Remise du prix de photographie des droits humains 2017

Pour sa troisième édition, le prix de photographie des droits humains a choisi comme slogan de ralliement « Aux arts, citoyens ». Et une fois n’est pas coutume, c’est un court-métrage qui a été primé par la Fondation Act On Your Future plutôt qu’un travail photographique.

Etudiantes à la HEAD, Margot Lançon et Chloé Simonin ont pris la thématique au premier degré, imaginant une fiction autour du parcours réel d’une réfugiée érythréenne, colocataire de l’une des réalisatrices. Yeremie, donc, arrivée en Suisse il y a trois ans en bravant seule l’océan et le désert africain. A ses côtés, Jérémie, 15 ans, amateur de parkour. Il fait passer un interrogatoire à la jeune femme, adossés à l’escalier d’un collège. Une audition qui a mené au refus d’un permis de séjour dans la vraie vie. « Ce court-métrage met en regard deux adolescents qui partagent un même âge mais pour qui l’avenir ne s’écrit pas de la même façon », expliquent Margot Lançon et Chloé Simonin dans leur note d’intention.

Le concours était ouvert aux étudiants et diplômés de l’Ecal, de la HEAD et de l’ENSP depuis 2012. Les cinq projets finalistes, sur les 23 dossiers reçus, sont exposés du 8 au 16 décembre à la galerie Bärtschi, partenaire du prix avec l’ECAL, la HEAD-Genève, l’ENSPArt Bärtschi & CieChristie’sFRORIEPHuman Rights Watch, et le FIFDH. Membres du jury cette année: Marta Gili, directrice du Jeu de Paume, Julien Frydman, directeur du développement à la Fondation LUMA, Olivier Richon, directeur du département de photographie du Royal College of Art de Londres, Anne Lamunière, spécialiste d’art contemporain à Christie’s Genève et Philippe Dam, de Human Rights Watch.

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *