La Factory de Stephen Shore

Lorsqu’une étoile en rencontre une autre… A 17 ans, Stephen Shore commence à fréquenter Wahrol. Il n’est plus totalement un débutant: trois ans plus tôt, il a réussi à montrer ses images à Edward Steichen, qui lui en a acheté trois.

A la Factory, il photographie Warhol et sa bande. Il les suit d’un concert au restaurant, d’un appartement familial à un atelier d’artiste. Chaque chapitre met en scène une personnalité -Pat Hartley, Paul Morrissey ou Sam Green, qui raconte ses souvenirs d’époque parallèlement aux clichés du New Yorkais. Le musicien John Cale évoque sa première rencontre avec «Andy»; sur une planche-contact, on le voit avec Lou Reed, Sterling Morrison ou encore Nico, tous membres du Velvet Underground. «En choisissant les images pour ce livre, je me suis demandé: si je ne connaissais aucune de ces personnes, est-ce que l’image serait quand même intéressante?», s’interroge Stephen Shore en préambule. Gageons que oui.

 

 

Stephen Shore: Factory Andy Wahrol, 192 pages, Phaidon.

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *