AMAZON s’attaque à la santé : pour vaincre?

Avec la collaboration de Daniel Walch, directeur général du GHOL

Amazon pourrait utiliser son expertise du e-commerce pour tout perturber dans le domaine de la Santé. De la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique à la gestion de l’assurance-maladie.

Amazon cherche à dominer ces nouveaux secteurs d’activités.

Le géant du commerce électronique est sérieux lorsqu’il s’agit d’entrer dans le secteur des soins de santé apportant avec lui un modèle commercial non traditionnel, une infrastructure en matière de logistique et d’informatique et une connaissance approfondie des clients.

Ce n’est pas la première tentative d’Amazon de transformer le secteur.Entre 1999 et 2000, la société a commencé à investir de l’argent dans Drugstore.com avec l’intention d’étendre son activité de commerce électronique à l’espace pharmaceutique. Il s’est finalement heurté au réseau existant d’intermédiaires, de régulateurs et autres, ce qui a mis un terme à ses ambitions.

Maintenant, Amazon essaie à nouveau. Au début de l’année, elle a annoncé la création d’une joint-venture avec JPMorgan Chase et Berkshire Hathaway.

Juste avant, Amazon a acquis la pharmacie en ligne PillPack pour près de 1 milliard de dollars.Mais ce n’est pas la seule entreprise des GAFA qui s’essaie dans le domaine de la santé.

Tous avancent leurs pions dans cet espace en jouant sur leurs atouts : la vision centrée sur le patient d’Apple qui privilégie les consommateurs avec notamment sa montre connectée, tandis que Google continue de développer des applications de l’IA avec des dispositifs médicaux. Microsoft développe la gestion des données de santé sur sa plateforme cloud Azure. Sans oublier IBM et son arme à tout faire : Watson.

Mais quelle stratégie utilise Amazon pour gagner à chaque fois ?

On peut la décomposer en quatre axes :

1.- Tout d’abord, Amazon introduit chaque nouveau produit de manière conviviale en favorisant une approche centrée sur une expérience client supérieure à celles de ses concurrents.

2.- Ensuite, Amazon utilise ses propres infrastructures informatiques afin de réaliser des économies d’échelle, des effets de réseau, un usage optimal de ses infrastructures informatiques et un effet de levier pour négocier avec d’autres parties (par exemple, des fournisseurs).

3.- Ensuite, il investit dans des coûts fixes initiaux qui lui permettent de mieux fonctionner et de fournir une version externalisée des services à ses clients. Nous avons vu cela avec Amazon Web Services (AWS), qui permet aux entreprises d’utiliser des services traditionnellement coûteux (entrepôts, centres de données, etc.) sur une base de location/propriétaire.

4.- Enfin, en attirant suffisamment d’utilisateurs sur une plateforme et en offrant ses propres services externalisés, Amazon peut alors normaliser les offres des fournisseurs sur sa plateforme. Cela lui permet de créer des marchés transparents et compétitifs pour les acheteurs et les fournisseurs. Au début Amazon perd toujours de l’argent mais gagne des parts de marché.

À partir de la 4ème étape Amazon commence enfin à réaliser des bénéfices … mais à ce stade la concurrence est déjà sur la défensive et commence à perdre de l’argent.

Dans le domaine de la Santé, l’embauche d’Atul Gawande pour diriger son entreprise conjointe avec JPM et Berkshire suggère la poursuite de cette stratégie. Gawande se concentre sur l’utilisation de la normalisation comme moyen de développer les soins de santé, en particulier pour les biens et services relativement banalisés. L’absence de standardisation et l’accent mis sur l’expérience des consommateurs ont abouti à un marché des soins de santé incroyablement fragmenté et opaque, ce qui rend les intermédiaires particulièrement vulnérables à l’entrée d’Amazon. Ceux-ci qui sont des extracteurs de valeur avec des marges bénéficiaires importantes vont d’abord perdent des parts de marchés avant peut-être disparaître.

Avec environ 6’500 médicaments différents et un chiffre d’affaires pharmaceutique en 2017 de 1’015 mia USD, le marché mondial du médicament est colossal. Les GAFA ne le laisseront pas leur échapper.Les pharmaciens, les médecins dispensants et les pharmacies hospitalières ou centrales pourront-ils faire la différence en offrant un service réellement différent ?Le but est bien entendu de prodiguer le bon médicament, de la bonne manière, au bon moment et au bon patient ! L’information est à la base de la bonne utilisation des médicaments.

Les GAFA et leur intelligence artificielle seront-ils à même de répondre à toutes les questions sur l’emploi des médicaments, sur leurs interactions, sur les équivalents, sur la stabilité et la conservation des préparations galéniques ?

Il y a fort à parier que oui !

Il reste quelques années peut-être encore aux acteurs actuels de la Santé …  mais pour eux la seule question ouverte pour une survie est celle du comportement des régulateurs : vont-ils bloquer l’entrée des GAFA dans la santé ?

(sources : CBInsights ; Interpharma sur la base des données d’IQVIA Suisse, 2018)

 

Xavier Comtesse

Xavier Comtesse

Mathématicien et docteur en informatique, il est dans les années 70/80 le co-créateur de trois start-ups à Genève : les éditions Zoé, la radio locale Tonic et « Le Concept Moderne ». Il est ensuite haut fonctionnaire à Berne auprès du Secrétaire d'État à la Science avant de rejoindre l'Ambassade Suisse à Washington comme diplomate. En 2000, il crée la première Swissnex à Boston puis rejoint le Think Tank Avenir Suisse. Dès 2014 il se lance comme spécialiste de la transformation numérique. Il accompagne ainsi des entreprises ou des organismes publiques comme SwissTopo ou les SITG (Services de l’Information du Territoire Genevois). Il publie plusieurs articles et blogs ainsi que 4 livres dans le domaine de la transformation numérique. Il est reconnu comme l'un des 100 digital « shapers » suisses par le journal BILANZ en 2016/17.

2 réponses à “AMAZON s’attaque à la santé : pour vaincre?

  1. Non seulement, on peut, grâce à votre post, augurer ce qui attend le monde, qui parle encore de 4.0, mais les GAFA en sont déjà à la 5.0, voire 6.0!

    Vivant en Uruguay, un pays désopilant de mauvaise foi et de paresse, et après une commande auprès d’Amazon non parvenue (probablement volé par la douane ou la poste), Amazon m’a remboursé, sans problème.
    Ca, c’est une stratégie de grand, ce qui explique sans doute son succès.

    Bon, la mauvaise nouvelle, c’est qu’avec les alliances américano-chinoises, la vieille Europe ne sera plus que vieille et décatie. Je crois même que les chinois et les indiens vont finir par posséder les US, disposant déjà pratiquement des matières premières africaines!

    Enfin, restons positif, que diable 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *