Acteur de la transition énergétique

Bus électrique TOSA en service sur le réseau des tpg.

 

« PL13059 », c’est le numéro d’un projet de loi adopté en octobre 2022 par le parlement genevois. Un vote qui est passé, me semble-t-il, quasi inaperçu dans l’opinion publique. Il représente pourtant les prémices d’une avancée majeure pour notre entreprise et pour la population genevoise : l’électrification de l’intégralité de notre flotte à l’horizon 2030. En effet, cette évolution va permettre à la fois d’améliorer la qualité de l’air et de limiter les nuisances sonores. Je trouve qu’elle illustre de manière très concrète la transition énergétique qui est engagée dans le canton de Genève.

Je tiens tout d’abord à relever l’ampleur de l’effort financier consenti. La subvention cantonale d’investissement accordée le 14 octobre 2022 par le Grand Conseil s’élève à 350 millions de francs. Elle s’ajoute à la levée de 100 millions réalisée par notre propre entreprise le 1er septembre 2022. Un emprunt qui est considéré comme une « obligation verte », car il est destiné à financer un projet – la décarbonation de notre flotte – qui a un impact favorable sur l’environnement et apporte une contribution notable à la transition énergétique. Un « green bond » dans le jargon financier qui se révèle être à la fois une première en Suisse pour un établissement public autonome comme le nôtre et, par extension, un élément de fierté pour notre entreprise.

Plus important encore à mes yeux, c’est la finalité de cet investissement. Car, l’électrification de notre flotte s’inscrit dans le cadre de la réalisation du plan climat cantonal 2030, établi par le Conseil d’Etat genevois. Un plan qui matérialise l’urgence climatique et qui assigne des objectifs précis en fixant à l’horizon 2030 une réduction de 60% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, et la neutralité carbone d’ici 2050 au plus tard.

La mobilité figure parmi les axes stratégiques de ce plan. Nous en sommes bien conscients aux tpg. Ainsi, une diminution de 40% du trafic individuel motorisé à Genève d’ici 2030 est attendue. Pour y parvenir, une réalisation du transfert modal de la voiture privée aux transports publics ou à la mobilité douce est impérative et sera accélérée par le développement en cours de notre réseau, de tramways, notamment.

L’Office fédéral de la statistique (OFS) a confirmé la justesse de cette approche. Dans une étude publiée en septembre dernier, il relève en effet que les transports représentent globalement près du tiers de la consommation d’énergie finale en Suisse (32%), ce qui en fait le principal groupe de consommation, devant les ménages et l’industrie. A l’analyse, les voitures de tourisme sont à l’origine de près de 70% des émissions de CO2 imputables aux transports, contre moins de 3% pour les bus.

Forts de la confiance accordée par le parlement et conscients des objectifs fixés par le gouvernement genevois, nous œuvrons tous ensemble aux tpg au renouvellement et à l’accroissement de notre parc de véhicules ainsi qu’à la reconquête de notre clientèle.

Sur le premier volet, l’électrification de toute notre flotte est en passe de se concrétiser. Nous avons commandé un lot d’une quarantaine de rames de tramways en décembre 2022. Et nous avons effectué l’adjudication d’une centaine de e-bus en novembre 2022, dont la mise en service est attendue pour le premier semestre 2025. Cette dernière commande doit nous permettre de remplacer à terme l’ensemble de nos autobus thermiques qui arriveront en fin de vie.

Sur le second volet, les restrictions imposées durant la crise sanitaire ont eu indéniablement un impact sur la mobilité de la population helvétique. La fréquentation des transports publics a ainsi connu un coup d’arrêt important en Suisse. Nous avons aussi pu l’observer à Genève, mais la reprise est désormais bien engagée dans notre région et dans le reste du pays, selon mes échanges réguliers avec mes homologues. Aux tpg, la fréquentation globale s’est rapprochée l’an dernier des 200 millions de voyageurs et de voyageuses, à 197 millions en 2022, contre 162 millions un an auparavant.

Cette tendance positive doit se confirmer ces prochains mois. C’est notre mission au quotidien aux tpg d’y contribuer grâce à un service à la hauteur des attentes de notre clientèle. C’est un prérequis indispensable pour convaincre la population du bien-fondé d’une mobilité durable. Je m’engage donc, avec l’ensemble du Collège de direction, à œuvrer dans ce sens.

Denis Berdoz

Denis Berdoz est le directeur général des Transports publics genevois (tpg).

2 réponses à “Acteur de la transition énergétique

  1. Je me souviens que, il y a une trentaine d’années déjà, l’Office fédéral de l’énergie avait soutenu un projet P+D (pilote et démonstration) en photovoltaïque (PV) sur un bâtiment des TPG dont la production annuelle devait couvrir l’équivalent de la consommation de quelques semaines d’un tram.
    L’électrification des transports va avoir comme conséquence une très importante augmentation de la consommation électrique du canton qu’il s’agira d’assurer au maximum sur place, vraiment physiquement, et pas seulement avec des certificats « verts » de courant importé, celui-ci n’ayant de toute façon que la « couleur » instantanée du courant consommé en Suisse.
    Mes questions :
    – À combien estime-t-on cette demande supplémentaire pour les seuls TPG ?
    – Où en est-on dans l’équipement en PV des toits des bâtiments des TPG ?
    – Quel développement prévoit-on ?
    – Quelle part de leur consommation les TPG visent-ils par leur auto-production ?
    – Prévoit-on des installations de stockage ? Si oui, sous quelles formes ?
    – Comment les TPG pensent-ils couvrir leur consommation nocturne et hivernale lorsque le PV est défaillant ?
    Merci déjà pour vos éclaircissements qui intéresseront aussi tous vos usagers !

    1. Nous visons aux tpg l’exploitation d’une flotte 100% électrique, basée sur une énergie renouvelable, d’ici 2030. Un choix qui impliquera une hausse évaluée à +0.9% de la consommation électrique du canton de Genève. Une évolution qui améliorera surtout la qualité de l’air et diminuera le bruit enregistré dans nos rues et sur nos routes.
      Ce virage stratégique a été accompagné par une réflexion approfondie sur notre efficience énergétique. Nous avons œuvré notamment à l’optimisation de notre « dispositif solaire ». Tous nos bâtiments du Bachet-de-Pesay (5’500 m2 de panneaux) à En Chardon (5’000 m2) en passant par la Jonction (2’300 m2) sont dotés de centrales solaires.
      Au total, la production cumulée de nos trois sites place ceux-ci parmi les importants producteurs d’énergie solaire photovoltaïque du canton de Genève avec plus de 1.8 GWh produit chaque année, l’équivalent de la consommation de plus de 500 ménages genevois.
      A la Jonction, la surface de panneaux solaires photovoltaïques a été multipliée par deux en 2019. Cet agrandissement est venu renforcer une spécificité : l’électricité qui y est produite est injectée dans la sous-station de Plainpalais et alimente donc directement nos trolleybus et nos tramways.
      Si notre production solaire ne permet clairement pas de répondre à tous nos besoins énergétiques, elle y contribue, livrant un argument supplémentaire pour convaincre la population du bien-fondé des transports publics face à l’urgence climatique.

      Sources :
      Prix solaire suisse 2022 : https://www.solaragentur.ch/fr/prix-solaire/prix-solaire-suisse/2022/34-en-chardon-tpgsig-1214-vernier-ge
      Prix solaire suisse 2020 : https://www.solaragentur.ch/fr/prix-solaire/prix-solaire-suisse/2020/tpg-250000-kwha-courant-continu-geneve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *