Mission: Assurer une hausse infinie du Dow Jones

Janet Yellen, la première femme à avoir présidé la Fed, la banque centrale américaine, ne sera finalement restée que quatre ans en fonction. Désavouée au terme de son mandat par Donald Trump, elle doit (si le scoop du Wall Street Journal se confirme) être remplacée par Jay Powell, décrit comme un centriste de la politique monétaire.

En principe, la politique monétaire américaine ne devrait donc pas être modifiée: le lent durcissement appliqué depuis deux ans (hausse très modérée des taux d’intérêt et réduction très graduelle de la politique ultra-expansive) devrait se poursuivre. Il est vrai qu’elle rencontre l’assentiment du plus grand nombre: l’économie est en croissance, l’emploi se porte bien, les indices boursiers battent record sur record et les taux d’intérêt restent tout en bas. Jay Powell sait que s’il veut assurer le succès de son mandat de quatre ans, voire rester quatre ans de plus, il doit juste rendre permanent ce monde merveilleux. Le public américain, et surtout son patron Donald Trump (s’il est encore en fonction à ce moment-là, ce qui n’est pas assuré!) lui en sauront gré.

Mais rien n’est jamais simple au pays des succès économiques magiques et des crises financières dévastatrices. En 2007, les subprimes avaient pris le monde entier par surprise. Aujourd’hui, chacun s’attend à ce que le miracle actuel trébuche sur a) le large excès de dettes créées ces dix dernières années pour amortir la crise financière; b) le dégonflement brutal des prix des actions, largement considérées comme surfaits; c) une pulsion incontrôlable de Donald Trump, qui mettrait tout le système par terre, par exemple en appuyant sur le bouton nucléaire en direction de la Corée du Nord, voire de l’Iran.

Les scénarios a) et b) peuvent être, de manière assez classiques, provoqués par une brutale rupture de confiance envers la capacité des débiteurs à honorer leurs engagements, ce qui risque d’arriver en cas de hausse un peu plus rapide des taux d’intérêt de marché. Les mécanismes du redoutable enchaînement destructeur qu’ils pourraient déclencher sont décrits depuis longtemps par le FMI et d’autres organismes internationaux: ils se basent de plus en plus sur la complexité croissante des produits financiers structurés, qui se basent à la fois sur une forte proportion d’endettement, de pari sur le maintien d’une absolue stabilité des marchés et une grande opacité. Le scénario c) est naturellement le plus imprédictible mais n’est pas à exclure, surtout si le président se voit menacé de destitution par l’affaire russe.

Le problème, avec Jay Powell, c’est qu’il n’est pas homme à chercher à accroître la transparence, même si elle renforce la résilience des marchés. Au contraire. Cet homme de Wall Street, qui a passé 8 ans à la tête du fonds de capital-investissement new-yorkais Carlyle, qui est proche de la famille Bush et a le soutien du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, ex de Goldman Sachs, devrait se montrer très sensible à la tendance dérégulatoire que veut Trump. Au risque de placer à nouveau la planète entière au bord de l’abîme.

Yves Genier

Yves Genier

Journaliste économique depuis le milieu des années 1990, historien de formation, je suis particulièrement intéressé aux questions bancaires, financières, fiscales et, naturellement, macroéconomiques et leurs conséquences politiques et sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *