© Vincent Arlettaz

Cette si chère égalité…

Hier, profitant du 1er août, la jeunesse socialiste vaudoise a tenté un coup d’éclat en proposant de remplacer sur le drapeau vaudois sa devise «Liberté et Patrie» par «Solidarité et Égalité». Mais que révèle, en fait, une telle proposition ?

À chaque fois que j’entends le mot «égalité» me revient l’expression d’Henry Becque «le défaut de l’égalité, c’est que nous ne la voulons qu’avec nos supérieurs». En politique, c’est hélas également le cas : quiconque invoque ce principe si cher à la gauche ne le fait bien souvent que lorsque c’est à l’avantage de ses électeurs, sinon de lui-même. Dans le cas contraire, ce principe égalitaire disparait souvent derrière un paravent de prétextes.

 

Drapeau suisse actuel (g.) et tel que pourrait le redessiner la jeunesse socialiste (d.)

 

La jeunesse socialiste vaudoise, comme bon nombre de socialistes, invoque volontiers cette notion d’égalité pour demander à d’autres de payer davantage d’impôts ou de contribuer davantage à la collectivité – mais, bien sûr, exclusivement lorsqu’il s’agit de réclamer un effort d’autrui plutôt que de soi-même.

Ainsi, cette même jeunesse socialiste vaudoise s’oppose vertement, par exemple, à ce qu’hommes et femmes aient le même âge de départ à la retraite – à tel point qu’ils avaient même combattu le projet PV2020, pourtant conçu et porté par le parti socialiste suisse. Là, étrangement, il n’est plus question de défendre l’égalité, lorsqu’elle imposerait d’aller l’expliquer à celles qui en seraient perdantes…

Cette position est d’ailleurs souvent justifiée en invoquant les différences de salaire qui peuvent exister entre hommes et femmes. Tant que celles-ci ne sont pas corrigées, hors de question alors de supprimer une différence de traitement en matière de retraite, nous dit-on. Là, imperceptiblement mais sûrement, l’égalité s’est transformée en une sorte de valeur à géométrie variable, à laquelle il est finalement aisé de déroger. Tout d’un coup, une inégalité peut devenir aisément justifiable, au bon vouloir de qui s’exprime.

CC0

Il y a une forme d’égalité que je chéris, c’est l’égalité de départ : égalité des droits et égalité des chances. Celle qui met chacun sur le même pied, et lui permet ensuite de faire ses propres choix – et de les assumer.

Mais souvent, hélas, le socialisme pousse à réclamer une égalité de résultats. Quels que furent nos comportements, il faudrait que nous retrouver tous, in fine, dans une même situation – ou, à tout le moins, dans une situation proche. Et si ce n’est pas le cas, la contrainte étatique toute-puissante n’aura qu’éliminer les différences.

Réclamer cette égalité perpétuelle, c’est donc, par définition, réclamer que nos propres choix n’importent finalement pas. Somme toute, ce n’est certainement pas un hasard si, dans le monde que réclament ces jeunes socialistes, le mot «liberté» doit être effacé – de nos drapeaux, comme de nos vies…

Vincent Arlettaz

Vincent Arlettaz

Vincent Arlettaz a étudié à Lausanne et Saint-Gall, ainsi qu'à la Richard Ivey School of Business au Canada. Détenteur d'un Master en Finance HEC de Lausanne, il est aujourd'hui économiste, mais aussi délégué du PLR et membre fondateur du Cercle des Libertés.

4 réponses à “Cette si chère égalité…

  1. Depuis que les ouvriers, ces ingrâts votent à droite, le socialisme au 21eme siècle peut se résumer en une seule phrase : la haine du père. Haine de la transmission, de l’héritage, promotion du mariage homosexuelle, promotion de l’immigration, de l’islam, du féminisme pour que cette figure du père tellement honnie disparaisse enfin de la Terre. On pointe souvent la contradiction entre soutien à l’islam radical (l’islamo gauchisme) et au féminisme. Aucune contradiction ici, le soutien au féminisme n’est pas un soutien aux femmes mais une volonté d’affaiblir l’homme blanc, forcément coupable de l’Histoire, et qui doit disparaitre. Je n’aimerais pas être socialiste aujourd’hui, la haine n’est jamais bonne conseillère.

    1. Ma réponse à votre commentaire n’occupera pas autant d’espace que le vôtre, qui donne la liste de tous les maux, y compris ceux de votre imagination qui vous font souffrir, et que vous attribuez au socialisme. Vous parlez de haine ? La vôtre est à la hauteur de votre impuissance : Racisme, inotlérance, incapacité d’autonomie de pensée. Lancez un coup de fil à votre père, ou réconfortez-vous de vos tourments en vous baignant dans l’image du “père” dont vous avez besoin pour ne pas vous sentir abandonné dans ce monde trop grand où vous n’avez pas trouvé votre chemin.

  2. En 1955, on pouvait entrer au collège cantonal. La papeterie Viredaz, au haut de le rue de Bourg, offrait pour tout cahier acheté une étiquette autocollante aux couleurs de l’école: pour le collège cantonal l’étiquette portait un petit écusson reproduisant le drapeau cantonal, et en toutes petites lettres d’or, les mots “LIBRAIRIE ET PAPETERIE”. Monsieur Viredaz était si mes souvenirs sont exacts député. Libéral bien sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *