Faut-il jeter Sergio Ramos aux crocodiles?

Pour avoir (volontairement?) blessé le Pharaon – alias Mohamed Salah – Sergio Ramos a déclenché la fureur du peuple égyptien et de tous les supporters de Liverpool. La toile s’agite, une pétition a déjà réuni près de 400’000 signatures pour que Ramos soit puni et un avocat égyptien, en quête de célébrité, aurait réclamé une indemnité de plus d’un milliard d’euros pour la souffrance causée au peuple égyptien.

Il est certain que le geste de Ramos a changé la physionomie du match et a coupé les ailes de Liverpool qui avait commencé la partie tambour battant jusqu’à cette maudite 30ème minute. Nombreux sont ceux qui ont vu dans cette action fatidique un geste volontaire du rugueux capitaine madrilène et il est certain que le Real Madrid a eu la partie plus facile une fois que Liverpool fut privé de son attaquant vedette.
Vu les très vives réactions que la blessure du prodige égyptien engendre, la question se pose: l’UEFA peut-elle encore faire quelque chose? La décision de l’arbitre peut-elle vraiment être revue après le coup de sifflet final?
Le principe est le suivant: “Les décisions prises par l’arbitre sur le terrain de jeu sont finales et ne peuvent être réexaminées par les instances disciplinaires de l’UEFA” (art. 9 du règlement disciplinaire de l’UEFA). A priori, la messe est donc dite: l’arbitre n’a pas sorti de carton rouge contre Ramos. Circulez Messieurs, il n’y a rien à voir!
Mais comme souvent, il y a une exception à la règle: “En cas de comportement incorrect grave, une action disciplinaire peut être engagée même si l’arbitre et ses assistants n’ont pas vu l’événement en question et n’ont donc pas pu agir en conséquence”. La porte est donc bel et bien ouverte: si l’UEFA estime que le geste de Sergio Ramos constitue un comportement incorrect et grave, une action disciplinaire pourrait donc être initiée.
Peu de chance toutefois que Ramos réponde de ses actes devant les instances européennes du football. Les images ne sont pas d’une clarté absolue et l’ouverture d’un cas disciplinaire pour une action de jeu est plutôt rare. On se souvient notamment de l’acte cannibale de Luis Suarez. Pour avoir joué les vampires sur Chielini, il avait écopé d’une sanction exemplaire, même si l’arbitre n’avait rien vu : 9 matches de suspension avec l’équipe nationale, plus une suspension de toute compétition de 4 mois et une amende de 100’000 fr. pour faire bon poids. Dans le cas de Suarez, l’intention de blesser était incontestable, mais le résultat de l’infraction était infiniment moins grave que la blessure infligée à Salah.
En plus du volet disciplinaire, la voie pénale ne peut pas être écartée. Normalement, le joueur qui entre sur le terrain accepte les risques du jeu et donc les risques de blessures. Le joueur ne pourra ainsi pas déposer plainte à chaque fois qu’il reçoit un coup. On considère en effet que le geste n’est pas illicite en raison du consentement de la victime. Par contre, si le geste sort du contexte du jeu pour se muer en agression, le “consentement” n’est plus présumé et la victime peut alors saisir la justice pénale. Tout le monde se souvient du cas d’école de Gabet Chapuisat ayant méchamment taclé Lulu Favre (vous pouvez toujours visionner l’émission Tell Quel sur le sujet ici). Récemment encore, un joueur de football fribourgeois a été condamné pour un “tacle assassin“. Cela montre bien qu’il n’y a pas d’impunité sur les terrains de football, même si l’arbitre n’y voit rien.
Il n’est donc pas exclu que la blessure de Mohamed Salah connaisse encore quelques rebondissements. En tout cas, il est trop tôt pour dire que l’épisode est définitivement clos. Affaire à suivre…
Yvan Henzer

Yvan Henzer

Avocat spécialisé en droit du sport, Yvan Henzer est un observateur privilégié des manœuvres politiques qui font l’actualité sportive et se trouve au cœur de l’action au gré des affaires qui occupent son quotidien.

4 réponses à “Faut-il jeter Sergio Ramos aux crocodiles?

  1. Toute cette histoire de sanction disciplinaire est ridicule…
    Vous indiquez que l’arbitre n’a pas sorti son carton rouge, il me semble même qu’il n’a tout simplement pas sifflé de faute, à juste titre. C’est un contact, comme il y en a des dizaines au cours d’un match de foot. De plus, ne croyez-vous pas que si Sergio Ramos souhaitait sciemment blesser Salah, il y a des façons plus facile que de miser sur une aléatoire mauvaise chute et une blessure à l’épaule ?

    1. Mon propos n’est pas de juger Ramos, et encore moins de prétendre qu’il aurait voulu intentionnellement blesser Salah. Plus modestement, je souhaitais rebondir sur la polémique pour rappeler qu’il est possible d’initier une procédure disciplinaire contre un joueur, même si l’arbitre n’a rien sifflé, comme vous le dites vous-même.

  2. Ramos a commis la même faute lors de la finale UEFA 2017 contre la Juventus, voire l’article en lien ci-dessous qui indique aussi que la fédération européenne de judo a condamné son geste en indiquant que le blocage du bras est interdit en judo à cause de sa dangerosité. Ramos mériterait effectivement d’être puni puisque c’est une récidive avec images à l’appui.

    https://www.mirror.co.uk/sport/football/news/eagle-eyed-liverpool-fan-finds-12611458

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *