Une innovation “disruptive”

Le Conseil fédéral vient de nommer André Kudelski à la tête d'une organisation moribonde de soutien à l'innovation la CTI. 

Pour faire joli…on lui a donné un nouveau nom: InnoSuisse !

Mais ce que cette organisation devrait prôner avant tout c'est l'innovation "disruptive" et quitter celle dite "incrémentale" plus traditionnelle … et que les entreprises peuvent financer seul car souvent moins risquée. Ce que l'Etat doit faire c'est financer le risque, le disruptive … si l'on veut être encore demain une Nation Innovante.

En effet, prenons l'exemple du domaine de la Santé (Life Science comme dirait Aebischer) et bien l’innovation dans ce domaine est en Suisse malgré tout d'abord une innovation “conventionnelle” menée par des ingénieurs et des scientifiques, provenant des grands acteurs de la pharma et des Hautes écoles entourés par quelques startups et conduites par des médecins, des chercheurs en médecine, en pharmacie, en biologie….et jamais par des révolutionnaires (il faut regarder vers les USA pour en voir de ceux-là).

Aujourd'hui, ce système commence à être challengé car non seulement les coûts de la santé deviennent prohibitifs mais aussi parce que le numérique propose une alternative par uinnovation "disruptive". Le modèle santé, sociétal connu va ainsi s'effondrer sous nos yeux. On commence à le percevoir notamment aux USA avec l'explosion de certains prix de médicaments et l'émergence du HealthTech. Là-bas les entrepreneurs, les médias, les citoyens et le politique sont en train de réagir, parfois même violemment.

L’innovation “conventionnelle” dans la santé semble donc avoir atteint ses limites! Il faudrait maintenant s’intéresser davantage à l'innovation "disruptive" seule à même d'améliorer les fondements du système. Aujourd'hui, c’est bien plus l’innovation dans le système de la santé qui est en berne que l’innovation de santé. C'est donc à une "ubérisation" de la santé à laquelle il faut s'attendre!

Le constat est clair: les systèmes de santé sont partout en crise, confrontés à leurs lourdeurs, à des problèmes de financement, de déficit, d’explosion des coûts…

L'innovation “disruptive”, celle qui amène des transformations du système en lui-même, devrait maintenant prendre le relais avant que tout s'effondre en un système à plusieurs vitesses…avec plusieurs classes de traitement!

Voilà la véritable tâche de Kudelski…

Vers une médecine prédictive de rupture

Il suffit d'observer les développements récents du domaine de la santé pour s'en convaincre: la médecine curative est en train de faire place à une médecine prédictive. Et à mesure qu’elle se déplace, elle devient de moins en moins collective et publique, et de plus en plus individualisée et privée. Les grands acteurs traditionnels se voient aussi être confrontés avec de nouveaux arrivants souvent beaucoup "plus gros" qu'eux-mêmes: les géants d'Internet. Un choc des titans s'annonce.

Les patients/malades et la société bien portante vont être au cœur de cette révolution car les données qu'ils produisent et véhiculent, seront le fondement même de la révolution en marche. La maîtrise des Big Data et des outils d'analyse de ceux-ci sont les prochains enjeux de l'innovation "disruptive" … les acteurs traditionnels ne sont pas les mieux placés pour en sortir vainqueurs.

Nous sommes à la veille d'un changement de pouvoir et tout le système santé sera revu de fond en comble. Fini le rôle du médecin en tant que pivot incontournable du système… on va voir les "protocoles" donc les algorithmes prendre le dessus… attention par n'importe quel protocole: ceux basé sur les Big Data et les programmes informatiques d'auto-apprentissage de l'intelligence artificielle et pas ceux anciens de la statistiques de grand papa…

 

Xavier Comtesse

Xavier Comtesse

Dans les années 70/80, Xavier Comtesse est le co-créateur de trois start-ups à Genève: les éditions Zoé, la radio locale Tonic et «Le Concept Moderne». Il est ensuite haut fonctionnaire à Berne auprès du Secrétaire d'État à la Science avant de rejoindre l'Ambassade Suisse à Washington comme diplomate. En 2000, il crée la première Swissnex à Boston puis rejoint le Think Tank «Avenir Suisse». En 2015 il lance avec quelques experts «HEALTH@LARGE», un nouveau Think Tank sur la santé numérique. Il est mathématicien et docteur en informatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *