Le début de la grande transformation de l’industrie horlogère suisse

Les Faits : En 2014 les exportations horlogères suisses atteignaient : plus de 28 millions de pièces pour un chiffre d’affaire (déclaration à l’exportation) de 22 milliards… aujourd’hui 4 ans après, c’est moins de 24 millions de montres exportés pour 21 milliards !

Les Conclusions : forte diminution des volumes en entrée de gamme

1.- l’industrie fabrique moins de montres surtout dans l’entrée de gamme … c’est tout de même 4 millions en moins… c’est un recul significatif de près de 20% qui annonce un changement profond

2.- en parallèle: le haut de gamme depuis 2014 est stable

3.- aujourd’hui: le haut de gamme (les montres de plus de 3’000CHF) représentaient plus de 64% du total de la valeur pour 5% des pièces fabriqués !

La question : Les chiffres montrent que la Haute Horlogerie est bien le futur de l’horlogerie suisse … mais est-ce possible sans un appareil industriel important capable de produire de tout… en d’autres termes, peut-on produire « du luxe « sans volume ?

La réponse : pas sûr ! Car il y a deux problèmes :

  • d’abord, la Haute Horlogerie s’éloigne de plus en plus du reste du marché, car ce n’est pas les mêmes valeurs véhiculées et donc pas le même business !
  • ensuite, aujourd’hui tout appareil industriel nécessite du volume pour rentabiliser les investissements… si le volume diminue ou est trop faible alors tout est en risque (cf. Rolex versus Patek Philippe)
Xavier Comtesse

Xavier Comtesse

Mathématicien et docteur en informatique, il est dans les années 70/80 le co-créateur de trois start-ups à Genève : les éditions Zoé, la radio locale Tonic et « Le Concept Moderne ». Il est ensuite haut fonctionnaire à Berne auprès du Secrétaire d'État à la Science avant de rejoindre l'Ambassade Suisse à Washington comme diplomate. En 2000, il crée la première Swissnex à Boston puis rejoint le Think Tank Avenir Suisse. Dès 2014 il se lance comme spécialiste de la transformation numérique. Il accompagne ainsi des entreprises ou des organismes publiques comme SwissTopo ou les SITG (Services de l’Information du Territoire Genevois). Il publie plusieurs articles et blogs ainsi que 4 livres dans le domaine de la transformation numérique. Il est reconnu comme l'un des 100 digital « shapers » suisses par le journal BILANZ en 2016/17.

Une réponse à “Le début de la grande transformation de l’industrie horlogère suisse

  1. CF l’histoire des boîtes à musique de Reuge
    la Suisse centre de production de l’horlogerie mondiale devient un mythe, le défi majeur va être de maintenir une notoriété globale pour l’horlogerie suisse et ses marques …..même dans le segment du luxe ……dans lequel les règles du jeux ont bien changé – on se retrouve avec quelques marques qui offrent un seul type de produit à un seul segment de marché – le salut du savoir faire industriel passera éventuellement par le private label des marques de luxe internationales pour autant que les nouvelles générations n’aient pas oublié le mythe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *