Le magnifique coup de filet de Stéphane Lavoué

 

Gilles Leimdorfer a photographié le Tour de France sans les cyclistes. Stéphane Lavoué, lui, s’est penché sur la pêche sans la mer, ou si peu.

Dans les chantiers navals, les ateliers ou les conserveries du Guilvinec, en Bretagne, il a rencontré ceux qui travaillent en amont ou en aval de la capture de poissons. Loin du reportage frontal, transpirant encore l’odeur de la bête qu’on écaille, il livre son regard. Un regard onirique et esthétique, fait de paysages, de natures mortes et de portraits. L’incroyable travail sur les couleurs et la lumière place le spectateur face à des peintures, transforme une poissonnière tablier plastifié en sujet romantique, un ouvrier en prophète.

 

Cette magnifique série a été réalisée dans le cadre de La France Vue D’ici, projet coordonné par le festival Imagesingulières et Mediapart entre 2014 et 2017 pour documenter la France. Elle est à voir à la galerie Focale, à Nyon, jusqu’au 10 juin 2018.

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *