Une histoire de l’exposition photographique

Evidemment, il y a les murs blancs. Ceux des galeries ou des musées, nombreux à accueillir des tirages photographiques de plus ou moins grands formats. Mais il y a encore les frises extérieures, les colonnes stéréoscopiques, les papier-peints, les projections ou les imprimés.

 

Pour son numéro deux, la revue Transbordeur, annuelle, se penche sur l’histoire de la matérialité photographique. A travers des exemples précis et des articles fouillés, sont abordées des questions passionnantes telles que la photographie au service de la propagande ou «Comment exposer la photographie rebelle sans la domestiquer?». La «Grèce éternelle» de Boissonnas, les expositions mobiles au service du Plan Marshall ou encore l’étude photographique des émotions au Collège de France figurent au sommaire du numéro.

Transbordeur photographie, éditions Macula, numéro 2, en vente en librairie.

Présentation le 22 mars à la Galerie Le Réverbère, à Lyon et le 23 mars à la Librairie Maupetit, à Marseille.

Avatar

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *