L’autoportrait vaniteux de Cyril Vandenbeusch

Cyril Vandenbeusch est un drôle de garçon. Artiste, photographe, cuisinier performeur et un brin poète. Amoureux des vieilles techniques photographiques, il vient de se lancer dans un autoportrait grandeur nature au cyanotype. Le projet est gonflé, car le modèle a posé suspendu par les pieds, durant de longues minutes et à plusieurs reprises. On n’entre pas impunément dans le 19è siècle!

En attendant le vernissage de son “Autoportrait vaniteux” – ce soir à la Halle Nord si tout va bien, il raconte les étapes du processus sur le blog du Temps.

(suite…)

Lire la suite

Métro, boulot, photo

Depuis 40 ans, l’agence Interfoto travaille en collectif, bénévolement et anonymement pour nourrir la presse de gauche et syndicale d’images d’ouvriers, de saisonniers, d’exclus et de révoltés de toutes sortes. Ses photographes, non professionnels, ne rechignent pas à développer une vision d’auteur, évidente dans certaines images ultra-graphiques, mais ne voient pas pourquoi l’individu devrait être mis en avant en signant sa production. Un modèle qui fait réfléchir, alors que nombre de reporters de guerre entrent aujourd’hui dans les galeries. Le Centre de la photographie de Genève offre une sorte de “rétrospective” à ce groupe de militants genevois.

(suite…)

Lire la suite

Virginie Rebetez: “Je me demande souvent quelle image se construira sur ma rétine au moment de ma mort”

Elle a photographié des pierres tombales en Afrique du Sud et l’appartement de Dignitas à Zurich, elle s’est mise en scène dans les logements de personnes qui venaient de mourir. Depuis longtemps, la photographe lausannoise Virginie Rebetez rôde autour de la mort. Son dernier travail, fruit d’une bourse cantonale aux Etats-Unis, documente la disparition de Suzanne Gloria Lyall, 19 ans, le 2 mars 1998 à Albany. Elle nous le présente et répond à l’interview Diaporama, récurrente sur notre blog. (suite…)

Lire la suite

Twice: le lyrisme paysager de Cyrille Weiner

Le banal fut une des grandes thématiques des années 80 et 90 en photographie. On a vu alors naître nombre de formalistes, souvent adeptes d’une frontalité qui tendait à aplatir le sujet, à le transformer en tableau abstrait (ou du moins à instaurer une tension entre représentation et abstraction). Je pense ici par exemple à Lewis Baltz, Stephen Shore, Bernd & Hilla Becher (ainsi que leurs élèves dans leurs jeunes années, Gursky, Ruff et Struth), Jean-Marc Bustamante ou Philippe Gronon. J’ai la conviction que la brutalité désenchantée qui caractérisait leurs oeuvres laisse désormais place chez nombre de photographes à une nouvelle approche qui témoigne d’un rapport au monde changé. Je profite de la parution toute récente du très beau Twice, par Cyrille Weiner aux éditions 19/80 pour expliciter ce sentiment.

(suite…)

Lire la suite

Les albums de familles de Denis Huc

Le photographe Denis Huc a suivi trois familles romandes pendant dix ans. Dans ses clichés en noir et blanc, des enfants débarquent, des familles se composent et se recomposent. Des frères et soeurs jouent, des gamins pleurent. La tendresse plane. Au delà de ces moments grapillés à l’intimités des foyers, il est évidemment fascinant de voir les enfants grandir, les parents vieillir. Un hommage au travail de Nicholas Nixon, qui a photographié les soeurs Brown durant quarante ans.

(suite…)

Lire la suite

Les dessous d’une image: Sandra Calligaro commente ses images de Kaboul

Elle est partie un peu par hasard, pour renouer avec un vieux fantasme. Sandra Calligaro voulait être reporter de guerre. Cela a été l’Afghanistan, mais cela aurait pu être l’Irak. Diplôme d’une école d’art en poche, la Française débarque à Kaboul en 2007. Pour un mois. Elle y passera sept ans, durant lesquels elle ausculte la société afghane plus qu’elle ne côtoie les militaires. «Afghan Dream» est une exploration photographique du pays et de son quotidien, bousculé par treize années de présence internationale. Sandra Calligaro commente quatre de ses images. (suite…)

Lire la suite