Le certificat et la fatigue s’abattent sur la Suisse 

Fatigue est le mot qui semble s’imposer. Fatigue des vaccinés qui ne comprennent pas la position de la minorité non-vaccinée, fatigue de cette même minorité face à l’introduction du certificat covid dans tous les domaines du quotidien. Et fatigue de voir tant de débats déraper sur les réseaux sociaux.

Cette fatigue ne doit pas être sous-estimée, elle joue un rôle crucial dans les institutions de soins, mais également auprès des femmes et des hommes politiques qui gèrent cette crise depuis 18 mois. Face à cette fatigue, nous avons besoin de plus d’empathie et de bienveillance dans le débat. 

Je tente ici de poser quelques réflexions, tout en renvoyant à d’autres billets pour l’argument complet.

Conviction de base : le vaccin est une excellente chose, à titre de prévention individuelle et de contribution solidaire. Néanmoins, nous avons, en tant que société, choisi de ne pas rendre la vaccination obligatoire. Il existe donc une liberté de ne pas se vacciner. Cette liberté doit être protégée, même si les raisons invoquées pour ne pas se vacciner apparaissent irrationnelles (argument complet ici). Les non-vaccinés sont des “free-riders”: ils profitent de l’effort consenti par les vaccinés pour protéger la société. Un modèle alternatif vient d’être lancé aux USA où la vaccination devient obligatoire pour de nombreux groupes de population. Pour l’instant, la Suisse ne semble pas vouloir suivre cette piste mais le choix américain va certainement faire bouger les lignes ici également.

La liberté de se vacciner n’est pas attaquée de front, mais de tous les côtés. Il faut lancer ici un appel à l’honnêteté : s’il devient impossible de vivre une vie normale sans montrer le certificat et que les tests individuels sont payants (dès le 1er octobre), alors la vaccination devient de facto obligatoire. Pour juger de ce caractère de facto obligatoire, le critère n’est pas ce qui est possible, mais ce qui est normal. Il est possible de vivre comme un ermite, reclu dans son appartement, sans faire aucune activité. Mais cela ne doit pas être le critère pour juger du moment où le certificat devient de facto obligatoire. A l’inverse, le critère devrait être celui d’une vie “normale”.

Depuis les dernières annonces du Conseil fédéral, les activités culturelles, sportives, les visites en institutions de soins, l’accès à l’université deviennent dépendantes du certificat. L’accès au travail devient lui aussi l’objet du certificat, même si les modalités ne brillent pas par leur clarté. L’ordonnance prévoit ainsi que les employeurs peuvent “demander le certificat si cela leur permet de définir des mesures de protection appropriées ou de mettre en œuvre des plans de dépistage”.  Il ne fait guère de doute que certains employeurs demanderont le certificat dès lundi 13 septembre. Les non-certifiés devront-ils rester en home office ? Pourront-ils venir moyennant port du masque ? Quelles seront les nouvelles dynamiques dans les équipes ? Comment assurer la confidentialité des données médicales ? Autant de casse-têtes… 

Où est passé le « domaine vert » ? Dans sa première communication sur le certificat en mai 2021, le conseil fédéral avait distingué 3 domaines: vert, orange et rouge. Le domaine vert était protégé de l’utilisation du certificat. Il comprenait les manifestations privées et religieuses, les transports publics, les commerces, le lieu de travail ou les écoles. Ces domaines étaient particuliers car ils relevaient “soit de tâches étatiques, soit de droits fondamentaux et de libertés fondamentales”. Aujourd’hui, l’université et le lieu de travail ne sont plus protégés. Il y a dans le type d’arguments en faveur de l’extension du certificat covid une force inarrêtable, presque effrayante. « Il est possible de mener une vie normale sans faire X » (remplacez X par n’importe quelle activité) et « Les gens peuvent aller se faire vacciner, c’est leur faute/responsabilité s’ils refusent ce certificat ». Le danger ne vient pas d’une activité unique qui serait rendue impossible (par exemple la visite d’une discothèque durant l’été), mais du cumul des activités dépendantes du certificat. Chaque activité prise pour elle-même parait acceptable mais, mises bout à bout, elle englobe l’entier du quotidien.

Là aussi, il faut être honnête : les transports publics et les écoles pour les plus de 16 ans ne tiennent qu’à un fil. Le canton des Grisons avait d’ailleurs demandé d’étudier la possibilité d’utiliser le certificat dans les transports publics. Pourquoi pas ? Il est possible de vivre normalement sans prendre le train et les gens n’ont qu’à se faire vacciner. Face à cette tentation de la “pente glissante”, la question politique est ici celle des limites: quelle est la zone que nous refuserons de franchir et, surtout, pourquoi ?

Les tests sont la clef-de-voute du système : on rétorquera à raison qu’il n’est pas nécessaire de se vacciner et qu’il suffit de se tester. Il découle que la question du prix des tests (et de leur remboursement) devient clef (pour l’heure environ 50.- pour un test rapide). De manière générale, ce remboursement devrait être vu comme un investissement consenti par la majorité pour permettre à la minorité des non-vaccinés de continuer à exercer la liberté que la société leur reconnait. C’est particulièrement vrai lorsque des biens très importants sont en jeu (comme l’université ou le travail). Partout où l’exigence du certificat équivaut de fait à une obligation de vaccination, les tests devraient être remboursés. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir combien ont coûté l’ensemble des tests payés par la Confédération depuis début 2021. Cela permettrait de mener un débat plus chiffré.

“Soit le certificat, soit la fermeture”

On opposera que tout ceci est bien gentil, mais que l’alternative qui s’offre à nous est celle-ci : soit le certificat, soit la fermeture généralisée. 

Qui décide des termes de l’alternative commande le débat : la tournure du débat actuel rappelle que celui qui formule l’alternative de négociation maitrise le débat, un grand classique de l’art de la négociation. 

Avant de discuter l’alternative, il faut donc se demander si les deux termes proposés sont les bons. Ici, les termes proposés sont trompeurs car d’une part la question clef se trouve dans les conditions d’accès au certificat, notamment la question du remboursement. Il faut donc demander “quel certificat ?”. D’autre part, comme l’avait rappelé le canton de Vaud dans sa prise de position lors de la dernière consultation, le certificat devrait être une mesure de dernier recours. Il faut donc ajouter à l’alternative toutes les mesures différentes et moins contraignantes qui permettraient d’atteindre l’objectif de protection.

=> A mon sens, l’alternative que nous devrions débattre est donc – au moins – celle-ci: certificat (sans tests remboursés) ou certificat (avec tests remboursés) ou autres mesures équivalentes ou fermeture. A nouveau, la question politique qui s’impose est celle de l’investissement consenti (et par qui) en matière de remboursement des tests.

Ceci étant dit, l’utilisation du certificat dans chacun des domaines proposés devrait être soumise à une même grille d’analyse.

  1. Le domaine d’activité soumis au certificat (par ex. les cafés et restaurants, ou les salles de spectacles, ou les activités sportives) est-il un lieu de contagion? Cette question est empirique et il est clair qu’on ne peut y répondre parfaitement. Ces chiffres – ou au moins des faisceaux d’indices – devraient néanmoins fournir la justification de base à l’utilisation du certificat. Si le domaine d’activité visé n’est pas un lieu de contagion (grâce aux mesures actuellement en vigueur ou en raison du type d’activité), alors il n’y a pas de justification pour imposer le certificat. 
  2. L’introduction du certificat dans un domaine d’activité est-elle une mesure d’ultima ratio ? Existe-t-il d’autres mesures capables d’atteindre le même objectif, en étant moins contraignant dans la perspective de la liberté de ne pas être vacciné? 

Ces deux conditions devraient permettre d’éviter qu’on impose un certificat pour des domaines d’activité avec très peu d’infections. En faisant une hypothèse où 80% des infections auraient lieu à l’école, dans les transports publics ou dans les réunions privées, imposer le certificat pour tous les autres domaines ne servirait à rien. Si quelqu’un possède ici des études empiriques capables d’invalider cette hypothèse, je suis preneur. 

Ou faut-il argumenter comme le faisait Alain Berset au printemps 2020 avec un objectif de ralentissement général de l’ensemble des activités sociales ? Le changement est loin d’être trivial. A suivre cette ligne, le certificat devient l’outil qui va ralentir les contacts sociaux. De manière générale, je pense – et j’espère ! – que nous avons acquis suffisamment d’expériences et de données pour entamer une discussion plus circonstanciée sur les différents domaines d’activités (évitant ainsi une réduction générale). De plus, il ne me parait pas légitime d’imposer le certificat de manière préventive et/ou sans base empirique à peu près claire. Accepter cet argument serait en effet accorder un blanc-seing complet à l’utilisation du certificat dans tous les domaines d’activités.

En dernière option, il reste à considérer que le certificat n’est qu’un outil de pression pour encourager à la vaccination. On parle ici d’un “nudge” particulièrement appuyé. Lorsque la vie quotidienne devient de facto impossible, le terme de “nudge” me parait un abus de langage. On peut néanmoins se demander si le certificat est un outil de politique publique qui devrait être utilisé à cette fin (spoiler : je pense que non). A nouveau, cette approche aurait l’avantage de l’honnêteté, une valeur essentielle dans le débat public actuel.

 

 

Johan Rochel

Dr. en droit et philosophe, Johan Rochel est chercheur en droit et éthique de l'innovation. Membre associé du centre d'éthique de l’université de Zürich et auteur au think-tank foraus, il travaille sur l'éthique de l'innovation, la politique migratoire et l'Union européenne. Le Valaisan d'origine vit avec sa compagne et ses deux enfants entre Monthey et Zürich. Il a co-fondé "ethix: Laboratoire d'éthique de l'innovation" (www.ethix.ch)

83 réponses à “Le certificat et la fatigue s’abattent sur la Suisse 

  1. “Il est possible de vivre comme un ermite, reclu dans son appartement, sans faire aucune activité”

    C’est un peu agressif envers les working-poor.

    Vous savez, pendant très long, ce que vous appelez une vie d’ermite, c’était tout ce que je pouvais m’offrir avec mon petit salaire, après avoir payé loyer, caisse-maladie, etc.

    Je sais que le coprésident de la gauche a dit qu’il nous abandonnait pour défendre ceux qui se lèvent à 0800. Mais nous existons toujours. Et ne pas aller au fitness, au restaurant, au théâtre… c’était mon quotidien bien avant le passe sanitaire. Et même si j’ai le passe et que mes revenus ont augmenté, je ne pense pas que j’utiliserai beaucoup ce passe, simplement parce que mes revenus ne me le permetteront pas .

    1. Les socialistes francophones sont restés XXe siècle. Ils n’admettent pas autre chose que le schéma présentéiste et paternaliste de la vie réglée comme une horloge où on pointe à telle heure pour faire des activités (que l’on peut faire tout aussi bien voire mieux chez soi) sous la surveillance du patron et de ses collègues. Et comme ils sont devenus maintenant technophobes (ayant oublié qu’il n’y avait pas de progrès social sans progrès technologique), pour eux le télétravail c’est symboliquement quelque chose qu’ils ne conçoivent pas humainement.

      Les véritables progressistes sont aujourd’hui au Parti Pirate et chez une partie des Verts.

      1. “Au passage, je vous fais remarquer que l’extrême majorité des personnes qui finissent en réanimation ou mortes ne sont pas vaccinées. Son efficacité est là.”
        Ce n’est pas le cas dans les pays où la population est majoritairement vaccinée. La Suisse est-elle un ilot si différent de tous ces pays ? Les critiques sur la manière de recenser le statut vaccinal ont déjà commencé à émerger
        Le vaccin, c’est bien, c’est génial. Mais, il n’y a qu’en Suisse que les gens croient encore qu’il empêche d’avoir le covid et surtout de le transmettre, qu’une immunité collective est possible, que le vaccin actuel sera adapté aux variants de demain, etc.
        La discrimination relève du fait qu’une personne vaccinée porteuse du covid est dispensée de tests alors qu’une personne non vaccinée non porteuse du virus y est assujetti. Si restriction il doit y avoir, elle doit s’appuyer sur un critère non discriminant et pertinent garantissant que la personne n’est pas porteuse du covid, ce qui n’est pas le cas du vaccin. Si tests il doit y avoir, ils doivent être imposés à tous.
        Ce n’est pas une remise en cause de la vaccination, mais celle de la discrimination du certificat covid, de la volonté malsaine de l’exécutif de diviser la société, de monter les gens les uns contre les autres.

        Si vous refusez le certificat covid, le CF va tout reconfiner, cela relève soit du chantage, soit de la manipulation. Il y a d’autres alternatives. Mais quand on ne veut pas chercher, on ne trouve pas.

        La loi covid parle de proportionnalité des mesures. 153 décès du COVID chez les -60 ans en 2020 / 138 décès sur la route. On pourrait aussi fermer toutes les routes.

    2. Ce aue lis de ce professeur est insensé ignorant des droits fondamentaux de l’homme et na aucune idee ni competences scientifiques ni de droit il ne sait pas de quoi il parle tout comme ds lofsp, aucun de ces medecins qui pensent pour tous ne sont epidiomologistes, ni généticiens ni infectiologues ! PAS UN SEUL ! TOUT COMME PAS UN SEUL NE MET EN ACANT D’ÉTUDES SCIENTIFIQUES SUR LA Contaminationla propagation du covid en restaurant dslss salles, rien pas detudes publiées,
      LA MEN TABLES !

      1. Votre fanatisme obscurantiste scientiste commence à bien faire. Pour une grippe inoffensive pour 99% des gens. – Les médecins médiatiques sont vos idoles , pas les nôtres. Beaucoup d’autres médecins disent exactement le contraire. C’est ça la science : le doute. Vous, vous n’avez que des certitudes.

        Allez soigner votre hypocondrie névrotique, et laissez nous tranquille. Nous voulons vivre libre, pas dans un hôpital à ciel ouvert.

  2. Il existe des vaccinés qui comprennent parfaitement l’exigence qu’on certains de ne pas être vaccinés et j’en suis. Il en est qui bien que vaccinés ne supportent pas les procédés controuvés transgressant le principe de bonne foi afin de contraindre à la vaccination et j’en suis. Il en est qui peinent à comprendre l’exigence vaccinale imposée au plus jeunes et j’en suis.

    Ce qui frappe est le certificat sanitaire dégradé que l’on a adopté. Dégradé en ce que en l’espace prétenduement protégé par le certificat sanitaire il n’existe plus aucune mesure de protection : plus de jauge, plus de distances, plus de masque, aucune exigence d’aération. Ce alors que les tests et l’un des vaccins ont des limites avérées. A cela s’ajoute la possibilité d’avoir du personnel sans certificat et, last but not least, la présence sans certificat des moins de 16 ans, classe d’âge très contaminée et contaminante à ce jour.

    Cela démontre bien qu’il ne s’agit pas d’une mesure sanitaire mais bien d’une mesure de contrainte vaccinale. Alors oui, si je tiens pour légitime le certificat sanitaire, vidé de son contenu il ne l’est plus à mes yeux dès lors qu’il s’agit clairement d’une mesure visant à obvier l’impossible obligation vaccinale générale.

    De plus une autorité qui a édicté de telles mesures, qui sont dangereuse au vu des risques de clusters en espace “protégé” accessible aux personnes vulnérables (clusters constatés en boîte de nuit avec peu de personnes vulnérables), ne laisse pas d’inquiéter et peinent à attirer ma bienveillance.

    Vous estimez admissible un tel usage détourné. Il ne l’est pas pour moi car contourner l’interdit posé par la loi sur les épidémies constitue un abus que ne saurait tolérer notre constitution (art. 5) et qui me fâche.

    1. En parlant de bonne foi, je cite CEDH:

      “@ Jean Bill & co

      Je vous laisse à votre propagande à côtés de médecins de plateaux et des censeurs.

      (…)

      En attendant, vous avez convaincu une personne de plus de ne pas être vaccinée.

      (…)”

      Je suis heureux que tu t’es finalement vacciné 😶💉💉🧪🧫🧬

      1. Effectivement, vous avez, à l’aide bon docteur, convaincu une personne de ne pas être vaccinée, et je ne vous ai pas dit que c’était moi. De plus, si vous lisez correctement ce que j’ai écrit, je n’ai rien dit de mon statut vaccinal car vous pouvez comprendre ce que j’ai écrit comme vous voulez. Quoiqu’il en soit c’est sympathique de vous préocupper de ma santé.

        1. @CDEH Votre phrase est pourtant limpide : “Il existe des vaccinés qui comprennent parfaitement l’exigence qu’on certains de ne pas être vaccinés et j’en suis”. D’après ce que vous écrivez, il est tout à fait clair que vous êtes vacciné. Alors inutile de jouer avec les mots et l’intelligence de la plupart des gens, qui comprennent très bien dans le cas présent que vous êtes soit un menteur, soit un manipulateur dont le but est de semer la confusion.

          1. Bonjour Pierre-Olivier Mojon, mais pas du tout. CEDH n’a JAMAIS noté qu’il parlait des nouveaux vaccins. Il n’y a aucune précision à ce sujet. Relisez les phrases bien claires de CEDH.
            Il y a deux intervenants bien droits dans leurs bottes, soit Samy et CEDH.
            C’est un réel plaisir d’échanger avec eux et il n’y a aucune obligation à être toujours d’accord. Avancer c’est aussi admettre posément d’autres avis, tous les autres avis qui nous enrichissent mutuellement.
            Alors la pratique de la délation est un peu trop facile surtout lorsqu’on lit de travers.
            Mais je concède volontiers que la situation actuelle génère diverses dérives pas toujours sympathiques. Dommage.
            Portez-vous bien P.-O. Mojon. Eliane AB, exemptée de la vaccination sur ordre médical incontestable

    2. Avoir le choix entre se faire vacciner gratuitement ou devoir régulièrement payer pour un test. Au moins 50.-, dans certains cas tous les 2 jours, reviens à exiger une amende aux non vacciné. Donc reviens à rendre le vaccin obligatoire. Si le refus de la vaccination gratuite doit être compensée par un test payant, pas seulement pour participer à des activités accessoires, mais pour subvenir à des besoins élémentaires et des devoirs sociaux (un étudiant qui choisirais les tests devrait payer 50.- tous les deux jours), la vaccination devient de facto obligatoire. Changer le vocabulaire ne change rien à la réalité. Que nos élus aient le courage de décider qu’une tel mesure est nécessaire pour défendre la société des Suisses. Cela demandera aussi des règles claires, tenant compte de nécessaires exception et d’une responsabilité aux cas ou la vaccination devait (contre toute attente ou comme on l’avait toujours dit, selon les opinions en présence) avoir des effets secondaires à long terme. En refusant de prendre leur responsabilité, les autorités politiques risquent de perdre plus que la crédibilité: leur raison d’être!

      1. La tonalité des commentaires est claire: le grand philosophe éthicien multilatéraliste Rochel, qui se positionne, et calcule son plan de carrière en larbin du nouvel ordre mondial, n’a pas l’opinion publique de son côté sur ce coup là. C’est le moins qu’on puisse dire.

        Il apparaît clairement en avocat de la tyrannie.

        Il va devoir rétropédaler bientôt car un grand pays européen, la France, va faire une révolution violente contre le président Macron, qui est sur la ligne Rochel. Et comme toujours, quand un grand pays bascule à nos portes l’apprenti dictateur Betset et ses collègues du CF feront moins les malins.

        Le Rochel devra manger son chapeau, comme son maître à penser Laurent Alexandre.

        1. C’est vraiment plus que honteux, c’est scandaleux, de parler de tyrannie.
          Je ne crois pas beaucoup me tromper, Martin, en pensant que vous êtes un bon petit-bourgeois, qui ne connaissez que les grandes villes occidentales et les plages des pays touristiques.
          En tout cas, c’est certain que vous n’avez jamais travaillé ou vécu sous une dictature, un pays totalitaire ou un pays où règne un tyran.
          A votre place donc, je fermerais mon clapet

        2. Martin, vous jetteriez-vous dans le lac quand Macron sera réélu? Entre-temps, comme vous semblez brûler du désir d’ un Grand Soir, pourquoi ne passez-vous pas la frontière pour aller partager votre saint manteau avec les gilets jaunes pour les aider à se convertir en Gardes rouges? Au lieu de vous calfeutrer dans votre cocon helvétique et promouvoir l’ apocalypse chez les voisins? Charitable saint Martin…

    3. Ne cherchez pas + loin !
      Sachez chaque vaccinés ou conso de vaccins la courbe de cotation boursière est a la, verticale ! La mise investie rend l’ascenseur !
      On double dc pas sa mise x2 mais on lexponentialise a 1000 voire 10 000 fois la mise ! Dc pour 250 euros on recolte 25 000 euros en 48 heures !…. Regardez sur la cotation boursiere npfyzer ou johnson ou astra et vs le comprendrez tpus !…. Evident, ld but nest pas sanitaire mais bien pecunier ! En +ultiple exponentiel si on sectorise lage de vaccination, une fois établie l’évidence de la mise à multiples exponentielle sera sur la tranche d’âge 80 ans et 20-30 ans, les autres ages sont + mitigés… Xc moins rentables…

    4. Bravo, c’est une parfaite description de la situation.

      Reste plus qu’à savoir comment on va faire pour ne pas saturer les hôpitaux (même si c’est encore une manipulation qu’ils le sont). Les politiques veulent qu’ils semble être saturé pour imposer ce pass sanitaire et donc contraindre à la vaccination.

    5. Assez d’accord, j’apprécie votre commentaire car je me sens un peu moins seul. Vacciné, j’ai cru durant un certain temps que nous tenions la solution et qu’il fallait “pousser” la vaccination pour atteindre le Saint Graal de l’Immunité Collective et revivre enfin “comme avant pour toujours”.

      Aujourd’hui, comme le publie l’OMS, j’ai l’impression que ces vaccins sont bien moins performants qu’annoncés. L’aspect positif, c’est que le vaccin permet (pour l’instant) d’éviter une mortalité importante dans les populations à risque. Pour le reste, le ratio risque-bénéfice n’est pas celui qui était annoncé. On s’est un peu fait avoir !

      Dans ce contexte, un peu plus d’écoute et de respect entre les pro et antivax ne serait pas du luxe pour déboucher sur un compromis garantissant une liberté de choix de chaque individu tout en assurant la sécurité de tous.

      Le vaccin n’empêche pas l’infection par les nouveaux variants ni leur transmission. Beaucoup de personnes dans mon proche entourage en ont fait l’amère expérience y compris des jeunes au système immunitaire au sommet de ses performances.

      Par contre, il me semble avoir lu que le port du masque ne serait plus obligatoire à l’intérieur des restaurants y compris pour le personnel (pour qui le certificat Covid n’est pas obligatoire), les tables vont aussi pouvoir être rapprochées et le nombre de convives augmenter significativement.

      Dès aujourd’hui, je renonce donc au restaurant ainsi qu’à toutes activités où les autres mesures ont été levées. J’ai parfois l’impression que le gouvernement a toujours un train de retard et perd ainsi sa crédibilité.

      Cela risque de devenir un très gros problème en cas de retour en force de la petite bête sous forme de variant plus agressif et insensible au vaccin. Qui faudra-t’il alors croire ? Dans la confusion, le chaos et la division pourraient alors s’installer.

  3. Un tout petit commentaire, il me semble que l’on peut parler d’incitation à la vaccination et non de nudge (les coûts et bénéfices de la vaccination sont changés)

    1. La bonne question c’est pourquoi pas le rendre obligatoire ?? Auraient-ils peur d’êtres responsables de la cochonnerie qu’il y a dans cette inoculation?? Et pourquoi les politocards sont ils dispensés de ce nectar incroyable ?????? Posez vous les bonnes questions mes compatriotes 😉 bonne chance et bienvenue dans un nouveau monde dictatorial capitaliste !

  4. Ce qui est fatigant, c’est la mauvaise foi des autorités.
    Tous savent très bien que le vaccin a une efficacité limitée et des effets indésirables – et les plus graves toucheront plus souvent les personnes jeunes.
    Vouloir imposer de facto la vaccination ne fera que fracturer plus les lignes.
    C’est jouer avec le feu, sur le plan sociétal. C’est prendre en otage la population, en lui retirant son autonomie décisionnelle.
    Et le fait que seul des personnes de l’UDC se soient prononcées publiquement contre ces mesures, participe à la prise en otage. L’UDC est utilisée comme repoussoir, afin que la majorité de la population et de la jeunesse ne remette pas en doute la politique soit-disant consensuelle du gouvernement.
    Tout cela empêche un débat sain. Tout cela pourrit complètement les conditions d’un retour à la proportionnalité des mesures.
    Heureusement, votre blog pose des question de fond, qui sont philosophiques. Et notamment, du pouvoir que l’Etat impose de facto aux citoyens sur leur corps! Le certificat Covid est le certificat de salubrité publique délivré par l’Etat sur un individu. Le principe lui-même contient des implications gravissimes, de ghettoïsation forcée des non-vaccinés.
    Nous glissons sur une pente extrêmement dangereuse. Il y a urgence à débattre publiquement de ces mesures.

    1. Les effets indésirables du vaccin sont fort minoritaires par rapport au risque d’attraper le virus. Vous avez plus de risques en prenant des antidépresseurs par exemple.

      En revanche, le virus a bien des effets individuels et imprévisibles, jeunes comme vieux. Donc il n’y a pas lieu de le prendre à la légère. Personne n’est à l’abri sauf les vaccinés pour qui cela se transforme en une grippe.

      Ce vaccin est le plus surveillé de tous, le plus sûr (plus de 90%, cela n’a pas toujours été le cas avec les précédents).

      Au passage, je vous fais remarquer que l’extrême majorité des personnes qui finissent en réanimation ou mortes ne sont pas vaccinées. Son efficacité est là. Le vaccin n’a jamais eu vocation à éliminer complètement tout risque d’être contaminé et de transmettre, simplement d’éviter les formes graves et les longues séquelles. Ce qui est déjà énorme. Et d’ailleurs, vous devriez le savoir depuis longtemps car c’est transparent pour le coup.

      1. Pouvez-vous me dire combien de ces personnes non-vaccinees aux soins intensifs sont des personnes qui n’ont jamais eu le covid au préalable (dans les 12 derniers mois) ? Voilà une statistique qui serait fort utile. Etant donné que toutes les personnes qui ont eu le covid “naturellement” sont aussi bien immunisées voire mieux qu’avec un vaccin, brandir cette notion que la majorité (ou tout le monde) qui se retrouve aux soins intensifs sans préciser si ces personnes avaient au préalable contracté le virus est un raccourci malhonnête pour pousser à la vaccination.

      2. 2161 effets indésirables graves en Suisse, cela n’est pas minoriaire.
        C’est beaucoup de personnes touchées. Et ces chiffres sont assuréement sous-estimés.
        De plus, certains effets peuvent apparaîtreà plus long terme.
        Ce vaccin est-il sûr? Pour affirmer cela, il faudrait bcp plus de profondeur chronologique dans l’observation.
        Comme ni vous, ni moi n’avons ce recul, votre affirmation ne vaut rien – c’est juste une croyance.

      3. Cette grippe est inoffensive pour 99% des gens. Et les effets secondaires du vaccin sont bien plus graves et répandus que vous ne le pensez…
        Le reste c’est de la propagande médiatique et des labos et des gouvernements.

        Ce n’est pas un vaccin, c’est une injection expérimentale, que vous allez devoir recevoir à vie pour on ne sait trop quoi. En tous les cas, pas pour des raisons sanitaires, il faut être aveugle pour ne pas le voir.

      4. Rien qu’aux USA il y a eu 1’100 morts dues aux vaccins contre la grippe en 30 ans; pour les vaccins covid c’est plus de 5x plus en 6 mois (6’000 morts). Et je ne parle pas des autres effets indésirables…

        Quant aux personnes qui se retrouvent actuellement hospitalisées, cela dépend beaucoup des pays, car il semblerait qu’en Israël la majorité soit vaccinée.

        La solution SEMBLERAIT être vacciner toutes les personnes à risque de la planète et faire en sorte que l’immunité collective fasse son chemin. En parallèle, développer des vaccins qui STOPPENT la transmission. Une fois qu’ils seront là, évaluer la situation au niveau mondial et décider.

      5. Bien essayé de vous répondre avec des chiffres du CDC pour vous démontrer que les effets indésirables des vaccins ne sont pas fort minoritaires mais ai été censuré…

  5. En général, écrivains et journalistes ont souvent envie de corriger après quelques jours, semaines, mois, années, ce qu’ils ont écrit. Dans le cas de ce papier je pense que vous aurez envie bientôt de le faire oublier & disparaître à tout jamais, car rien n’est bon là-dedans. Un philosophe n’écrit pas ça !

  6. Du moment où le virus se transmet entre vaccinés et non-vaccinés à égalité (recensement israélien) dans tous les milieux, personne n’a à comprendre la position de l’autre. Les positions illogiques des autorités n’invitent pas à l’empathie mais à la violence et au mépris.
    Oui les politiques sont fatigués à force de calcul basé sur le mensonge. Il y a 3 semaines la NZZ, et par la suite le Blick, ont révélé que les hôpitaux sont à 40% pleins de contaminés qui viennent du milieu de l’Europe, double nationaux, dont certains ne sont même pas résidents en Suisse. Le mensonge fatigue. M. Berset n’arrêtait pourtant pas de mettre la faute sur les non-vaccinés. La Task force de la honte a repris l’info après coup comme si elle venait d’elle.
    Le vaccin pourrait être une excellente chose pour 2497/2500 personnes car 3/2500 subissent des effets secondaires sérieux dont 1/2500 graves (y compris la mort). Notre génération n’a pas choisi de ne pas rendre le vaccin obligatoire. A l’origine c’est la charte des droits de l’homme qui a dicté la sauvegarde de l’intégrité physique, et de laquelle les Constitutions des pays qui se respectent se sont inspirées. Les pères de la charte connaissaient les tendances criminelles de ceux qui gouvernent dans certaines périodes de l’histoire. Actuellement la vaccination est obligataire, mais en cachette, car ils prennent le peuple pour un ramassis d’idiots et l’élite vacciné applaudit puisqu’elle n’est pas obligatoire !!!
    L’argumentaire qui vous paraît irrationnel, il est irrationnel car il omet l’argument principal des non-vaccinés, à savoir LA PEUR. Oui la peur des personnes en parfaite état de santé de succomber comme les bien-aimés de leur région ; les syndics du Mont-Sur-Lausanne et de Lugano, disparus suite à l’inoculation du produit diabolique. Le choix américain et l’extension du passeport vaccinal vont au contraire, pousser le peuple à faire exploser ce passe de la division dans la figure de ses concepteurs, le 28 novembre en votation. Vous n’avez pas à protéger pour maintenir la vaccination non-obligatoire, car elle est là, et il faut au moins 3 ans pour tenter de la changer. Vous faites comme celui qui trouve 5 francs dans un taxi qu’il donne en pourboires au chauffeur à la fin de la course. Et vous revenez dans le paragraphe qui suit pour admettre que la vaccination est désormais obligatoire, il y a confusion. Combien de fois vous étiez au cinéma depuis 3 mois ? zéro, une fois, deux fois grand maximum. A la discothèque? jamais je présume. Ne pas y aller ne permet ni d’aller mieux ni d’aller moins bien. Vous parlez de casse-tête que vous approuvez, ce n’est pas logique mais j’admets pour une fois dans le texte vous présentez un duel qui relève de la philosophie à deux balles.
    Merci d’avoir relevé l’évolution du mensonge de CF des premières mesures de mai à aujourd’hui. Les mesures à l’étude aux grisons vous réjouissent et vous place clairement dans le camp des ayatollahs du pro-vaccin, en plus, vous vous moquez des non-vaccinés. Quelques soit le coût des tests il ne représente qu’une petite somme comparativement aux centaines de millions payés par tout le monde (y compris les non-vaccinés) pour vacciner la population.
    Et puis vous voulez argumentez sur s’il faut ou ne faut pas exiger le passeport vaccinal, un débat inutile car gravé depuis mercredi dans le marbre. Et vous terminez sur une blague involontaire sur l’avantage de l’honnêteté !!! alors qu’elle est, tuée, massacrée, assassinée absente pour le moment.
    Cordialement,

    1. Bonjour Elie Hanna, votre commentaire est très intéressant. Merci de votre phrase au sujet des “effets secondaires délétères”.
      A noter que le défunt maire de Lugano n’était pas si populaire que cela (même si l’omerta a été imposée durant la phase obligée des funérailles) si nous analysons des faits assez récents dans les détails. Et donc les apparences sont effectivement très trompeuses. Parmi les actions anti-sociales (et typiques de la Lega), il a aussi “couvert” la destruction manu militari du Molino (Centro Sociale Occupato e Autogestito) sans avertissement. De simples humains souhaitant vivre d’une autre manière ont tout perdu du jour au lendemain car l’acte de démolition est survenu en leur absence. Donc ces humains se sont retrouvés sans rien, toutes leurs affaires ayant été ensevelies. Une histoire suisse !
      Cet exemple démontre que l’honnêteté est une notion des plus relatives, en fonction du camp que nous choisissons.
      Portez-vous bien.
      Eliane AB, exemptée médicalement parlant de la fameuse vaccination qui détruit les bases décidément très fragiles de notre démocratie

      1. @Eliane AB Je réponds ici à votre commentaire de 16h56 concernant CEDH, puisque vous affirmez que je lis de travers, sans me laissez la possibilité de m’expliquer (pas de case “répondre” à votre message).
        Ce blog traite des vaccins Covid-19 et j’ai donc très logiquement compris d’après les propos de CEDH qu’il est vacciné avec ça, mais vous et lui jouez avec les mots puisque vous précisez après coup qu’il s’agit en fait d’autres vaccins n’ayant rien à voir. Vous réclamez des autres l’exemplarité dans le cadre d’un débat, mais il apparaît d’après le ton de votre réponse et de celle de CEDH que vous utilisez à dessein l’ambiguïté pour semer la confusion chez vos interlocuteurs. Vous n’êtes pas corrects ni crédibles et dignes de confiance dans ce genre de démarche tordue et je ne crois pas du tout en votre bonne foi ni en votre clairvoyance quand vous parlez de la “la fameuse vaccination qui détruit les bases décidément très fragiles de notre démocratie”.
        La vaccination contribue au contraire à sauver la démocratie, car si tout s’écroule à cause de l’épidémie, la démocratie ne pourra plus exister. Et les bases de la démocratie ne sont pas si fragiles, la plupart des gens sont très attachés à ce système pour tous les avantages qu’il procure et je ne doute pas qu’ils seront déterminés à le défendre en cas de crise majeure (moi y compris). Vous présumez beaucoup par rapport à ce qui vous arrange dans vos convictions. Si vous êtes exemptée de vaccination sur ordre médical incontestable, tant mieux et vous pourrez donc vous débrouillez avec ça, mais votre cas particulier n’est absolument pas un argument déterminant pour tenter de convaincre les autres de ne pas se faire vacciner, de quoi vous plaigniez-vous puisque vous avez obtenu ce que vous voulez (ne pas se faire vacciner)?
        J’ai de gros problèmes allergiques, mais me suis quand même fait vacciner malgré mes craintes et tout s’est bien passé avec juste quelques petits désagréments comme notamment une réaction inflammatoire limitée. Il n’y a donc vraiment pas de quoi fouetter un chat et alarmer les gens comme vous essayez de le faire à travers les discussions sur ces blogs du journal Le Temps!

        1. Pas la peine de vous énerver ElianeAB n’a pas supprimé la possibilité de laisser une réponse directe à son commentaire, c’est le système qui ne le permet pas dès lors qu’il ne permet que cinq niveaux de commentaires. Pour répondre le plus directement possible il faut répondre au commentaire situé un niveau plus haut. En espérant que cela vous rendra service. Bien à vous.

          1. @CEDH Les intervenants sur ces blogs ne sont pas forcément au courant et ce ne serait pas à vous de m’éclairer là-dessus, mais à celui qui tient ce blog.
            J’aurais préféré que sous ce pseudonyme, vous vous prononciez plutôt sur ce qui vous concerne en particulier et que j’ai mis en évidence.
            Oui, ça me rend service, car je discerne et comprends tout à coup bien des choses.
            Merci à vous, je vous souhaite beaucoup de succès dans vos activités (qui sont utiles pour le principe fondamental des droits humains et la liberté), mais je ne suis pas sûr que tous les moyens utilisés soient les meilleurs.

          2. Cher Monsieur Mojon,

            L’explication que je vous ai donnée est une constatation élémentaire qui découle de ce que l’on observe sur tout les blogs du temps, constatation que tous les intervenants, sauf à être des néo-intervenants, ont certainement faite. Quant à votre questionnement, il est étrange dès lors que si je voulais tenir à la fois plusieurs rôles je serais bien évidemment amené à faire usage de plusieurs Pseudonymes.

            Sur le fond, votre histoire qui vous est propre et est récente n’apporte rien au débat (qui n’est pas le bien fondé de la vaccination) sauf à mettre en avant le fait que vous trouvez normal de contraindre de jeunes étudiants et des enfants à la vaccination. Sans doute à votre avantage. Nous ne sommes donc malheureusement pas d’accord.

            Avec mes meilleures salutations.

        2. Bonjour P.-O. Mojon, On voit bien, hélas, que vous lisez de travers et que vous comprenez seulement ce qui vous arrange. Connaissez-vous la signification d’assertivité ? Je ne pense pas, sinon vous n’attaqueriez pas les internautes dont les propos ne vous plaisent pas et dont vous interprétez les mots-tournures à votre manière. Ensuite, il ne faut pas vous étonner que l’on vous “recadre”.

          Précisions par rapport à vos lignes:
          « J’ai de gros problèmes allergiques ». Je suis apte à comprendre car je circule en permanence avec mon passeport d’allergies multiples tout à fait clair, accompagné d’un rapport et de listes de pharmaco-génétique (vrais dangers sur 19 pages A4), idem émanant de pharmaco-toxicologie (dangers sur 3 pages A4). Dès le début de la pandémie, j’ai été avertie par différents Professeurs de différents secteurs (enquête soignée sur des mois étant donné que je ne suis pas le seul être humain dans ce cas et de très loin). Donc la médecin-chef référente (néphrologie) a clairement dit NON et je n’ai jamais écrit que c’était « ce que je voulais » …. !
          Pour P.-O. Mojon, enquêter est donc un crime. No comments.

          A nouveau, vous interprétez à votre idée ce que les autres écrivent et qui ne vous convient décidément pas. C’est très spécial comme méthode « de contournement ».

          En fait, en extrapolant un peu, vous répondez exactement comme tous ces humains qui n’ont qu’une idée en tête depuis 1970: me tuer propre en ordre. Le désir d’éradication des cas spéciaux & foireux qui dérangent les statistiques médicales, je connais par cœur (cf. notes médicales que je n’aurais jamais du voir ni lire) !
          Donc merci de vos intentions criminelles qui ne vont pas m’empêcher de rôder en permanence ni de faire ce que j’apprécie dans ma vie.

          Je ne réclame absolument rien des autres humains dont je connais trop bien la cruauté naturelle, donc je ne sais d’où sort votre idée d’exemplarité alors que nous sommes dans un grand chaos-foutoir, politico-médico-pharmaco-policier qui semble pourtant être – à vous yeux – un summum d’exemplarité !

          Pour la « case réponse », veuillez vous référer au texte de CEDH.
          Dommage que vous n’ayez toujours pas compris le système.

          Un conseil, lorsque vous voyez un commentaire Eliane AB, vous délitez. C’est très sain et vous ne développerez aucune allergie massive.
          Portez-vous bien. eab

          1. @Eliane AB De retour de vacances, je vous réponds. Je n’ai aucune intention criminelle, de tels propos très “limites” sont paranoïaques et expriment une peur ainsi qu’une colère hors de contrôle. Si les autres avaient autant que vous le pensez une “cruauté naturelle” pour “vous tuer propre en ordre”, il y a longtemps que vous ne seriez plus de ce monde! Vous représentez un cas particulier, ce qui est applicable pour vous ne l’est pas forcément pour autrui. Pour moi, ça ne l’est pas et j’ai expliqué pourquoi sur ce blog, mes arguments ont autant de valeur que les vôtres et sont partagés par de très nombreuses personnes.
            Pour répondre à @CEDH, c’est un fait qu’il tient deux rôles sur ce blog (avec un seul pseudonyme). Il m’écrit que “Sur le fond, votre histoire qui vous est propre et est récente n’apporte rien au débat (qui n’est pas le bien fondé de la vaccination) sauf à mettre en avant le fait que vous trouvez normal de contraindre de jeunes étudiants et des enfants à la vaccination”. Mais, de ce point de vue, le cas Eliane AB est aussi propre à cette personne et n’apporte quelque chose au débat que dans la mesure où il représente un cas particulier. Je ne veux contraindre personne et n’y ai absolument aucun avantage ni intérêt, la contrainte de la vaccination viendra déjà bien assez tôt d’elle-même de la part des autorités si la situation épidémique en vient à trop se dégrader.
            Cela n’a aucune importance que nous soyons en désaccord. Mon témoignage et mes arguments visent à éviter des décès absolument stupides par absence de réflexion et refus a priori d’une vaccination qui peut protéger et sauver en cas d’infection. Il existe en effet déjà des variants du coronavirus affectant de plus en plus les enfants et les personnes jeunes.

    2. Le virus ne se transmet pas à égalité entre vaccinés et non-vaccinés, mais le variant delta a abaissé la protection contre une contamination de 1 / 11 à 1 / 4.5. Ce qui reste toutefois un bon résultat.

      Voici les 3 plus récentes étude du CDC US sur le variant delta:

      https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7037e1.htm?s_cid=mm7037e1_w

      https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7037e2.htm?s_cid=mm7037e2_w

      https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7037e3.htm?s_cid=mm7037e3_w

      Résumé:
      Les données issues de trois articles soulignent unanimement l’efficacité continue des vaccins anti-Covid contre les formes sévères du virus.

      La première étude a analysé des centaines de milliers de cas de Covid-19 dans 13 juridictions américaines sur la période du 4 avril au 19 juin, avant que le Delta ne prolifère, et les a comparés à des cas de contaminations du 20 juin au 17 juillet. Entre ces deux périodes, le risque qu’une personne entièrement vaccinée soit contaminée par le Covid-19 par rapport à une personne non-vaccinée a légèrement augmenté, passant de 11,1 fois moins de chances d’être infectée à 4,5 fois. La protection contre les hospitalisations et la mort est restée stable, mais a baissé davantage pour les personnes de 65 ans et plus, que pour les groupes d’individus plus jeune.

      1. Et si vous avez contracté le virus auparavant et guéri ? Du variant alpha, delta, etc? Pensez-vous être mieux protégé ou moins bien que si vacciné seulement face aux variants actuels et futurs? Des études qui font cette distinction ? Non-vacciné mais guéri du covid vs. “juste” vacciné face aux “nouveaux” variants? Perso, je suis non-vacciné mais guéri du covid. Je dois me faire vacciné parce que… ? Merci de me forwarder une ou deux études scientifiques récentes sur le sujet comme il doit y en avoir tellement…

      2. Bien que cela ne soit pas le débat il serait peut être utile de donner les résultats par vaccin car on ne se fait pas injecter du vaccin mais un vaccin. Moderna et Pfizer n’ont de loin pas les mêmes efficacités

        1. De loin pas la même efficacité. 95 % pour Moderna et 80 % pour Pfizer. Moderna divise donc par 20 le risque d’hospitalisation et Pfizer le divise par 5.

  7. Bravo pour votre constat. Personnellement ce qui me frappe, c’est la montée en puissance de la bêtise grace aux réseaux sociaux. Cette progression n’est certes pas catastrophique, mais elle reflète l’individualisme de certains concitoyens. Personnellement, bien que je sois compétent pour argumenter par la raison, j’ai abandonné devant l’irrationnel qui menace notre temps de cerveau libre.

  8. Merci pour cette vision qui me pousse à commenter pour la première fois.
    Je suis confronté à un problème de conscience et d’éthique: je défends au quotidien des valeurs altruistes et solidaires, et pourtant, je ne suis pas vacciné. Ce virus tue dans toutes les parties du monde, et le concept de pass sanitaire n’est pas accessible à une grande partie du globe. Je sous-entends que bien que les inégalités existent partout, il y a un réel problème dans le cas de cette épidémie, puisque le virus traverse les frontières mondiales sans se préoccuper des “détails administratifs”: chaque être humain semble être une cible pour ce virus, et beaucoup d’entre eux sont encore dans la catégorie “vulnérable”, sans avoir accès au vaccin. Je pense particulièrement à l’Afrique.
    Je suis en bonne santé et dois maintenant choisir de porter mes valeurs à l’échelle suisse ou continuer à penser que l’humanité ne s’arrête pas aux frontières helvétiques.
    La stratégie vaccinale déploie tout son potentiel lorsqu’une majorité de personnes a accès au vaccin, ce qui n’est pas encore le cas partout. Pire, le fait de ne vacciner qu’une partie privilégiée du globe serait même plus dangereux pour tous. Source: “L’inégalité face au vaccin représente un risque pour le monde entier”, “Remède pire que le mal” (article et émission du 19h30 sur la rts, du 11 juin 2021, interview de Didier Trono, virologue à l’EPFL). Cet article présente la problématique sous un angle mondial. Suis-je un habitant du monde ou de la Suisse? Les deux ne sont pas incompatibles dans bien des domaines, mais sur cette question, ils semblent bien devenir des endroits très différents, et cette dissociation crée une situation très propice aux variants.
    Ma liberté se trouve bafouée par mon incompétence à me situer dans toutes ces annonces contradictoires: nous sommes passés d’une stratégie où le test était la seule option pour sortir de la crise, à une situation où le vaccin était vu comme un garant d’un retour à une vie normale, à un passage par la case “test gratuits + vaccin = solution”, à un pass sanitaire pas obligatoire “si on accepte de ne plus sortir de chez soi” (j’anticipe un peu), mais qu’on peut désormais “acheter” si on refuse “librement” la vaccination (les fameux tests indispensables au contrôle de l’épidémie, tout bientôt payants, donc à traduire par inaccessible pour beaucoup). Bref! Je suis perdu.
    Si quelqu’un pouvait m’aider à mieux me situer, j’en serais apaisé.

    1. @FAB Vous n’êtes pas incompétent, ce que vous expliquez est juste et censé, mais vous n’avez pas de prise sur la vaccination du monde, cela ne dépend pas de votre fait individuel mais de la politique internationale. Beaucoup de choses ne sont pas justes, mais vous savez bien que ça ne l’est jamais dans ce genre de situation. Notre vraie liberté est de pouvoir écouter notre conscience afin d’agir ponctuellement au mieux pour ce qui se trouve à notre portée, personne ne peut résoudre les problèmes du monde à lui seul.

    2. C’est toujours bon de se poser des questions, mais cela ne doit pas aboutir à se paralyser et à ne plus agir là où on le peut. Bien sûr qu’idéalement, il faudrait que l’accès à la vaccination soit uniformément réparti dans le monde entier, et que ce n’est à l’évidence pas le cas actuellement. Des efforts sont entrepris dans ce sens au plan mondial, mais on est bien d’accord qu’ils sont encore insuffisants. Mais ce n’est pas en refusant de faire ici ce qui est à votre portée pour éviter (ou, au moins, limiter) que ce virus continue à se répandre et donc potentiellement à muter dangereusement, c’est-à-dire vous vacciner, que vous améliorerez la situation en Afrique par exemple. En ne faisant pas ce que vous pouvez déjà faire concrètement là où vous êtes pour lutter contre cette pandémie, vous ne pouvez pas exclure que vous puissiez attraper le virus, qu’il mute dans votre corps et qu’ensuite vous le transmettiez plus loin; dans ce cas ce sont aussi des moins favorisés, surtout non vaccinés, qui pourraient à terme en pâtir.
      Faisons déjà tout ce que nous pouvons, à notre place et à notre niveau, pour être acteurs de la lutte contre la Covid-19. Cela n’empêche absolument pas en parallèle de faire pression pour plus de justice dans la répartition des vaccins au niveau mondial (en Suisse, les moyens politiques existent pour cela). Mais ce n’est pas en ne faisant rien jusqu’à ce que l’on estime la situation devenue idéale partout que les choses vont s’améliorer, ni ici, ni ailleurs!

      1. Merci pour vos éclairages.
        Ne le prenez pas contre vous, mais l’incompréhension laisse parfois la place à la colère. Je suis humain.
        Ma pensée est peut-être minoritaire, mais elle est sincère et résulte d’un découragement (passagé) face à des décisions politiques éloignées, parfois, du bon sens (je n’ai pas le monopole du bon sens, c’est vrai).
        Je suis curieux de savoir quels moyens existent dans la réalité en Suisse (et non uniquement sur le papier) pour faire pression sur nos politiques pour que les brevets pharmaceutiques en matière de vaccin Covid tombent, par exemple, ou pour que des vaccins reconnus en Suisse soient intégrés au programme Covax (il a été décidé d’envoyer nos vaccins AstraZaneca, si un jour ils parviennent à passer la barrière administrative… inutile de commenter??).
        Une seule raison valable, un seul argument me suffirait.
        La notion d’urgence semble avoir disparu du dictionnaire. Alors même que le monde entier compte ses morts. L’histoire se répète sans cesse, hélas.
        Je suis perdu dans ces contradictions, et pas naïf au point de croire que je vais sauver le monde en soulignant ce qui me paraît être, une fois encore, au coeur du problème. Je n’ai jamais manifesté de ma vie, j’ai souvent fait confiance aux décisions politiques, même quand je ne les partageais pas, mais cette fois-ci, aucun argument ne me paraît tenir la route. Et je ne pense pas être un simple observateur qui n’agit pas: je porte mon masque partout où cela est demandé, je me désinfecte les mains aussi souvent que possible et je pose peut-être les questions qui fâchent, celles qui touchent à l’éthique et aux valeurs solidaires, au-delà de nos frontières. En réponse à cette notion d’inégalité au niveau de la distribution de vaccins, on me sert du “tu es un idéaliste”, quand bien même je m’appuie sur des sources fiables (Monsieur Trono est à mes yeux quelqu’un de crédible sur la question des vaccins).
        Ce manque de transparence reflète-t-il un manque de courage de nos dirigeants face aux big pharmas? Cela me désole. Ou alors, eux-aussi n’y peuvent rien ?
        Dans ce cas, que vais-je devoir expliquer à ma fille de 5 mois dans quelques années lorsque nous aborderons la question du courage et de ce qu’on peut en faire, si même un dirigeant élu ne peut rien changer?
        Sans un réponse claire de ce que je peux faire en Suisse, concrètement, pour changer ce mécanisme du “vaccin Pfizer et Moderna pour nous tout de suite” VS “AstraZaneca peut-être disponible lorsque les nouveaux variants lui résisteront pour ceux qui ne vivent pas du bon côté de la barrière”, je vais commencer à me dire que les idéalistes sont peut-être ceux qui pensent pouvoir sortir de cette crise, en se faisant vacciner dans ces conditions, sans prendre en compte le problème dans sa globalité.

        1. “pour que les brevets pharmaceutiques en matière de vaccin Covid tombent”, voilà l’exemple typique, peut-être (je ne suis pas assez expert de ces questions pour en juger définitivement), de la fausse bonne idée pour se donner bonne conscience sans rien faire soi-même. Aura-t-on encore un vaccin développé aussi rapidement lors d’une prochaine pandémie (qui arrivera inéluctablement, il ne faut pas se faire d’illusions) si ceux qui ont les nécessaires connaissances et équipements, dont le financement ne tombe pas du ciel (!), savent à l’avance qu’il ne gagneront strictement rien à le faire? Comme on dit, toute peine mérite salaire; la seule chose à laquelle il faut néanmoins veiller est que ce “salaire” (retombées financières en l’occurrence) reste dans des proportions raisonnables.
          Quant à ce que chacun peut faire à titre individuel en Suisse pour pousser à une plus juste répartition des vaccins au niveau mondial, je vous signale, entre autres une action en cours de la section suisse de “Amnesty”, que vous trouverez facilement sur leur site. Si on veut faire quelque chose, on peut, il faut juste chercher un peu; mais ne pas se vacciner pour cette raison n’est certainement pas la bonne chose à faire, pour personne (que ce soit ici ou ailleurs)!

        2. @ FAB

          J’aime votre approche. Vous êtes loin d’être le seul à avoir ces questionnement, vaccinés comme non-vaccinés. Les commentaires que l’on vous fait dans ce blog sont très sensé (sauf un à mon avis). Chacun y apporte sa réponse et chacun mérite le respect.

          Si vous avez l’envie et le temps, sur le blog indiqué ci-dessous il y a des contributeurs pour ou contre une distribution plus globalisée des vaccins. Il y a plus de 200 commentaires…

          https://blogs.letemps.ch/dr-jean-gabriel-jeannot/2021/09/06/vous-devriez-vous-faire-vacciner/

          1. Merci beaucoup pour vos commentaires et pour le lien. Je vais lire avec un grand intérêt tout ceci.
            Merci aussi à Messieurs Mojon et Haldi pour leurs commentaires.
            Je vous rejoins totalement: chacun mérite le respect, même si les avis ne sont pas partagés.
            Sans vouloir relancer d’autres débats, j’ai pu lire des choses sur ce blog et d’autres, qui n’annoncent rien de bon pour la cohabitation. Certains citoyens réclament la poursuite de la gratuité des tests. Ils ne veulent pas qu’on leur offre ce vaccin, payé avec l’argent public. Ils ne comprennent pas pourquoi il n’en serait pas de même pour les tests, quand bien même on a souligné à de nombreuses reprises, leur nécessaire priorité et efficacité dans la lutte contre cette épidémie (je sens la théorie des enfants qui boudent leurs légumes du “Conor McGregor” de ce blog, revenir à grands pas).

            Ils ne nient pas l’existence de ce virus, (dans le cas des commentaires que j’ai lu), mais face au non-consensus des médecins, virologues, épidémiologistes, politiques et autres professionnels qui ont parfois la parole, ils se font un avis, jusqu’ici plus ou moins librement, sur la façon qui leur paraît la plus appropriée pour se protéger et protéger les autres.
            Je comprends et respecte aussi leurs arguments. La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres… CQFD!

            Quand bien même j’apprécie les commentaires de M.Haldi, Nous ne trouverons pas d’entente sur la question des “salaires”, par ex.
            Lorsque des chiffres d’affaires avoisinent les 80 mia, je pense que “la peine” est bien rémunérée. Mais encore une fois, nous n’avons peut-être pas la même façon de percevoir le terme “raisonnable”, et je ne cherche pas à avoir raison.
            Mme Byanyima, directrice du programme ONUSIDA, (évoque cet état d’esprit des brevets au moment du lancement des antirétroviraux dans les pays industrialisés), parle de son “ulcération face à ce qui était de l’argent public, en partie, qui est désormais privatisé par les pharmas qui détiennent la technologie.” Elle prévoit de s’adresser aux dirigeants de ces entreprises en janvier au World Economic Forum. Aura-t-elle plus d’impact que la pétition d’Amnesty Suisse de MARS 2021 pour faire bouger les choses? Je le lui souhaite. Affaire à suivre, et en attendant, tentons aussi de sauver dans ces débats, nos relations amicales et familiales, parfois en danger.

            Qui aurait imaginé cette situation il y a 18 mois? Pas moi.

  9. Entièrement d’accord avec la plupart des commentaires.
    Il y a encore une question que l’on pourrait se poser et qui demontrerait l’absurdité actuelle dans laquelle on vit.
    Étant donné que le vaccin n’arrête pas et ne freine que légèrement la propagation du virus, quand se terminera cetteépidémie? La grippe est-elle anéantie?
    Comment feront faire les gens qui se vaccinent?
    Chaquee année, ils se feront piquer 2x, 3x..4..5..?!
    Faut pas déconner, comme la grippe, les personnes à risque se feront vacciner pour se protéger de la maladie grave, mais personne n’en aura besoin pour cesser la propagation de cette m.. puisque ça ne marche pas. Alors c’est ou on trouve un vrai vaccin ou on commence tout de suite à stopper cette mascarade, en faisant prendre des risques à court ou long terme à des personnes asymptomatiques pour aucune raison.
    Il y a 2 catégories de personnes, les vaccinées qui ne risquent peu ou pas la maladie grave et les non vaccinées qui risquent peu ou pas la maladie grave.
    Dans les 2 cas, les individus peuvent être porteurs et donc contagieux! Il faut donc arrêter de parler de collectivité en tant que vacciné mais plutôt d’individualisme. Ce n’est que des choix personnels qui restent personnels. Mais gentiment on ne pourra plus parler de choix..

  10. N’est-il pas singulier de constater que celles et ceux qui refusent le vaccin, ou trouvent quelque prétexte à ne pas se faire vacciner, se soumettent sans discuter à l’obligation de servir pour les hommes, au paiement des impôts, de la TVA, de l’assurance-maladie, de la redevance radio-TV, au port de la ceinture de sécurité et autres codes de conduite pour toutes et tous? L’obligation de servir mise à part (et encore, seulement en temps de guerre, que les nein-sager livreraient sans broncher pour éviter le clou), aucune des autres contraintes n’engage le pronostic vital. Tandis que la vaccination, indolore et surtout passible de séquelles sévères chez ceux qui la refusent, est une question de vie et de mort qui nous concerne tous…

    Etrange nature humaine… où l’aliénation se pare du visage de la raison et du “bon sens”, la chose du monde la mieux partagée comme on sait. Et où l’esclavage s’appelle liberté.

    Moralité: pas besoin d’être vacciné(e) pour être piqué(e).

  11. Et si vous avez contracté le virus auparavant et guéri ? Du variant alpha, delta, etc? Pensez-vous être mieux protégé ou moins bien que si vacciné seulement face aux variants actuels et futurs? Des études qui font cette distinction ? Non-vacciné mais guéri du covid vs. “juste” vacciné face aux “nouveaux” variants? Perso, je suis non-vacciné mais guéri du covid. Je dois me faire vacciné parce que… ? Merci de me forwarder une ou deux études scientifiques récentes sur le sujet comme il doit y en avoir tellement…

  12. Bonjour.
    Je vais essayer d’être le plus objectif possible. L’article débute avec un prédicat faux : ‘Soit le certificat, soit la fermeture”.
    Ceci ne reflète pas la réalité. En effet, pour être tout à fait neutre, il faudrait énoncer : Soit le vaccin, soit pas de vaccin. Quelle différence me diriez-vous?
    1. Le droit du choix pour chaque citoyen (ce fameux droit bafoué depuis des mois malgré ce que les médias affichent.
    2. Les taux de mortalité réels ne peuvent appuyer aucune des décisions prises par les gouvernements.
    3. Nous savons maintenant que le vaccin ne protègent pas à 100 % (loin de là) ni d’attraper, ni de propager le virus. A réfléchir quant aux discos par exeme …

  13. Je vous propose un autre cas de figure additionnel, très simple et incohérent :
    . J’ai eu le covid19 (jh de 39 ans, donc RAS), je suis donc maintenant immunisé
    . Le consensus scientifique sur le sujet est clair : je suis dorénavant mieux protégé que les vaccinés
    . Aussi, pourquoi cherche-t-on a me pousser à la vaccination ? à m’obliger ?

    C’est incohérent. Est-ce de la schizophrénie, de la folie, du business ? Qui peut me dire ou j’ai faux dans l’énoncé et la solution ?

  14. 53 % de la population entièrement vaccinée….plus 6 % avec une seule dose et qui ne feront pas forcément la deuxième ….cela laisse 40 % de la population non vaccinée…3,5 millions d’individus sur 8,5 millions…alors oui c’est une minorité…mais tout de même j’ai de la peine à penser que ces 3,5 millions ne sont qu’un ramassis d’ignares égoïstes.
    Je m’interroge lorsque je constate que désormais les vaccinés pourront en toute liberté et sans aucun geste barrière se rendre au resto alors que l’on sait que les vaccins ne protègent pas d’une contamination et que la charge virale d’un vacciné est pratiquement la même que celle d’un non vacciné…
    L’efficacité des vaccins diminuant avec le temps…on en est à la troisième dose ……Israel en est à envisager la quatrième….
    Je vois avec horreur se profiler l’installation du passe sanitaire …et donc de l’obligation vaccinale de facto….au gré des futurs variations du virus….
    Cela fait depuis le début de cette pandémie que les autorités nous mentent, tronquent les chiffres. Nous avons voté la loi Covid sur la base d’explications du CF (vous vous rappelez..le vert, l’orange, le rouge)….et regardez où nous en sommes…
    Bon…je vous laisse et file m’acheter des actions Pfsyser

    PS: J’apprécie énormément vous analyses

    1. En termes d’actions, Moderna et BioNTech ont déjà fait mieux, et ce sont elles qui travaillent sur des traitements contre certains cancers, malaria, SIDA, etc.

  15. Bonjour à tous,
    Je suis vacciné et je le regrette vu les décisions du conseil fédéral. Le vaccin est-il fait pourquoi ? Pour protéger qui ? Les non-vaccinés ? Alors foutez-leur la paix. Chacun a le droit de le faire ou pas. Qu’on le soit ou pas, on peut tous être contagieux. Et qui vous dit qu’il n’y a pas eu des lobby pour écouler ce vaccin. Et je pensais que le problème était mondiale, mais chacun a fait son propre vaccin au lieu de travailler de concert, comme une course à l’armement. Chaque pays font leurs propres règles, mais on vit encore tous sur la même planète ou pas ? Il faut d’abord aider les défavorisés et pas l’inverse. N’y a-t-il pas plus de morts à cause de la famine ? Mais personne n’en parle ou ne s’en soucie. La réalité d’aujourd’hui c’est chacun pour sa pomme. Très triste.
    Et expliquez-moi pourquoi je peux faire un sport de groupe, de la danse en groupe en n’ayant pas besoin de passe sanitaire, mais manger au restaurant avec ma femme qui n’est pas vaccinée, non. En sachant qu’en tant que vacciné, je peux aussi transmettre le virus. Et pourtant dans un restaurant je ne suis pas assis à une table avec 200 – 300 personnes comme au supermarché qui touchent tout et ne respectent rien. Ou réunion de famille ou d’amis de 30 personnes qui viennent de tout bord.
    Et parlons des médias et réseaux sociaux. Une bonne partie de la peur et de l’incompréhension de ce virus viennent de là, à vouloir nous matraquer tout les jours d’informations contradictoires. Si on veut bientôt vivre avec plus de liberté restrictive, continuons comme cela. Parce que demain, ce sera autre chose et ce sera plus facile de nous faire avaler la pilule.
    N’oublions pas, les virus existent depuis longtemps et il y en aura toujours. Qu’ils soient naturels ou non. C’est aussi par rapport à notre façon de vivre qu’ils sont créés.
    Le jour où il n’y aura plus d’argent en jeu, il y aura moins de manipulations et de problèmes. Mais ça c’est de l’utopie.

  16. Même si je ne suis pas du tout un pro-vaccin – nous n’avions vacciné nos enfants que contre le tétanos, et ils se sont fait vacciner ensuite eux-mêmes contre d’autre maladies à l’adolescence – , dans le cas du covid-19, je suis pour une vaccination obligatoire.
    Il faut arrêter avec ce leitmotiv que cette obligation serait une atteinte fondamentale à notre liberté ! Nous croulons sous les lois et le réglementations de toutes sortes, et je ne comprends pas en quoi une question de santé publique devrait laisser un choix qu’il n’y a pas dans des tas d’autres domaines.
    A propos justement de santé publique, il y a actuellement en Suisse environ un million de personnes sur le Plateau Suisse (de Genève à Constance), dont l’eau potable à la maison est de fait impropre à la consommation, et susceptible d’avoir des conséquences toxiques notoires sur leur santé, à moyen terme ; et cela en raison de métabolites du chlorothalonil (un fongicide), dont la teneur dans ces eaux potables excède de 10 à 100 fois la valeur admise comme non cancérigène.
    Presque personne n’en parle, alors qu’il y a eu des communiqués officiels de la Confédération en 2020 à ce sujet.
    Pourquoi ? D’après moi, parce qu’un mélange de populisme, d’ignorance, d’inculture, d’inconscience et de bêtise envahit les réseaux sociaux à propos de cette vaccination.
    Juste un rappel : il y a environ 1 chance sur 1000 de mourir du covid-19, et seulement une chance sur 1 million (donc 1000 fois plus faible) de mourir du vaccin.
    Le seul vrai problème est l’engorgement des hôpitaux, en raison du grand nombre de malades du covid-19.
    Ceux qui refusent de se faire vacciner font donc simplement preuve d’un égoïsme absolu, et je n’ai qu’un conseil : leur cracher aux pieds.

    1. Bonjour Averellino, Alors venez me cracher dessus de la tête aux pieds et me couvrir de votre bave meurtrière puisque je vis revêtue d’effets secondaires indélébiles depuis l’âge de 12 ans (sur faute médicale)….. Vous êtes donc exactement comme mes propres parents, vous ne pourriez supporter l’idée d’avoir au sein de votre famille un déchet humain abimé par la médecine, déchet hélas survivant suite à d’inutiles expérimentations animales sur humains.
      L’engorgement des soins intensifs est une affaire organisationnelle bien connue depuis de très longues décennies. Rien de neuf sous le soleil. Une très vieille affaire jamais vraiment résolue dans le cadre des conflits chroniques inter-spécialités médicales pour l’obtention de nouveaux lits.
      Il est donc toujours plus aisé et plus rapide de reporter toute la faute sur les patient(e)s mais jamais sur les décideurs d’attribution ou de refus d’attribution de lits supplémentaires, ces décideurs impliqués dans ces traditionnelles guerres médicales d’influences et soigneusement maintenus dans l’ombre confortable de leurs fonctions.
      Vos lignes démontrent bien que vous ne connaissez pas du tout les coulisses “confidentielles” de cet univers âpre et terriblement terre-à-terre.
      Ceci écrit, portez-vous bien ainsi que toute votre famille. eab

      1. Désolé, Eliane, de vous avoir blessé.
        Mon frère est un généraliste à la retraite, mon épouse a travaillé longtemps dans un hôpital, et je crois pouvoir dire assez bien connaître le monde hospitalier et médical.
        La question du manque de lits m’est aussi bien connue. Mais la responsabilité en incombe à l’électorat, qui refuse les impôts nécessaires pour ne faire que du “flux tendu” dans la gestion des hôpitaux.
        Cela dit, il y a hélas des incompétents dans tous les métiers, médecin comme ailleurs. Comme vous en avez été une terrible victime, je ne puis avoir que de la compassion pour vous.
        A propos de notre discussion, j’ai cru comprendre, à travers vos lignes, que vous aviez des doutes sur les effets à longue d’un vaccin à l’ARN messager.
        Je vous dirai juste – sans longs développements – que la vie sur Terre date de plus de 3 milliards d’années, et que l’ARN messager en a été l’une des premières molécules (un acide nucléique), et que l’essentiel de l’évolution des espèces vivantes tient à la spécificité inaliénable de cette molécule.
        Avec mes meilleures pensées et toute ma sympathie.

        1. Merci de votre prompte réponse Averellino. J’apprécie beaucoup.

          A. Pour les nouveaux vaccins, j’ai une exemption très claire émanant de néphrologie en regard de mon status avec lequel je vis plutôt bien malgré mon labo en permanence hors normes et certes un peu différemment des autres humains. J’ai reçu des avis plus que perturbants de pharmaco-toxicologie et pharmaco-génétique (niveaux professoraux) donc clairement situés sur une autre constellation, à des années lumières des discours officiels. Bizarre pour ne pas dire étrange …. ! Anyway, ces avis sont des diamants bruts en prévision des belles bagarres qui se profilent pour les exempté(e)s. Mon armure est prête.

          B. Enfin une personne qui rejoint mon opinion. La population générale payeuse de taxes et impôts divers ne devrait jamais supporter les conséquences de la chroniquement mauvaise attribution du nombre de lits hospitaliers (secteur par secteur). Or c’est exactement ce qui se passe actuellement, en bien pire qu’auparavant. Avec le systématique report des responsabilités sur les humains lambda qui ne s’en rendent même pas compte. Incroyablement triste.
          Les humains respectables paient donc un très lourd tribut suite aux décisions d’un tout petit groupe d’intouchables.
          Vous comprendrez ma pensée entre les lignes ….. car “après moi le déluge” reste une “constante” dans certaines réunions très “select”.
          Il y a très très longtemps, Sun Tzu avait écrit “Celui qui excelle à résoudre les difficultés les résout avant qu’elles ne surgissent” (L’art de la guerre).
          Dommage qu’entre théorie et réalité le fossé reste si gigantesque.

          Portez-vous bien ainsi que votre famille. eab

  17. Le scandale sanitaire est pour demain. Des milliers de familles pleurent des effets secondaires dramatiques que les médias menteurs taisent. Il ne sera pas possible de maintenir le mensonge officiel plus longtemps. Rochel devra s’excuser de ses prises de position sur ce sujet. Le conseil fédéral aussi. Et ce sera bien la moindre, car ils ont commis un crime d’état avec leur tentative d’imposer la vaccination obligatoire sans le dire.

  18. Pourquoi devrions-nous considérer le certificat (donc le vaccin) comme ultima ratio ?
    Et donc maintenir pour tout le monde partout où c’est possible masques, distances, etc qui modifient considérablement notre vie sociale?

    Et surtout, ça signifie que la persistance du haut niveau de circulation du virus met en danger les personnes vulnérables (immunodéprimées, greffées, traitées par chimiothérapie, …) qui bien que vaccinées ne sont protégées qu’à 30 ou 50%…

  19. Bonjour,

    très bonne analyse de la situation en Suisse. Je vis moi même en collocation , sur 6 , je suis le seul vacciné.

    Ce que je ne tolère plus par dessus tout c’est que l’on me traite de cobaye ou de naïf alors que je sais pertinemment que leurs arguments pour ne pas se faire vacciner et tout ce qui tourne globalement et généralement dans la “complosphère” contre le vaccin Covid19 est faux.

    Il suffit de lire les commentaires pour voir que les arguments des anti-vaccins Covid19, ou carrément anti vax ne tiennent pas une seule seconde ou du moins qu’ils ne sont pas recevables, puisqu’ils affirment des choses non sourcées, non documentées, et sans avoir les données en main pour prouver leurs dires.
    En effet, quand on affirme quelque chose d’extraordinaire ( par exemple, que le vaccins Covid 19 ont des effets secondaires graves sur la santé à moyen / long termes, il faut des preuves extraordinaires , et je parle de preuve pas de témoignage de vlogeurs sur Youtube d’une gourou complotiste sur Genève qui a une boutique dans le luxe… )

    Bien à vous

    1. Bonjour FRANCE
      Parfaitement en accord avec vous.
      Perso, je suis pour la vaccination obligatoire, cela simplifierait beaucoup les choses.
      En effet, dans tous les domaines, il y a des tas et des tas de lois et de règlements, et peu en Suisse y dérogent.
      Et je ne vois pas en quoi la santé de chacun serait plus importante que les domaines sociaux, par exemple.
      En effet, quand on parle d’atteinte à notre liberté, je me tape le popotin : il y a, en Suisse, tellement d’autres atteintes à nos libertés, qui sont plus fondamentales, comme celle de ne pas pouvoir vivre décemment, pour des tas de gens des classes sociales, dites modestes.

    2. Le problème est que si ceux qui affirment l’existence de dangers extraordinaires (futurs) de la vaccination n’ont pas de preuves suffisantes, vous vous n’avez pas de preuves suffisantes de l’innocuité sur la durée (futur). Dès lors que doit-on prouver, l’innocuité ou l’existence de dangers ?

    3. Parce que vous vous avez des preuves du contraire?
      Est-ce complotiste de dire que le vaccin ne protège pas complètement de la maladie et donc de la contamination ou est-ce des faits avérés?
      Le plus gros problème dans cette histoire c’est que l’on n’a que des chiffres des données de soi-disant atteint du covid à l’hôpital ou d effet secondaire mais aucun chiffre n’est plus trouvé que l’autre donc chacun croit ce qu’ils veulent! Est-ce naïf de dire que si le vaccin n’eradique pas la maladie, elle sera perpétuelle ? êtes-vous d’accord de vous faire piquer chaque année 3 à 4 fois puisque apparemment deux ça ne suffit pas où pensez-vous qu’il sera préférable de faire comme la grippe et de vacciner seulement les personnes à risque?

    4. France,
      Parce que vous vous avez des preuves du contraire?
      Est-ce complotiste de dire que le vaccin ne protège pas complètement de la maladie et donc de la contamination, ou est-ce des faits avérés?
      Est-ce complotiste d’émettre des doutes sur les effets secondaires à long terme étant donné que les phases test seront terminées en 2024?
      Nous préférons émettre des doutes, par contre vous, vous avez l’air d’en être sûr! Je ne sais pas comment vous pouvez en être sûr puisque personne ne l’est, même dans la médecine!
      Le plus gros problème dans cette histoire c’est que l’on n’a que des chiffres, des données sans aucunes preuves, et ça ce n’est pas que dans seul “camp”! Nombre de contaminés à l’hôpital, de morts, ou aussi d effets secondaires mais aucun chiffre n’est plus prouvé que l’autre donc chacun croit ce qu’il veut! Ou sont les fake?? Émettre des doutes est je pense bien plus intelligent, que d’être sûr ! Par exemple être sûr qu’il n y a aucun effet secondaire.. c’est clair que si on est vacciné, ça peut être rassurant d’en être sûr..! Est-ce naïf de dire que si le vaccin n’eradique pas la maladie, celle-ci sera perpétuelle ? êtes-vous d’accord de vous faire piquer chaque année 3 à 4 fois puisque apparemment 2 ça ne suffit pas où pensez-vous qu’il sera préférable de faire comme la grippe et de vacciner seulement les personnes à risque?

      1. Dave,
        Absolument!
        Tant l’OMS que Robert Malone (par ailleurs l’inventeur de l’ARNm) et d’autres préconisent de ne vacciner QUE les personnes à risque de TOUTE la planète.
        Ces personnes (l’OMS je ne sais pas) prévoient des pics de malades dans les pays à fort taux de vaccination.

Répondre à Samy Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *