Circulations, nouvelle édition

 

Circulation(s) reprend ses quartiers au 104, à Paris. Comme chaque année, le festival dédié à la jeune photographie européenne abrite de jolis pépites. Nos préférées, parmi la cinquantaine d’artistes exposés.

 

Guillaume Hebert juxtapose des fragments urbains sur des arrières-plan de toiles de maîtres. Une réflexion sur la pérennité des paysages et les vestiges humains, beau et déstabilisant à la fois.

 

Boris Loder glane objets et détritus dans les rues, friches ou terrains de foot du Luxembourg, qu’il compacte ensuite en un petit carré photogénique. Fragile témoignage d’un coin de pays, d’un mode de vie.

 

La Suissesse Angélique Stehli a photographié les cellules peintes en rose des prisons helvètes. C’est le chercheur américain Alexander G. Schauss qui a découvert en 1979 l’effet tranquillisant d’une certaine nuance de rose censée réduire l’agressivité en quinze minutes.

 

Alors que le conflit syrien entre dans huitième année, Emmanuel Tussore a eu la très belle idée de sculpter puis de photographier des savons d’Alep en forme de ruines. Une manière éloquente de montrer un pays qui fout le camp, les civils touchés et l’économie asphyxiée.

Circulation(s), du 17 mars au 16 mai 2018 au 104, Paris.

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *