Episode 3 – Les vies de Wali

Wali (nom d’emprunt) a plusieurs vies. La première est celle d’un homme persécuté par les talibans, qui a été agressé et menacé de mort. Eloigné de sa femme et ses enfants depuis sa fuite, il ne peut pas communiquer avec eux.

La seconde est plus douce : un jeune homme de 25 ans, réfugié mais plein de volonté. Il a trouvé ses repères ici et voit beaucoup ses amis.

Depuis son arrivée en Suisse, il a été plus d’une fois invité à rencontrer d’autres requérants d’asile. D’abord dans des « abris », ces centres d’hébergements de la protection civile où il a vécu pendant un an puis en classe de français. Les autres réfugiés afghans sont devenus ses amis. Pour la plupart, ils viennent de sa région natale, la province de Baghlân au Nord du pays où sévissent les talibans qui les ont pourchassés.

Ismaélien (une branche chiite de l’islam) et pratiquant, Wali va régulièrement avec eux prier à Montreux où une salle de prière a été ouverte pour sa communauté (NB : il y en a deux autres en Suisse, à Genève et  Zurich). Parfaitement automne et responsable, il mène sa propre vie, voit ses amis, visite le musée olympique avec sa classe et l’été se baigne dans le lac Léman à Vidy comme tout bon Lausannois.

Wali a retrouvé un ami à Zurich. Lorsqu’il est arrivé à en Suisse, il s’est déclaré à la police zurichoise et a été transféré dans un abri. Là-bas, il a revu Daw (nom d’emprunt), un ami d’Afghanistan, qui, à sa grande surprise, avait aussi fui pour sa vie. Comme la politique fédérale a imposé une répartition équitable des migrants sur tout le territoire suisse, Wali a été transféré dans un abri de Lausanne. Il apprend le français tandis que Daw apprend le suisse allemand. Le hasard de la vie… Depuis, Wali a consacré une partie de ses économies dans un abonnement voie 7 pour rendre visite à Daw à Zurich et, à son tour, Daw vient le voir à Lausanne. Un réfugié qui voyage en Suisse, c’est à la fois improbable et merveilleux…

Ce qui a poussé Wali à venir vivre chez ma famille, c’est l’opportunité de rencontrer des gens du coin. Il est reconnaissant d’être parmi nous et à l’évidence un lien s’est créé. Comme moi, il aime regarder des films. Le jour où je voulais lui montrer Intouchables, il m’a dit qu’il l’avait déjà vu en classe et qu’il avait bien aimé. Je lui ai aussi conseillé Ratatouille, qu’il a regardé et adoré. Moi qui adore le rugby, je l’ai emmené voir un match à Nyon et il s’intéresse aussi au tennis. Maintenant, il connaît Roger Federer et sait que c’est le Suisse le plus connu du monde.

Patrick Aimé

Patrick Aimé est un journaliste très passionné, spécialisé dans le rugby et l'humour chez leMultimedia.info. Dans ce jeune média, il désire explorer des sujets peu traités dans le journalisme.

2 réponses à “Episode 3 – Les vies de Wali

  1. Bonjour,
    Ce week-end, j’ai entendu sur la rsr un commentaire à propos de deux réfugiés afghans qui désirent aller à la rencontre des Suisses. Ils auraient un site Internet.
    Je cherche ce site ou à entrer en contact avec eux.
    Comme j’ai traversé l’Afghanistan à cheval en 1973, je souhaite “renvoyer l’ascenseur” d’une manière ou d’une autre.
    Connaissez-vous ce site ?
    Cordialement
    Gilles Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *