J’étais enfant au temps des nanotechnologies et de la surveillance de masse

Fable de l’ère numérique

 

J’étais enfant au temps des nanotechnologies, c’était juste après la première grande pandémie.

Des promesses avaient été faites sur les bienfaits des nanotechnologies permettant de créer aussi bien des matériaux intelligents, que des habits, des médicaments ou des vaccins, capables d’être au service de la santé personnalisée des individus, de la construction, de l’isolation thermique, de la production d’énergie renouvelable ou d’eau potable, comme aussi de la dépollution par exemple.

Petits et grands rêvaient de l’arrivée de cette ère ultra technologisée pour sortir de l’impasse environnementale qui avait été créée par la surconsommation des ressources de Dame Nature par les générations antérieures. Ils pensaient que les nanotechnologies allaient remplacer et pallier les ressources épuisées – qui faisaient défaut – en créant de nouvelles ressources artificielles bio-inspirées, en abondance.

Beaucoup croyaient que les dégâts environnementaux créés par le pouvoir de la science et des techniques, allaient être réparés avec toujours plus d’innovations technologiques. Une fuite en avant technologique en a résulté et les promesses d’hier se sont transformées en un enfer quotidien.

Personne alors, ne pensait à la catastrophe écologique due à la fabrication et à l’usage des nanotechnologies et à leurs déchets non recyclables auxquels nous sommes encore confrontés aujourd’hui. Ainsi, force est de constater que les nano et bio technologies, que l’informatique et les sciences cognitives (ils les appelaient dans ce temps-là, les NBIC), ont résolu certains problèmes, seulement au prix de l’épuisement de certaines ressources et du déplacement des effets négatifs.

En effet, à l’endroit où les nanotechnologies étaient consommées, tout semblait à très court terme, aller au mieux mais les effets rebonds des usages et fabrication extensive des Nano-Trucs ont eu des conséquences dramatiques sur le monde hyperconnecté et globalisé alors en place et les NBIC ont au final contribué à accentuer le manque de matières premières.

La Science et la Technique avec leur cohorte de gourous, d’économistes, de communicants (alors qualifiés de pédagogues) et promoteurs divers, soutenus par des personnes en charge de l’Administration Globale et du Contrôle Intégré (l’AGCI) furent de véritables illusionnistes. Ils opéraient comme le font les magiciens, en détournant l’attention de la population sur ce qui était délibérément rendu visible pour mieux opérer à l’insu de tous. Dans ce temps-là, tout le monde était fasciné par le progrès technique, comme pouvaient l’être les petits enfants qui croyaient au Père-Noël, au 20ème siècle.

La miniaturisation des équipements électroniques, véritable prouesse technologique, a donné naissance à la nanoélectronique dont les composants de l’ordre de grandeur du nanomètre, peuvent facilement être ingérés où insérés par simple piqûre relativement indolore, dans les corps des organismes vivants.

Cette méthode consistant à injecter dans le corps des composants électroniques avait commencé avec le puçage des animaux sauvages – pour mieux les suivre à la trace – mais aussi avec celui des animaux domestiques comme les chiens par exemple, dont l’identification par puce électronique était devenue obligatoire au début du 21ème siècle. A l’époque, ma grand-mère Germaine, se souvenait que personne n’y avait trouvé à redire, bien que personne ne sût ni à quoi cette innovation servait en pratique, ni ce qu’elle apportait de plus aux chiens, ou à leurs propriétaires dont personne n’avait d’ailleurs sollicité l’avis. « Pas de puce électronique, pas de chien ! ». Cela concernait tous les chiens, petits ou grands, chiens d’aveugles y compris. La liberté d’avoir un chien passait impérativement par la non-liberté d’avoir un chien sans une puce électronique dans le cou.

C’est comme cela que tout a commencé disait Germaine, à qui voulait l’entendre, avant que le Nouveau Contrat Social (NCS) soit imposé, d’abord aux professeurs (avant que leur métier disparaisse), puis à toute la population, à l’exception des Agents de la Force Spéciale de l’AGCI, avant donc qu’elle ne puisse plus s’exprimer à cause du système à points du Control Social Sécurisé (CSS) qui permettait ou non, d’accéder à des facilités indispensables à la vie de tous les jours.

Au début, s’autorisait-elle parfois à se rappeler à elle-même en marmonnant, lorsqu’elle pensait être hors des yeux et des oreilles des assistants domestiques électroniques (les désactiver étaient devenus progressivement impossible et les détecter également du fait de leur miniaturisation et de leur présence insoupçonnable dans toutes sortes d’équipements), Germaine se disait donc, qu’avant, personne n’aurait pu croire que le VPP, le Vital Pass Personnalisé –systèmes d’accès à base de QRCode – allait devenir l’Instrument de surveillance du CSS et du contrôle de tous les faits et gestes de chacun, et cela en permanence.

Graduellement, aucun comportement, aucun déplacement, aucun contact, aucune activité ne pouvait plus se réaliser sans un enregistrement dans la base de données contrôlée par l’AGCI. Personne ne connaissait la vie cachée de ces données enregistrées, ni ne savait quels traitements informatiques étaient appliqués. En revanche, tous savaient que de leur comportement et du nombre de points associé à leur profil, dépendraient des autorisations pour accéder à des services, des lieux, des moyens de transport. Même le droit d’accéder à l’éducation ou au travail en dépendait.

Tout un système de bons points et de mauvais points avait été élaboré et mis en place pour « normer » la vie des individus, pour leur sécurité et leur bien-être.

Complètement obscur, le barème des bonus/malus pouvait changer en fonction des circonstances et des personnes. C’était un système agile et dynamique s’adaptant en temps réel aux exigences de l’AGCI et des personnes ciblées, notamment celles identifiées par les Agents et leurs systèmes d’intelligence artificielle, comme étant des personnes à risques.

C’est à cette époque également, que les nanoparticules de silice, de carbone, de fer, d’or et d’argent, de tungstène, de dioxyne de titane, d’oxyne d’aluminium ou de zinc, par exemple, pouvaient servir d’additifs à toutes sortes de produits (peinture, objets du quotidiens, habits, cosmétiques, crèmes solaires, aliments…). Leur dispersion dans tous les environnements était censée augmenter le confort et la santé des personnes, mais aussi leurs prouesses physiques, psychiques et physiologiques. Ainsi, avec les nanomatériaux, tout devenait intelligent : emballages, poubelles, déchets, crèmes réparatrices, lessives et détergents, denrées et arômes alimentaires…. Le règne des poussières intelligentes devait enfin permettre d’accéder au bonheur technologique et faisait rêver les mêmes qui croyaient au Père-Noël mais aussi ceux persuadés que l’humanité aurait tout à y gagner, y compris l’immortalité, en passant du stade de l’Anthropocène à celui du Robotocène.

Réduire la taille des composants pour les rendre invisibles fut concomitant à la dématérialisation de toutes les activités humaines, par le traitement et la communication de données informatiques ; même les échanges, quelles que soient leurs finalités, étaient devenus d’une certaine manière, invisibles car numériques et par certains côtés, immatériels. Ils étaient des flux de données informatiques entre ordinateurs. L’automatisation et la virtualisation furent les deux faces indissociables de la rupture numérique et de la plateformatisation de la société axées sur la performance et la rentabilité économique pour certains.

Aujourd’hui, moi qui vous parle, je suis un vieillard, alors que le livre de science-fiction Soleil vert[1] paru il y a une éternité (interdit depuis longtemps par le CSS) est devenu notre réalité, à nous les vieux qui tentons désespérément de dérobotiser les activités, de les ré humaniser, de créer des emplois locaux pour que la créalisation[2] des biens et des services se fasse, par des humains, au plus près de ceux qui en ont besoin. Depuis plus de vingt ans les seuls emplois disponibles sont ceux liés à la maintenance des systèmes informatisés qui consistent à appliquer des procédures dictées et contrôlées par des logiciels. Toutes les personnes dont les métiers étaient liés à l’accueil et aux services furent systématiquement remplacées par des automates et robots de toutes sortes, ou encore par des télétravailleurs situés dans des pays où la main-d’œuvre et la matière grise coûtaient moins cher. Ainsi les métiers qui avaient échappé à la mécanisation, à la robotisation, à la machinisation informatique ont été externalisés dans des pays tiers, cela concernait tous les domaines d’activités, tous les services, tous les professionnels (juristes, comptables, médecins, coachs, …). Les connaissances étant devenues disponibles à un plus grand nombre, partout dans le monde, du fait de la mise en réseau des logiciels d’apprentissage.

Maintenant que ma vie sur Terre est en passe de devenir un souvenir pour ceux qui l’ont partagée et qui me survivront, je m’emploie avec beaucoup d’autres, à réinventer le concept de dignité humaine et à montrer la voie d’une civilisation soutenable d’un point de vue technologique. Se débrancher et se déconnecter sont devenus une évidence et pas seulement pour pouvoir voire les étoiles la nuit.

Nous tentons de réinstaurer la robustesse et la simplicité des objets du quotidien et des outils, pour les faire durer et pouvoir les réparer si nécessaire.

Nous ne mettons en œuvre et nous n’utilisons que des systèmes techniques que nous maitrisons complètement, c’est-à-dire durant tout leur cycle de vie et dès leur conception.

Nous luttons, ayant compris les limites du recyclage et de la logique « du tout jetable », contre l’obsolescence programmée des êtres, des choses et des territoires.

Nous oublions la recherche de la performance à tout prix et faisons-en sorte que le beau et l’esthétique ne soient pas au service du consumérisme qu’il soit de la culture ou de la mode par exemple.

Nous œuvrons à ce que l’économie ne soit plus basée sur la création infinie de nouveaux besoins et désirs, mais sur la manière de répondre aux besoins fondamentaux par un minimum de ressources.

Je suis convaincue que Germaine aurait apprécié cette démarche de sobriété technologique heureuse, car assumée, alors qu’elle n’a connu, me semble-t-il, que des choix technologiques imposés par les autorités, puis dictés par la pénurie des ressources. En fait, celle-ci fut essentiellement engendrée par l’épuisement relativement rapide, à l’échelle de la planète, des composants comme les terres rares[3], nécessaires à la fabrication des équipements électroniques.

En quelques années, la demande infinie de nouveaux équipements électroniques et usages informatiques, avec des besoins énergétiques toujours croissants, a dû être limitée, et certains services et facilités ont même dû être d’abord restreints puis carrément interdits. Ainsi par exemple, la raréfaction du Lithium qui fut surexploité pour fabriquer des batteries pour trottinettes, vélos, voitures et autres moyens de locomotion qualifiés d’écologiques au début du 21ème siècle, parce que ne libérant pas de CO2 là où ils sont utilisés (mais engendrant des problèmes de pollution liés à l’extraction des matières premières nécessaires à leur fabrication, puis liés à leurs déchets, c’est-à-dire, ailleurs), aura eu comme avantage d’empêcher entre autres, la fabrication des drones de surveillance et de coercition opérant sur terre, sous la mer et dans les airs ; ce fut le début de la fin de la surveillance de masse, ce qui pour certains était une catastrophe, pour d’autres, une opportunité d’agir pour que demain soit différent mais en mieux.

Notes

[1] Soleil vert, Harry Harrison 1966 (film au nom éponyme inspiré du livre de Richard Fleischer, 1973).

[2] Néologisme inventé par ma grand-mère à partir de création et réalisation

[3] Terres rares : Matières minérales (regroupant le scandium, l’yttrium, et quinze lanthanides (Lanthane, Cérium, Praséodyme, Néodyme, Prométhium, Samarium, Europium, Gadolinium, Terbium, Dysprosium, Holmium, Erbium, Thulium, Ytterbium, et Lutécium)) considérées comme stratégiques car utilisées dans des produits de hautes technologies.

Solange Ghernaouti

Docteur en informatique, la professeure Solange Ghernaouti dirige le Swiss Cybersecurity Advisory & Research Group (UNIL) est pionnière de l’interdisciplinarité de la sécurité numérique, experte internationale en cybersécurité et cyberdéfense. Auteure de nombreux livres et publications, elle est membre de l’Académie suisse des sciences techniques, de la Commission suisse de l’Unesco, Chevalier de la Légion d'honneur.

8 réponses à “J’étais enfant au temps des nanotechnologies et de la surveillance de masse

  1. Bravo pour votre article et votre lucidité – cela fait vraiment du bien de lire quelque chose de réfléchi au milieu de tant d’idioties. Dommage qu’une grande partie de la population soit tellement endormie et apeurée (abrutie par des années de propagande et censure) que nous sommes désormais au bord du précipice. Je prie pour qu’un réveil massif et rapide ait lieu, sinon ça sera très difficile de retourner en arrière. Le Corona n’est évidemment qu’un prétexte et j’espère que cela va devenir clair avant qu’il ne soit vraiment trop tard. Ce qui fait réellement peur est le fait qu’il y ait encore des gens qui ne voient pas ce qui est tellement évident. “The elephant in the room” comme ils disent… Courage et bonne continuation.

  2. EXCELLENT !
    Vous éclairez ma journée par vos articles !
    Votre article rejoint le précédent:
    Surveillance de masse … qui passe par le Cloud, et surtout par la solution choisie par la Suisse.
    Cette fable est tellement réelle avec ce qui se passe et que nos grands technocrates à Berne rendent possible avec de tels choix !
    Merci et continuez.

  3. Grand merci et grand bravo pour cette allégorie. Comme vous le dites, la fin de la surveillance serait un changement, en mieux.
    Suzette Sandoz

  4. Ma foi, j’adore votre vision-fiction, nonobstant le fait qu’elle n’est pas unique. Venant de vous, elle prend sans doute une tournure inédite : on peut lui faire confiance autant qu’il est possible pour une fiction qui s’articule autour de cette question essentielle : que faisons-nous de notre dignité ? et de celle de la ressource humaine, matérielle, naturelle ? A propos, quelle définition donnez-vous à la dignité ? Cette réflexion est si rare de la part d’une personne scientifique !

  5. Votre expertise donne toute crédibilité à l’examen de la fuite en avant technologique, qui n’est qu’au service d’elle-même.

  6. Germaine apprécie beaucoup cette démarche de sobriété technologique, mais elle veut aussi que son pays construise son propre système informatique indépendant des grandes puissances!
    De plus Germaine est partagée entre le choix de mobiles US iPhone / Android ou alors chinois, qui peuvent non seulement repérer ses faits et gestes, mais être mis hors services à leur guise si besoin par leurs fabricants.
    Germaine a même songé à se débarrasser de ces mobiles et vivre sans, comme dans le passé, mais c’est aujourd’hui quasi impossible à moins de rester cloîtré!
    Germaine a donc des choix à faire, mais qui sont inconciliables entre eux.
    Longue vie à Germaine….
    Serge

  7. Excellent article. Cet article doit être traduit en Italien et en Allemand pour atteindre toute la population Suisse. Félicitation Madame Ghernaouti !!!!!!!!

Répondre à Linda Sigal Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *