Comment l’IA peut réduire les coûts de la Santé? – 7 ème piste : l’assistant “médical”

en collaboration avec Daniel Walch, directeur général du GHOL

Tom Gruber, co-fondateur de Siri et spécialiste de l’intelligence artificielle chez Apple a donné un « TED talk » devenu désormais viral en expliquant comment Siri était en train de s’emparer de l’intelligence artificielle (qu’il nomme personnellement “augmentée”) pour permettre aux humains de devenir plus intelligents.

Selon lui, l’objectif de l’IA est de pouvoir rendre l’homme plus efficace et de l’améliorer. C’est en cela que Siri, l’assistant intelligent d’Apple qu’il a co-créé, pourrait assister l’humanité d’une façon plus générale :

« À mesure que les machines deviennent plus intelligentes, nous devenons plus intelligents. J’appelle cela l’intelligence artificielle conçue pour répondre aux besoins humains en collaborant et en ”augmentant” les gens ».

C’est en ce sens que l’application Siri a été conçue pour « augmenter les humains avec une interface de conversation qui leur permet d’utiliser l’informatique mobile, peu importe où ils sont et leurs capacités».

L’intelligence artificielle appliquée au secteur de la santé

Les assistants intelligents comme Siri peuvent être fondamentaux pour de nombreuses personnes. Tom Gruber donne l’exemple de Daniel. L’homme est aveugle et tétraplégique. Cependant, il peut sans l’aide d’infirmiers, passer des appels, envoyer des e-mails ou des messages grâce à Siri. Il peut ainsi mieux se socialiser et s’ouvrir davantage au monde qui l’entoure.

L’impact de l’intelligence artificielle est déjà important dans de nombreux secteurs. Mais pour Tom Gruber, cela va permettre à l’humain d’augmenter considérablement ses capacités tant au niveau de la mémoire que du travail et des relations sociales.

Une évolution importante de nos capacités cognitives

Au niveau de la mémoire, le co-créateur de Siri cite Autodesk.

« Je crois que l’IA fera de l’amélioration de la mémoire personnelle une réalité. Je ne peux pas dire quand ou sous quelle forme cela va se produire, mais je pense que c’est inévitable. »

L’intelligence artificielle en est à un stade où nous pouvons encore, selon Tom Gruber, décider comment l’utiliser pour améliorer notre quotidien.

« Nous pouvons choisir d’utiliser l’IA pour automatiser nos tâches et rivaliser avec nous, ou nous pouvons utiliser l’IA pour nous améliorer et collaborer avec nous, pour surmonter nos limites cognitives et pour nous aider à faire ce que nous voulons faire, mais en mieux ». (extrait d’un interview paru dans ActuIA, journal sur Internet spécialiste d’IA).

L’offre d’assistant personnel est pléthorique

À côté d’Apple, tous les géants du Net offre une solution équivalente. Par exemple : S Voice de Samsung, Cortana de Microsoft, ou Google Now, etc.

Ils disposent tous de multiples offres de « chatbot » médical sous forme d’apps à télé-décharger sur leur plateforme. De nombreuses entreprises se sont emparées de ce domaine nouveau en cherchant à offrir directement aux patients des aides extrêmement ciblées correspondant à toutes sortes de pathologies. Et encore, on n’est qu’au début d’une nouvelle ère : celle des « apps médicales » ouvertes à tous !

Calmer rapidement les stress, les angoisses

Le téléphone mobile fait désormais partie intégrantede notre vie quotidienne. Pourquoi ne pas l’utiliser comme unoutil pour mieux gérer son stress ? Par exemple : avant de dormir, à la pause au boulot ou pendant une longue file d’attente.

Il existe de nombreuses applications antistresspour bien respirer, pour écouter de la musique relaxanteou encore pour mieux dormir.En voici quelques-unes :  RespiRelax+, Réveil Intelligent,NatureSound Relax and Sleep, Zen Tower, etc.

Les petits bobos pris en charge

Le National Health Service (NHS) anglais s’est associé, en 2017 avec une start-up (Babylon Health) pour tester un chatbot médical sur téléphone mobile pour gérer les petits bobos.

Les chatbots aident le système de santé à mieux prendre en charge les patients, en confiant une partie de la prise de contact à une intelligence artificielle. Cela devrait à terme alléger un peu les urgences et surtout le 111 qui est l’appel d’urgence médicale en Angleterre.

Les assistants infirmiers virtuels à l’hôpital

Connectés aux différents systèmes de surveillance des patients, les « assistants infirmiers virtuels » signalent les valeurs anormales et les éventuelles nouvelles manifestations pathologiques. Ils alarment les infirmiers lorsque nécessaire. On estime que ces IA sous forme d’assistants infirmiers vont drastiquement limiter les déplacements inutiles des soignants et pourraient économiser jusqu’à 20% du temps de travail infirmier.

Les assistants administratifs hospitaliers

Grâce aux remarquables progrès de la reconnaissance vocale ces dernières années, les médecins assistants/internes du Groupement hospitalier de l’Ouest lémanique (GHOL) peuvent dorénavant dicter leurs rapports opératoires et lettres de sortie via un logiciel de reconnaissance vocale très performant. Terminés les cassettes et dictaphones dans la plupart de nos services hospitaliers. Les documents dictés sont incorporés dans le dossier médical informatisé unique. Les secrétaires médicales n’ont plus qu’à éventuellement réviser les rapports des médecins dont le français ne serait pas satisfaisant.

Des IA « assistants administratifs hospitaliers » permettent non seulement de dicter les rapports médicaux mais aussi de demander des examens ou d’établir des prescriptions médicamenteuses sans devoir passer par un clavier. Bientôt nos hôpitaux seront non seulement « paperless » mais aussi  sans claviers ! Une étude du cabinet de conseil Accenture évalue que dans un futur proche, 17% du temps de travail des médecins sera épargné et jusqu’à 51% du temps de travail infirmier !

Conclusion :

En prenant en charge rapidement le patient face à toutes sortes de situations délicates, urgentes ou chroniques, l’assistant personnel « médical » va permettre de diminuer le nombre d’interventions des professionnels de santé en évitant d’encombrer inutilement les urgences ou les cabinets médicaux. On sait qu’une grande partie des situations peuvent être gérées simplement si les protocoles d’action sont suivis scrupuleusement. L’assistant personnel peut très bien prendre cela en charge. Cela économiserait des centaines de millions. Bien sûr pris individuellement ce ne sont pas des interventions très chères mais elles sont très nombreuses, d’où des économies substantielles.

Côté hôpital, Accenture estime que d’ici 2026, l’IA permettra d’économiser aux USA 20 milliards de dollars grâce aux « assistants infirmiers virtuels » et 18 milliards de dollars grâce aux « assistants administratifs hospitaliers ». Un allégement des tâches administratives et des déplacements inutiles en moins qui se traduiront par de substantielles économies !

Xavier Comtesse

Xavier Comtesse

Mathématicien et docteur en informatique, il est dans les années 70/80 le co-créateur de trois start-ups à Genève : les éditions Zoé, la radio locale Tonic et « Le Concept Moderne ». Il est ensuite haut fonctionnaire à Berne auprès du Secrétaire d'État à la Science avant de rejoindre l'Ambassade Suisse à Washington comme diplomate. En 2000, il crée la première Swissnex à Boston puis rejoint le Think Tank Avenir Suisse. Dès 2014 il se lance comme spécialiste de la transformation numérique. Il accompagne ainsi des entreprises ou des organismes publiques comme SwissTopo ou les SITG (Services de l’Information du Territoire Genevois). Il publie plusieurs articles et blogs ainsi que 4 livres dans le domaine de la transformation numérique. Il est reconnu comme l'un des 100 digital « shapers » suisses par le journal BILANZ en 2016/17.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *