Ah ça ira

Films, peintures, manuscrits… pour sa nouvelle exposition, le Jeu de Paume convoque large. D’un tableau de Léon Cognet en 1830 représentant le drapeau blanc de la monarchie ensanglanté à une installation de piques en métal d’Annette Messager, l’institution scrute les révolutions, les agitations politiques ou les mouvements de masse. La photographie n’est évidemment pas oubliée.

De nombreuses images d’actualité sont présentées: assassinat d’un ouvrier en grève au Mexique en 1934, émeute en 1969 en Irlande du Nord (Ci-dessus: Gilles Caron / Fondation Gilles Caron / Agence Gamma) ou marche afro-américaine à Détroit en 1971, contre les violences policières déjà.

 

 

Une plateforme en ligne accompagne l’exposition du philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman. On y trouve un parcours en 25 œuvres, une cartographie des soulèvements et un focus sur les résistances numériques.

 

Soulèvements, jusqu’au 15 janvier au Jeu de Paume, à Paris.

Catalogue de 420 pages co-édité par le Jeu de Paume et la maison Gallimard.

Avatar

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Une réponse à “Ah ça ira

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *