L’album de famille d’Anna Gutová et Gabriel Fragner

Tous les cinq ans, le Musée de l’Elysée, à Lausanne, offre ses murs aux jeunes talents internationaux sortis des écoles. Le cru 2015, reGeneration 3, est plus interdisciplinaire que jamais. La preuve en vidéo, avec I Love My Family de Anna Gutová et Gabriel Fragner, République tchèque. Née en 1977 et diplômée de l’Institut de photographie créative de l’Université de Silésie en 2013. Né en 1973 et étudiant au même endroit (suite…)

Lire la suite

Question bête

Les clichés d’animaux – sans parler des vidéos – déchaînent les passions des internautes; enfants et mamies en tête, peut-être, mais j’ai surpris un collègue tout ce qu’il y a de plus sérieux fondre devant les images d’un bébé rhinocéros. Est-ce pour surfer sur le succès des lolcats? Les musées et lieux d’expositions se tournent eux-aussi régulièrement vers les bêtes. (suite…)

Lire la suite

L’art de la recomposition

Alors que l’on fait clic-clac en moins de temps que cela, j’admire les artistes qui passent des semaines à peaufiner leurs images. Je songe, dans des genres très variés, à Vik Muniz et à ses clichés de familles composés de centaines de tirages ou cartes postales, à Sohei Nishino et à ses cartes de villes faites  de milliers de photographies prises depuis les hauteurs environnantes, à Liu Bolin, planqué dans le décor après des heures de maquillage, à Didier Massard, Zhang Wei etc. (suite…)

Lire la suite

Artefacts à la galerie C

La galerie C à Neuchâtel accueille l’exposition de photographie Artefacts jusqu’au 30 mai. J’ai eu la chance de pouvoir en concocter le contenu et tiens à en dire quelques mots. Pas besoin d’aller plus loin que Wikipedia pour se remémorer le sens originel d’artefact: “un phénomène créé de toutes pièces par les conditions expérimentales.” Les oeuvres choisies pour l’exposition ont toutes cela en commun: le temps a permis l’apparition de mirages sur la surface sensible photographique.

(suite…)

Lire la suite

Un Swiss Photo Award pour Laurence Rasti

 

Chaque année semble révéler une jeune photographe suisse. 2014 a sans conteste été phare pour Delphine Schacher, alors juste diplômée de l’école de Vevey. Depuis quelques mois, c’est Laurence Rasti que l’on croise d’un festival à une exposition, d’une exposition à un prix. En janvier, l’Ecalienne présentait sa série “Il n’y a pas d’homosexuels en Iran” au festival Circulation(s), dédié à la jeune photographie européenne, à Paris. En avril, le même travail lui vaut le Prix du jury aux Boutographies de Montpellier. Ce soir, elle emporte la première place du Swiss Photo Award catégorie “Fine Art” pour ces images. A la fin du mois, elle les affichera au musée de l’Elysée dans le cadre de l’exposition reGeneration3. (suite…)

Lire la suite