Quand un petit kazakh incarne les valeurs de l’Olympisme

Les opinions que vous trouverez habituellement dans cette rubrique ont pour objet de décortiquer ce qui fait débat dans le sport. Entre les incessantes affaires de dopage, les basses manœuvres politiques, les comportements parfois révoltants des sportifs, dirigeants et supporters, on est servi! Il n’y a pas une semaine sans que le sport fasse parler de lui dans le plus mauvais sens du terme. Ces derniers jours nous l’ont encore montré: que penser des agissements honteux de ces abrutis qui se prétendent fans de sport qui ont récemment envahi la pelouse du stade maudit de Furiani pour agresser les joueurs de l’équipe adverse ou, plus près de chez nous, de ceux qui ont caillassé le bus du Servette FC?

En cette période de fêtes de Pâques, mon billet du jour ne relatera un de ces tristes épisodes; il sera plus personnel, mon souhait étant de montrer que le sport peut encore servir d’exemple.

Il y a quelques jours, mon épouse m’a fait voir cette vidéo de ce petit garçon kazakh qui va jusqu’au bout de lui-même pour faire triompher son équipe dans une épreuve de tirer à la corde. Quelle joie de découvrir ces images! Du sport et de l’émotion à l’état pur. Mieux que la plupart de ces grands évènements retransmis par les télévisions du monde entier. Ce garçon très attachant nous rappelle ce que le sport incarne: la persévérance, le dépassement de soi, l’abnégation, la solidarité et la bravoure. Sans oublier la satisfaction inégalable que procure le sentiment d’avoir absolument tout donné pour atteindre son but, et triompher dans le meilleur des cas.

Ces valeurs devraient être transmises lors des “cours de gym” qui sont le plus souvent perçus comme une simple occasion pour les écoliers de se dépenser alors qu’ils devraient aussi permettre de leur inculquer les valeurs inhérentes au sport. De telles valeurs sont essentielles et figurent du reste en bonne place au début de la Charte Olympique qui définit ainsi le premier principe olympique: “L’Olympisme est une philosophie de vie, exaltant et combinant en un ensemble équilibré les qualités du corps, de la volonté et de l’esprit. Alliant le sport à la culture et à l’éducation, l’Olympisme se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple, la responsabilité sociale et le respect des principes éthiques fondamentaux universels”.

Il serait judicieux que les professeurs de gym sacrifient de temps en temps quelques heures de balle brûlée ou de tchoukball pour enseigner à nos enfants quelques notions d’Olympisme. Et mieux encore, que les entraîneurs de football inculquent de telles valeurs à leurs joueurs, car on en a marre de voir ces divas jouer la comédie en prétendant souffrir le martyr à chaque faute avant de repartir de plus belle ou simuler de façon grotesque une faute pour obtenir par la triche un pénalty au moindre petit contact dans les seize mètres. Les dérives du sport professionnel faisait déjà dire à Orwell:
“Serious sport has nothing to do with fair play. It is bound up with hatred, jealousy, boastfulness, disregard of all rules and sadistic pleasure in witnessing violence. In other words, it is war minus the shooting.”
Merci à ce petit garçon de nous servir d’exemple et de nous rappeler pourquoi nous aimons tant le sport et les valeurs qu’il incarne. Il est beau qu’un petit kazakh redonne ses lettres de noblesse à l’Olympisme. Désormais, je vais militer pour que le tirer à la corde devienne sport olympique, à la place du football et son ballet de comédiens.
Yvan Henzer

Yvan Henzer

Avocat spécialisé en droit du sport, Yvan Henzer est un observateur privilégié des manœuvres politiques qui font l’actualité sportive et se trouve au cœur de l’action au gré des affaires qui occupent son quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *