Kikuji Kawada, éclipses existentielles

Kikuji Kawada (né en 1933) n’est pas si connu sous nos latitudes et c’est pourtant l’un des maîtres de la photographie japonaise. Son projet le plus célèbre, The Map, est un montage complexe de photographies: s’y entrechoquent des photos de Hiroshima en ruines et de la reconstruction du pays au sortir du conflit. Sombre, abstrait, ce travail a été suivi par une oeuvre moins connue, The Last Cosmology, que les caprices célestes récents m’invitent à montrer.

kawada1Kawada se sert de photographies astrologiques, véritables manifestations du sublime, pour évoquer la fin de l’ère Showa (le règne de l’empereur Hiroito) et du XXe siècle. Il ne photographie que des événements naturels sortant de la norme et évoquant par métaphore le chaos et la complexité du présent. Je me laisse le droit de croire que ses questionnements sont aussi et certainement d’ordre métaphysique et que la photographie est bien chez lui ce moyen d’évoquer ce qui ne relève pas du visible.

kawada3

Kikuji Kawada a bossé sur ce projet pendant près de 20 ans (1980-2000). Les photographies de cet article sont issues du premier numéro de feu le magazine japonais déjà-vu, paru en 1990. Fort heureusement, l’éditeur hype et malgré tout brillant Michael Mack publie ce projet très rare en avril de cette année. Si jamais, c’est par ici: http://www.mackbooks.co.uk/books/1064-Kikuji-Kawada.html

kawada2

 

Matthieu Gafsou

Photographe basé à Lausanne. www.gafsou.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *