La Factory de Stephen Shore

Lorsqu’une étoile en rencontre une autre… A 17 ans, Stephen Shore commence à fréquenter Wahrol. Il n’est plus totalement un débutant: trois ans plus tôt, il a réussi à montrer ses images à Edward Steichen, qui lui en a acheté trois.

A la Factory, il photographie Warhol et sa bande. Il les suit d’un concert au restaurant, d’un appartement familial à un atelier d’artiste. Chaque chapitre met en scène une personnalité -Pat Hartley, Paul Morrissey ou Sam Green, qui raconte ses souvenirs d’époque parallèlement aux clichés du New Yorkais. Le musicien John Cale évoque sa première rencontre avec «Andy»; sur une planche-contact, on le voit avec Lou Reed, Sterling Morrison ou encore Nico, tous membres du Velvet Underground. «En choisissant les images pour ce livre, je me suis demandé: si je ne connaissais aucune de ces personnes, est-ce que l’image serait quand même intéressante?», s’interroge Stephen Shore en préambule. Gageons que oui.

 

 

Stephen Shore: Factory Andy Wahrol, 192 pages, Phaidon.

Avatar

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *