Virginie Rebetez mène une enquête aux Etats-Unis

En 1998, Suzanne Gloria Lyall, 19 ans, disparaît à Albanie, dans l’Etat de New York. Son corps n’a jamais été retrouvé. Virginie Rebetez a mené une enquête à sa manière, publiée sous le titre de Out of the blue.

Cela commence par des vues aériennes. Puis il y a le détail d’une chambre ou d’un présentoir à bijoux, une lettre manuscrite, une rue, des panneaux publicitaires, le portrait d’un couple au regard dur. On tourne autour de Suzanne mais on ne la voit jamais dans le livre. Les photos d’identité ont été découpées, les autres sont recadrées de manière à ne dévoiler qu’un menton ou le bout d’un nez. Un poster plié en quatre et détaché de l’ouvrage révèle enfin des yeux clairs et rieurs. A la fin, imprimé sur des feuilles roses, les courriers de la police, d’un détective ou d’un médium, des cartes et des portraits-robots. Virginie Rebetez interroge avec justesse et sensibilité ce qui reste quand on a disparu, la douleur des proches, les piétinements d’une enquête. Bouleversant.

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une résidence à New York. Aux Etats-Unis déjà, la Vaudoise avait travaillé sur les «Jane Doe», nom donné par la police aux cadavres féminins non identifiés.

Portrait de Virginie Rebetez, artiste talentueuse et tourmentée, à lire ici.