«Masters of Doom»

Quel que soit le média consulté, il est impossible d’éviter telle série thématique de l’été ou telle sélection de livres à emporter à la plage. Et on n’y coupe pas sur ce blog : je vous propose dans les jours et semaines à venir des aperçus de livres (consacrés aux jeux vidéo) que j’ai pris à la plage.

Pour ce premier article, vous aurez remarqué l’image de bannière moche et floue : il s’agit d’une capture d’écran d’une vidéo de promotion de Microsoft pour Windows 95 et DirectX. Dans cette vidéo, Bill Gates apparaissait à l’intérieur du jeu Doom. Ce dernier a plus de vingt ans (1993) et les jeux de tir en vue subjective sont si courants qu’on pourrait oublier toutes les avancées que Doom a amenées ou provoquées, plus globalement son importance dans l’histoire du jeu vidéo. Cette vidéo nous rappelle qu’il n’est pas tout à fait passé inaperçu à l’époque.

Nous débutons donc cette série de billets par le livre «Masters of Doom» de David Kushner (2003). (suite…)

Lire la suite

Que cesse la stigmatisation du jeu vidéo (première partie)

Bien que les adultes soient peut-être une majorité aujourd’hui à «connaître» les jeux vidéo pour avoir joué à plusieurs d’entre eux dans leurs parcours de vie, la stigmatisation des joueuses et joueurs n’est pas pour autant reléguée dans le passé. Il est toujours aussi efficace de charger cette cible facile qui peine tant à se défendre. (suite…)

Lire la suite

Entretien avec Wuthrer, auteur de «Don’t Kill Her»

Wuthrer est un créateur fribourgeois de jeux vidéo dont la dernière oeuvre, « Don’t Kill Her », est actuellement au coeur d’une campagne de financement participatif.

En parallèle, le jeu est depuis peu officiellement greenlit sur la plateforme de vente de jeux vidéo Steam, signifiant par là qu’il y sera bientôt disponible et bénéficiera ainsi d’une visibilité potentiellement très importante (plus d’une centaine de millions d’utilisateurs et utilisatrices). Il est également présent dans la sélection officielle du festival Stunfest se déroulant cette semaine à Rennes, et à propos duquel on trouvera sur ce blog quelques billets dans les jours qui viennent.

Wuthrer répond ci-dessous à quelques questions portant sur son jeu « Don’t Kill Her », dont une démo est disponible, jouable dans le navigateur ou en version standalone (Mac et PC).

4

(suite…)

Lire la suite

Interview : The Secret History of Mac Gaming

Richard Moss writes about video games, actual and old (among many topics). In particular, he is documenting the underrated historical importance of the numerous games that were available for Mac computers in the 1980s, 1990s and early 2000s. At the moment, Richard is running a crowdfunding campaign to turn this project into a book.

My father was a teacher. I started playing video games with the games he copied at school, just for me, from other teachers’ floppy disks, and Dark Castle and Stuntcopter are some of the oldest video games I can remember playing. This topic is very sensitive to me, so after backing the project, I contacted Richard, who accepted to answer a few questions for this blog.

I hope you will have as much pleasure as I had reading his answers below. And if it is the case, maybe you will want to have a look at his crowdfunding projet : The Secret History of Mac Gaming.
(suite…)

Lire la suite

Entretien avec Jean-Philippe Biscay

Jean-Philipe Biscay est l’auteur de Mata-Hari, un jeu vidéo sorti sur Amstrad CPC puis Atari ST. Nous présentions ce jeu dans un billet précédent et y discutions du choix d’une femme comme protagoniste. Son oeuvre comprend une dizaine de jeux vidéo dans les années 1980, principalement sur Amstrad (certains seront portés sur Atari ainsi que d’autres plateformes). Aujourd’hui toujours actif dans l’informatique, il ne travaille (presque) plus dans le jeu vidéo, mais a eu la grande amabilité de répondre à mes questions.

Dans cet entretien, nous abordons la genèse de Mata-Hari, le passage des jeux vidéo à la postérité, et finalement son jeu le plus célèbre, Billy la Banlieue. (suite…)

Lire la suite

TIS-100 : l’assembleur est une fête (première partie)

Cette présentation du jeu TIS-100 appartient à une série consacrée aux jeux intégrant des éléments de programmation dans leur gameplay. Un précédent billet offre une introduction à ce sujet. Le traitement de TIS-100 est prévu en deux parties, la seconde devant paraître ultérieurement.

TIS-100 est un objet extrême : il s’agit d’une simulation de programmation sur une machine et un langage qui n’ont jamais existé. L’incorporation de nombreux mécanismes ludiques en font clairement un jeu. Cependant, son propos lui vaut de sembler difficile d’accès. Le site Metacritic n’a pas pu réunir assez de critiques pour lui fournir un score, Gamekult l’a recensé dans sa base sans lui consacrer de test, et Jeuxvideo.com ne s’est même pas donné la peine de remarquer son existence. (suite…)

Lire la suite

Coder dans un jeu vidéo

La grande liberté des genres et des contextes offerte par les jeux est parfois l’occasion d’y amener quelques aspects réflexifs, permettant aux auteurs d’évoquer les codes du médium, et éventuellement de s’en moquer.

C’est une démarche courante dans la création artistique. L’analogie la plus évidente à faire, peut-être, est celle du personnage de l’écrivain, très fréquent dans la littérature. On peut songer aussi au peintre qui se met en scène, aux films dont les sujets sont des actrices, acteurs, réalisatrices ou réalisateurs, voire aux scientifiques s’interrogeant sur le fonctionnement de la science à travers l’épistémologie, la sociologie des sciences ou la bibliométrie.

pink101
Wonderful 101 (PlatinumGames), à la suite d’un échec du joueur ou de la joueuse.

(suite…)

Lire la suite