Métro, boulot, photo

En 150 ans, la photographie a connu d’innombrables métamorphoses, techniques et sociétales. Le travail également. A Prangins, le Musée national met en lien les deux activités pour mieux scruter les évolutions.

Du portrait posé et pictural d’une femme de chambre au Beau-Rivage Palace en 1865 à la «secrétaire de l’avenir» présentée en 1976 comme soudée à son téléphone et à sa machine à écrire. Les métiers disparus – le laitier ou la vannière – sont recensés, comme les nouvelles pratiques photographiques mâtinées d’art contemporain. Des reportages sur des lieux de travail sont également projetés, parfois en 3D, plongeant dans l’agriculture du début du XXè siècle, les grandes cuves de la brasserie bâloise Warteck ou la construction d’une passerelle au-dessus des chutes du Diesbach à Glaris. Une double-immersion passionnante.

 

 

«Le travail. Photographies de 1860 à nos jours», jusqu’au 15 octobre 2017 au Musée national – Château de Prangins. Catalogue aux éditions Limmat Verlag.

 

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Une réponse à “Métro, boulot, photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *