Question bête

Les clichés d’animaux – sans parler des vidéos – déchaînent les passions des internautes; enfants et mamies en tête, peut-être, mais j’ai surpris un collègue tout ce qu’il y a de plus sérieux fondre devant les images d’un bébé rhinocéros. Est-ce pour surfer sur le succès des lolcats? Les musées et lieux d’expositions se tournent eux-aussi régulièrement vers les bêtes.

On se souvient de la passionnante exposition du Palais Lumière en 2010, pistant la présence animalière dans les photographies depuis la création du medium. Ce printemps, le Fotomuseum de Winterthour se penche à son tour sur la question de la représentation des animaux, et à travers elle sur ce qui sépare l’homme de la bête. Une plongée qui promet d’être plus intéressante qu’attachante – ouf – avec des images de Pieter Hugo, Erik Kessels ou encore Alessandra Sanguinetti. Extraits.

Le musée de l’image, à Epinal, consacre lui aussi une exposition au sujet, mettant en parallèle les photographies de Charles Fréger avec les dessins de Benjamin Rabier. Une jolie rencontre.

 

Infos pratiques

Beastly/Tierisch, du 30 mai au 4 octobre au Fotomuseum de Winterthour.

L’esprit des bêtes, du 29 mai au 1er novembre 2015 au Musée de l’image, à Epinal.

Avatar

Caroline Stevan

Journaliste spécialisée dans la photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *