Eau de rose

Peut-être êtes-vous en vacances et peut-être en profitez-vous pour lire des romans à l’eau de rose. Méfiance, ils font des ravages.

En témoigne ce tirage waterproof daté des années 1910 et évoquant les torrents de larmes déclenchés par le succès de Geneviève ou la Destruction des sentiments. Il figure dans la collection Hippolyte de L’Apnée, léguée au Musée d’Orsay à l’occasion de son ouverture en 1986. L’institution parisienne fête ses trente ans en ce mois de décembre et publie un catalogue déraisonné sur ce remarquable fonds. Plonk et Replonk y recensent des œuvres de Lindingres, Camille Leblanc ou Alphonse Bledur, librement inspirées de celles de Jean Auguste Dominique Ingres, Charles Nègres ou Claude Monet. Les toiles de maîtres revisitées par le duo chaux-de-fonnier sont un régal. Certes, il s’agit davantage de peinture que de photographie mais la Saint-Sylvestre approchant, on peut se permettre un léger écart. Très belle année à vous!

 

Plonk & Replonk, L’art d’en bas, La fantastique collection Hyppolite de L’Apnée, 160 pages, éditions Futuropolis.

Avatar

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *