Le pirate des Caraïbes bientôt échoué sur une plage helvétique ?

Ces derniers mois, le confinement plus ou moins volontaire a mis en lumière les petits et parfois monstrueux travers de nombreux couples qu’ils soient anonymes, médiatiques ou même parfois people et glamour.

 

On prendra ici pour exemple le procès qui déchire l’ex-couple formé par Johnny Depp et Amber Heard et le tabloïd britannique The Sun au sujet de supputées violences conjugales à charge de l’un ou l’autre membre du couple.

 

Ici la chambre à coucher est assez vaste pour que des objets volants non identifiés se transforment en armes de destruction massive, que les bouteilles d’alcool deviennent des grenades offensives et dangereuses, que les noms d’oiseaux formés en escadrilles explosent violemment….

 

…sans compter les reproches de consommation de stupéfiants, d’abus d’alcool, et d’infidélités.

 

En bref : rien de nouveau sous le soleil lumineux et brûlant des Caraïbes…

 

Mais le pirate a ici perdu de sa superbe, ressemblant plus au Capitaine Crochet qu’à une star extatique battant fièrement pavillon international.

 

Hissez la grande voile ! Et voguez loin des embruns destructeurs du désarroi et du désenchantement…

 

Il n’est cependant pas nécessaire d’aller au fin fond du globe, dans des terres lointaines, pour se voir confronté aux déchirements des couples, avec ou sans confinement dû au Covid-19.

 

La même problématique peut survenir peu importe le lieu ou le niveau social, et aussi dans des familles qui font rêver à tous égards… en apparence…

 

Que l’on soit très serrés à plusieurs dans un petit appartement sans confort ou que l’on dispose de plusieurs villas, appartements luxueux ou penthouse à travers le monde, les conflits conjugaux sont très souvent les mêmes, le luxe, la distance et l’apparat n’ayant très souvent que pour effet de masquer une cruelle vérité sociale et psychologique.

 

Notre législateur n’a toutefois pas attendu ni les affres des stars de cinéma ni les conséquences indirectes du confinement lié à la pandémie pour protéger les plus faibles émotionnellement et physiquement.

 

Il réprime très spécifiquement depuis près de quinze ans par une disposition légale spéciale, les travers et dérapages inacceptables de la vie conjugale.

 

Ainsi l’article 123 alinéa 2 du Code pénal punit d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire, le conjoint ayant fait subir à l’autre des lésions corporelles simples durant le mariage, ou respectivement dans l’année qui a suivi de divorce. A cet égard, le partenaire enregistré de la victime tout comme le partenaire hétérosexuel ou homosexuel bénéficie de la même protection.

 

Dans ces cas la poursuite pénale a lieu « d’office » ce qui implique qu’il n’y a pas besoin d’une plainte du conjoint victime pour que le procureur se saisisse du dossier … et les petits arrangements dans le couple, pressions, chantage affectif, regrets plus ou moins sincères et engagements de non réitération n’ont pas d’effet sur la poursuite de l’infraction pénale par les autorités.

 

L’article 126 du Code pénal réprime quant à lui les comportements moins graves que sont les voies de fait (gifles, bousculades, fessées qui ne laissent pas de trace sur le corps).

Ici la poursuite pénale n’a lieu que sur plainte.

 

Au-delà de la question de savoir si le législateur doit effectivement s’intéresser à ce que vivent les couples au quotidien, dans leur foyer ou dans leur chambre à coucher, il est essentiel de déterminer les limites des comportements qui deviennent de moins en moins acceptables.

 

Une analyse sociologique pourrait cependant amener à des considérations divergentes.

 

Mais il apparait aujourd’hui de plus en plus que sauf à vivre sur une île quasi déserte ces problématiques apparaissent universelles.

 

Les conceptions helvétiques en la matière deviennent de plus en plus coercitives car même en cas de réconciliation, de retrait de plainte, et de reprise d’une vie conjugale harmonieuse, il peut y avoir une condamnation prononcée, en l’absence de volonté de la victime.

 

Vendredi –pauvres poissons pêchés à la retirette– n’a ici qu’à bien se tenir, Robinson n’est pas toujours facile.

 

*   *   *

 

La morale de cette malheureuse histoire de pirates, d’équipage plus ou moins bien assorti, de bouteilles de rhum plus ou moins frelaté, et de substances psychotropes, n’est pas de savoir qui a raison ou qui a tort, qui est le capitaine flamboyant d’un navire dont la destination est parfois l’enfer, mais c’est de savoir quel membre de l’équipage vous est fidèle et reconnaissant et va témoigner le cas échéant en votre faveur avant que vous ne soyez pendu haut et court au sommet du mât.

 

Non ! La justice des Hommes en Suisse ou ailleurs est invisible, parfois aveugle parfois clémente et compatissante devant les nombreux récifs que certains couples plus ou moins célèbres ont dû affronter dans des tempêtes apocalyptiques.

 

Non ! celui qui n’a jamais tort, qui a tout compris, et qui sait tout malgré lui, c’est le petit singe que chacun porte sciemment ou inconsciemment sur son épaule et dont le rire sarcastique est déconcertant.

Mais lui, il n’a rien vu, il n’a rien dit… et il n’a rien entendu…

 

Bons baisers d’Hollywood !

 

 

Véronique Fontana

Avocate

Etude Fontana

Veronique Fontana

Veronique Fontana

Véronique Fontana est avocate au Barreau depuis une trentaine d'année et a en parallèle œuvré comme Juge au Tribunal des mineurs dans le canton de Vaud. Elle est membre de la Commission des sanctions de la Fédération suisse des sports équestres. Elle est appelée régulièrement comme experte juridique dans des émissions de télévision et elle fait de la compétition dans le domaine du saut d’obstacle à cheval.

3 réponses à “Le pirate des Caraïbes bientôt échoué sur une plage helvétique ?

  1. Le manque de respect récurrent amène à ce genre de comportement, associé à une éducation inexistante. Il suffit d’observer le vocabulaire utilisé par certains parents pour projeter l’attitude des enfants à l’âge adulte. Additionnez à cela l’impatience ambiante qui exige tout, tout de suite, et la boucle est bouclée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *