Le numérique: principal levier de croissance selon Gartner

Pour les entreprises : la révolution numérique est un vrai défi. Créer aujourd’hui des applications numériques peut fournir des informations précieuses aux entreprises, mais cela ne sera probablement pas suffisant pour faire de celle-ci un acteur du marché (plutôt qu’un suiveur). Pour devenir une véritable entreprise axée sur le numérique, une entreprise doit repenser fondamentalement la façon dont elle travaille avec son environnement, ses clients mais aussi ses employés. Et dans le domaine du numérique un chantier est particulièrement critique : c’est celui de l’intelligence artificielle (IA). En effet d’ici peu, les dirigeants devront envisager de déployer systématiquement l’apprentissage automatique ou d’autres outils cognitifs dans les processus métier et dans les opérations de base afin de prendre en charge la prise de décision basée sur les données. De même, l’IA va créer de nouvelles offres et de nouveaux modèles commerciaux. Ce ne sont pas des étapes mineures, mais étant donné que les technologies de l’IA se normalisent rapidement dans tous les secteurs, devenir une organisation alimentée par l’IA sera probablement plus qu’une stratégie de réussite : ce pourrait être un enjeu de survie.

Pour vérifier cette vision posons quatre questions à Xavier Seyfried un grand expert de la pensée entrepreneuriale (C-level) chez Gartner (une des principales entreprises d’analyses économiques et technologies)

Question 1 Quelles sont les technologies émergentes qui vont affecter les modèles commerciaux de demain ?

Chez Gartner, au travers de nos Hype Cycles (voir  figure ci-dessous), nous capturons et analysons toutes les technologies qui affectent (horizon de deux ans) ou affecteront demain les modèles commerciaux (jusqu’à un horizon de 10 ans). Le Hype Cycle des technologies émergentes classifie plus de 30 tendances dans les détails avec leur état d’avancement.

A court-terme, les tendances telles que l’AI (weak AI à l’opposé de strong AI), le Machine Learning, la digitalisation des écosystèmes sont celles que nous retrouvons intégrées à bon nombre de projets d’entreprise.

A moyen-terme, les tendances telles que expériences immersives, digital twins, ubiquitous infrastructure, do-it-yourself biohacking (usage des technologies pour l’amélioration de l’humain) font l’objet de prototypes parfois avancés

A plus long-terme, les tendances telles que 4D printing, quantum computing, strong AI (simulation des capacités cognitives humaines) attirent toute l’attention des entreprises qui ne veulent pas prises être au dépourvu et sont régulièrement discutées et évaluées dans des comités d’innovation.

Figure 1 : Hype Cycle for Emerging Technologies, 2018

page1image21665888

Question 2 Le numérique doit-il être compris en profondeur par le top management ?

Le top management doit maîtriser les aspects suivants :

  • Connaitre les principales technologies et en connaitre leur maturité pour décider de leur utilisation dans son contexte et dans le bon timing/tempo. En prenant connaissance des Hype Cycles, ils peuvent ainsi obtenir une vision d’ensemble des tendances par secteurs/industries (banque, santé, etc…), par fonction de l’entreprise (RH, Gestion client/CRM), et même par initiative (Drones et Robots mobiles) et en déduire les niveaux de maturité
  • Evaluer les technologies sur la base de business cases détaillés en s’appuyant sur leurs équipes
  • Identifier à chaque instant les risques et les opportunités business qui se cachent derrière chaque technologie
    Tableau 2 : Hype Cycle for Consumer Engagement With Healthcare and Wellness, 2018

 

Question 3 : A quoi doivent penser aujourd’hui les « C-level » en urgence ?

Plus que jamais, ils doivent penser aux menaces qui pèsent sur la croissance et la rentabilité de leurs modèles d’affaires, évaluer les nouveaux entrants et les disrupteurs et décider d’investissements dans le domaine du digital afin de renforcer leur positionnement stratégique (optimisation digitale) ou changer radicalement de modèle d’affaire (transformation digitale) ou bien envisager des solutions mixtes entre optimisation et digitalisation.

Selon notre CEOSurvey 2019, les préoccupations des CEOs sont la croissance (53%) et les aspects technologiques (32%). Ce dernier sujet est relativement nouveau cette année démontrant ainsi la prise de conscience toujours plus forte que le numérique est un levier essentiel dans l’élaboration des modèles d’affaires de demain, notamment dans le développement de partenariats avec des écosystèmes. A titre d’exemple, nous pouvons mentionner les synergies digitales qui existent entre les acteurs de la santé (assurances, médecins, fournisseurs de contenu en ligne, pharmacies) et le rôle croissante des assistants virtuels comme Alexa d’Amazon qui enrichissent l’expérience client/patient.

2019 CEO Survey: The Year of Challenged Growth

Question 4 : Comment former la prochaine génération de « C-level » .

L’un des principaux défis de la transformation numérique est l’écart qui peut exister entre les compétences internes, la faculté d’adaptation des ressources et le besoin de digitaliser le business au travers d’initiatives stratégiques.

Dans de nombreuses organisations, les employés ont du mal à suivre le rythme d’évolution technologique et des attentes croissantes quant à la façon dont la technologie apporte de la valeur. Cet écart doit sans cesse être comblé et nécessite de mettre en place des programmes de dextérité digitale menés conjointement par l’IT et les RH. D’un point de vue RH cela affecte les processus de recrutement, le onboarding, la formation continue, l’engagement du collaborateur et les stratégies de plan de carrière. D’un point de vue IT, cela concerne le lieu de travail numérique comme stratégie d’entreprise visant à améliorer la dextérité numérique de la main-d’œuvre grâce à un environnement de travail attrayant et intuitif. Beaucoup d’entreprises ignorent que la dextérité digitale doit être accompagnée par des approches spécifiques.

(Définition Gartner de Digital Dexterity : La capacité et le désir d’exploiter les technologies existantes et émergentes afin d’obtenir de meilleurs résultats économiques supérieurs.)

Enfin, un élément essentiel dans la capacité des ressources d’entreprise à s’aligner avec les objectifs stratégiques est de travailler sur le changement culturel. C’est un thème que nous traitons avec grand succès sous plusieurs angles : le développement du leadership, les « peer groups », les interactions avec nos analystes, autant d’activités que nous organisons lors de nos événements en Suisse Romande, à Zurich et au niveau européen.

 

Merci à Xavier Seyfried pour cet interview

 

 

Xavier Comtesse

Xavier Comtesse

Mathématicien et docteur en informatique, il est dans les années 70/80 le co-créateur de trois start-ups à Genève : les éditions Zoé, la radio locale Tonic et « Le Concept Moderne ». Il est ensuite haut fonctionnaire à Berne auprès du Secrétaire d'État à la Science avant de rejoindre l'Ambassade Suisse à Washington comme diplomate. En 2000, il crée la première Swissnex à Boston puis rejoint le Think Tank Avenir Suisse. Dès 2014 il se lance comme spécialiste de la transformation numérique. Il accompagne ainsi des entreprises ou des organismes publiques comme SwissTopo ou les SITG (Services de l’Information du Territoire Genevois). Il publie plusieurs articles et blogs ainsi que 4 livres dans le domaine de la transformation numérique. Il est reconnu comme l'un des 100 digital « shapers » suisses par le journal BILANZ en 2016/17.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *