les enregistrements et les photos sont effacés, il va quand même en connaître encore plus sur nous, notre personnalité et notre condition physique. Et si Amazon lance ensuite un produit d’assurance ou effectue un partenariat avec des assurances maladie, que va-t-il se passer ?

 Amazon nous connaîtra mieux que nous-même

Ces trois produits amènent une nouvelle dimension à la transition numérique : ils combinent les données de notre monde physique (dans ce cas notre habitat), nos informations biométriques et nos actions dans le monde digital. Avec ces nouveaux « Big data » combinés, les géants de la Tech vont nous connaîtrons mieux que nous. L’historien Yuval Harari avait déjà, il y a quelque temps, mis en garde contre cette évolution, avec un exemple très parlant : une entreprise comme Amazon pourra identifier qu’une personne est homosexuelle avant qu’elle le réalise elle-même…avec le risque que cette information tombe entre les mains de gouvernements totalitaires où cette orientation sexuelle est condamnée.

En attendant une éventuelle réaction plus globale du politique, il va falloir que chacun de nous, comme consommateur, analyse ces nouveaux produits de manière critique. Si l’on reprend l’exemple du paiement avec la paume de sa main : est-ce qu’il est souhaitable de créer un mot de passe qui fait partie de notre corps ? Les avantages sont-ils suffisamment grands par rapport au risque ? De nombreuses alternatives existent et fonctionnent très bien, comme le paiement sans contact par RFID proposé par les émetteurs de carte de crédit. Il est donc préférable de ne pas utiliser un tel système biométrique.

La crise sanitaire a rendu ces entreprises technologiques encore plus puissantes (Amazon annonçait fin juillet un bénéfice net de $5.2 milliards sur 3 mois, le double du profit sur la même période l’année dernière). Elles vont donc pouvoir nous « inonder » d’innovation, en se concentrant probablement sur nos données de santé, le nouvel eldorado pour accroître leur pouvoir. Il va donc falloir être prudent, ces nouveaux produits deviennent très intrusifs pour notre sphère privée.

Amazon Ring Always Home Cam :

Amazon One

Amazon Halo

Après six mois passés sur Zoom, Skype et Teams

Le 16 mars dernier, nous avons tous été contraints de travailler depuis la maison. Six mois plus tard et après des centaines d’heures passées sur Zoom, Skype et autres outils de visioconférence, que peut-on retenir de cette transition numérique forcée ?

 Même si ce n’est pas toujours optimal, force est de constater que l’on peut faire de nombreuses activités par visioconférence : réunions, conférences, recrutements, cours de langues ou même cours de danse ont tous basculé en quelques jours en ligne.

On a également tous découvert de nouveaux outils qui permettent d’augmenter les interactions : par exemple Slido pour poser des questions et effectuer des sondages ou Miro pour faire des ateliers créatifs.

On connaissait le burnout, maintenant on découvre la « Zoom fatigue »

 L’expression « Zoom fatigue » est apparue ces derniers mois. De nombreux articles décryptent le phénomène, notamment un excellent article du Harward Business Review qui propose des conseils pratiques.

Eviter le « multitasking » en fermant les autres programmes et en coupant les notifications lors de nos visioconférences me semble essentiel. On est en effet souvent tenté d’effectuer plusieurs tâches en parallèle, surtout que c’est bien moins visible que lors d’une séance en présentiel. En plus d’être épuisant, des études ont montré que jongler constamment entre différentes tâches réduit notre productivité jusqu’à 40%.

Nous sommes 300 millions d’utilisateurs par jour sur Zoom

 Pourquoi pas « Skype fatigue » ? Malgré de nombreuses questions sur la sécurité de la plateforme, Zoom est le grand gagnant de ces derniers mois, les chiffres sont impressionnants. Zoom compte 300 millions d’utilisateurs par jour, devant Google Meet et ces 100 millions de participants journaliers selon Hootsuite.

Lors de la publication trimestrielle de fin août, la plateforme de visioconférence a annoncé une croissance de son revenu de 355% ($663.5 millions contre $145.8 millions un an plus tôt) et 370’000 compagnies de plus de 10 employés utilisent leur solution (+458% sur un an).

Zoom est également rentré dans l’infographie 2020 de Visual Capitalist « Que se passe-t-il chaque minute sur internet ? » publiée le 15 septembre dernier : plus de 200’000 utilisateurs participent à des sessions Zoom chaque minute. Le commerce en ligne est aussi en forte augmentation : $1 million est dépensé en ligne chaque minute et dans le même temps, Amazon envoie 6’659 colis. Passer des commandes en ligne lors de nos longues heures en vidéoconférence contribue certainement à cette croissance, un autre effet du “multitasking”.

La suite ? Apprendre à faire des réunions hybrides

 Alors qu’il y a encore quelques mois, on perdait bien 15 minutes en début de réunion à gérer les problèmes de connexion, l’activation du micro ou encore de la caméra, ce temps est maintenant réduit au minimum. Nous sommes presque tous devenus des experts, capables aussi de jongler entre les différents systèmes de visioconférence. C’est d’ailleurs probablement un des facteurs de succès de Zoom, sa simplicité d’utilisation et les nombreuses fonctionnalités comme les « breakout rooms » que la compétition essaie maintenant de copier.

Avec le retour partiel au bureau, il est temps d’apprendre à faire des réunions hybrides, avec une partie des gens en présentiel et les autres connectés en visioconférence.

L’exercice n’est pas si simple et nécessite d’investir dans une infrastructure vidéo et audio performante dans les salles de réunions. Cela devrait permettre à un autre acteur, cette fois plus local, de profiter de la situation, l’entreprise Logitech (qui est aussi déjà un des gagnants de la crise).

Finalement, un petit conseil avant de rejoindre votre prochaine visioconférence : éviter de « nourrir » les algorithmes de reconnaissance faciale en publiant sur les réseaux sociaux la mosaïque de portraits de vos collègues. En juillet, une étude a démontré les risques et la facilité à extraire des données personnelles sur la base de ces images et le croisement des données.

Source : https://www.visualcapitalist.com/every-minute-internet-2020/

Réseaux sociaux, d’un outil de manipulation à une arme de destruction massive

La crise sanitaire a encore augmenté la puissance économique des « Géants de la Tech » comme Google et Facebook. Un documentaire vient de sortir sur la plate-forme de streaming Netflix, the social dilemma qui démontre l’impact que ces sociétés, via des services comme Google Search, Facebook, Instragram ou encore pour les plus jeunes, Snapchat et plus récemment TikTok, ont sur nos vies.

Notre attention est exploitée pour générer du profit

On est bien loin de l’objectif initial qui consistait à connecter les personnes entre elles et à faciliter les échanges. Dès leur lancement, les services comme Google Search et Facebook ont été gratuits. Rapidement, un modèle d’affaires s’est établi : les utilisateurs sont devenus le produit. Ces entreprises captent toutes nos interactions et ils les monétisent au travers de la publicité. Ce modèle d’affaires a transformé ces services en des outils de manipulation massive.

Derrière des missions marketing telles que “donner aux gens la possibilité de créer des communautés”, les objectifs de ces sociétés sont alignés avec leur modèle d’affaires : augmenter l’engagement et capter notre attention, accroître le nombre d’interactions et maximiser les revenus publicitaires.

Toutes nos interactions sont enregistrées pour obtenir un maximum de données sur notre comportement et nous profiler. Les algorithmes développés visent à prédire notre comportement et à nous influencer/persuader d’acheter les produits proposés par les annonceurs.

L’âge de la désinformation

Pour capter notre attention, les algorithmes adaptent en continu les contenus qui nous sont proposés. Comme les « fake news » et les théories de conspiration attirent plus l’attention et génèrent plus d’interactions, elles se retrouvent amplifiées par les réseaux sociaux.

Notre vision du monde ne correspond plus à la réalité

Lorsqu’on consulte un bon vieux dictionnaire ou un article sur Wikipedia, nous avons tous la même information. Dans le flux des réseaux sociaux, les 2 milliards d’utilisateurs de Facebook ont tous un contenu différent, défini par des algorithmes paramétrés pour atteindre les mesures mentionnées plus haut : maximiser le temps que vous passez devant l’écran, vous inciter à réagir au contenu et consommer les produits publicitaires qui vous sont proposés.

Si le produit proposé sert à vous indiquer pour qui vous devez voter lors des prochaines votations, on voit bien le danger que cela constitue pour notre démocratie.

Si un adolescent reçoit constamment des notifications pour aller consulter des photos retouchées par de multiples filtres déformant la réalité, on comprend bien les risques associés à son estime de soin et à son équilibre mental.

Perte de contrôle

Comme les algorithmes utilisés sont sans aucune supervision humaine et que leurs créateurs ne comprennent plus totalement le fonctionnement, il est difficile pour ces sociétés d’éviter la diffusion de contenus malveillants. De plus, les volumes d’informations publiés chaque seconde sont énormes et il est impossible pour ces entreprises de juger à chaque fois si le contenu est « juste » ou pas.

Une prise de conscience

Ce film a pour objectif d’apporter une prise de conscience et de montrer l’ampleur de la problématique, qui selon l’opinion d’un des intervenants pourrait se terminer par des guerres civiles. Les protagonistes sont tous des anciens employés de ces entreprises, certains ayant été à l’origine de la création du modèle d’affaires, d’autres ayant donné des cours sur « comment rendre la technologie persuasive » et implémenter les méthodes de test pour identifier les fonctionnalités les plus addictives.

J’aime bien le parallèle utilisé à la fin du film par un des participants : ce commerce de l’exploitation de l’attention humaine doit être stoppé, au même titre qu’on a aboli l’esclavage ou le commerce d’organe.

Je vous propose donc d’aller voir ce film sur Netflix, sans attendre que leurs algorithmes vous le suggèrent (ou pas en fonction de votre profilage).

Silence on joue…à un jeu sérieux

Murgame vient d’être lancé le mois dernier. Ce jeu vous permet de bâtir un village, en y construisant des maisons, une école ou encore une épicerie. Une fois que vous avez placé tous les bâtiments, vous devez ensuite créer des aménagements permettant de protéger votre village d’une coulée de lave torrentielle. Parmi les solutions, le renforcement de la structure des maisons, la construction d’une digue ou encore la mise en place d’un mur de pierre.

Quand vous avez terminé la construction de votre village, vous pouvez simuler l’écoulement de laves torrentielles de différentes intensités et observer les dégâts qu’elles vont causer. Lors de votre première itération, il est probable que votre village soit complément anéanti. Vous avez ensuite la possibilité de bâtir un nouveau village et de comparer les résultats. Les dommages financiers de la catastrophe vous sont présentés.

Vous l’aurez compris, Murgame a pour objectif de vous sensibiliser aux dangers naturels. C’est ce qu’on appelle un jeu sérieux ou serious game en anglais : une activité qui combine une intention « sérieuse » de type pédagogique avec une expérience ludique.

Il n’y a pas besoin de regarder très loin dans le passé pour identifier un cas de lave torrentielle mortelle en Suisse. En 2017, une masse de roche d’environ 3 millions de m3 s’est détachée du Piz Cengalo, un sommet frontalier de 3369 m entre l’Italie et le Val Bregaglia. Elle a formé une lave torrentielle qui a détruit plus de 90 constructions dans le village de Bondo.

Avec le changement climatique qui s’opère, les catastrophes naturelles deviennent de plus en plus fréquentes. Sensibiliser la population et expliquer les mesures à prendre pour se protéger devient donc indispensable. Une approche utilisant la gamification est extrêmement efficace.

Le succès des applications basées sur le principe de gamification

La gamification devient une tendance forte, notamment dans le domaine de l’éducation. La start-up Duolingo est un excellent exemple : en rendant l’apprentissage d’une langue étrangère ludique, elle a rejoint en décembre dernier le cercle des licornes avec une valorisation supérieure à $1milliard. Duolingo annonce avoir 30 millions d’utilisateurs actifs. Plus d’un million de personnes ont également souscrit à Duolingo Plus, la version payante.

En mars, l’entreprise a lancé Duolingo ABC, application permettant aux enfants d’apprendre à lire et à écrire.  En se basant sur le même principe d’apprentissage par le jeu, la start-up souhaite maintenant s’attaquer à la problématique de l’analphabétisme.

Pourquoi ne pas également s’inspirer de ces méthodes dans le domaine du développement durable ? Au travers du jeu, on peut sensibiliser la population aux conséquences des changements climatiques et montrer de façon ludique l’impact de nos comportements individuels et collectifs sur notre planète.

De la fiction à la réalité

L’application Murgame va dans cette direction. Les développeurs ont décidé dans un premier temps de proposer un environnement 3D fictif. Une prochaine étape pourrait faire évoluer ce jeu dans dans un environnement réel. Les géodonnées du territoire sont facilement accessibles sur des portails en ligne et elles permettent d’obtenir des jumeaux numériques de nos villes.  Sur le site du SITG, on peut se balader virtuellement dans un environnement 3D du canton de Genève.

Quels sont les jeux sérieux que l’on peut développer en utilisant ces données ? Les possibilités sont illimitées, un exemple d’actualité pourrait être le suivant : A peine mise en place, les 7 km de pistes cyclables provisoires installées en ville de Genève font déjà polémiques. Pourquoi ne pas développer un jeu vous permettant de modifier les infrastructures routières de la ville de Genève ? Le joueur aurait la possibilité d’installer des parkings à vélo dans toute la ville, de construire des routes dédiées et d’adapter les feux de signalisations pour prioriser les vélos. Il pourrait s’inspirer de planification urbanistique existante, comme celle de la ville d’Utrecht en Hollande, championne de la mobilité douce. L’utilisateur pourra ainsi s’amuser à modifier le jumeau numérique de son quartier genevois pour qu’il se rapproche de celui d’Utrecht.

Comme dans le cas de l’application Murgame, le joueur pourrait ensuite effectuer des simulations. Au lieu d’un écoulement de lave, il observera les flux de mobilités. Pour comparer les scénarios et améliorer sa performance, des indicateurs tels que le taux de pollution, la réduction des coûts de la santé ou l’augmentation de la productivité seront estimés. Les calculs de simulation pourront s’appuyer sur des cas existants. A Utrecht, les avantages socioéconomiques combinés ont été estimés à plus de $300 millions par an.

Le confinement a fait exploser la vente des jeux en ligne. Dans « le monde d’après » comme le citent constamment les médias, pourquoi ne pas continuer à jouer avec des jeux sérieux ? Commencez dès maintenant avec Murgame.

Liens :

Avalanche et la lave torrentielle à Bondo en 2017 :

Utrecht, planifier pour les gens et les vélos, pas pour les voitures :

Pourra-t-on utiliser le traçage de nos téléphones mobiles pour une bonne cause ?

Eviter une deuxième vague de propagation du coronavirus, c’est le défi qui nous attend dans quelques semaines, lorsque nous allons sortir du confinement. Utiliser la géolocalisation de nos téléphones portables pourrait contribuer à contenir la diffusion du virus. Entre respect de la vie privée et utilisation de la technologie pour protéger le citoyen, l’équilibre est difficile à trouver. Y a-t-il quand même un moyen de bénéficier de ces nouveaux outils, en toute transparence et en laissant un contrôle au citoyen ?

L’exploitation des données de géolocalisation sur nos téléphones portables est devenue omniprésente, souvent sans que nous en soyons vraiment conscients. Ces données sont principalement utilisées dans deux objectifs : faire de l’argent et espionner. Les géants de l’internet utilisent nos données dans le but de générer des revenus publicitaires. Certaines entreprises et certains gouvernements les utilisent pour faire de l’espionnage industriel ou surveiller les citoyens.

En cette période de pandémie, plusieurs pays commencent à utiliser la géolocalisation pour combattre la diffusion du coronavirus. Par contre, les médias nous en donnent la plupart du temps une vision cauchemardesque, avec par exemple le cas de l’Etat d’Israël. Celui-ci accède aux données des opérateurs mobiles pour faire de la répression massive et violente auprès des personnes qui ne respectent pas le confinement (c’est en tout cas l’impression que l’on a lorsque l’on regarde les reportages).

Je souhaite apporter un éclairage et esquisser quelques pistes de solutions pour bénéficier de ces technologies.

Quel est l’objectif ?

Je voudrais d’abord distinguer deux approches fondamentalement différentes dans l’utilisation de ces technologies de géolocalisation.

L’approche « Je n’ai pas confiance en vous, j’impose des outils pour vous contrôler ou je collecte des informations sans vous demander votre autorisation » :

Certains pays utilisent la technologie dans le but de contrôler leurs citoyens et d’effectuer une répression en cas de non-respect des règles. Taïwan a mis en place une solution de geofencing : une alarme est envoyée lorsqu’une personne en quarantaine quitte un périmètre défini. La Pologne force les personnes mises en quarantaine à installer une application qu’ils doivent utiliser pour envoyer régulièrement des selfies géolocalisés afin de prouver qu’ils restent bien chez eux.

L’approche « Je vous mets à disposition des outils pour que vous puissiez mieux vous protéger » :

Dans ce cas, on suggère au citoyen d’installer une application qui va lui permettre de se protéger plus efficacement contre le virus. Singapour a lancé l’application TraceTogether. Elle communique par un signal Bluetooth avec les autres utilisateurs qui se trouvent autour de vous. Les données de géolocalisation sont encryptées et stockées uniquement sur votre téléphone. L’application vous permet ainsi de savoir si une personne proche de vous est infectée par le virus. Ayant installé l’application, j’ai obtenu l’indication suivante lors de la configuration : les autorités peuvent le cas échéant vous demander votre accord pour collecter certaines données dans le but de faire le suivi de la pandémie.

Quelles sont les solutions ?

Deux solutions sont possibles pour obtenir la géolocalisation des utilisateurs sur un smartphone :

Les opérateurs de téléphones mobiles peuvent obtenir les informations de géolocalisation sans obtenir votre consentement en identifiant l’antenne sur laquelle vous êtes connecté. Cette solution est peu précise car les antennes couvrent parfois plusieurs kilomètres. En développant des algorithmes sur la base de nos traces numériques, ils peuvent améliorer la précision et vous localiser à environ 30 à 50 m. En Europe, les opérateurs effectuent ces analyses sur la base de données anonymisées. En Suisse, Swisscom vous permet de désactiver la collecte et l’utilisation de ces géodonnées directement sur son portail client. Cependant, on n’est pas à l’abri d’une modification rapide du cadre légal. Depuis mars, l’Etat d’Israël peut accéder aux données non anonymisées des opérateurs téléphoniques du pays.

La deuxième solution consiste à installer une application sur votre téléphone (via Apple Store ou Google Play). Pour avoir accès aux données de géolocalisation, il faut obtenir le consentement de l’utilisateur. Une fois l’autorisation obtenue, l’application accède directement à votre position, produite par le GPS intégré dans tous les smartphones. On peut ainsi vous localiser avec une précision de quelques mètres. C’est la solution utilisée par « TraceTogether » que je mentionnais précédemment. Google et Facebook collectent également des milliards de données de géolocalisation en vous demandant d’autoriser l’accès au GPS lorsque vous installez GoogleMap ou WhatsApp.

Pourquoi le traçage de nos téléphones est utile ?

Le confinement permet de réduire massivement le nombre de contaminations. La vague passée, si nous reprenons nos habitudes, il est probable qu’une nouvelle vague surviendra. Pour l’empêcher, il faudra systématiquement détecter les personnes affectées et les mettre en quarantaine. Il est également nécessaire d’identifier toutes les personnes qui ont été en contact avec un malade pour les mettre également en confinement. Cette transition après la période de confinement est notamment bien expliquée dans l’émission CQFD sur la radio RTS.

Dans un tel scénario, l’utilisation de nos téléphones portables me semble extrêmement utile pour reconstruire nos déplacements et rapidement identifier toutes les personnes avec lesquelles nous avons été en contact dernièrement.

Quelle solution de mise en œuvre « à la Suisse » ?

Les effets du confinement devraient permettre de réduire prochainement la courbe des infections, il est donc temps d’anticiper la suite. Pourquoi ne pas mettre à disposition une application « PrévenirUneNouvelleVague » ?

Dans la même logique actuelle d’une population responsable qui suit les recommandations édictées par le gouvernement, le Conseil fédéral pourrait demander à tous les citoyens d’installer une telle application sur une base volontaire. Comme le temps presse, pourquoi ne pas capitaliser sur une base existante telle que l’application Alertswiss ? Cette application permet déjà d’accéder à vos données de géolocalisation si vous en donnez l’autorisation. Elle collecte ainsi des informations précises sur vos déplacements.

En complément, il faudrait constituer une task force composée des meilleurs data scientists qui se trouvent dans nos universités pour transformer ces données en un outil de pilotage pour nos autorités. Le projet serait mis sous la surveillance du Préposé fédéral à la protection des données, qui s’assurera que les informations collectées soient traitées dans les règles de l’art et qu’elles soient ensuite effacées lorsque la crise sera terminée.

Au-delà des dérives possibles, les opposants à ces technologies craignent que ces solutions de traçages ne deviennent la norme. Avec une telle solution, une fois l’épidémie passée, vous pourrez désactiver la géolocalisation d’Alertswiss ou même supprimer complètement l’application. Le citoyen continue d’avoir le contrôle sur ses données et décide avec qui il souhaite les partager.

Big Data, Big Impact ?

La frontière entre une utilisation de ces technologies pour le bien public et une utilisation pour effectuer de la surveillance et réduire nos droits à la vie privés est étroite. Le pragmatisme et la bonne gouvernance de la Suisse devraient permettre de mettre en place une solution adaptée. Ces « Big data » collectées avec l’application Alertswiss pourraient nous permettre de sortir plus rapidement de cette crise, il serait dommage de s’en priver. Qu’en pensez-vous ?